En Pologne, loin de la crise

Merci à la Pologne, qui ravive le goût de l’Europe

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En Pologne, loin de la crise

Publié le 13 septembre 2011
- A +

Quand la Pologne rejoignit l’Europe, nul ne croyait en son avenir. Pourtant, le revenu par habitant a triplé en vingt ans et la croissance résiste à la crise. Les effets d’une politique d’obédience libérale qui ne s’est pas aventurée dans la « relance » budgétaire.

Par Guy Sorman, depuis Wroclaw, Pologne

Forum culturel européen à Wroclaw : des artistes et des intellectuels, venus de toute l’Union européenne pour trois jours de débats et spectacles. De Paris à Varsovie et Wroclaw, aucun contrôle d’identité : un grand bonheur quand on se souvient jusqu’en 1990, du franchissement du rideau de fer. Wroclaw, avant 1945, fut Breslau et allemande : l’architecture ne ment pas. Mais les Polonais se sont appropriés la ville et les Allemands ne la revendiquent plus : l’Europe dissout les rancœurs historiques.

Le Président de la République polonaise m’assure qu’il a lu en prison La solution libérale, publiée en France en 1984 et en polonais sous forme de samizdat, la même année. Et Donald Tusk, Premier ministre, l’avait traduit. Histoire vraie ou reconstituée, peu importe : il semble qu’avec Jean-François Revel, nous eûmes alors une influence en Europe communiste, qui nous échappa à tous les deux. Quand la Pologne rejoignit l’Europe, nul ne croyait en son avenir : « Les Polonais n’avaient pas l’esprit d’entreprise, ils avaient été émasculés par le communisme, etc. » Eh bien, le revenu par habitant a triplé en vingt ans et la croissance résiste à la crise. Effet de rattrapage économique ? Sans doute. Mais aussi une gestion prudente par un gouvernement d’obédience libérale qui ne s’est pas aventuré dans la « relance » budgétaire.

Et à Wroclaw, tous les intervenants parlaient une langue commune : l’anglais. Le français a quasiment disparu de Pologne en une génération. C’est dommage, mais l’essentiel n’est-il pas de se comprendre ?

« Vive la Pologne, Monsieur ! »,  ainsi le républicain Charles Floquet avait-il interpelé Napoléon III  qui refusa de secourir les insurgés indépendantistes de Varsovie en 1860. Floquet avait raison (d’autant que mon grand-père polonais, au cours de cette insurrection, eut les deux bras brisés par des cosaques ).

Vive la Pologne et aujourd’hui, Merci la Pologne, qui ravive le goût de l’Europe.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « De Paris à Varsovie et Wroclaw, aucun contrôle d’identité : un grand bonheur quand on se souvient jusqu’en 1990, du franchissement du rideau de fer.  »

    Tout à fait : il faut avoir connu la menace des mitraillettes, les bakchichs indispensables à chaque contrôle, ce sentiment d’impuissance face à l’arbitraire de quelques brutes en uniforme jouissant de leur petit pouvoir, pour comprendre l’insondable imbécillité de ceux qui veulent faire machine arrière.

    Merci à l’auteur de nous rappeler à la raison.

  • Un gouvernement qui augmente d’un coup (aujourd’hui et donc à l’approche des élections) le salaire minimal de 8,2%… ça, c’est une solution qu’elle est libérale.

  • Ma grand-mère étant d’origine polonaise et ayant de la famille dans ce pays, on envoyait deux fois pas an des colis de nourriture non périssables (avec des dollars cachés dans les paquets de café). Ironie de l’histoire, c’est peut être eux aujourd’ hui qui vont subvenir à nos besoins.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France serait-elle moins libre que des pays comme le Kazakhstan ou la Malaisie ? C’est ce que considère le dernier classement de liberté économique du Fraser Institute, le principal centre de réflexion libéral canadien.

L’Institut Fraser produit un rapport annuel sur la liberté économique dans le monde en collaboration avec le Réseau de liberté économique, un groupe d’instituts de recherche et d’éducation indépendante dans près de 100 pays et territoires. Il s’agit de la première mesure mondiale de la liberté économique, qui évalue ... Poursuivre la lecture

En matière d’Europe, on est constamment dans la caricature ou la simplification ; et en pratique, dans la complication.

Au lieu de répondre à une logique claire (on connait, depuis l’origine de la construction européenne, les grandes lignes opposées en la matière), les débats prennent trop souvent une orientation excessivement politique et éminemment contradictoire, creusant un fossé croissant entre les élites et le peuple votant, qui exprime alors un rejet assez net face au caractère inconstant et mal assumé des politiques en la matiè... Poursuivre la lecture

J'imagine que comme tous les libéraux français, je suis très intéressé par David Lisnard, membre du parti Les Républicains. Non seulement il défend de nombreuses idées libérales, mais il en a mis certaines en action en tant que maire de la ville de Cannes depuis 2014. On peut lire sur le site de son mouvement, Nouvelle Énergie, qu’il est parvenu à réduire la dette de la municipalité de 60 millions d’euros en six ans, que 43,2 millions d’euros d’économies ont été réalisées sur le fonctionnement de la mairie tout en maintenant une haute qualité... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles