La bonne blague

Pourquoi faut-il flatter la vache avant de la traire? Le Maître du monde vous répond

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vache_folle_de_toi

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La bonne blague

Publié le 22 octobre 2011
- A +

Depuis quelques semaines, Contrepoints vous propose L’humour du samedi. Vous y retrouvez des articles amusants, décapants même parfois, mais aussi, nous l’espérons, propices à la réflexion. Parmi nos meilleurs bretteurs délirants, le Maître du Monde est un as de la satire et de l’humour décalé.

J’ai reçu récemment dans ma boîte mail une blague assez connue, qui compare les différents systèmes politiques connus à ce jour, comme suit :

Socialisme : Tu as 2 vaches et tu en donnes une à ton voisin qui n’en a pas.
Communisme : Tu as 2 vaches, le gouvernement les réquisitionne toutes les 2 et te donne un peu de lait.
Fascisme : Tu as 2 vaches, le gouvernement les réquisitionne toutes les 2 et te vend le lait.
Nazisme : Tu as 2 vaches, le gouvernement les réquisitionne toutes les 2 et ensuite te fusille.

Et cetera, et cetera.

Cette blague se moque ainsi d’une liste impressionnante de régimes politiques sauf du premier de la liste, le SOCIALISME, présenté dans toute sa splendeur (purement théorique) où celui qui possède deux vaches en donne une à celui qui n’en a pas.

Si le rédacteur de la blague avait respecté l’esprit de celle-ci également pour la description du socialisme, il aurait dû écrire quelque chose comme ceci :

Socialisme : Tu as 2 vaches. Le gouvernement en réquisitionne une, prétextant que c’est pour la donner à celui qui n’en a pas. Mais en chemin, le gouvernement loue la vache, encule la vache, bouffe des morceaux de la vache, et finalement perd la carcasse. Le gouvernement t’explique alors qu’il va bien falloir réquisitionner ton autre vache, mais que cette fois-ci ils feront plus attention. Aux élections suivantes, excédé, tu votes pour un autre gouvernement, qui, lui, a promis – juré craché – qu’il s’occuperait bien des vaches, c’est d’ailleurs marqué dans son « contrat moral avec le citoyen ».

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Socialisme : il te prend la vache, mais aussi le veau, le cochon et la couvée. Avec lesquels il s’engraisse , laisse quelques bas morceaux à ses amis, tout en te faisant la morale.
    Et toi, ébloui par la rhétorique de la réduction des inégalités, tu dis merci.

  • En précisant que l’autre gouvernement pour lequel tu souhaites voter est également socialiste mais sans le dire.
    De plus, tu dois également payer des impôts sur le développement bovin comprenant
    – les frais de déplacement (quand ils te prennent ta vache) mais aussi
    – les frais de fonctionnement (il faut compter suivant les actions que tu as décrites une capote, un ensemble de couvert argenté, et un détective privé payé en contrat aidé pour tenter futilement de retrouver ce qu’il reste de ta vache).
    Une taxes pour le développement audiovisuel public servira au gouvernement à t’expliquer de façon politiquement correcte (mais fort douteuse) les raisons pour lesquelles une vache ne leur suffit pas.

    Finalement, ils sont pas cons ces végétariens !!

  • Et le capitalisme: tu as 2 vaches, tu en échanges une contre un taureau et tu te fais un cheptel.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

 

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

En écho à l’article bienvenu de Philippe Bilger sur « la liberté d’expression et la liberté de rire de tout », diffusé sur Contrepoints, un court hommage à Pierre Desproges, personnalité à l’humour unique qui continue d’inspirer ponctuellement un certain nombre d’humoristes.

 

Chroniques de la haine ordinaire

Je me souviens avoir regardé à plusieurs reprises, tout jeune, la fameuse minute de monsieur Cyclopède, diffusée quasi-quotidiennement à la télévision. Mais j'étais alors probablement bien t... Poursuivre la lecture

Dans son sketch sur les sens giratoires et les sens interdits, le génial Raymond Devos dénonçait il y a plus de 50 ans quelques-unes des contradictions du mode d’administration de notre économie. Enfermé dans un système circulaire dont il ne peut plus sortir, son automobiliste est sommé par un agent public de payer une taxe de séjour…

Depuis, les ronds-points ont proliféré et les choses ne se sont pas du tout arrangées.

La France, pays du fromage et du vin est aussi devenu celui des ronds-points. On sait qu’il y en avait 12 000 ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles