La mémoire humaine bientôt contrôlable?

« Allumez l’interrupteur et les rats se souviennent. Éteignez-le et les rats oublient. »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cerveau (Crédits Christophe Ducamp, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La mémoire humaine bientôt contrôlable?

Publié le 6 juillet 2011
- A +

Des chercheurs américains de l’Université de Californie du Sud viennent d’annoncer qu’ils avaient créé et testé avec succès un dispositif permettant d’activer et de désactiver la mémoire à volonté chez les rats. Le neuro-scientifique en charge du projet, Theodore Berger, explique simplement : « Allumez l’interrupteur et les rats se souviennent. Éteignez-le et les rats oublient. »

Pour résumer, en travaillant sur l’hippocampe de rats de laboratoire, la zone du cerveau qui est responsable de la mémorisation, les chercheurs ont réussi à manipuler les rongeurs via une prothèse cérébrale. Le système électronique permet de doubler les signaux dans la zone du cerveau associée à la mémoire. Lorsque le dispositif est testé sur des rats déficients, il permet de restaurer les fonctions cérébrales perdus. Mieux encore, lorsqu’il est utilisé sur des rats « normaux », l’appareil permet d’améliorer sensiblement leur capacité mémorielle !

Cet implant apporte donc la preuve que le code neuronal du cerveau peut être interprété et reproduit pour améliorer les fonctions cognitives. Non seulement l’activité cérébrale peut être lue, mais il est désormais possible de la manipuler…

Cette découverte permet d’envisager dans un futur à moyen terme le développement d’un dispositif qui pourrait assister les êtres humains atteints de troubles de la mémoire (comme la démence). Voire un gadget permettant d’augmenter les capacités humaines dans un monde où nous sommes de plus en plus submergés par l’information ! Pour le moment, l’équipe de recherche va s’attacher à augmenter le nombre de neurones qui peuvent être gérés par l’appareil, prochaine étape avant de commencer les tests sur les primates. Puis, ce sera au tour des humains.

Ce n’est pas le seul projet « fou » concernant la mémoire humaine. Au début de l’année, l’annonce de Gordon Bell, un chercheur de Microsoft, avait fait sensation. Celui-ci veut en effet numériser tous ses écrits, puis archiver sur disque dur chaque jour de sa vie en photographiant, scannant, enregistrant méthodiquement tout ce qu’il voit, mange, lit ou ressent. Ainsi donc, le vieux rêve de conserver pour l’éternité la mémoire de chaque être humain né sur cette Terre, une façon de nous rendre immortels en somme, pourrait devenir réalité…

La numérisation de la mémoire, si jamais elle advient un jour, posera néanmoins de très nombreux problèmes éthiques. En choisissant de partager et d’externaliser le stockage de notre mémoire, cette dernière ne nous appartiendra plus totalement. Elle appartiendra aussi à ceux qui ont les capacités de la conserver. Les dérives potentielles sont presque inconcevables. Mais, pour l’instant, évitons de jouer à nous faire peur inutilement, et apprécions l’incroyable inventivité de l’espèce humaine qui ne cesse de se surpasser jour après jour.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • encore une invention française qu’on a pas su protéger ! les politiques ont un interrupteur qu’on leur installe à l’ENA depuis 30 ans ! et de plus en plus d’électeurs s’en font implanter un, sans qu’on en fasse tout un plat ! c’est ça l’élégance française .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Francis Eustache. Un article de The Conversation

Internet nous ferait-il perdre la tête ? Notre fonctionnement neurocognitif et, partant, nos comportements et nos pratiques sociales, sont grandement impactés par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Un exemple parmi de nombreux autres : la perte de concentration résultant des sollicitations incessantes de nos téléphones portables et connectés, à grand renfort d’alertes, sonneries, émoticons, images animées… Quant aux conséquences sur la structure et le... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alain Goetzmann.

Le professeur Pierre-Marie Lledo, Neurobiologiste à l’Institut Pasteur, a l’an dernier publié dans Sciences et Avenir un article édifiant, observant que dans une région du cerveau impliquée dans la formation des souvenirs et la gestion des émotions – l’hippocampe – les anciens neurones étaient remplacés par d’autres, fraîchement produits à partir de cellules souches. Il nous livre six principes à respecter pour conserver un cerveau jeune jusqu’à la fin de ses jours :

Fuir la routine Lutter contre l’infobésité ... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Jacquot. Un article de The Conversation

Dès la fin de la Première Guerre mondiale, les champs de bataille étaient visités, parallèlement à la réalisation de mémoriaux. Aujourd’hui, cette pratique apparaît plus institutionnalisée. On la qualifie de « tourisme de mémoire », et elle fait l’objet de projets de territoires, de collaborations entre institutions de différents pays.

La commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale a renforcé ce type de projets dans le nord de la France et en Belgique, se tradu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles