La bonne blague

Pourquoi faut-il flatter la vache avant de la traire? Le Maître du monde vous répond

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vache_folle_de_toi

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La bonne blague

Publié le 22 octobre 2011
- A +

Depuis quelques semaines, Contrepoints vous propose L’humour du samedi. Vous y retrouvez des articles amusants, décapants même parfois, mais aussi, nous l’espérons, propices à la réflexion. Parmi nos meilleurs bretteurs délirants, le Maître du Monde est un as de la satire et de l’humour décalé.

J’ai reçu récemment dans ma boîte mail une blague assez connue, qui compare les différents systèmes politiques connus à ce jour, comme suit :

Socialisme : Tu as 2 vaches et tu en donnes une à ton voisin qui n’en a pas.
Communisme : Tu as 2 vaches, le gouvernement les réquisitionne toutes les 2 et te donne un peu de lait.
Fascisme : Tu as 2 vaches, le gouvernement les réquisitionne toutes les 2 et te vend le lait.
Nazisme : Tu as 2 vaches, le gouvernement les réquisitionne toutes les 2 et ensuite te fusille.

Et cetera, et cetera.

Cette blague se moque ainsi d’une liste impressionnante de régimes politiques sauf du premier de la liste, le SOCIALISME, présenté dans toute sa splendeur (purement théorique) où celui qui possède deux vaches en donne une à celui qui n’en a pas.

Si le rédacteur de la blague avait respecté l’esprit de celle-ci également pour la description du socialisme, il aurait dû écrire quelque chose comme ceci :

Socialisme : Tu as 2 vaches. Le gouvernement en réquisitionne une, prétextant que c’est pour la donner à celui qui n’en a pas. Mais en chemin, le gouvernement loue la vache, encule la vache, bouffe des morceaux de la vache, et finalement perd la carcasse. Le gouvernement t’explique alors qu’il va bien falloir réquisitionner ton autre vache, mais que cette fois-ci ils feront plus attention. Aux élections suivantes, excédé, tu votes pour un autre gouvernement, qui, lui, a promis – juré craché – qu’il s’occuperait bien des vaches, c’est d’ailleurs marqué dans son « contrat moral avec le citoyen ».

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Socialisme : il te prend la vache, mais aussi le veau, le cochon et la couvée. Avec lesquels il s’engraisse , laisse quelques bas morceaux à ses amis, tout en te faisant la morale.
    Et toi, ébloui par la rhétorique de la réduction des inégalités, tu dis merci.

  • En précisant que l’autre gouvernement pour lequel tu souhaites voter est également socialiste mais sans le dire.
    De plus, tu dois également payer des impôts sur le développement bovin comprenant
    – les frais de déplacement (quand ils te prennent ta vache) mais aussi
    – les frais de fonctionnement (il faut compter suivant les actions que tu as décrites une capote, un ensemble de couvert argenté, et un détective privé payé en contrat aidé pour tenter futilement de retrouver ce qu’il reste de ta vache).
    Une taxes pour le développement audiovisuel public servira au gouvernement à t’expliquer de façon politiquement correcte (mais fort douteuse) les raisons pour lesquelles une vache ne leur suffit pas.

    Finalement, ils sont pas cons ces végétariens !!

  • Et le capitalisme: tu as 2 vaches, tu en échanges une contre un taureau et tu te fais un cheptel.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L'économie planifiée connaît un nouveau regain d'intérêt. Les défenseurs de la protection du climat et les anticapitalistes exigent que le capitalisme soit aboli et remplacé par une économie planifiée. Sinon, disent-ils, l'humanité n'a aucune chance de survie.

En Allemagne, un livre intitulé Das Ende des Kapitalismus (La fin du capitalisme) est un best-seller et son auteur, Ulrike Hermann, est devenue une invitée régulière de tous les talk-shows. Elle promeut ouvertement une économie planifiée, bien que celle-ci ait déjà échoué une foi... Poursuivre la lecture

La gauche a besoin d’une idéologie, contrairement à la droite. Elle prétend en effet penser le devenir des sociétés et instaurer la justice, principalement par l’égalité. La droite agit avec pragmatisme, en tenant compte rationnellement des contraintes du réel mais elle n’éprouve pas le besoin de dessiner un idéal à atteindre. La gauche est plutôt idéaliste, la droite plutôt réaliste.

Un idéal à atteindre suppose une construction intellectuelle plus ou moins ambitieuse qui détermine la voie à suivre. C’est là que les difficultés commen... Poursuivre la lecture

oxfam
10
Sauvegarder cet article

Cela faisait longtemps que l’on n’avait plus entendu parler d’Oxfam.

L’ONG britannique sort à peine d’une série de scandales qui ont grandement entamé sa crédibilité mais la prochaine mobilisation sur la réforme des retraites présentait une trop belle occasion pour qu’elle tente à nouveau de faire parler d’elle. Et comme d’habitude, Oxfam aura mis les pieds dans le plat en prétendant que « taxer la fortune des milliardaires français à hauteur d’à peine 2 % permettrait de financer le déficit prétendument hors de contrôle des retraites »... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles