L’indépendance du Québec est-elle souhaitable pour les Québécois?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’indépendance du Québec est-elle souhaitable pour les Québécois?

Publié le 26 août 2011
- A +

Alors que la question de l’indépendance du Québec est de nouveau d’actualité, il importe de se demander si les citoyens québecois ont à gagner au change.

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec

La question nationale revient dans l’actualité. Nul doute que la recherche de l’autodétermination est légitime et le lecteur habitué à lire mes chroniques sait à quel point l’idéal de liberté m’est cher. Il n’est donc pas question de contester la volonté d’une proportion substantielle des Québécois de fonder un pays. En revanche, il importe de réfléchir à la formule proposée et de s’assurer de gagner au change.

Le Manifeste pour la souveraineté publié par le Parti québécois invoque plusieurs raisons pour défendre l’option. On peut y lire qu’un État souverain pourra, entre autres :

  • adopter et modifier toutes nos lois;
  • prélever et percevoir toutes nos taxes et tous nos impôts;
  • conclure tous nos traités et siéger au sein de tous les forums internationaux;
  • intervenir à l’ONU;
  • adopter des politiques lui permettant d’avoir un droit de regard sur le contrôle québécois des entreprises et les achats étrangers;
  • régir les institutions culturelles.

Ainsi, à la question : « L’indépendance conférera-t-elle plus de liberté à l’État québécois? », le Manifeste du PQ répond sans ambiguïté par l’affirmative.

Il existe une lutte de pouvoir entre Ottawa et Québec, et, pour certains, l’indépendance est la seule façon de gagner la partie. En revanche, on se pose rarement la question : « L’indépendance conférera-t-elle plus de liberté au CITOYEN québécois? », comme si l’individu était quantité négligeable.

Pourtant, l’exemple de plusieurs pays africains devrait suffire pour exiger une réponse à cette question.

De 1950 à 1970, 38 pays d’Afrique ont obtenu leur indépendance. Aujourd’hui, leurs populations sont en quasi-totalité parmi les plus pauvres de la planète, la majorité d’entre elles sont parmi les moins libres et certaines sont carrément opprimées. Les Africains ont remplacé l’emprise coloniale par celle des dirigeants locaux et l’autorité de la métropole par celle de leurs tyrans. Ils voulaient des libérateurs, ils ont eu des dictateurs.

Chez nous, même si nous n’avons pas à craindre qu’un despote sanguinaire prenne le pouvoir, nous devons exiger plus de transparence de l’option souverainiste quant au sort qu’elle réserve à ses citoyens. Vise-t-elle à réaliser la souveraineté des individus ou à augmenter le pouvoir de l’État? Un Québec souverain s’attaquera-t-il au pouvoir syndical ou cherchera-t-il à le préserver? Réduira-t-il les impôts, les taxes, les subventions et les programmes de tout acabit? Permettra-t-il aux producteurs laitiers et acéricoles de s’affranchir du système de gestion de l’offre?

Voudra-t-il préserver nos vaches sacrées ou les remettra-t-il en question?

Dans l’absolu, l’option souverainiste n’est ni bonne ni mauvaise. Tout dépend du type de société que les leaders actuels envisagent de bâtir. Caressent-ils le rêve d’une économie plus libre avec un appareil gouvernemental réduit ou, au contraire, celui d’un État-providence en expansion? Comme l’ingénierie sociale est l’ennemie des libertés individuelles, l’élite politique actuelle doit impérativement répondre à ces questions.

Quant à nous, nous avons le devoir de poser les bonnes questions et d’écouter les réponses. Pour beaucoup d’Africains, le rêve a tourné au cauchemar. Faisons en sorte que cela ne nous arrive pas!

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Que du pablum corpo-suprémaciste 101 servi par une de mercenaire qui, en passant, est régulièrement ridiculisée au Québec et qui donc s’auto-promotionne ici dans toute l’abjecte démagogie dont elle s’affuble capable… Minable !

    Pour ceux qui désirent avoir l’heure juste sur le Québec, c’est par ici…
    LE PEUPLE QUÉBECOIS & SES NAUFRAGEURS
    http://www.lesdiplomates1984.com/news/special-quebec-la-nation-et-ses-naufrageurs/

    Les DIPLOMATES désirent résumer les hauts faits qui permettent aux naufrageurs de la nation québécoise d’être aussi fiers d’être canadien.
    Une preuve par l’absurde !

    Respectueusement vôtre,
    Les DIPLOMATES
    http://www.lesdiplomates1984.com/
    http://www.youtube.com/user/LesDIPLOMATES
    http://www.wix.com/lesdiplomates/les-diplomates

    À votre sévice depuis 1984 !

  • Madame vous avez le droit d’exprimer vos idées comme bon vous semble mais comparer le Québec aux pays africains relève d’une haute voltige intellectuelle qui ne vous honore pas, loin de là. La propagande a ses limites et vous m’insultez carrément par votre étroitesse d’esprit et vos comparaisons loufoques. C’est indigne d’un journalisme sérieux. Dommage on s’attendrait à mieux d’un journal qui se veut sérieux.

  • Il faut que le projet de sécession du Quebec inclut le droit de chacun au self-government, de droit à la sécession de chaque citoyen.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Par Marius-Joseph Marchetti.

"L'ordre n'est pas mère mais fille de la liberté." Pierre-Joseph Proudhon

Lorsqu'on dit que l'on souhaite libéraliser le port d'arme, une réaction haineuse est automatiquement exprimée envers l'émetteur de l'idée, même parmi ceux qui s’évertuent à défendre les droits naturels de chacun. Pourquoi donc ?

Quelques chiffres clés en rappel : chaque année aux États-Unis, il y a 30 000 morts par arme à feu. Sur ce nombre de morts, deux-tiers sont des suicides, donc 10 000 meurtres par armes à feu.Poursuivre la lecture

Le 9 janvier 1822 marque le début de l'indépendance du Brésil. Fico ! Un mot, un seul, et tout a basculé ce jour là . « Se é para o bem de todos e felicidade geral da nação, diga ao povo que fico » proclame Dom Pedro. Ce qui donne en bon français approximativement : « puisque c'est pour le bien de tous, dites au peuple que je reste ». Ce « je reste » (Fico) jeté à la face du Portugal était l'aboutissement d'un processus déclenché plusieurs années auparavant.

L'indépendance brésilienne est la plus originale du continent américain. Les h... Poursuivre la lecture

Par Christian Michel.

À toute violation du droit, deux réponses sont requises – sanctionner les auteurs, assister les victimes. Ces réponses ne sont pas toujours possibles. L’auteur peut se trouver hors d’atteinte, la victime au-delà de toute assistance, morte, par exemple.

Mais tant qu’existe une possibilité de redresser ce qui a été indûment causé, il nous incombe de la saisir. Le gouvernement de la République populaire de Chine se rend coupable aujourd’hui d’une claire violation du droit. Il faut y répondre.

Les faits

... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles