Savez-vous ce qu’est le nihilisme ?

Dans l’optique libérale, il désigne la négation totale de toute hiérarchie de valeurs

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
633623895945873518-nihilism-300x240

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Savez-vous ce qu’est le nihilisme ?

Publié le 15 juin 2011
- A +

Le terme de nihilisme a de nombreux sens dans le domaine politique, philosophique, moral, littéraire, etc.

Dans l’optique libérale, il désigne la négation totale de toute hiérarchie de valeurs, par exemple, le fait de nier qu’il y ait un bien et un mal (sans que ces termes soient pris dans un sens religieux). Son expression moderne est le relativisme.

Dans un autre sens, celui d’un individualisme dévoyé, c’est la négation de toutes les obligations imposées à l’individu, qui conduit à l’anomie, voire au terrorisme : on pourrait parler de « nihilisme actif ».

En philosophie, le nihilisme désigne d’abord le rationalisme athée : c’est un adversaire de Kant, F. H. Jacobi, qui invente ce terme. Le terme est ensuite popularisé par le romancier Ivan Tourgueniev pour décrire les vues politiques de l’intelligentsia radicale russe, puis développé dans un sens plus religieux par Fedor Dostoïevski (« si Dieu n’existe pas, tout est permis »). Friedrich Nietzsche emploie ce terme dans un sens très particulier, qui n’est pas le sens courant : il désigne par « nihilisme » la tendance à dévaloriser l’ici-bas en faveur d’un « au-delà », quel qu’il soit (religieux, politique, etc.), tandis que le « nihilisme des forts » résulte d’un dépassement des croyances, d’un rejet de tout idéalisme et de la morale des « faibles ».

Liens externes

  • Nihilism : étude logique du nihilisme philosophique (pdf) (en)

 

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Olivier Maurice.

Elles ne sont plus très nombreuses, les personnes qui ont connu la guerre. La guerre, la vraie, celle de 1914-1918, celle de 1939-1945, celle de Corée, d’Indochine, du Vietnam, d’Algérie ou d’ailleurs. Celle qui dévore, brûle, détruit, ravage. Celle où des gens tuent des gens parce qu’ils en ont à la fois le droit et le devoir. Celle où la mort est partout.

Cette guerre, nous ne la voyons plus que dans les jeux-vidéo, les images d’archive et des fictions cinématographiques. Parfois aussi dans quelques images... Poursuivre la lecture

Si la réalité du terrorisme est ancienne, le mot français est un héritage de la Révolution française. La Première République est née dans et par la Terreur.

La monarchie à peine renversée, une première Terreur pousse les révolutionnaires à massacrer dans les prisons de Paris plus de 1000 détenus considérés comme des « ennemis de l’intérieur » prêts à égorger les « patriotes » en septembre 1792. La plupart des victimes étaient de banals détenus de droit commun. Les éléments radicaux ne cessent de faire pression sur les organismes offici... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles