Égalité des sexes & assurances

Comment détraquer le marché

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Égalité des sexes & assurances

Publié le 30 mars 2011
- A +

Les économistes sont souvent taxés de mal prédire l’avenir et les Français leur préféreraient d’ailleurs les astrologues. Nous pouvons néanmoins prédire avec certitude l’avenir du marché de l’assurance : il va se détraquer. En effet, la décision de la Cour européenne de Justice interdisant la discrimination selon le sexe dans les contrats d’assurance va couper le moteur de l’assurance et avec elle de quoi se protéger efficacement contre les aléas de la vie.

La lutte contre la discrimination entre les assurés part sans doute d’une bonne intention, mais à quoi sert-elle si elle nous fait courir à tous davantage de risques. Il est contradictoire de critiquer en permanence la prise de risque et l’irresponsabilité des marchés et d’en miner en même temps une de ses institutions-phare, nécessaire à la prise en charge des risques et des dommages que leur réalisation occasionne.

Si l’assurance est discriminatoire, c’est parce qu’elle ne peut pas fonctionner autrement si elle veut protéger efficacement les assurés.

En effet, pour offrir une bonne gestion des risques, les assureurs doivent faire la différence entre différents risques et les classer. L’objectif est de regrouper des risques similaires, puis de calculer des prix pour les couvrir en fonction du nombre de fois que ce risque s’est concrétisé dans le passé.

La libre différenciation des risques, des primes et des polices d’assurance joue un rôle crucial pour le bon fonctionnement du secteur de l’assurance qui doit en particulier éviter de n’attirer que des « mauvais risques ».

Comme cela peut provoquer sa faillite, l’assureur met en place des franchises ou décide de pénalités plus sévères (malus) pour certains groupes de risques, comme celui des jeunes automobilistes. Des tarifications diverses et la différentiation sont au cœur du métier de l’assureur.

En leur absence, les « mauvais » risques se multiplient, car ils se trouvent subventionnés par les bons risques.

C’est probablement une chance pour ceux qui se trouvent ainsi subventionnés, mais ils le sont aux dépens des autres souscripteurs qui le paient par des primes et des franchises plus élevées. La réglementation « anti-discrimination » n’a donc aucunement fait disparaître « la discrimination ». Par un tour de passe-passe, elle l’a seulement déplacée d’un groupe vers un autre.

Ainsi, dans le cadre des nouvelles règles assurantielles en Europe, les femmes pourraient être pénalisées en matière d’assurance automobile ou d’assurance contre les maladies graves. En matière d’assurance santé ou d’assurance vie/décès, des souscripteurs jeunes et en bonne santé seront amenés à subventionner les assurés plus âgés et généralement plus fortunés.

À plus long terme, la prise inconsidérée de risques se trouvera encouragée par la réglementation. Cela renchérira le coût des polices d’assurance et risque même d’inciter les assureurs à ne plus proposer certains contrats. Les assurés en seront les grands perdants et devront payer le coût caché de cette réglementation qui ouvre grand la porte à de nouvelles interventions des pouvoirs publics qui n’iront pas sans leurs propres effets pervers.

La politique « anti-discrimination » de l’Europe ne remplit pas ses promesses, car elle ne peut guère supprimer la discrimination envers un groupe sans créer de la discrimination envers un autre. Dans certains cas, les hommes seront favorisés et dans d’autres, ce seront les femmes. Par contre, en supprimant la boussole des prix à travers la diversification des primes et des polices d’assurance, elle détraque le marché et va nous faire courir beaucoup plus de risques à l’avenir.

(Illustration René Le Honzec)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
retraites
4
Sauvegarder cet article

Étant donné le débat actuel sur la réforme du système de retraite, il est utile de rappeler la position libérale à ce sujet. Cela permettra aussi de se rendre compte à quel point la société française a tourné le dos aux idées libérales.

Il est difficile de justifier a priori qu’un monopole d’État impose un système des retraites à toute la population. Pourquoi faut-il un âge « légal » de retraite ? Chaque individu ayant des besoins différents il donc semble logique et même moralement souhaitable qu'il puisse choisir librement quand part... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

Selon une étude commandée par la plateforme financière HelloSafe, les cambriolages en France devraient coûter près de 359 millions aux assureurs en 2022.

En tête des régions les plus touchées par ce fléau, l’Île-de-France comptabiliserait 23 % du total national avec 46 072 vols par effraction cette année. Le sud est aussi haut dans ce classement lamentable, en particulier la région Auvergne-Rhône-Alpes et la région Provence-Alpes Côte d’Azur, qui subissent respectivement 27 840 cambriolages et 2... Poursuivre la lecture

L’émergence de la société marchande à la fin du XVIIe siècle et les conséquences multiples de son plein développement dans le siècle suivant n’ont pas laissé les philosophes indifférents.

Si nombre d’entre eux l’ont durement critiquée, d’autres en ont au contraire loué les vertus. C’est notamment le cas de Voltaire et sans doute de façon surprenante de Georg Wilhelm Friedrich Hegel, un philosophe majeur, pourtant apologiste de l’État. Peut-on défendre à la fois l’État et le marché ? C’est ce qu’il fait.

Hegel est l’un des philos... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles