Météo, médias et mensonges

mo_foi

Planter le dernier clou dans le cercueil des mensonges des services météo britanniques

C’est devenu de l’importance la plus cruciale pour les services météo britanniques de protéger leur propre affirmation selon laquelle ils avaient, d’une façon ou d’une autre, prédit la rudesse du temps qu’il ferait, avant le début de l’hiver, à tel point que c’est devenu un article de foi que cette affirmation est correcte. Pour bétonner ce mensonge, et avec l’aide Roger Harrabin de la BBC, le « Met Office » (services météo) a tenté de réécrire l’histoire.

Mais, avec un peu de patience et beaucoup de persistance, Autonomous Mind a finalement planté le dernier clou dans le cercueil de ce mensonge. Sur la base de la réponse à une demande d’information publique (« freedom of information act » du Royaume-Uni), soumise par Katabasis, une autre fourmi laborieuse qui sait où trouver des biscuits, il a découvert que le Met Office avait été « économe avec la vérité » dans son récit de ce qu’il avait dit au gouvernement, et dont il prétend que c’était une prédiction de mauvais temps.

Avec entre les mains une copie de ce qui a vraiment été dit, il se trouve que la phrase clé, qui passe pour le fameux conseil, dit en fait : « la vision du Met Office pour la période de novembre à janvier ne montre aucun signal clair pour l’hiver ». En d’autres termes, ça prouve que les services météo ont complètement échoué à discerner le changement qui nous a frappé moins d’un mois après qu’ils aient émis leur « évaluation pour l’hiver » totalement inadéquate.

Autonomous mind pense que le Met Office est désormais entièrement discrédité. Tout aussi discrédité, l’analyste environnement de la BBC, Roger Harabbin, qui a tenté de protéger le Met Office, abusant de sa position pour leur compte. Tous deux nous doivent une explication.

À vous les studios.

Repris de EU Referendum avec l’aimable autorisation de Richard North.

La météo détournée par les verts
Pourquoi Londres été préparée à la neige
Ce réchauffement qui n’en finit pas de nous les geler