Austérité : les grecs pédalent dans la Moussaka

Le plan d’austérité imposé aux Grecs s’assortit de curieuses mesures : joindre la collecte des impôts à la facture d’électricité, avec pour sanction la coupure de courant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Austérité rigueur (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Austérité : les grecs pédalent dans la Moussaka

Publié le 29 septembre 2011
- A +

Le plan d’austérité imposé aux Grecs s’assortit de curieuses mesures : joindre la collecte de nouveaux impôts à la facture d’électricité, avec pour sanction la coupure de courant.

On sait bien qu’il n’y a aucune chance pour que les Grecs remboursent un jour leur dette publique. Mais, en attendant l’éventuelle sortie de l’euro et de l’Union, Monsieur Papandréou et son gouvernement sont bien obligés de jouer à la réforme.

Des mesures drastiques sont envisagées pour les fonctionnaires : diminution des effectifs et baisse des salaires. Mais une grande partie de la rigueur nouvelle prend la forme d’impôts nouveaux. Un impôt va frapper tous les ménages : une taxe immobilière. Mais comme il faut des rentrées immédiates, le gouvernement a décidé de joindre la collecte de cet impôt à la facture d’électricité, avec pour sanction la coupure de courant.

L’amalgame est curieux, et la compagnie d’électricité a refusé de se livrer à cette opération qui en ferait un percepteur et un juge et un exécuteur. Le directeur fait remarquer que beaucoup de Grecs ne paient pas leur électricité et que le plus gros débiteur est… l’État grec lui-même, qui doit 130 millions : va-t-on lui couper le courant ?

Considérons de plus qu’en Grèce 60% de la population est parasitaire, et 40% seulement travaille, mais… au noir. Alors, comment faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’État pour nourrir les protégés du régime ?

Ce n’est pas facile : c’est compliqué, mais délicieux, comme la moussaka.

—-
Une brève publiée en collaboration avec l’ALEPS.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « Alors, comment faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’État pour nourrir les protégés du régime ? » Merci pour cette phrase qui fait chaud au coeur de l’entendre dire à l’extérieur, nous qui nous épuisons à le dire à l’intérieur avec un risque toujours oppressant de voir une lettre du ministère de l’économie nous annoncer une nouvelle taxe et celui de voir s’instaurer un régime qui nous obligerait à payer… sous peur de l’arrivée de la police… pour que certains ne paient jamais, ni leurs combines, ni leurs erreurs!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Le risque d’un appauvrissement quasi généralisé en Occident, et spécialement dans l’Union européenne, est aujourd’hui très important.

Les politiques menées en Occident, et surtout celle de la Commission européenne, conduisent inévitablement à une grave diminution du niveau de vie.

Il ne s’agit pas, aujourd’hui, de parler de l’inflation qui accable notamment la zone euro.

Elle est certes un danger réel et important, surtout pour ceux qui possèdent des liquidités, des emprunts d’État ou autres obligations à long terme. Les ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles