Chute des bourses sur fond de craintes sur la dette publique

Le CAC 40 a terminé en baisse de 2,1 % à son plus bas niveau depuis le 19 avril

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Baisse des cours

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chute des bourses sur fond de craintes sur la dette publique

Publié le 24 mai 2011
- A +

Le retour au premier plan des craintes sur la dette publique des pays de la zone euro a ramené les marchés européens à un plus bas niveau depuis cinq semaines. Le CAC 40 a terminé en baisse de 2,1 % à son plus bas niveau depuis le 19 avril. Le Footsie à Londres a perdu 1,89 % et le DAX à Francfort 2 %. Dans la lignée des marchés européens, le Dow Jones perdait 1,05% à New York hier. L’euro, à moins d’1,40 $, cotait à son plus bas depuis deux mois.

La chute marquée des marchés actions a été nourrie par une suite de dégradations récentes sur la notation des dettes souveraines (Italie, Belgique, Grèce, etc.). L’annonce par des régions espagnoles de déficits plus élevés que prévus a par ailleurs renforcé les inquiétudes sur le déficit public du pays. Le gouvernement espagnol doit désormais payer 5,5% d’intérêts pour emprunter à 10 ans. Enfin, les différends à la tête de l’Eurozone sur une éventuelle restructuration de la dette grecque ont contribué à aggraver la situation.

Suite à la dégradation par Standard & Poor’s de la perspective sur la dette italienne, le gouvernement de Silvio Berlusconi a laissé entendre qu’il lancerait un plan de rigueur de 35 à 40 milliards € dès juin 2011. S&P écrivait vendredi que « les perspectives de croissance actuelles de l’Italie sont faibles, et la détermination politique pour des réformes améliorant la productivité semble défaillante. »

Lire aussi :

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour ceux qui me lisent, la baisse des actions n’est pas totalement une surprise.

Dans cet article, j’expliquais une règle immuable : c’est lorsque les hypothèses implicites du marché divergent des vôtres que vous pouvez réaliser des performances exceptionnelles. Et les miennes se résumaient en un mot : récession. J’estimais et estime toujours que les marchés d’actions et de taux doivent intégrer la perspective d’une récession. De ce fait les premiers devaient baisser de 30 % et les seconds se détendre nettement.

Les actions ont... Poursuivre la lecture

inflation danger
6
Sauvegarder cet article

Voilà : maintenant qu'Emmanuel Macron est triomphalement réélu grâce à sa grande popularité (voire sa plasticité), la plupart des problèmes se sont envolés et tout va mieux. En fait, ça va plus que bien, ça va même du feu de dieu et on peut déjà le constater dans les chiffres qui paraissent - commodément - après cette phase électorale un tantinet fébrile.

Ainsi, selon une première estimation publiée ce vendredi par l'Insee, la France affiche une insolente croissance nulle (oui, 0 %) bien inférieure à ses précédentes prévisions (déjà pa... Poursuivre la lecture

Le moral des ménages est en chute libre en raison de l’inflation et la consommation devrait s’en ressentir.

Le commentaire du Figaro sur l’inflation est un bon résumé de la pensée unique du moment :

« L’invasion de l’Ukraine par la Russie a en effet frappé de plein fouet les marchés internationaux des hydrocarbures mais aussi des matières premières agricoles, et accentué la pression sur les prix, qui était déjà forte depuis plusieurs mois en période de redémarrage très rapide de l’économie en période post-Covid. »

La haus... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles