En Pologne, loin de la crise

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En Pologne, loin de la crise

Publié le 13 septembre 2011
- A +

Quand la Pologne rejoignit l’Europe, nul ne croyait en son avenir. Pourtant, le revenu par habitant a triplé en vingt ans et la croissance résiste à la crise. Les effets d’une politique d’obédience libérale qui ne s’est pas aventurée dans la « relance » budgétaire.

Par Guy Sorman, depuis Wroclaw, Pologne

Forum culturel européen à Wroclaw : des artistes et des intellectuels, venus de toute l’Union européenne pour trois jours de débats et spectacles. De Paris à Varsovie et Wroclaw, aucun contrôle d’identité : un grand bonheur quand on se souvient jusqu’en 1990, du franchissement du rideau de fer. Wroclaw, avant 1945, fut Breslau et allemande : l’architecture ne ment pas. Mais les Polonais se sont appropriés la ville et les Allemands ne la revendiquent plus : l’Europe dissout les rancœurs historiques.

Le Président de la République polonaise m’assure qu’il a lu en prison La solution libérale, publiée en France en 1984 et en polonais sous forme de samizdat, la même année. Et Donald Tusk, Premier ministre, l’avait traduit. Histoire vraie ou reconstituée, peu importe : il semble qu’avec Jean-François Revel, nous eûmes alors une influence en Europe communiste, qui nous échappa à tous les deux. Quand la Pologne rejoignit l’Europe, nul ne croyait en son avenir : « Les Polonais n’avaient pas l’esprit d’entreprise, ils avaient été émasculés par le communisme, etc. » Eh bien, le revenu par habitant a triplé en vingt ans et la croissance résiste à la crise. Effet de rattrapage économique ? Sans doute. Mais aussi une gestion prudente par un gouvernement d’obédience libérale qui ne s’est pas aventuré dans la « relance » budgétaire.

Et à Wroclaw, tous les intervenants parlaient une langue commune : l’anglais. Le français a quasiment disparu de Pologne en une génération. C’est dommage, mais l’essentiel n’est-il pas de se comprendre ?

« Vive la Pologne, Monsieur ! »,  ainsi le républicain Charles Floquet avait-il interpelé Napoléon III  qui refusa de secourir les insurgés indépendantistes de Varsovie en 1860. Floquet avait raison (d’autant que mon grand-père polonais, au cours de cette insurrection, eut les deux bras brisés par des cosaques ).

Vive la Pologne et aujourd’hui, Merci la Pologne, qui ravive le goût de l’Europe.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « De Paris à Varsovie et Wroclaw, aucun contrôle d’identité : un grand bonheur quand on se souvient jusqu’en 1990, du franchissement du rideau de fer.  »

    Tout à fait : il faut avoir connu la menace des mitraillettes, les bakchichs indispensables à chaque contrôle, ce sentiment d’impuissance face à l’arbitraire de quelques brutes en uniforme jouissant de leur petit pouvoir, pour comprendre l’insondable imbécillité de ceux qui veulent faire machine arrière.

    Merci à l’auteur de nous rappeler à la raison.

  • Un gouvernement qui augmente d’un coup (aujourd’hui et donc à l’approche des élections) le salaire minimal de 8,2%… ça, c’est une solution qu’elle est libérale.

  • Ma grand-mère étant d’origine polonaise et ayant de la famille dans ce pays, on envoyait deux fois pas an des colis de nourriture non périssables (avec des dollars cachés dans les paquets de café). Ironie de l’histoire, c’est peut être eux aujourd’ hui qui vont subvenir à nos besoins.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs mois, une escalade militaire se dessine à la frontière ukrainienne, des déclarations inquiétantes sont formulées côté russe, des avertissements solennels sont donnés côté occidental. Des officiels et des medias rappellent que le risque de guerre entre l'Ukraine et la Russie n'a jamais été aussi élevé. Mais la guerre à l'Est aura-t-elle lieu ? Rien n'est moins sûr.... Faisons un tour de la question pour comprendre les enjeux et ressorts de cette situation problématique.

La montée des tensions à la frontière ukrainienne, l'... Poursuivre la lecture

Les regards sont braqués cette semaine sur la Pologne et en particulier sur son président Andrzej Duda. Ce dernier subit des appels le pressant d'opposer son veto à la promulgation d'une nouvelle loi qui interdirait à des entités non européennes d'être propriétaires d'entreprises de médias du pays.

Un projet de loi sur les médias étrangers qui divise

Le projet de loi a suscité des réactions de l'Union européenne, des États-Unis ainsi que de nombreux Polonais, dont certains ont manifesté contre ledit projet de loi le week-end dernier.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles