Égalité des sexes & assurances

Comment détraquer le marché

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Égalité des sexes & assurances

Publié le 30 mars 2011
- A +

Les économistes sont souvent taxés de mal prédire l’avenir et les Français leur préféreraient d’ailleurs les astrologues. Nous pouvons néanmoins prédire avec certitude l’avenir du marché de l’assurance : il va se détraquer. En effet, la décision de la Cour européenne de Justice interdisant la discrimination selon le sexe dans les contrats d’assurance va couper le moteur de l’assurance et avec elle de quoi se protéger efficacement contre les aléas de la vie.

La lutte contre la discrimination entre les assurés part sans doute d’une bonne intention, mais à quoi sert-elle si elle nous fait courir à tous davantage de risques. Il est contradictoire de critiquer en permanence la prise de risque et l’irresponsabilité des marchés et d’en miner en même temps une de ses institutions-phare, nécessaire à la prise en charge des risques et des dommages que leur réalisation occasionne.

Si l’assurance est discriminatoire, c’est parce qu’elle ne peut pas fonctionner autrement si elle veut protéger efficacement les assurés.

En effet, pour offrir une bonne gestion des risques, les assureurs doivent faire la différence entre différents risques et les classer. L’objectif est de regrouper des risques similaires, puis de calculer des prix pour les couvrir en fonction du nombre de fois que ce risque s’est concrétisé dans le passé.

La libre différenciation des risques, des primes et des polices d’assurance joue un rôle crucial pour le bon fonctionnement du secteur de l’assurance qui doit en particulier éviter de n’attirer que des « mauvais risques ».

Comme cela peut provoquer sa faillite, l’assureur met en place des franchises ou décide de pénalités plus sévères (malus) pour certains groupes de risques, comme celui des jeunes automobilistes. Des tarifications diverses et la différentiation sont au cœur du métier de l’assureur.

En leur absence, les « mauvais » risques se multiplient, car ils se trouvent subventionnés par les bons risques.

C’est probablement une chance pour ceux qui se trouvent ainsi subventionnés, mais ils le sont aux dépens des autres souscripteurs qui le paient par des primes et des franchises plus élevées. La réglementation « anti-discrimination » n’a donc aucunement fait disparaître « la discrimination ». Par un tour de passe-passe, elle l’a seulement déplacée d’un groupe vers un autre.

Ainsi, dans le cadre des nouvelles règles assurantielles en Europe, les femmes pourraient être pénalisées en matière d’assurance automobile ou d’assurance contre les maladies graves. En matière d’assurance santé ou d’assurance vie/décès, des souscripteurs jeunes et en bonne santé seront amenés à subventionner les assurés plus âgés et généralement plus fortunés.

À plus long terme, la prise inconsidérée de risques se trouvera encouragée par la réglementation. Cela renchérira le coût des polices d’assurance et risque même d’inciter les assureurs à ne plus proposer certains contrats. Les assurés en seront les grands perdants et devront payer le coût caché de cette réglementation qui ouvre grand la porte à de nouvelles interventions des pouvoirs publics qui n’iront pas sans leurs propres effets pervers.

La politique « anti-discrimination » de l’Europe ne remplit pas ses promesses, car elle ne peut guère supprimer la discrimination envers un groupe sans créer de la discrimination envers un autre. Dans certains cas, les hommes seront favorisés et dans d’autres, ce seront les femmes. Par contre, en supprimant la boussole des prix à travers la diversification des primes et des polices d’assurance, elle détraque le marché et va nous faire courir beaucoup plus de risques à l’avenir.

(Illustration René Le Honzec)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Selon la mairie de Paris, 16 millions de touristes s'apprêtent à assister aux Jeux Olympiques qui se tiendront dans l'Hexagone entre le 26 juillet et le 11 août 2024. Une quinzaine de villes françaises sont mobilisées pour organiser les épreuves sur 35 sites différents. Cet afflux de touristes et de visiteurs représente une opportunité pour les propriétaires et locataires désireux de louer ou sous-louer leur logement. Une véritable aubaine, d’autant que le prix à la nuitée devrait sensiblement augmenter (projections à + 199 % en région parisi... Poursuivre la lecture

Lorsque les États retirent les subventions à l'achat de voitures électriques, la demande ne baisse pas, elle disparait. Telle est l'observation de Carlos Tavares lors de son audition au Sénat.

« Lorsque les états retirent les subventions à l’achat des VE, la demande ne baisse pas, elle disparait » Carlos Tavares, DG de Stellantishttps://t.co/CSKnae5SiR pic.twitter.com/fynYYVSYVz

— Documentaire et Vérité (@DocuVerite) April 4, 2024

Après Vincent Bolloré à l'Assemblée nationale, ces auditions de grands ... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article
La dérive de Disney, commencée il y a plusieurs années, est illustrée par Samuel Fitoussi, dans Woke fiction, son ouvrage sur les fictions. Il compare l’évolution du caractère de Mulan entre la version de 1998 et celle de 2020.

Il écrit :

« Dans la version de 1998, le personnage éponyme, jeune femme courageuse, se déguise en homme et s’engage dans l’armée pour défendre son pays. Plus frêle et plus faible que toutes les autres recrues, elle est d’abord une piètre combattante […]. Déterminée, elle progresse, compense ses lacunes phys... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles