Bientôt un plan de sauvetage de l’État portugais ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bientôt un plan de sauvetage de l’État portugais ?

Publié le 5 avril 2011
- A +

La dégradation (de A3 à Baa1) de la note souveraine du Portugal par l’agence de notation Moody’s est la dernière d’une série de dégradations qui ont frappé le pays au cours du mois passé.

L’agence a indiqué qu’elle s’attendait à ce que le nouveau gouvernement portugais demande de l’aide extérieure « d’une manière urgente ».

Le taux d’intérêt de l’emprunt d’Etat portugais a atteint 9,91% hier, ce qui signifie qu’il est maintenant supérieur à celui de l’Etat irlandais au moment où ce dernier a demandé un plan de sauvetage.

Le Financial Times indique que presque tous les investisseurs et les commentateurs portugais considèrent un plan de sauvetage comme inévitable, à l’exception de l’ex-Premier ministre José Socrates qui maintient son opposition à un tel plan de sauvetage.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Arnaud Pineau-Valencienne. Un article de l'IREF Europe.

En quatre décennies, le déficit public du pays devient vertigineux. Son origine remonte à la première alternance de la Ve République. La France subit par dogmatisme un chambardement en matière de gestion de ses finances publiques. Nos partenaires américains et anglais nous le ferons comprendre lors d’un somptueux dîner à Versailles par leur silence éloquent.

Les promesses démagogiques fleurissent, « flattent les mouvements d’option » et l’addition se paie immédiatement

Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Rachida Dati dénonce les finances calamiteuses de la Ville de Paris et demande la mise sous tutelle financière… de l’État ! Si les pratiques de la Ville de Paris sont clientélistes, opaques et manquent de « sincérité financière » l’État n’a pas lui-même de leçon à donner dans ce domaine.

L’indignation touchera peut-être certains contribuables et administrés d’Anne Hidalgo mais pas la majorité. Anne Hidalgo a été réélue en 2020 alors que les dérives de sa gestion étaient connues. Rappelons que Rachida Dati fut ... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Avec Bruno Le Maire, c’est vraiment le 1er avril tous les jours ! Outre qu’il n’a pas l’air toujours très au fait des concepts économiques et financiers qu’il manipule doctement devant la presse ou la représentation nationale, il possède un art consommé de dire tout, son contraire et le contraire du contraire sur un ton d’enfant de chœur absolument prodigieux. Nouveaux exemples hier et avant-hier.

Bruno Le Maire pour la suppression de l'ENA

Vendredi, donc hier, il s’empressait d’acquiescer à la décision d’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles