FMI, au tour d’un non-Européen

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

FMI, au tour d’un non-Européen

Publié le 19 mai 2011
- A +

Par Daniel Hannan, d’Oxford, Royaume-Uni
Le temps est venu pour un candidat non-Européen.

Jusqu’à présent, je n’avais rien écrit à propos de l’affaire Strauss-Kahn, pour d’évidentes raisons. La présomption d’innocence ne devrait pas être simplement un vœu pieu de journaliste, ni être compromise par la gravité de l’accusation ou par les manquements de l’accusé. M. Strauss-Kahn n’a encore été déclaré coupable d’aucun crime et il serait bon de s’en rappeler.

Malgré tout, une chose doit être dite. M. Strauss-Kahn a effectué des choix lamentables en tant que directeur du FMI, dont le pire aura été de venir en aide aux États européens n’étant pas en mesure de rembourser leurs emprunts. Était-il, en tant que socialiste français pro-Euro, plus intéressé par la persistence de la monnaie unique plutôt que par la prospérité des États Membres de l’U.E. ? Nous ne le saurons jamais. Maintenant qu’il a démissionné, il pourrait être intéressant de choisir son successeur en dehors de la zone Euro – et de préférence en dehors de l’Union Européenne – afin de mettre fin à tout soupçon de partialité.

Mon candidat? La charmante et intelligente Ruth Richardson, qui rétablit l’économie Néo-Zélandaise au début des années ‘90. Elle avait hérité, à échelle réduite, des problèmes auxquels l’économie mondiale est aujourd’hui confrontée : une crise bancaire et un déficit fiscal exponentiel. Elle résolut ces problèmes avec un tel brio que la Nouvelle-Zélande n’a plus jamais sérieusement regardé dans le rétroviseur. Il est temps que Ruth s’occupe du monde entier.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Mais parce que justement elle est intelligente, elle n’ira pas au FMI. C’est la dur loi des cons de ce monde.
    L’efficacité n’a pas l’air d’être un point important des « grands » de la planète. Mais si elle veut elle peut adopter la nationalité française et se présenter pour 2012 ^^ histoire d’avoir au moins une personnalité libérale sur la scène politique.

  • Un européen ou un autre ça ne changera pas grand chose. A l’ONU ce ne sont jamais des européens, et cette institution est devenue d’idéologie marxiste.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle. Un article de Mises.org

Aucune économie n'a été capable d'ignorer une bulle immobilière, encore moins de la compenser et tout en poursuivant sa croissance, le tout en remplaçant un secteur immobilier en ruines par d'autres pans de l'économie. Les économies lourdement réglementées, de l'Islande à l'Espagne, n'ont pas réussi à contenir l'impact négatif de l'effondrement du secteur immobilier. Il en sera de même pour la Chine.

Il y a trois problèmes dans le domaine de l’immobilier en Chine : la taille massive du... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Fondation of Economic Education.

À la mi-août, le Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern a annoncé un confinement de tout le pays à l'annonce d'un seul cas de Covid-19 détecté :

Restez sur place. Ne vous rassemblez pas, ne parlez pas à vos voisins. S'il vous plaît, restez dans vos bulles.

Sept semaines plus tard, après un week-end durant lequel des milliers de Néo-Zélandais ont enfreint l'ordre de rester chez eux pour manifester contre le confinement décidé par le gouvernement, l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles