L’Amérique en colère

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Amérique en colère

Publié le 7 octobre 2011
- A +

Le mouvement anti-capitaliste prend de l’ampleur en Amérique du nord. Les manifestations organisées sous la bannière « Occupy Wall Street » se multiplient aux États-Unis et se propagent au Canada.

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec

Le mouvement « Occupy Wall Street » (Occupons Wall Street), qui a débuté il y a bientôt trois semaines, gagne du terrain. En plus des manifestations qui sont maintenant organisées dans plus d’une centaine de villes américaines, d’autres se préparent dans plusieurs villes canadiennes, dont Toronto et Montréal.

Les insurgés prétendent représenter les 99 % de la population qui refusent de tolérer plus longtemps la cupidité et la corruption du 1 % restant. Ils déclarent également vouloir imiter le printemps arabe. Toutefois, alors que les manifestants égyptiens réclamaient le départ du président Hosni Moubarak et une transition vers la démocratie, ceux de Wall Street semblent confus. Certes, des listes de demandes circulent sur le site officiel, mais ceux qui occupent la rue semblent ignorer leur existence.

Les rebelles apparemment sans cause partagent néanmoins un point commun: ils souhaitent tous la fin du capitalisme et une plus grande redistribution des richesses. Or, cette revendication a un corollaire, à savoir l’instauration d’un régime socialiste, voire communiste. Ils sont encouragés par quelques vedettes de la gauche américaine, comme Michael Moore, Noam Chomsky et Susan Sarandon, ainsi que par de nombreux syndicats qui font porter à l’économie de marché l’entière responsabilité des maux qui affligent l’Amérique.

Mais qu’est-ce qui alimente la haine viscérale des manifestants envers le capitalisme? Sur les pancartes qu’ils agitent, on peut lire leur frustration à l’égard des montants astronomiques dépensés pour les divers plans de sauvetage. Ils ont raison de dénoncer ce gaspillage éhonté de fonds publics. Toutefois, c’est dans la philosophie collectiviste qu’on fait payer aux contribuables les erreurs de gestion des entreprises et non dans la logique capitaliste. Au contraire, le capitalisme défend la responsabilité individuelle et exige que chacun assume les conséquences de ses choix.

Le mouvement dénonce le chômage élevé, qu’il attribue à l’appât du gain des grandes entreprises. Quel illogisme! Pour réaliser des profits, les entreprises doivent pouvoir produire et vendre. Alors, en quoi le fait de licencier des travailleurs et d’avoir une armée de chômeurs fauchés et endettés en guise de consommateurs peut-il bien servir leurs desseins? En fait, ce qui torpille l’économie, ce sont deux principes collectivistes: le cadre réglementaire débilitant et la fiscalité étouffante.

Le mouvement rend les banquiers responsables de l’éclatement de la bulle immobilière et de l’endettement élevé des Américains. Or, qui donc a adopté des lois comme le Community Reinvestment Act pour forcer les institutions financières à prêter à des gens insolvables? Nul autre que les bien-pensants de Washington! Qui a inondé le marché de capitaux et réduit les taux d’intérêt jusqu’à 1 % pour encourager l’emprunt, sinon la Réserve fédérale?

Ce n’est donc pas le capitalisme qui est coupable, mais bien l’interventionnisme extrême et débridé, ainsi que le copinage et le népotisme qui sévissent à Washington. Les manifestants ont raison d’être en colère, mais ils se trompent en occupant Wall Street. C’est devant la Maison-Blanche qu’ils devraient camper!

—-
Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Je vois surtout dans ce mouvement que, comme les Tea Parties, il y a un rejet très fort non pas de washington en général, mais surtout de la relation entre milieux d’affaire et gouvernement. Le sentiment que les institutions sont corrompues par la ploutocratie et les mécanismes oligarchiques.

    Et ça passe par la revendication « anti banques », qui incarne parfaitement la ploutocratie et l’oligarchie, le « crony capitalism ».

    Dans le timing de la montée en puissance des « Tea Parties », il est facile de constater (le net a de la mémoire) qu’il part à la fois d’une réaction « grassroot » aux plans d’aide aux banques et au « Stimulus package » (les deux revendications étaient souvent liées), réaction ensuite récupérée par les « paid organisers » de Koch et compagnie, qui a contribué à réorienter ce mouvement en simple appel aux baisses d’impôt, tout en flattant l’aspect intégriste, anti-gay, anti-avortement, ce qui a mené à l’élection de 60 singes non évolués au congrès.

    Reste que les deux mouvements s’opposent aux financiers, et que dans les deux cas, ils souhaitent que les institutions cessent de les soutenir. Les Tea Parties veulent y parvenir en les asphyxiant par des baisses d’impôt, les occupywallstreet par une réforme du financement des campagnes. Un enjeu, un objectif, mais des moyens différents.

    J’ai trouvé très intéressante l’initiative de l’ancien pape des logiciels libres, Lawrence Lessig, qui a réuni à Harvard une convention de « Tea partistes » et de progressistes pour les faire dialoguer sur un thème d’une réécriture de la constitution. Intitulée « Republic, Lost: How Money Corrupts Congress—and a Plan to Stop It » : cette tentative pour faire dialoguer ceux qu’on présenterait comme inconciliables est un bon angle d’attaque.

  • Je vois surtout dans ce mouvement que, comme les Tea Parties, il y a un rejet très fort non pas de washington en général, mais surtout de la relation entre milieux d’affaire et gouvernement. Le sentiment que les institutions sont corrompues par la ploutocratie et les mécanismes oligarchiques.
    —-

    Je suis tout à fait d’accord avec vous.
    Avec Bush, s’est produit une chose ignoble. Tous ses conseillers directs sont restés hyper actifs dans le privé, continuant à s’occuper de leurs affaires en même temps que de la fonction publique.
    Et de manière assez troublante, les guerres américaines sous Bush ont toujours fortement favorisés les entreprises de ces faucons. Dans le même temps, la guerre est devenue une affaire privée, puisque toute la logistique de l’armée est fournie par des boîtes privées (dont sont actionnaires les faucons précités), boîtes qui ne font des bénéfices que lorsque le pays est en guerre.
    Et la boucle est bouclée…

    Et certains américains commencent à pressentir ce genre de choses…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Silberzahn.

Que le capitalisme soit immoral est une idée qui semble aller de soi. L’image des fabricants de vaccin anti-covid tirant profit de la pandémie faisait ainsi encore recette récemment. L’idée qu’il soit plutôt amoral, c’est-à-dire qu’il fonctionne en dehors de la morale, séduit aussi. Et pourtant ces deux idées sont fausses. Elles traduisent des modèles mentaux anciens mais démentis par les faits. Il ne peut y avoir de capitalisme sans morale.

Associant le capitalisme à ce qu’il appelle un ordre « économiq... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Actualité chargée, à Cuba, en ce lundi 15 novembre 2021. Après de longs mois de fermeture des écoles et des frontières en raison du coronavirus, l’île s’ouvre à nouveau au tourisme international et les élèves du primaire retournent en classe. Mais surtout, après les manifestations monstres du dimanche 11 juillet dernier aux cris de « Liberté ! », « À bas la dictature ! » et « Nous avons faim ! », l’opposition cubaine appelle à nouveau à une grande marche de protestation dans tout le pays pour demander la libérati... Poursuivre la lecture

Par Thomas Comines.

Depuis que les manifestations anti pass sanitaire ont commencé de battre le pavé, on entend sur les plateaux des cris de vierges effarouchées, horrifiées de voir comparer nos institutions républicaines, auréolées d’un halo de sainteté démocratique, à une dictature, au totalitarisme, au fascisme ou au nazisme. Cette injure faite aux morts de ces régimes atroces est insupportable, disent-ils, et est sous-tendue par une pensée nauséabonde.

Précisons une évidence en préambule : il est louable d’être attaché à la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles