Drogue : pour une distribution réglementée

Faute de réussir à arrêter tous les trafiquants, il s’agit de les éliminer en asséchant leurs profits.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
[cp_donation]

Drogue : pour une distribution réglementée

Publié le 23 juin 2011
- A +

En contrepoint à l’article d’Aurélien Véron publié hier.

Je souhaite depuis longtemps non pas une dépénalisation de l’usage du cannabis ou sa commercialisation contrôlée par l’État mais la distribution réglementée de l’ensemble des drogues.

Il n’y a pas d’un côté de prétendus rêveurs laxistes partisans de la libéralisation de la drogue et de l’autre des sécuritaires responsables, mais le constat de plus en plus partagé de l’échec des politiques répressives.

La prohibition fait de la drogue une considérable source de profit tant pour des mafias internationales (qui en arrivent à menacer les États eux-mêmes) que pour de tentaculaires réseaux domestiques de distribution de drogues (avec leurs guerres de gangs ou la main mise sur les cités entières…). Avec aussi la tragique criminalité de tous ceux qui sont conduits à voler ou à se prostituer pour payer leur dose.

Voilà pourquoi je souhaite depuis longtemps non pas une dépénalisation de l’usage du cannabis (solution bâtarde qui maintient le trafic) ou sa commercialisation contrôlée par l’État (au risque du report du trafic vers d’autres drogues plus dangereuses) mais la distribution réglementée de l’ensemble des drogues selon des modalités différentes (plus ou moins accompagnée médicalement).

Faute de réussir à arrêter tous les trafiquants, il s’agit de les éliminer en asséchant leurs profits. Il s’agit surtout d’éradiquer les réseaux de distribution qui viennent dans les boîtes de nuit ou à la sortie des établissements scolaires faire le prosélytisme de l’usage de drogues de plus en plus dangereuses et addictives. Il s’agit encore de contrôler la qualité des drogues en circulation, de veiller à l’interdiction pour les mineurs, et pour la conduite automobile à l’instar de l’alcool et bien entendu de développer une intense action de prévention.

Ceci appelle bien entendu beaucoup de questions. Sur les risques de levée du rôle de l’interdit ou la nécessité d’une coordination internationale dans le cadre de traités complexes afin de ne pas servir de base d’approvisionnement aux petits trafiquants du monde entier… mais le débat est légitime.

Il est cependant trop sérieux pour en faire un enjeu électoral.

Article repris avec l’aimable autorisation de son auteur.

—-
Lire aussi
Drogue: attaquer les trafiquants au portefeuille

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Evidemment qu’il faut légaliser tout et non dépénaliser le cannabis uniquement, ce qui non seulement ne résoudrait rien, mais aggraverait le problème.

    En revanche, pas d’accord pour accompagner médicalement l’accès à certaines drogues : cela est fait pour l’héroïne, par exemple et est de fait un semi-échec : on voit en effet un trafic parallèle de subutex et de méthadone se mettre en place.

    Je crois qu’il faut légaliser, utiliser l’argent des taxes pour financer une information massive de qualité sur toutes les drogues, des centres d’aide à la désintoxication et la prison pour ceux ayant commis des actes délictueux sous l’emprise de tel ou tel psycho-actif.

  • Les commentaires sont fermés.

[cp_donation color="blue" margin_bottom="10"]
permis de conduire
9
Sauvegarder cet article

Avec l’augmentation récente (aussi soudaine que purement coïncidentale) des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques, il n’est pas inenvisageable de voir quelque peu augmenter le nombre de blessés et de morts sur les routes. Voilà donc l’occasion rêvée de sensibiliser les foules à une nouvelle problématique (comprendre : insérer de la nouvelle propagande aux forceps) : le permis de conduire ne peut pas continuer à être attribué à vie, sans vérification régulière de la validité de son détenteur, enfin, voyons !

C’est en ... Poursuivre la lecture

Le citoyen lambda a l'opportunité de se prononcer sur un projet d'arrêté posant une question très technique. S'il est pris, les lobbies antipesticides pourront clamer que le gouvernement est à la botte des betteraviers et du lobby des pesticides. Dans le cas contraire, ce sont les betteraviers qui risquent de prendre un bouillon.

(Source)

Le contexte

Le ministère de l'Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire a mis en consultation publique jusqu'au 24 janvier 2022 un « projet d’arrêté autorisant provisoirement l'emploi de se... Poursuivre la lecture

Un article de l'Iref-Europe

 

Pour rendre compte de la « bonne santé » de notre Léviathan bien-aimé, il est coutume de rappeler la part des dépenses publiques dans le PIB — plus de 55 % dans le cas de la France.

Nous disposons également de quelques indicateurs sur son obésité tels que le montant des déficits ou encore celui de la dette publique. Mais l’État-léviathan ce n’est pas uniquement les dépenses publiques financées par l’impôt et l’endettement, c’est aussi la réglementation qui touche tous les pans de notre v... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles