Noter les agences de notation ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Noter les agences de notation ?

Publié le 5 avril 2011
- A +

Dans un article sur AgoraVox, monsieur Michel Santi propose de noter et de sanctionner les agences de notation. Voici ma réponse (dans les commentaires) :

(Illustration René Le Honzec)

À propos des agences de notation Michel Santi se demande « en vertu de quelle loi divine ou autre tradition ancestrale des personnages ne disposant d’aucun mandat électif s’arrogeraient-ils autant de pouvoirs sur les dettes souveraines de nos pays ».

La loi divine n’a en effet rien à voir là-dedans. Si les agences de notation ont acquis un tel pouvoir, c’est parce que ce pouvoir leur a été donné par la loi des hommes et – pour être plus précis – par les ratios prudentiels créés en 1988 et imposés par voie légale dans la plupart des pays de l’OCDE à partir de 1992 par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, la réunion des gouverneurs des banques centrales du G10.

Ces ratios – le ratio Cooke dans un premier temps suivi du ratio McDonough et bientôt d’une troisième version – ont donné aux notes des agences un caractère légal et ont ainsi obligé les banques à adapter leurs portefeuilles de crédit en fonction des décisions des agences. Ainsi, quand un État comme le Portugal est dégradé, les banques vendent les obligations d’État portugaises non pas parce qu’elles font confiance aux agences de notation mais parce que la règlementation le leur impose.

C’est cette institutionnalisation des agences qui leur a donné un tel pouvoir déstabilisateur sur les marchés, qui leur a permis de faire payer leurs notes aux émetteurs et qui, enfin, leur permet de réaliser de tels bénéfices.

Plutôt que d’appeler à « noter » les agences (et qui notera celui qui aura cette charge ?) et à les « sanctionner » (sur quelle base ?), monsieur Santi ferait mieux d’appeler à mettre fin à ce partenariat public/privé malsain.

Comment un « ancien responsable de salle de marché » peut-il ignorer ça ?

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Prôné la fin du partenariat Public/Privé ne paye pas politiquement. M Santi, qui doit aussi gérer sa carrière, le sait très bien. C’est pour cela qu’il continue à privilégier le renforcement des moyens de contrôle publics pluitôt que l’auto-contrôle du marché libre (c’est à dire l’auto-contrôle par la concurrence et le libre choix).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Jacques Handali.

Les arbres peuvent-ils grimper jusqu’au ciel ? Semaine après semaine, les bourses multiplient les records. À première vue, s’en inquiéter semble excessif, du moins pour l’instant. Atteindre des sommets n’a jamais empêché le marché de dépasser ses limites.

En règle générale, les actions ont même presque toujours enregistré des performances supérieures à la moyenne, une fois une barrière historique franchie.

Le Standard & Poors 500 (S&P), indice phare de Wall Street, a dépassé les 4000 poi... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Duval.

Vous avez certainement entendu parler de l’agence de notation Moody’s.

Avec son concurrent Standard & Poors, Moody’s est la société d’analyse financière la plus respectée et la plus suivie.

Son travail est d’analyser les grandes entreprises et les États pour leur attribuer une note de sûreté.

Ces notations (qui vont de AAA à D en passant par AA+ ou C) permettent aux grands gestionnaires de fonds de savoir si un investissement est risqué ou non.

Vous vous souvenez sans doute de la pert... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Simone Wapler.

L’événement important qui occupait les grands médias la semaine dernière était le G7 et les arguties sur le climat. Mais l’événement intéressant fut la dégradation de la note de crédit de la Chine par Moody’s.

La Chine devient l’acteur mondial pro-commerce, établit ses routes et ses partenariats comme autrefois l’Angleterre toute puissante puis les États-Unis.

Pour tenir ses partenaires, la Chine utilise un opium bien spécial : le crédit. Elle construit des infrastructures qui lui serviront en prêtant o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles