Antisociale indexation automatique des salaires

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Antisociale indexation automatique des salaires

Publié le 5 avril 2011
- A +

Les arguments en faveur de l’indexation automatique des salaires semblent défendables à première vue. Une simple analyse montre pourtant à quel point elle est antisociale.

Quels sont les arguments en faveur de l’indexation des salaires ?

Les deux arguments principaux sont d’une part que cela préserve le pouvoir d’achat des travailleurs et d’autre part que cela soutient l’économie.

Pourquoi les prix augmentent-ils ?

Afin de pouvoir vérifier si ces deux affirmations sont exactes, il est important de se rappeler la raison pour laquelle les prix augmentent. Si les prix augmentent, c’est qu’il y a un déséquilibre entre l’offre et la demande.

Les solutions : autoritaire ou libre

Plusieurs solutions existent pour rétablir l’équilibre.

Dans les pays autoritaires voire dictatoriaux, il « suffit » soit de bloquer les prix, soit de rationner la demande, soit encore d’augmenter l’offre. Bloquer les prix a comme effet de ne pas rétablir l’équilibre, mais de donner l’illusion à la population que son pouvoir d’achat est maintenu. En effet, le blocage des prix a comme conséquence la pénurie. Les consommateurs ont l’argent pour continuer à consommer la même quantité de produit, mais ne peuvent le faire parce qu’ils ne trouvent plus la même quantité de ce produit.

Rationner la demande ne change rien au problème. Les consommateurs ne peuvent plus acheter la même quantité qu’avant. Le prix n’augmentera pas, mais les consommateurs devront réduire leur consommation. Enfin, augmenter l’offre est la plupart du temps impossible à réaliser. Sauf à subventionner l’offre, ce qui ne fait que camoufler une hausse des prix, puisque ce sont bien les consommateurs qui payeront cette subvention.

Dans les pays où la liberté individuelle existe, ce sont les agents économiques eux-mêmes qui réaliseront cette correction du déséquilibre. Les prix vont augmenter, ce qui aura comme conséquence d’une part que les consommateurs vont diminuer leur consommation de ce produit, soit en étant économes (rouler moins en voiture, chauffer moins…), soit en remplaçant le produit ou le service par un autre (utiliser les transports publics, utiliser une autre source d’énergie…). L’autre conséquence est qu’avec un prix plus élevé, il deviendra intéressant pour les producteurs de produire plus. Par exemple la production de pétrole revient dans certains cas à plus de $100 le baril. Il est donc inutile d’en produire quand le prix de ce baril est inférieur à $100.

Quelle est la conséquence de l’indexation des salaires ?

La première conséquence est que la pression d’augmentation de prix du produit ne diminuera pas. Puisque les travailleurs verront leur salaire augmenter, ils continueront à demander la même quantité de ce produit et le prix continuera à augmenter. Du moins pendant quelques temps, car les consommateurs modifieront tout de même leurs habitudes d’achat. Et achèteront d’autres produits qui alors verront leur prix augmenter, ce qui augmentera à nouveau l’index, et le cercle infernal pourra s’initier.

Cet effet inflationniste de l’index est heureusement limité d’une part par la manière dont il est calculé, et par l’effet de retard que ce calcul implique. Il est malheureusement limité par un autre effet pervers de l’indexation : la diminution du nombre de travailleurs. En effet, cette augmentation de salaire est exclusivement supportée par les employeurs. Qui n’ont que deux solutions pour maintenir leur activité : augmenter leurs prix, ce qui alimente l’inflation, ou diminuer leurs coûts. Pour diminuer leurs coûts, ces employeurs seront obligés de diminuer le nombre de travailleurs, par exemple en remplaçant des hommes par des machines. Ou alors ces entreprises partiront vers des contrées où les coûts salariaux sont moins élevés. Ce chômage supplémentaire diminuera le revenu total du pays, ce qui diminuera la demande de produits et donc l’inflation.

Si le pays a encore sa propre monnaie, il peut contrer ces effets négatifs par une dévaluation. Ce n’est pas le cas de la Belgique qui utilise l’euro comme des pays à coûts salariaux bien inférieurs aux nôtres…

L’indexation automatique augmente le pouvoir d’achat des plus hauts salaires

Sans rentrer dans les détails de la manière dont l’indice des prix est calculé, celui-ci reflète les prix d’un « panier de la ménagère moyen ». Or si les prix des produits de première nécessité augmentent, et les produits de luxe n’augmentent pas ou peu, l’indice des prix augmentera. Le taux d’augmentation sera inférieur à l’augmentation des prix des produits de première nécessité, et supérieur à l’augmentation des prix des produits de luxe. Ceux dont les dépenses sont principalement des produits de première nécessité ne pourront de toute manière pas continuer à consommer la même quantité de produit, tandis que les travailleurs à haut salaires pourront consommer beaucoup plus de produits dits de luxe. On peut se poser la question de savoir si la personne qui gagne 1.000.000 € par an a besoin de voir ce salaire être indexé pour « maintenir son pouvoir d’achat ».

Il est évident qu’il faut veiller à ce que les personnes qui ont des salaires très bas soient protégées des hausses de prix qu’elles ne peuvent supporter. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas simplement augmenter significativement le premier palier de taxation, par exemple en utilisant un indice des prix des ménages à bas revenu?

L’indexation des salaires est donc anti-sociale puisqu’elle a comme conséquence une diminution du volume de l’emploi, principalement des travailleurs les moins qualifiés et avantage les hauts salaires.

L’indexation des salaires ne soutient pas l’économie

L’argument est que l’augmentation des salaires permettra aux travailleurs de continuer à consommer. Mais cet argent supplémentaire n’est pas créé à partir de rien. Cet argent vient soit des augmentations de prix, soit des économies réalisées par l’engagement de moins de personnes. Donc cette augmentation ou maintien de consommation se fait au détriment de la consommation d’autres consommateurs. Et surtout nous avons montré que le risque est que des entreprises délocalisent, sans parler de la tentation des consommateurs d’acheter dans des pays limitrophes. Ce qui augmentera la consommation dans ces pays, mais diminuera de nouveau la consommation intérieure.

En conclusion, les seuls arguments de maintien de l’indexation automatique des salaires sont d’une part le fait que c’est un argument électoral de poids, à condition que l’électeur ne se rende pas compte que cette indexation est anti-sociale et le fait que cela évite des négociations salariales annuelles. Et nous savons combien négocier en Belgique est difficile…

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Pourquoi ne pas parler aussi du Luxembourg. Moi qui habite à coter de ces 2 pays je n’en ai pas la même vision.

  • « Si les prix augmentent, c’est qu’il y a un déséquilibre entre l’offre et la demande. »

    Bah non. Les prix augmentent parce qu’il y a un surplus de monnaie que se partagent arbitrairement Banques, Etats et Grandes Entreprises au détriment des individus, via un jeu de chaises musicales, autrement appelé « chaîne de ponzi » ou « pyramide de ponzi ».

    Ceci étant dit l’indexation des « salaires » peut se faire grâce à cette création monétaire totalement arbitraire, faisant monter salaires et prix, et donc au détriment des citoyens libres non-salariés, et n’étant pas « près du robinet ».

    La création monétaire Banco-Etatique, qui n’assure pas un minimum de symétrie avec les individus est un instrument d’esclavagisme.

    L’esclavage est contraire à la liberté.

    • mais c’est quoi, un « surplus de monnaie » ? La monnaie est une dette de l’émetteur de monnaie à l’égard des tiers qui détiennent cette monnaie, c’est donc la matérialisation d’une demande (je simplifie à peine ; en vrai les détenteurs ne manifestement pas tous encore cette demande, ils peuvent juste le faire à tout moment). Si elle est en « surplus », c’est que la demande est plus forte que l’offre. « surplus de monnaie » = déséquilibre entre l’offre et la demande

    • Si l’on considère que l’augmentation de la monnaie est une des causes de l’inflation, cela ne change rien au raisonnement: cette quantité de monnaie supplémentaire augmente la demande de produits et donc cause l’augmentation des prix.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2008 le monde a subrepticement changé de régime monétaire. Les médias (c'est sûr) et même les banques centrales (apparemment) n'en ont pas encore pris conscience. Ils continuent de discourir comme s'il n'en était rien. Conséquence : un déluge d'hystérie et de prévisions inflationnistes non crédibles.

Aujourd'hui, une toute petite part seulement de la création monétaire a pour origine la Banque centrale. Dans son étude de 2014 sur la création de la monnaie la Banque d'Angleterre donne le chiffre de 3 % pour le Royaume Uni (monnaie + ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

À plusieurs reprises, j'ai parlé de la monnaie neutre et il me semblait opportun d’expliciter cette notion en me référant aux travaux d’un auteur qui en a fait son fer de lance : l’économiste Friedrich Hayek. Son papier, « On Neutral Money », sera la principale source de cet article.

Les travaux d’Hayek

Celui-ci est originellement un appendice à la quatrième lecture de son livre Prices and Production. Il est également compilé dans son recueil d’essais Money, Capital and Fluctuations: Early Essays. Fr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles