Des charters pour les Polonais ?

La Hollande menace de déporter des Polonais, et d’autres Européens de l’Est, qui ne trouvent pas de travail. Elle envisage aussi de leur enlever leurs allocations s’ils ne parlent pas néerlandais.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pays-Bas

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des charters pour les Polonais ?

Publié le 6 juillet 2011
- A +

Pays-BasLa Hollande, nous dit-on, est sur une trajectoire de collision avec l’UE, au sujet de sa menace de déporter des Polonais et d’autres Européens de l’Est qui ne trouvent pas de travail. Elle envisage aussi de leur enlever leurs allocations s’ils ne parlent pas néerlandais.

Ceci n’a rien de nouveau, puisque cette histoire traîne depuis des mois. Ce qui lui donne un tour nouveau, cependant, c’est que la Pologne a pris la présidence tournante de l’UE vendredi dernier, et va l’avoir pour les six mois qui viennent. Elle sera donc en première ligne dans toute discussion ayant pour but de faire reculer la Hollande.

Le ministre polonais de l’économie, Waldemar Pawlak, s’est emparé de la question, et a récemment déclaré que ces développements sont « dangereux« . « Ils pourraient mener à l’effondrement du système européen de liberté de mouvement« , a-t-il dit.

Une citation du ministre polonais des affaires européennes, Mikolaj Dowgielewicz, dit qu’il y a eu des « discussions robustes » avec les Pays-Bas sur leurs plans, et qu’il est étonné que 200 personnes, au maximum, puissent donner lieu à un débat politique si échaudé.

De tels problèmes pourraient être mieux résolus au niveau européen, a-t-il déclaré, par des arrangements à l’échelle de la communauté européenne sur la sécurité sociale et les conditions de travail.

Les élites hollandaises elles-mêmes ont la réputation d’être ultra européistes, et n’oublions pas que la Hollande est un des six membres fondateurs. Que l’idée de faire une entorse à l’Europe effleure même les esprits hollandais est, de ce fait, un développement significatif. Qu’ils rognent un traité de base, forçant l’un des membres les plus récents à le défendre, est une inversion éminemment ironique.

Mais la présidence polonaise de l’UE se régale à l’idée de relever « l’excitant défi » qui consiste à contrer une nouvelle vague d’euroscepticisme, et de convaincre les autres membres de l’union que le projet Européen est une « superbe chose« , d’après le premier ministre du pays, Donald Tusk.

Ce devrait être divertissant de le regarder essayer. Peut-être devrait-il commencer à Athènes.

—-

Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

La guerre en Ukraine révèle avec douleur plusieurs échecs de l’Union européenne (UE). Mais elle met aussi en évidence la grandeur de la nation polonaise. Les Européens sont en admiration pour le sens de responsabilité des autorités et de la population de Pologne, notamment dans l’accueil généreux des Ukrainiens qui fuient la mort et la destruction de l’injuste guerre conduite par la Russie. Mais comme toujours, il est possible dans les malheurs de tirer des solutions pour éviter que l’avenir ne fournisse les mêmes difficultés.

Objectiv... Poursuivre la lecture

Marine Le Pen n’a pas caché sa volonté de créer une Europe des nations qui reposerait sur les États membres de l’Union européenne (UE), une politique générale proche de la ligne directrice du groupe européen CRE (conservateurs et réformateurs européens) qui regroupe un certain nombre de partis eurosceptiques comme les conservateurs de Droit et Justice polonais ou les libéraux conservateurs tchèques de l’ODS tous deux au pouvoir. Cette conception de l’Europe repose sur la coopération entre États plutôt que sur une approche plus fédérale.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles