FMI, au tour d’un non-Européen

Et pourquoi pas la néo-zélandaise Ruth Richardson ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

FMI, au tour d’un non-Européen

Publié le 19 mai 2011
- A +

Par Daniel Hannan, d’Oxford, Royaume-Uni
Le temps est venu pour un candidat non-Européen.

Jusqu’à présent, je n’avais rien écrit à propos de l’affaire Strauss-Kahn, pour d’évidentes raisons. La présomption d’innocence ne devrait pas être simplement un vœu pieu de journaliste, ni être compromise par la gravité de l’accusation ou par les manquements de l’accusé. M. Strauss-Kahn n’a encore été déclaré coupable d’aucun crime et il serait bon de s’en rappeler.

Malgré tout, une chose doit être dite. M. Strauss-Kahn a effectué des choix lamentables en tant que directeur du FMI, dont le pire aura été de venir en aide aux États européens n’étant pas en mesure de rembourser leurs emprunts. Était-il, en tant que socialiste français pro-Euro, plus intéressé par la persistence de la monnaie unique plutôt que par la prospérité des États Membres de l’U.E. ? Nous ne le saurons jamais. Maintenant qu’il a démissionné, il pourrait être intéressant de choisir son successeur en dehors de la zone Euro – et de préférence en dehors de l’Union Européenne – afin de mettre fin à tout soupçon de partialité.

Mon candidat? La charmante et intelligente Ruth Richardson, qui rétablit l’économie Néo-Zélandaise au début des années ‘90. Elle avait hérité, à échelle réduite, des problèmes auxquels l’économie mondiale est aujourd’hui confrontée : une crise bancaire et un déficit fiscal exponentiel. Elle résolut ces problèmes avec un tel brio que la Nouvelle-Zélande n’a plus jamais sérieusement regardé dans le rétroviseur. Il est temps que Ruth s’occupe du monde entier.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Mais parce que justement elle est intelligente, elle n’ira pas au FMI. C’est la dur loi des cons de ce monde.
    L’efficacité n’a pas l’air d’être un point important des « grands » de la planète. Mais si elle veut elle peut adopter la nationalité française et se présenter pour 2012 ^^ histoire d’avoir au moins une personnalité libérale sur la scène politique.

  • Un européen ou un autre ça ne changera pas grand chose. A l’ONU ce ne sont jamais des européens, et cette institution est devenue d’idéologie marxiste.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

10 plaies
4
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Les gens ignorent souvent ce qui se passe au jour le jour sur les marchés obligataires qui brassent pourtant des sommes considérables. Ainsi, le marché obligataire en euros pèse 2775 milliards.

L’indicateur clé de ce marché est le taux d’intérêt des emprunts d’État à dix ans considérés comme l’actif financier le plus sûr. Or, les taux d’emprunt des différents pays de l’Union européenne recommencent à diverger comme il y a dix ans. L’écart se creuse depuis que la Banque centrale européenne a indiqué qu’elle allait mettre fin à ses racha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles