Pour DSK, le socialisme, c’est kromeugnon

DSK se présenterait donc. Et son slogan est déjà tout trouvé : le socialisme, c’est kromeugnon !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Dominique Strauss Kahn (Crédits : FMI, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour DSK, le socialisme, c’est kromeugnon

Publié le 21 février 2011
- A +

C’est décidé : DSK sera candidat. Enfin, bon. Peut-être. Ah, y’a de quoi se tâter. Il hésite. Et puis non, il ne voudrait pas bousculer Martine, sa copine. Mais bon, tout de même : il y a une vraie opportunité… Alors, DSK rôde et s’approche, sans avoir trop l’air de s’y mettre, mais sans non plus laisser supposer qu’il n’en serait pas. Des fois que…

Et c’est donc tout en subtilité de raminagrobis que Dominique se rapproche doucement de mai 2012.

D’un côté, il est, officiellement tout du moins, toujours patron du FMI et ne peut, à ce titre, montrer trop d’empressement à venir se mêler de politique en France, faisant ainsi passer sa charge (fort bien rémunérée) en second plan. Il a déjà été rappelé à l’ordre pour avoir trempé le biscuit de façon fort peu discrète et pas assez anglo-saxonne ; nul doute que se lancer dans les présidentielles françaises maintenant le conduirait à prendre rapidement la porte, et fini les gros chèques de fin de mois.

De l’autre, … de l’autre, il n’en finit pas de savourer des sondages équivoques qui, s’ils ne permettent pas de déterminer avec précision sa popularité, lui donnent en tout cas une importance notoire dans le paysage politique français, et par conséquent chez les politiciens officiellement socialistes.

Et lorsqu’il passe par Paris, il s’empresse de le faire savoir et débarque, tout guilleret, sur les plateaux d’une télé d’état déjà toute acquise à sa parole.

DSK

Le pas-encore-candidat se sera donc fendu à de gentilles questions d’un journaliste dégoulinant — mon écran en est encore tout moite — de quelques réponses sur le mode « J’aime retrouver les Français« , qui a le bon goût de ne froisser personne même si les quelques Français qu’il retrouve dans les salons feutrés de la République sont tout sauf typiques.

On apprend ainsi qu’au FMI, il s’occupe « des problèmes des gens« . On ne saura pas s’il se charge de les résoudre ou plutôt d’en créer, encore qu’à voir l’état général de l’économie mondiale, on peut raisonnablement penser qu’il fait un travail décent d’innovations pour ne pas tomber à cours d’occupations.

En tout cas, dans sa courte interview, notre petit Dominique (de moins en moins petit, d’ailleurs, l’homme gonfle autant que son salaire, semble-t-il) ne nous aura épargné aucun atermoiement sur les difficultés que traversent, justement, ces gens qui subissent cette crise qu’il turbine à étendrerésoudre.

Eh oui : la crise, auparavant financière, s’est transformée en économique et, nous tartine-t-il en couches épaisses avec de vigoureux geste de poignet, elle reste maintenant dans une phase sociale. Comme d’autres à l’oreille des chevaux, il explique susurrer à l’oreille des guignols à mandats pour leur expliquer qu’il faut absolument faire plus de social, pour aider tout le monde avec l’argent gratuit que lui, avec Jean-Claude (de la BCE) et Ben (de la Fed) mettent à disposition pour ceux qui en demandent.

Point cependant parfaitement éclairant, Strauss-Kahn explique cependant que l’Europe et la France sont plus touchés que les autres parties du monde ; il décrit ainsi l’envie d’avancer qu’on ressent dans plusieurs grands pays émergents qui sont pourtant marqués par une très forte disparité des classes sociales, et, a contrario, l’absence quasi-pathologique de volonté et de désir des Français. On ne peut lui donner tort : s’il y a bien une caractéristique de la France actuellement, c’est cette absence mûrement acceptée de toute pétulance dès qu’il s’agit d’aller au travail, de s’en créer un, de fournir des efforts créatifs ; et lorsqu’on sait que toute tentative d’un tel entrain sera durement écrabouillée par les pantoufles moelleuses mais gigantesques et lourdissimes de l’Etat, on comprend que le citoyen s’est fait à l’idée de morosité ambiante.

Mais rassurez-vous : après ces quelques secondes de lucidité, Dominique, en pleine descente de sevrage et sentant que la réalité n’est subitement plus aussi bisounours que d’habitude, reprend bien vite une dose de sociaïne ; dans une belle lancée, il admet alors qu’il faut que, tout comme les individus, les états s’astreignent à des finances bien gérées, et que, pour ce faire, rien ne vaudrait un bon gros bouillon de relance keynésienne et de grands travaux au niveau européen. Chouette idée, ça, les grands travaux, non ?

Qu’on financeraient par l’emprunt, je suppose.

Oui : il faut avoir des finances saines, et reprendre une dose d’emprunts et de keynésianisme.

C’est ce même homme, le patron du FMI, qui prétend donc y connaître quelque chose en économie, qui, sur la pointe des pieds, se prépare à poser sa candidature pour les présidentielles de 2012, qui, dans un même souffle, nous explique tout ça. Ébouriffant, non ?

Mais le mieux, c’est finalement le petit slogan, quasiment en sorte de conclusion, dont nous gratifie le patron du FMI : pour lui, « Le socialisme, c’est l’espoir, l’avenir, l’innovation. »

En tout cas, si l’on doutait qu’il allait se lancer dans le jeu ridicule des présidentielles, on a maintenant confirmation ; il a même préparé, avec son crayon HB sur un petit calepin aux rayures seyès, un petit bout de langue légèrement sorti et le front plissé sous l’effort de concentration, toute une batterie de gentils slogans qui permettront de rendre le socialisme plus doux, plus joli, plus sympa. Sur les premières lignes, on peut sans doute lire « Le socialisme, c’est kromeugnon », biffé car jugé trop jeune, sans doute… Et, un peu plus bas, le fameux socialisme équivalent à l’espwâr, l’avenir et l’innovation.

Et là, si on l’ajoute au reste de ses envolées lyriques, ça fait tout de suite froid dans le dos.

L’espoir serait donc le socialisme dans lequel on baigne pourtant depuis plus de trente ans ?

L’avenir, ce serait ce socialisme qu’on n’arrête pas d’appliquer, à dose plus ou moins fortes, dans toutes les strates de la société, de la commune à la nation en passant par le département, la région et toutes les antennes sociales, médicales, administratives et bureaucratiques ?

L’innovation, ce serait cette recette poussiéreuse, qui a été appliquée avec le succès qu’on connaît dans des douzaines d’endroits qui travaillent encore à s’en remettre ou continuent de s’y enfoncer ? Ce serait cette idée délétère qu’on ressort en France à toutes les occasions, pour tenter de sauver un système qui survit depuis plus de soixante ans en assurant le vol des uns par les autres, qui s’avachit lentement sous son propre poids ?

Oh, oui ! Chic alors, DSK se présente !

Mais qu’il soit élu ou non, vraiment, ce pays est foutu.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Franchement, les tirades sur le salaire élevé… Du même niveau que l’UMP et le PS, on pourrait s’en passer. Pas la peine de se rabaisser à leur niveau de la média-politique, je pense que Contrepoints vaut mieux que ça, même quand il s’agit de se moquer.

    Et sinon, socialiste ou pas, le DSK devrait au moins rétablir l’équilibre budgétaire, ce qui serait déjà plus libéral que ses collègues de l’UMP. Qu’il fasse le beau à la télé pour des raisons électoralistes n’est pas à son avantage, mais il a trop joué l’assainissement des dépenses publiques dans son rôle du FMI pour que ça passe. Il a quand même participé aux réductions massives de l’Etatisme chez les Grecs, et ne s’est pas gêné pour supputer que la France devait faire la même chose, au grand dam de ses pseudo-amis socialistes.

    Alors je sais qu’oser exprimer une nuance ou un « moins pire » va m’attirer les foudres des bien-pensants, mais entre une Droite qui va endetter toujours plus la France et un pseudo-socialiste qui essaiera de faire sa mixture en réduisant le déficit, je préfère quand même le deuxième. Même s’il y a « socialiste » dans le nom, c’est pas l’emballage qui compte.
    Enfin, à moins que par magie le bipartisme à la française s’efffondre pour 2010, mais je ne crois plus aux contes de fées depuis longtemps…

    • « Du même niveau que l’UMP et le PS, on pourrait s’en passer. »
      La bonne blague. Le procédé de sous-titrage « populiste » est tellement minable que je n’irai pas commenter plus.

      « DSK devrait au moins rétablir l’équilibre budgétaire »
      Z’avez vu jouer ça où ? En 40 ans, *aucun* président ne l’a fait. Pourquoi lui, socialiste en diable ? Pourquoi lui, avec son keynésianisme débridé ?

      « Il a quand même participé aux réductions massives de l’Etatisme chez les Grecs »
      Là aussi, grosse blague. D’une part, les efforts consentis par les Grecs sont minimes, quoi que vous puissiez en penser, et de toute façon insuffisants (CDS et taux grecs en hausse continuelle), d’autre part DSK n’y est pas élu : il peut toujours imposer ce qu’il veut, il ne prend aucun risque. La différence avec un mandat présidentiel saute aux yeux.

      « pseudo-socialiste qui essaiera de faire sa mixture en réduisant le déficit »
      Non. Il ne fera absolument rien dans le bon sens. Il sera *exactement* comme ses prédécesseurs, parce qu’il n’a absolument rien à perdre à l’être.

  • – Je répugne et critique l’UMP, le PS ou les Gauchistes lorsqu’ils s’adonnent au petit jeu populiste « z’avez vu comme il est riche, il ne vous représentera pas », je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas la même chose pour quiconque, fut-il libéral.

    – Concernant DSK lui même: les mesures en Grèce ont quand même bien fait chuter les dépenses gouvernementales, et ont apporté une bonne dose de libéralisme (fonctions fermées, fonctionnaires…)
    Pour ce qui est de la France, il s’est fait allumer pour avoir à plusieurs reprises souhaité des mesures similaires. Selon ses dernières déclarations, il souhaiterait revenir à l’équilibre à moyen-terme, c’est-à-dire sans non plus se précipiter et casser les probabilités de croissance, mais en continuant à déduire les dépenses tout de même. Parmi elles, le rapprochement CDI/CDD, la modération du smic… des trucs que Sarko lui-même n’oserait pas.

    Et il est là le hic: le Sarko a beau faire semblant de faire des coupes, il continue à endetter l’Etat, parler de « grands emprunts », rendre l’Etat toujours plus puissant et omniprésent… Bref, je le vois encore pire que DSK. Il n’a peut-être pas l’étiquette socialiste, mais il est bien plus concentrateur et étatiste.

    Et comme je le disais, dans notre système politique binaire à la con, on risque fortement d’avoir à choisir au final entre ces deux gus là…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’article 49, alinéa 3, de la Constitution française (dit 49-3) prévoit que lors du vote d’un projet ou d’une proposition de loi, le Premier ministre peut décider d’engager la responsabilité du gouvernement.

Dans ce cas, le projet de loi est alors adopté sauf si une motion de censure est déposée par au moins un dixième des députés. En cas de rejet de la motion, le projet est considéré comme adopté ; dans l’hypothèse inverse, le texte est rejeté et le gouvernement renversé.

 

La fin du régime des partis et la parlementar... Poursuivre la lecture

Par Kevin Brookes.

À la suite des élections présidentielle et législatives de 2022, de nombreux commentateurs ont mis en avant le clivage entre les ruraux et les urbains pour rendre compte des résultats du vote.

Ce discours médiatique est produit principalement par des commentateurs qui pointent depuis des années, cartes à l’appui, le fossé – croissant – entre le vote des grandes villes et le vote d’une « France périphérique ». Il y aurait une opposition politique entre une France des métropoles, multiculturaliste, gagnante de l... Poursuivre la lecture

Signe de la politique éternelle, les ralliements au candidat président se multiplient. Quel est leur sens ? Macron est en position de force dans ce quinquennat qui se termine dans l’agitation du monde. Une pandémie à peine maîtrisée, une invasion guerrière en Europe, deux évènements prédictibles, graves ont bouleversé le jeu. D’un côté d’anciens enjeux structurels, revenus, chaos migratoire, dette publique et adaptation au changement climatique et de l’autre le retour de la réalité brutale.

Un groupement de pays sans frontières défendu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles