Grèce : un plan de privatisation en trompe-l’œil

L’État grec présente un plan de privatisation flou et une hausse importante des impôts

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grèce : un plan de privatisation en trompe-l’œil

Publié le 25 mai 2011
- A +

Lundi 23 mai 2011, le cabinet du chef du gouvernement grec George Papandreou a dévoilé un plan de vente des participations de l’État dans la compagnie de telecom nationale, le système d’épargne postale, la compagnie d’électricité nationale et certains ports.

Athènes va ainsi céder une participation de 10% dans la compagnie de télécommunication étatique à Deutsche Telekom (contrôlée à 32% par l’État allemand) et envisage une nouvelle vente de 6% sous peu.

La vente d’une participation de 17% dans la société publique d’électricité est également au menu ainsi que celle d’une participation de 34% dans la banque postale hellénique, tandis qu’un autre 10% pourrait être côté en bourse.

Les trois quarts des actifs des ports du Pirée et de Thessalonique seront distribués, ainsi qu’une proportion supplémentaire des participations de l’État dans l’aéroport d’Athènes.

Flou et irréaliste selon la Commission européenne

Toutefois, le calendrier de ce programme de privatisation reste très vague.

Olli Rehn, commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, a jeté le doute sur le programme de privatisation grec en déclarant lors d’une réunion à Vienne : « Nous estimons que la Grèce ne peut matériellement pas privatiser 50 milliards d’euros au cours des années à venir, ce qui représente plus de 20% de son PIB ».

Seulement 50 sur 270 milliards d’euros de patrimoine étatique

Au mois de février, Contrepoints a publié un article où le Ministre grec des Finances affirmait que l’État grec désirait procéder à des privatisations de l’ordre de 15 milliards d’euros d’ici 2013, ce qui était prévu dans le plan de redressement de l’économie du pays.

Le patrimoine de l’État grec est estimé à près de 270 milliards d’euros et la dette de l’État se situe à plus de 300 milliards d’euros, soit 150% du PIB du pays.

6 milliards de taxes supplémentaires

Le gouvernement grec a aussi dévoilé des petites réductions budgétaires supplémentaires et une hausse des taxes équivalente à 2,8% du PIB afin de confisquer quelques 6 milliards d’euros supplémentaires aux contribuables grecs.

Ces mesures comprennent une hausse de la TVA sur certains articles de 13 à 23%, de nouvelles taxes sur le gaz naturel et les boissons gazeuses ainsi qu’une augmentation des taxes routières. Ceux qui ont des pensions de plus de 1700 euros par mois devront payer une taxe supplémentaire et les entreprises du pays paieront 1% supplémentaire en cotisations de sécurité sociale.

Le journal Handelsblatt affirme que la fuite des capitaux hors de Grèce a commencé et cite des données montrant que près de 280 milliards d’euros ont déjà trouvé refuge en Suisse, à l’abri de l’enfer fiscal grec.

Malgré les démentis officiels, la préparation de la restructuration de la dette grecque serait enfin lancée.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Romain Delisle. Un article de l'Iref-Europe

 

Comme nous l’avons déjà exposé, les politiques publiques actives de l’emploi (assurance-chômage non comprise donc) ne brillent pas par leur efficacité. Une situation que la crise sanitaire n’a pas substantiellement modifiée, même si les dispositifs spéciaux mis en œuvre se doivent d’être étudiés à part.

Il s’agit surtout de savoir si des conséquences pérennes pourraient s’observer sur le marché du travail et d’examiner l’impact des politiques publiques anciennes et no... Poursuivre la lecture

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

À l’instar d’Éric Zemmour, Marine Le Pen s’est rapprochée du Premier ministre hongrois ces dernières années. Et tout particulièrement depuis le départ d’Orban du Parti populaire européen, dominé par la droite allemande.

Au-delà des questions européennes, Le Pen semble s’inspirer des positions du gouvernement hongrois en matière fiscale. Comme un certain nombre de pays d’Europe centrale, la Hongrie a cherché à attirer des entreprises avec une fiscalité particulière. Mais jusqu’à quel point Marine Le Pen s’en inspire ?

 

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles