La Grèce ne paye déjà plus certaines de ses dettes

La restructuration de la dette publique grecque semble chaque jour plus probable

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo du ministère de la santé

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Grèce ne paye déjà plus certaines de ses dettes

Publié le 24 mai 2011
- A +
Logo du ministère de la santé

Alors que la restructuration de la dette publique grecque semble chaque jour plus probable, l’État grec serait déjà en train de retarder le payement de ses fournisseurs pour éviter le défaut.

La situation semble particulièrement critique dans la santé : des montants dus en 2011 par les hôpitaux publics aux entreprises pharmaceutiques, seul 1% a été payé selon le Financial Times. Des montants dus en 2010, seul un tiers a été payé. La situation est jugée si critique que l’association des entreprises pharmaceutiques grecques a écrit au ministre de la santé pour l’avertir que « ce n’était qu’une question de temps avant que des pénuries de médicaments apparaissent ». En raison du début de pénurie, certaines opérations non indispensables sont annulées ou retardées.

La situation est jugée identique par les autres entreprises du secteur de la santé ; plusieurs entreprises étrangères ont purement et simplement fermé leurs bureaux locaux pour confier la distribution de leurs produits à des agents. Le laboratoire Roche ne fonctionne plus qu’en Cash on Delivery, c’est à dire que les produits doivent lui être payés avant livraison.

Afin d’apurer ses dettes au titre de 2007-2009, l’État grec a donné des titres de dette en lieu du payement des montants dus. Ces titres se négocient aujourd’hui avec un discount de 35 à 40%, révélateur des anticipations de défaut sur la dette.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
nitrites
2
Sauvegarder cet article

Le mardi 12 juillet 2022, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) présentait un avis révisé, un rapport d'expertise collective, « Évaluation des risques liés à la consommation de nitrates et nitrites » (communiqué de presse, foire aux questions).

 

« La charcuterie tue ! »

Le Journal du dimanche semble avoir été le bénéficiaire d'une fuite d'une synthèse de onze pages communiquée « aux autorités ». Selon le chapô de son article, « L’agence sanitaire Anses reconnaî... Poursuivre la lecture

Une centaine de services d'urgences sont en danger de fermeture cet été. Emmanuel Macron a annoncé le lancement d'une mission flash. En réponse à Gabriel Attal qui défendait les mesures déjà exposées par Brigitte Bourguignon, Jordan Bardella a répondu « Il faut arrêter de gérer l'hôpital comme on gère une entreprise ». C’est une erreur fréquente de croire que l’hôpital français est géré comme une entreprise, sous entendu « privée ».

À la base de l’entreprise privée il y a l’entrepreneur, son audace, sa créativité et son adaptabilité. I... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles