Bientôt un plan de sauvetage de l’État portugais ?

Les investisseurs considèrent un plan de sauvetage comme inévitable

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bientôt un plan de sauvetage de l’État portugais ?

Publié le 5 avril 2011
- A +

La dégradation (de A3 à Baa1) de la note souveraine du Portugal par l’agence de notation Moody’s est la dernière d’une série de dégradations qui ont frappé le pays au cours du mois passé.

L’agence a indiqué qu’elle s’attendait à ce que le nouveau gouvernement portugais demande de l’aide extérieure « d’une manière urgente ».

Le taux d’intérêt de l’emprunt d’Etat portugais a atteint 9,91% hier, ce qui signifie qu’il est maintenant supérieur à celui de l’Etat irlandais au moment où ce dernier a demandé un plan de sauvetage.

Le Financial Times indique que presque tous les investisseurs et les commentateurs portugais considèrent un plan de sauvetage comme inévitable, à l’exception de l’ex-Premier ministre José Socrates qui maintient son opposition à un tel plan de sauvetage.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'anniversaire de la Constitution de 1822 a été très discret.

Il y a deux siècles, le 23 septembre 1822, le roi de Portugal approuvait la Constitution rédigée par les Cortes constituantes réunies à Lisbonne. Première des six Constitutions portugaises, ce texte contradictoire s'efforce de concilier les traditions du pays, notamment un catholicisme ardent, avec les principes nouveaux du libéralisme.

Pays marqué par l'influence française dès ses origines, la première dynastie royale n'était-elle pas capétienne ? Le Portugal était e... Poursuivre la lecture

L’examen du projet de loi du gouvernement sur le pouvoir d’achat, soit un paquet de nouvelles dépenses publiques à 20 milliards d’euros, débute ce lundi 18 juillet à l’Assemblée nationale. D’après les échos des discussions préalables en commission des finances, on devine que les débats seront animés, mais pas vraiment dans le sens d’un retour à une certaine sobriété budgétaire, bien au contraire. À tel point que le gouvernement, qui pourtant s’y connaît en « quoi qu’il en coûte », accuse maintenant les oppositions de vouloir faire « sauter la... Poursuivre la lecture

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles