Drogue : pour une distribution réglementée

Faute de réussir à arrêter tous les trafiquants, il s’agit de les éliminer en asséchant leurs profits.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drogue : pour une distribution réglementée

Publié le 23 juin 2011
- A +

En contrepoint à l’article d’Aurélien Véron publié hier.

Je souhaite depuis longtemps non pas une dépénalisation de l’usage du cannabis ou sa commercialisation contrôlée par l’État mais la distribution réglementée de l’ensemble des drogues.

Il n’y a pas d’un côté de prétendus rêveurs laxistes partisans de la libéralisation de la drogue et de l’autre des sécuritaires responsables, mais le constat de plus en plus partagé de l’échec des politiques répressives.

La prohibition fait de la drogue une considérable source de profit tant pour des mafias internationales (qui en arrivent à menacer les États eux-mêmes) que pour de tentaculaires réseaux domestiques de distribution de drogues (avec leurs guerres de gangs ou la main mise sur les cités entières…). Avec aussi la tragique criminalité de tous ceux qui sont conduits à voler ou à se prostituer pour payer leur dose.

Voilà pourquoi je souhaite depuis longtemps non pas une dépénalisation de l’usage du cannabis (solution bâtarde qui maintient le trafic) ou sa commercialisation contrôlée par l’État (au risque du report du trafic vers d’autres drogues plus dangereuses) mais la distribution réglementée de l’ensemble des drogues selon des modalités différentes (plus ou moins accompagnée médicalement).

Faute de réussir à arrêter tous les trafiquants, il s’agit de les éliminer en asséchant leurs profits. Il s’agit surtout d’éradiquer les réseaux de distribution qui viennent dans les boîtes de nuit ou à la sortie des établissements scolaires faire le prosélytisme de l’usage de drogues de plus en plus dangereuses et addictives. Il s’agit encore de contrôler la qualité des drogues en circulation, de veiller à l’interdiction pour les mineurs, et pour la conduite automobile à l’instar de l’alcool et bien entendu de développer une intense action de prévention.

Ceci appelle bien entendu beaucoup de questions. Sur les risques de levée du rôle de l’interdit ou la nécessité d’une coordination internationale dans le cadre de traités complexes afin de ne pas servir de base d’approvisionnement aux petits trafiquants du monde entier… mais le débat est légitime.

Il est cependant trop sérieux pour en faire un enjeu électoral.

Article repris avec l’aimable autorisation de son auteur.

—-
Lire aussi
Drogue: attaquer les trafiquants au portefeuille

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Evidemment qu’il faut légaliser tout et non dépénaliser le cannabis uniquement, ce qui non seulement ne résoudrait rien, mais aggraverait le problème.

    En revanche, pas d’accord pour accompagner médicalement l’accès à certaines drogues : cela est fait pour l’héroïne, par exemple et est de fait un semi-échec : on voit en effet un trafic parallèle de subutex et de méthadone se mettre en place.

    Je crois qu’il faut légaliser, utiliser l’argent des taxes pour financer une information massive de qualité sur toutes les drogues, des centres d’aide à la désintoxication et la prison pour ceux ayant commis des actes délictueux sous l’emprise de tel ou tel psycho-actif.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe

Il y a un an nous nous penchions sur ce que nous préparait l’Union européenne-nounou pour nous empêcher de mourir en réglementant et taxant davantage l’alcool, le tabac et le sucre. En matière d’alcool, une nouvelle offensive est menée par Véronique Trillet-Lenoir, député européen de la République en marche (LREM), qui a rédigé un rapport dans le cadre de la commission spéciale sur la lutte contre le cancer (BECA) du Parlement européen. Sur la base de ce rapport, le Parlement de Strasbou... Poursuivre la lecture

Par Mohamed Moutii. Un article de l'IREF Europe

Aujourd’hui, les données personnelles sont devenues de véritables ressources dans notre économie mondiale. Internet a fait tomber les frontières nationales dans de nombreux aspects de notre vie quotidienne. Nous considérons souvent le commerce comme le transfert de biens entre des lieux ou des services, mais une grande partie du commerce mondial actuel est constituée de transferts de données moins tangibles, mais non moins réels, dans ce que l’on appelle les flux de données transfrontalie... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Pour Ridley, le terme innovation signifie trouver de nouvelles façons d’utiliser de l’énergie pour créer des choses improbables naturellement. L’innovation va au-delà de l’invention car celle-ci n’est pas nécessairement utile à l’humanité. C’est à partir d'une invention que va pouvoir se développer une innovation jusqu’au point où elle devient utilisable de manière abordable, fiable et productive.

Cet ouvrage est rendu particulièrement intéressant grâce aux innombrables exemples historiques démontrant ce qui favorise l’innovation et ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles