Jazz Sous Les Tropiques: Mario Canonge

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mario Canonge 1

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jazz Sous Les Tropiques: Mario Canonge

Publié le 17 août 2011
- A +

Par Mathieu Beaufrère
Un article publié en collaboration avec Paixao Hall

Il y eut le temps des grands maîtres Marius Cultier, dont l’apport à la culture antillaise demeure immense, et Alain Jean-Marie, qui accompagna les plus grands jazzmen de Chet Baker à Max Roach, puis vint celui de leurs émules… sans conteste le pianiste virtuose Mario Canonge est le premier d’entre eux !

C’est sur le vieux piano de sa grand mère, chez laquelle il vit, que Mario Canonge débute tardivement l’apprentissage de la musique avant d’accompagner la chorale dominicale d’une petite commune du sud de la Martinique. Le piano occupe alors une place prédominante et toute la famille joue de la musique. Plutôt doué, à 19 ans le jeune homme quitte son île, destination la métropole afin d’étudier la musicologie. Les tabourets de bar remplacent rapidement les bancs de la faculté. Le pianiste enchaîne les petits groupes de musiques antillaise, jazz-salsa et jazz-rock. Déjà l’éclectisme est de rigueur. La vingtaine se passe paisiblement lorsque le jeune martiniquais rencontre un autre prodige de sa génération, le guitariste Nguyên Lê. Ce qui semblait n’être que les aventures dilettantes d’un gamin des îles, perdue dans la capitale, apparaît à lauré des années 1990 comme la naissance d’un virtuose accomplie. Dans la foulée, et l’air de rien, Mario remporte le premier prix de piano du festival Jazz à la Défense.

Après de riches collaborations, notamment avec la chanteuse Nicole Croisille, et un retour aux antilles avec le Grand Méchant Zouk, qui réunit tous les grands noms du zouk (Tanya Saint-Val, Dédé St Prix, Marie-Josée Alie, Jacob Desvarieux), le pianiste se lance en solo. Enregistré en seulement trois jours, l’album Retour aux sources remporte la reconnaissance de la profession et un certain succès commercial avec plus de 15.000 exemplaires vendus. Entre 1992 et 1993, le jeune martiniquais fait des merveilles et joue sur plus de 300 scènes européennes et caribéennes.

À la croisée des chemins, Mario Canonge va trouver la clé de son art dans la fusion et le mélange des styles ! Dès lors, la richesse et la diversité des albums du pianiste ouvrent grand le champs des collaborations et des combinaisons musicales. Ses albums bien nommés Trait d’union et Arôme caraïbes, explorent les racines martiniquaises et révèlent les plus belles sonorités antillaises à la fois sensuelles et festives. La mazurka, la biguine et le zouk sont fraîchement remis au goût du jour par le talentueux pianiste. Tandis que, avant la publication de Rhizome son album purement jazz pour lequel il s’entoure du saxophoniste Jacques Schwarz-Bart et du trompettiste Roy Hargrove, Mario mêle avec passion jazz, reggae, boléro et zouk dans Chawa. Aux côtés du crooner martiniquais Ralph Thamar, icone de la musique caribéenne, le pianiste se sent pousser des ailes. En 1994, ils enregistrent ensemble un album hommage à Marius Cultier, le maître de la culture antillaise. Le 5 mars un récital est organisé au New Morning et une grande tournée est programmée pour l’été 1995. Les sonorités aux couleurs antillaises du piano s’entremêlent avec les les chansons sucrés de Ralph Thamar comme par magie.
 
Toujours à cheval entre musique caribéenne et jazz, écumant inlassablement les plus grands festivals, Mario Canonge ne renie rien de ses racines et dédie avec talent et générosité tout son art à des musiques plus proches qu’on ne pourrait le croire !


Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Charles Castet.

Quand passent les cigognes (1959) de Mikhail Kalatozov.

« Maintenant ce sont des instruments de propagande, ce qu’ils n’étaient pas quand ils furent faits. »

Il s’agit d’un échange lors d’un meeting de l’opposition à Poutine dans une ville de province au bord de la Volga en 2018 lors des élections présidentielles russes. Il y était question des comédies soviétiques des années 1960 et 1970 qui occupent une place particulière dans l’imaginaire des populations des pays de l’ex-URSS ainsi que de leur récup... Poursuivre la lecture

Par Julien Gayrard.

« De la cire dans les oreilles. C’était là, jadis, presque la condition préalable au fait de philosopher : un authentique philosophe n’avait plus d’oreille pour la vie, pour autant que la vie est musique, il niait la musique de la vie[1. Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir, §372].» - Nietzsche

De la cire dans les oreilles… vraiment ?

« Pour autant que la vie est musique » nous dit Nietzsche. Et quel visionnaire ! Bien sûr que la vie est musique ! Aurions-nous envie de répéter après lui, considérant qu... Poursuivre la lecture

Par Thierry Guinhut.

Il devrait être ridicule de présenter un homme à l’aune de sa couleur de peau. Il faut encore pourtant que ce soit un manifeste, surtout s’il concerne une personnalité disparue en 2011, une personnalité qui, née en 1949,  passa son enfance dans le Tennessee, bastion de la ségrégation et du souvenir de l’esclavage. Que l’on s’affirme par la chanson et le rock and roll, ou par la littérature, par le roman ou par La Dernière fête, une autobiographie, reste alors un combat identitaire, sous-tendu par une thèse indéfect... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles