Libération fiscale le 26 juillet 2011 pour les salariés français

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Libération fiscale le 26 juillet 2011 pour les salariés français

Publié le 10 juin 2011
- A +

L’Institut Économique Molinari (IEM) vient de publier une étude visant à comparer le poids de la fiscalité pour les salariés des 27 pays de l’Union Européenne. En moyenne, c’est près de 44 % du salaire des individus qui travaillent au sein de l’UE qui sera socialisé en 2011 (charges sociales « patronales », charges sociales « salariales », impôt sur le revenu et TVA).

Avec un taux d’imposition réel de 56,36 %, la France arrive troisième du classement après la Belgique (58,83 %) et la Hongrie (57,28 %). Le jour de libération sociale et fiscale du salarié français moyen aura donc lieu cette année le 26 juillet. En termes de pouvoir d’achat cela signifie que pour qu’un salarié français puisse disposer librement d’un euro, son employeur doit lui verser 2,3 euros. Par ailleurs, nous détenons le record européen des charges sociales avec un taux record de 66 % du brut qui en dit long sur le coût réel de notre système de protection sociale.

Pour mémoire, quand votre employeur débourse 48 492 pour vous payer, 16 079 euros partent en charges sociales « patronales », 5301 euros sont prélevés sur votre salaire au titre des charges sociales « salariales », vous paierez 4508 euros d’impôt sur le revenu et quelque chose de l’ordre de 1440 euros de TVA. Il vous reste donc 21 164 euros.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Et alors?
    Vous voyez des gens se plaindrent pour cela?
    Vous les voyez descendre dans la rue, pour protester?
    Vous les voyez, manifester, contester, combattre pour que cette pression fiscale diminue?
    NON, NON et encore NON, parce que, le français a compris que cette pression fiscale est dans son intérêt, à travers la répartition des richesses nationales et le financement des services publics.( dépenses de fonctionnement du budget général de l’ETAT environ 80 %)
    On pourrait même aller encore plus loin, en travaillant totalement pour l’Etat, le français serait aussi à ce moment la, que cela serait pour son bien, parce que l’Etat est la pour lui, l’Etat est protecteur envers ses citoyens et l’Etat doit être protégé.
    J’irai jusqu’à dire, endettons nous pour l’ETAT qui s’est endetté pour nous.
    Cela ne serait que juste retour des choses.
    Empruntons massivement auprès des banques, pour financer l’ETAT protecteur, car nous avons le meilleur systeme au monde a préserver.
    Vous voulez savoir pourquoi c’est possible? Parce que le français ne serait pas plus combatif, il comprendrait que cela est normal et juste.
    Je suis vraiment content d’être français, car j’aime l’ETAT et celui ci me le rend bien…

    • Le vrai problème est que les français ne savent pas combien le « meilleur régime au monde » leur coûte. Ils ne savent pas que si ils touchent 100 en net, leur employeur a payé 200. L’Etat fait tout pour masquer la réalité de l’oppression fiscale. Au point que les Français sont convaincus, selon les mots de Bastiat, de vivre aux dépens de tout le monde, alors que le système leur coûte infiniment plus qu’ils n’en reçoivent

      • La messe est dite.
        Désolé pour les fautes d’orthographes, je ne me suis point relu la première fois.

        • Ou avez vous vu que les français décident de leur fiscalité ?
          Vous tiendriez votre discourt pour les suisses, ça aurait un début de crédibilité.
          Et curieusement, chez eux, ces impôts sont beaucoup plus faibles.

          Mais pour la France, c’est ridicule, c’est l’oligarchie, le big business et le big syndicalisme qui décide de la fiscalité et ne renonce jamais à ses prébendes.

          Vous êtes le parfait pigeon.

    • Les thuriféraires de l’Etat font souvent d’excellents collabos.

  • les 21,164 euros qui restent sont hors taxes . Or on n’achète rien HT. mais si on a payé de la TVA (1,440), ça veut dire qu’on est supposé avoir acheté des biens et services… lesquels? Comment est calculée cette part?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pascal Salin.

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – ... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Pour le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, tout avait plutôt bien commencé. « Cher Bruno », a déclaré en substance le secrétaire général de l’OCDE Mathias Cormann jeudi dernier, alors qu’il présentait la nouvelle étude économique de l’OCDE sur la France, le soutien public français pendant la crise du covid a été « impressionnant et très efficace » et le rebond induit par « l’accélération impressionnante » de la vaccination va permettre à la France de retrouver en 2021 son niveau d’activité de 2019.

Mai... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

La flat tax s'invite à l'occasion des débats pour la présidentielle 2022 et plus particulièrement chez Éric Ciotti.

Cet impôt à taux fixe modéré qui s’applique à tous est le gage d’une incontestable efficacité.

Pour ceux qui l’ignoreraient, il s'agit d'un impôt à taux unique, voire à deux taux, qui remplacerait l’impôt sur l'ensemble des revenus (travail et autres sources) devenu lourd à gérer et trop souvent l’objet de contournements.

La flat tax éviterait également de nombreuses fraudes ou mon... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles