Il faut que tu respires…

Mickey_Mouse_Clubhouse_-_Party_Cake_Plates

Pourquoi le cerveau de Mickey manque-t-il d’oxygène (et ça c’est rien de le dire)? Le Maître du monde vous répond

Depuis quelques semaines, Contrepoints vous propose L’humour du samedi. Vous y retrouvez des articles amusants, décapants même parfois, mais aussi, nous l’espérons, propices à la réflexion. Parmi nos meilleurs bretteurs délirants, le Maître du Monde est un as de la satire et de l’humour décalé.

Il y a de cela quelques mois, les ondes radios nous abreuvait d’une mélodie portant le doux titre de « il faut que tu respires », gracieusement composée et interprétée par ce grand philosophe qu’est monsieur Mickey 2D.

Oui, je sais parfaitement que son nom officiel est « Mickey 3D », mais quand on a aussi peu de perspective que ce gars-là, on ne mérite pas de s’appeler « 3D ».

Pourtant j’aime bien cette chanson, elle est efficace, bien rythmée. Elle a d’ailleurs reçu plusieurs prix musicaux en 2005. Mais son texte se base hélas sur un préjugé déjà bien ancré dans l’inconscient collectif : avant l’apparition de l’Homme sur terre, le ciel était bleu, l’herbe était verte, l’air était pur, et la Nature évoluait dans un équilibre parfait et serein ; et depuis l’arrivée de l’Homme, c’est destruction de la planète et compagnie.

Mais écoutons et analysons z’in peu les paroles de Mickey (qu’elles sont ‘achement bien) en toute objectivité :

Approche-toi petit, écoute-moi gamin
Je vais te raconter l’histoire de l’être humain

Et les gamines alors ? Mickey serait-il sexiste ? Les esprits tordus me rétorqueront que pour faire une rime avec « être humain », il vaut mieux dire « gamin ». Que nenni, Mickey aurait très bien pu s’en sortir avec « gamine », et je le prouve, parce que c’est pas rien de le dire :

Approche-toi petite, écoute-moi gamine, je vais te raconter l’histoire de…

Merde, c’est pas évident… une rime en « ine ». Vite, limousine ? margarine ? grosse boudine ? ma belle poire ?… ça y est, je sais :

Approche-toi petite, écoute-moi fillette, je vais te raconter l’histoire de la planète.

Au début y avait rien au début c’était bien

Voilà pour ceux qui douteraient encore du fait que Mickey 2D est un nihiliste : « y avait rien » donc « c’était bien » !

La nature avançait y avait pas de chemin
Puis l’homme a débarqué avec ses gros souliers
Des coups d’pieds dans la gueule pour se faire respecter
Des routes à sens unique il s’est mis à tracer
Les flèches dans la plaine se sont multipliées
Et tous les éléments se sont vus maîtrisés

Mais oui Mickey, tous les éléments se sont vus maîtrisés. Et si t’allais chanter ta chanson aux milliers de victimes du Tsunami, Mickey ? Ou aux rescapés de la Nouvelle Orléans ? Sur ce coup-là, c’est plutôt la Nature qui a débarqué avec ses gros souliers.

On retrouve également ici un deuxième préjugé : l’Homme ne fait pas partie de la Nature. « La Nature avançait… puis l’Homme a débarqué ». Quand un troupeau d’éléphants bousille une forêt, c’est l’œuvre de la Nature ! Mais si c’est l’Homme qui ratiboise une forêt, c’est l’œuvre… de l’Homme.

Il faut bien réaliser une chose, la Nature, la terre… n’ont jamais atteint un état d’équilibre. Mickey a raison quand il dit « au début y avait rien ». C’est la théorie du Big Bang (qui s’est produit il y a 13 milliards d’années, à Macau paraît-il).

Depuis le Big Bang, l’univers est en continuelle expansion. C’est tout sauf un état d’équilibre. De plus, du fait de son expansion, l’univers se refroidit (je dis ça je dis rien).

Et si nous regardons l’apparition de la vie sur terre, et son évolution avant l’arrivée de l’Homme, comment peut-on parler d’équilibre ? Le lendemain de l’apparition du vivant, la biodiversité était forcément nulle (nombre d’espèces vivantes = 1, donc biodiversité = 0). La planète a ensuite connu moultes périodes glacières, et bien des espèces animales qui n’existent plus depuis longtemps, tels les dinosaures.

Mais je m’égare un peu du sujet initial là. Donc bref Mickey nous chante également que :

D’ici quelques années on aura bouffé la feuille
Et tes petits-enfants ils n’auront plus qu’un œil
En plein milieu du front ils te demanderont
Pourquoi toi t’en as 2 tu passeras pour un con

On commence à mieux comprendre pourquoi Mickey délire un peu : il bouffe des feuilles. C’est encore plus déséquilibré que le régime Atkins ça ! Qu’il les fume, passe encore, mais qu’il les bouffe… Il aura pas besoin d’avoir deux yeux pour passer pour un con le Mickey.

Le pire dans cette histoire c’est qu’on est des esclaves
Quelque part assassin, ici bien incapable
De regarder les arbres sans se sentir coupable
À moitié défroqués, 100 pour cent misérables

Je sais pas vous, mais moi, la dernière fois de ma vie où je me suis retrouvé défroqué à regarder des arbres en me sentant coupable, j’avais 14 ans et… heu… non, je vais pas raconter ça ici.

Alors voilà petit, l’histoire de l’être humain

C’est quand même un peu simpliste comme histoire, non, Mickey ?

C’est pas joli joli, et j’connais pas la fin

En plus tu connais pas la fin de l’histoire… oulààààà…. Quel conteur que voilà.

T’es pas né dans un chou mais plutôt dans un trou

Ca c’est pas gentil pour ma mère, Mickey.

Qu’on remplit tous les jours comme une fosse à purin

QUOI ? MAIS ? GROSSIER PERSONNAGE !! Va te laver la bouche sept fois, et plus vite que ça, gros vilain.

Bref, vous l’avez compris, pendant une chanson entière, Mickey mousse et Minnie prie (c’est là bien le maximum qu’elle puisse faire).

Ton cerveau manque d’oxygène Mickey. Laisse-moi te donner un conseil : il faut que tu respires.