Les Américains pauvres plus riches que les Indiens riches

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Inégalités de revenu

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Américains pauvres plus riches que les Indiens riches

Publié le 1 février 2011
- A +

Où l’on montre que les Américains les plus pauvres sont plus riches que 70% de la population mondiale.

Catherine Rampell d’Economix publie un tableau remarquable du livre de Branko Milanovic, « The Haves and Have Nots » (en français, « Les nantis et les démunis »). Sur l’axe horizontal sont indiqués la répartition des revenus des habitants d’un pays donné allant des 5% les plus pauvres (1er ventile) aux 5% les plus riches (20ème ventile).  Sur l’axe vertical est indiquée la part de la richesse mondiale détenue par ces mêmes personnes.

Le graphique montre que les 5% de Brésiliens les plus pauvres sont aussi parmi les plus pauvres dans le monde, mais que les 5% des Brésiliens les plus riches sont parmi les plus riches du monde. Ainsi, l’étalement vertical de chaque courbe renseigne sur le niveau des inégalités des pays considérés : plus la courbe est étirée en hauteur, plus les inégalités de revenu sont importantes dans le pays.

Si nous comparons les pays entre eux, nous voyons que les 5% d’Américains les plus pauvres sont parmi les personnes les plus riches au monde (plus riches que près de 70% des autres personnes dans le monde). Les 5% d’Américains les plus pauvres sont ainsi plus riches que les 5% des Indiens les plus riches.

Source : Marginal Revolution

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles