NTIC et révoltes arabes

Cet élément constitutif du pouvoir qu’est l’information est désormais à la portée des individus et, plus encore, des groupes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

NTIC et révoltes arabes

Publié le 11 février 2011
- A +

L’impact des TIC sur les modes de production du politique avait déjà été notée aux Etats-Unis ou en Chine, mais leur rôle central dans les révolutions de Tunisie et d’Egypte révèle l’ampleur du changement de paradigme.

Certes la cause première de celles-ci est le ressentiment, la frustration, l’aliénation de larges parties de la population. Mais comme dans une réaction chimique, la révolution numérique est le catalyseur des révolutions politiques.

En permettant à des individus isolés, atomisés, impuissants face à un régime répressif, de s’associer, de se regrouper, de se mobiliser, elle donne une dimension nouvelle à la définition, proposée par Hannah Arendt, de l’essence du politique comme la capacité humaine à ne pas simplement agir, mais à « agir de concert ».

Lire la suite de « Révolution numérique » et révolutions politiques, par Pierre Buhler, sur le site de Telos.

Ce paragraphe a été reproduit avec l’autorisation de Telos.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions.

Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réal... Poursuivre la lecture

droit des étrangers
1
Sauvegarder cet article

Par Robert E. Wright.

Vous entendez souvent cette question lors de réceptions et de dîners chics, chez le coiffeur et dans la salle de repos du bureau. Pourquoi les habitants de X ne se révoltent-ils pas tout simplement et ne remplacent-ils pas leur méchant ou "cupide" dirigeant Y ?

Pourquoi pas, en effet ? De toute évidence, malgré les exactions de Y, les coûts attendus de la rébellion doivent dépasser ses bénéfices attendus.

Un peuple n'a pas d'intérêts homogènes

Le peuple n'a nulle part des intérêts homogènes. Certains... Poursuivre la lecture

Au Canada, en Nouvelle Zélande, et ailleurs, les convois de la liberté sont un signe, peut-être le plus éloquent, non seulement d’un rejet spécifique d’une politique sanitaire arbitraire et injuste, mais plus généralement d’un nouvel autoritarisme en Occident.

Ces manifestations sont intéressantes car pour une fois ce sont des Anglosaxons qui ont pris l’initiative de se révolter contre les violations des libertés individuelles qu’ils subissent depuis deux ans. Cela est relativement inhabituel car ce sont des populations ayant tradition... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles