DSK : Gone In 60 Seconds

DSK, avec ou sans Porsche, c’est Gone In 60 Seconds…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

DSK : Gone In 60 Seconds

Publié le 15 mai 2011
- A +

Finalement, peu importe que DSK soit ou non le propriétaire de la Porsche. Avec ce qui vient de lui arriver, pour la présidentielle, on sent que c’est mal parti.

On me susurre qu’il ne lui aura pas fallu plus de 60 secondes pour en arriver là…


—-
Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans le domaine du viol, on entend souvent dire que les fausses accusations déposées à la police seraient rares ou très rares ; il y aurait un consensus scientifique autour du chiffre de 6 % des plaintes (ou de 2 % à 10 %). C'est une question d’une actualité brûlante. En effet, nous vivons une époque où, après #Metoo, les femmes sont incitées à porter plainte tous azimuts, ce qui représenterait une salutaire « libération de la parole » des victimes.

Libération de la parole ?

Étrange euphémisme qui semble plutôt dénoter le dévelo... Poursuivre la lecture

Dans une publication du think tank Génération Libre, le juriste Daniel Borrillo étudie les dérives du néo-féminisme en tant qu’entreprise moralisatrice tendant à reformater les fantasmes sexuels et à refonder les rapports érotiques sur la base de la censure.

Pour l’auteur, cette version du féminisme est devenue un puritanisme sans Dieu où la haine de la sexualité, du corps et de la nudité constituent la trame d’une ascèse post-moderne inauguratrice d’une nouvelle ère de misandrie. Il ne s’agit plus d’égalité entre les sexes mais d’abol... Poursuivre la lecture

Par Charles Boyer.

Contrepoints a traité le sujet des viols ignobles commis à une échelle industrielle à Rotherham en 2014. La presse, dont les titres interrogent les journaux qui ne l'ont pas fait, aurait surtout dû le faire elle-même.

Il est des affaires qui, même si le gros de la presse les ignore, sont simplement trop importantes et trop graves pour ne jamais sortir.

Ainsi, en 2014 en Angleterre, à Rotherham, l'actualité a porté sur une organisation criminelle asiatique ayant organisé le viol de centaines d'enfants, a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles