To be or not to be…

UMP

Il n’existe aucune droite de conviction en France hormis les francs-tireurs libéraux interdits d’expression.

« La France populaire, la France de l’espérance »
« Fiers d’appartenir à la droite de conviction pour accompagner la majorité présidentielle dans les nécessaires réformes dont la France a besoin, nous souhaitons contribuer activement et fortement, au futur projet de Nicolas Sarkozy ».

UMPMais de quelle droite de conviction s’agit-il ? De l’UMP ? À ma connaissance, il n’existe aucune droite de conviction en France hormis les francs-tireurs libéraux interdits d’expression que nous sommes et qui jamais, au grand jamais, ne voteront pour Nicolas Sarkozy en 2012 !

Pardon, mais nous ne pouvons plus accepter d’être échaudés à grands coups de fausse rupture muée, dès l’élection acquise en 2007, en une sorte de festival de réformes en trompe-l’oeil sans réelle portée réformatrice ou encore promises, quelques courtes années plus tard, à la casse…

« Trop de dégâts ont été commis par le politique, cet animal « pragmatique » dont le pouvoir décline : il est temps de tourner la page ». Ainsi donc en est-il de l’art de la rupture : « Dans la France d’aujourd’hui, elle doit nécessairement être profonde et globale. Il faut donner un signal fort, oser changer de système et se donner les moyens de créér un véritable élan (…) ».(1)

Les 12 propositions de la Droite populaire pour peser sur le projet UMP pour 2012 ne sont pas bâties sur un tel scénario; on y trouve toujours trop de scories d’un passé révolu mais hélas tenace qui n’ont plus leur place en 2011 et plus encore en 2012 car il n’est plus temps pour, encore et encore, tergiverser :

« (…) Il faut basculer de la « société de contrainte » à la « société de responsabilité », du « bonheur imposé » au « libre choix », du primat de l’État au primat de l’individu, et avoir le courage, en matière économique, d’en tirer, en une fois et sur un temps très court, les conséquences en baissant fortement la pression fiscale (la Flat tax, l’impôt à taux unique et bas, est en vigueur dans onze pays européens); en assouplissant réellement le droit du travail; et en engageant une vaste entreprise d’ouverture à la concurrence des derniers secteurs protégés pour pouvoir, ensuite, participer, à armes égales, au jeu gagnant-gagnant de la mondialisation avec nos partenaires. L’hypercrise pourrait bien bouleverser cette ambition, alors même que l’ensemble des pays qui ont suivi ces politiques vont certes la subir de plein fouet, mais en supporter, moins que nous, qui n’avons jamais osé la réforme, les conséquences ».(1)

Par ailleurs, comme l’écrit fort à propos l’équipe de Jacques Garello dans La Nouvelle Lettre No 1090 du 1er octobre 2011(2) dans un article intitulé « Droite populaire : populiste ? libérale ? » :

« Il y a donc quelque schizophrénie dans ce manifeste. Sans doute le document est-il trop long; à nos yeux les réformateurs libéraux ne sont pas ceux qui proposent, mais ceux qui libèrent. Sans doute ces députés sont-ils encore prisonniers de la pensée unique (…) Nous savons cependant qu’il s’agit d’hommes sincères et de talent : Christian Vanneste a participé à notre Université d’été, Dominique Tian entretient des relations suivies avec nous, Thierry Mariani, ministre des Transports, prend du poids au sein du gouvernement… Où figure un ancien de la bande à Léo, Gérard Longuet, qui donne de temps en temps l’impression qu’il est encore libéral. Comme le suggère Jacques Garello, tous ces gens feront peut-être un pas de plus vers le libéralisme. Il sera temps, après les élections présidentielles. Pour l’instant, ils « accompagnent la majorité présidentielle (et) contribuent fortement et activement, au futur projet de Nicolas Sarkozy. »

Le problème, en effet, c’est encore et toujours Nicolas Sarkozy, non pas selon la doxa socialiste qui n’a de cesse de flétrir le Président ad hominem mais bien plutôt, en ce qui concerne les esprits libres que nous sommes, sur les résultats désastreux dus à un manque tragique de vision à long terme.

Il n’est donc vraiment plus temps de se demander si les Français accepteront ou n’accepteront pas telle ou telle politique; des gouvernants dignes de ce nom doivent avoir le courage, personnel et politique, de leur dire enfin toute la vérité : « Notre dette publique s’est accrue de 46,5 milliards d’euros au 2ème trimestre 2011 et s’établit à 1.692 milliards, soit 86,2% du PIB. La croissance est en panne complète, et l’on continue à dépenser sans compter, tout en augmentant les impôts, ce qui réduit encore l’activité » (cf Claude Reichman).

Sur un plan plus général, je recommande vivement la lecture de l’ouvrage d’Alvin et Heidi Toffler intitulé « Créer une nouvelle civilisation : la politique de la Troisième Vague » (Fayard, avril 1995) écrit, certes, par des Américains à l’usage des Américains mais néanmoins d’une portée universelle : nous devons entrer de plain-pied dans la Troisième Vague, celle du « savoir désormais inépuisable », après la Première Vague (l’agriculture) et la Deuxième Vague (l’industrialisation).

Pour accéder à la nouvelle civilisation du savoir, il nous faut donc aujourd’hui abandonner à son sort la Deuxième Vague définitivement étale, sans énergie et promise à disparaître sans espoir de retour; une telle transition n’est certes pas sans dangers mais nous devons y mettre toutes nos forces si nous voulons résister à un tel choc : « Le Choc du Futur », toujours du même auteur visionnaire. À bon entendeur politique…
__________________
(1) Mathieu LAINE : « Post-politique » (JC Lattès, décembre 2008).
(2) La nouvelle lettre éditée par la Société d’Edition et de Formation Economie et Liberté (SEFEL) chez ALEPS : www.libres.org
—-
Sur le web