Le nouveau coupable après les libéraux : les Chinois

Après les (ultra)(néo)libéraux, un économiste nous propose un nouveau coupable à la crise : les Chinois.

Le nouveau coupable après les libéraux : les Chinois

C’est la super-crise. Mais tout va super-bien : au journal Le Monde, ils ont de super-penseurs, qui ont de super-solutions.

Bon, ok, il ne s’agit pas d’un article enflammé de l’un des scribouillards habituels du quotidien. Nous évitons cette fois l’odeur d’Hessel, la couleur du Morin ou les productions mi-molles mi-liquides d’Attali.

Notre auteur du jour détient la clef de lecture qui permet de comprendre pourquoi le monde part en vrille, qui est le responsable, et comment revenir à une situation plus stable, le tout, en deux ou trois coups de cuillère à pot et pas mal de jarret. C’est important, le jarret, ça permet de rebondir.

Et c’est donc en rebondissant que je vous encourage à prendre connaissance de l’article ici. Il est d’Antoine Brunet, un sémillant économiste dont la monomanie anti-chinoise a quelque chose de touchant (quasiment tous ses articles présentent ses analyses économiques où le méchant a systématiquement les yeux bridés).

Constatez par vous-même, la thèse est simple : pour Brunet, la Chine bénéficierait outrageusement de son Yuan sous-évalué qui lui permet de nous vendre à pas cher moult produits manufacturés, ce qui lui permet d’avoir tout plein d’euros et de dollars en retour. Copieuses recettes qui seraient ensuite utilisées pour investir les marchés, et, à l’instar d’un pompier pyromane, mettre les pays européens et les USA dans le caca afin de s’en assurer la domination financière. Pire : les pays occidentaux ne peuvent plus répliquer avec des répressions douanières, la Chine étant entrée à l’OMC.

Yahou. Cette odeur subtile de conspiration se mêle aux remugles plus lourds de transpiration qu’un tel scénario a nécessité.

Prenons un petit coup de schnaps et plongeons nous dans quelques velus paragraphes de cet article. On y découvre ainsi que la Chine affiche une santé insolente, avec plein de chiffres qui font rêver d’autres pays. Santé insolente doublée d’une inflation elle aussi insolente. Oui, la Chine engrange de la devise étrangère à pleines caisses… Enfin, disons qu’elle empile les reconnaissances de dettes des américains et des européens, ce qui est sensiblement différent.

Un peu plus loin, on découvre que cette Chine opulente s’est construite au détriment d’un occident oxydé, dont l’industrialisation périclite. Là encore, on peut noter que cette vision est, en elle-même, sujette à débat.

Mais tout ceci n’est que de la petite bière à la lecture de ce qui suit.

Jusque là, la Chine est le coupable idéal, ayant honteusement dégonflé sa monnaie pour mieux sauvagement pénétrer nos marchés. Mais à partir de ce constat, l’auteur nous refait l’histoire de la crise depuis 2001, avec les politiques désastreuses de Greenspan entre 2002 et 2008 : la bulle télécom dégonflée, le président de la Fed de l’époque avait en effet choisi des taux bas et du crédit facile, propulsant l’immobilier au plus haut. La suite, en 2008, on la connaît, avec la chute des mécanismes subprime. Depuis, les bricolages intensifs se succèdent sans aboutir à la moindre solution durable.

Bon.

Si le postulat de base (la Chine fricote pour nous envahir, en substance) est un peu fumeux, ici, on ne voit plus du tout le lien entre les opérations machiavéliques des Chinois, décidément toujours aussi hypocrites que commerçants, et la création des bulles de Greenspan, bulles essentiellement remplies de dettes colossales.

En substance, pour Brunet, les Américains et les Européens ont été, littéralement, acculés par les fourbes jaunes à l’endettement le plus honteux. Et j’ai bien écrit « acculé », hein. Pendant plusieurs paragraphes, notre « économiste » nous explique que nous, les occidentaux, n’aurions jamais du nous laisser faire par les Chinois : nous devons absolument leur imposer un nouveau taux de change, qui nous serait de facto plus favorable, et on doit, dans la foulée, instaurer des barrières douanières histoire de la faire plier un bon coup.

Au passage, on notera clairement les termes employés par l’Antoine ; ce sont des termes guerriers :

  • « Preuve est ainsi faite que le pacifisme monétaire face à la Chine est une impasse totale. »
  • « Il faut se mobiliser pour faire céder la Chine sur sa politique du yuan. »
  • « Il suffit pour cela de préparer sérieusement et collectivement des représailles douanières à son encontre. »

C’est d’un conflit qu’il s’agit, avec de la bonne grosse bataille et du pilonnage d’arrière-flanc au canon de 105, mon bon môssieu ! Nous avons été trahis, voilà la vérité ! Les niakoués n’avaient pas le droit d’encaisser nos dettes ainsi et, par la suite, de tenter de nous asservir ! On va les bombarder de taxes, les envahisseurs !

Outre les remarques déjà pointées en début de billet, il y a quelques petits soucis avec tout ce beau discours.

Par exemple, la Chine a essentiellement une production manufacturière. Elle nous vend beaucoup d’iPad et d’ordinateurs, certes, mais elle importe aussi pas mal de trucs qui lui font défaut (à commencer, bêtement, par tous les produits de haute technicité que nous, occidentaux, produisons, toutes les matières premières dont elle ne dispose pas, et enfin de la nourriture). Du reste, si la Chine bénéficie du commerce avec les occidentaux, sa balance commerciale est déficitaire avec le reste de l’Asie.

Autrement dit, si la Chine s’enrichit, ce n’est pas parce qu’elle appauvrit ses partenaires. Et si certains d’entre eux (les pays occidentaux) s’appauvrissent, c’est avant tout parce qu’ils ont choisi, par des politiques socialistes complaisantes et lénifiantes, de s’endetter plutôt que de créer suffisamment de richesses pour s’acheter les biens que la Chine produit.

Je vais le dire plus clairement : aucun Chinois n’a obligé Chirac, Sarkozy, Bush, Obama, Berlusconi, Blair, Zapatero, Papandréou et tant d’autres à s’endetter dans des proportions scandaleuses. Tous ont choisi cette voie facile parce que c’était celle qui était vendable électoralement.

Encore une fois, la solution proposée, le protectionnisme, va nous permettre de goûter avec joie au bonheur des mêmes produits auxquels nous sommes habitués, mais juste beaucoup plus chers. Voilà qui va inciter à la consommation et, sans nul doute, relancer nos économies. Mieux : comme nous nous serons fait de puissants ennemis, nous aurons du mal à écouler notre propre production. Et en bingo supplémentaire, nos ennemis étant aussi nos créanciers, nous pouvons être sûrs de leur clémence lorsque nous devrons étaler le paiement de nos dettes colossales ou de leur compréhension lorsque nous les entuberons par l’inflation.

Inflation : the insidious way to increase taxes

En 1929, c’était les juifs apatrides. En 2008, c’était les néocapitalistes, les riches, les ultralibéraux. En 2011, Antoine Brunet y ajoute les Chinois avec brio.

Et pour la suite, on connaît le programme.
—-
Sur le web