Obama nomme Petraeus à la tête de la CIA

En nommant le général Petraeus à la tête de la CIA et Panetta comme Secrétaire de la Défense, Obama enterre la réforme de la politique étrangère américaine

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Obama nomme Petraeus à la tête de la CIA

Publié le 29 avril 2011
- A +

La nomination récente de Leon Panetta comme Secrétaire de la Défense et du général David Petraeus en tant que directeur de la CIA – combinée avec les révélations qu’apporte un récent article de Ryan Lizza publié dans le New Yorker – suggèrent que le président Obama a renoncé à changer la politique étrangère de l’État américain.

Panetta est un choix douteux s’il s’agit de respecter l’engagement récent d’Obama de réduire les dépenses militaires. Tout secrétaire chargé de la réalisation de cette promesse aurait besoin d’une grande crédibilité vis-à-vis des Républicains du Capitole, dont beaucoup sont déterminés à poursuivre le niveau alarmant des dépenses militaires quelle que soit la situation financière de l’État. Bien qu’ayant été Républicain dans le passé, Panetta s’est présenté en tant que Démocrate lors d’élections au Congrès et a servi de nombreuses fois dans les administrations Démocrates. Il est peu probable que Panetta soit l’homme qu’il faut pour aboutir à un consensus pragmatique afin de limiter les dépenses du Pentagone.

La nomination de Petraeus pose un problème différent. Sur ordres de George W. Bush et Barack Obama, il a passé la dernière décennie à diriger une « guerre mondiale contre le terrorisme ». Mais est-ce que le processus de « nation-building » que l’État américain essaie de conduire au Moyen-Orient est réellement le dossier le plus important en termes de défense nationale et de renseignement ?

Les États-Unis ont désespérément besoin de changer l’orientation de leur politique étrangère. Les dépenses militaires de l’État américain représentent la moitié des dépenses mlitaires mondiales, et pourtant le sentiment d’insécurité est grand dans le pays. L’administration du pays infantilise ses alliés afin qu’ils ne paient pas pour se défendre. En matière de politique étrangère, l’État américain va de bourbier en bourbier de la même manière que la personne lambda prend son petit déjeuner : souvent et sans beaucoup de réflexion.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Donald Trump à un meeting
0
Sauvegarder cet article

Trump, désormais valet puant des Républicains, est expressément maintenu le plus éloigné possible de la Géorgie et du run-off (deuxième tour) entre Walker (Républicain) et Warnock (Démocrate) qui aura lieu le 6 décembre prochain.

 

Le problème de la Géorgie

Run-off sans enjeu réel, vu que les Démocrates ont déjà remporté le Sénat (tenant compte de la voix de Kamala), suite à la bérézina de tous les candidats sauf un poussés par Trump au Sénat, qui ont perdu la mère de toutes les élections imperdables.

En Géorgie, Wal... Poursuivre la lecture

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles