Keynes est mort, enterrons-le !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Keynes est mort, enterrons-le !

Publié le 27 janvier 2011
- A +

Keynes qui ? Peu importe. Ce que vous devez savoir, c’est que les théories de ce défunt économiste nous entraînent tranquillement vers la dépression.

Si le gouvernement gaspille vos impôts et s’endette pour « relancer » l’économie, c’est sa faute. Sa théorie ? Le gouvernement doit agir comme assurance. Il accumule des surplus dans les bonnes années et dépense quand l’économie ralentit – afin de remplacer les dépenses des consommateurs.

En théorie, ça tient. Mais dès qu’on quitte le merveilleux monde de Walt Disney, ça s’effondre. Dans la réalité, les politiciens sont keynésiens quand ça leur plaît. Ils dépensent quand ça va mal… mais dépensent aussi quand ça va bien ! Des surplus ? Vous voulez rire. On s’endette année après année.

Surtout, les prescriptions de Keynes sont à l’opposé de ce dont l’économie a besoin aujourd’hui. L’économie piétine parce que les citoyens ont accumulé trop de dettes. Ils doivent dépenser moins, et épargner. Que propose Keynes ? De guérir notre problème d’endettement… en dépensant encore plus !

C’est insensé. Et c’est ce qu’on fait depuis les années 1970. Nous avons épousé le crédit comme mode de vie. À chaque récession, au lieu d’être responsable, de réduire leurs dépenses et de déchirer leur carte de crédit, les citoyens voient leurs gouvernements bienveillants leur en offrir une deuxième. Et leur dire : allez magasiner !

Exemple : depuis la crise, la Banque du Canada diminue les taux d’intérêt afin de vous inciter à acheter des maisons, des télés 50 pouces et des autos, à crédit. Conséquence : le Canadien moyen traîne aujourd’hui une dette de $42.000. Presque trois fois la dette qu’il avait en 1990.

Les gouvernements aussi creusent leurs tombe avec cette philosophie. Certains États – on le voit aujourd’hui en Europe – risquent la faillite. Puisque citoyens et banques augmentent constamment leur dette (au lieu de la réduire), chaque nouvelle récession exige des « plans de relance » plus gros pour repartir la machine. L’économie, comme accro à l’héroïne, a besoin de toujours plus de crédit pour atteindre le même high. Dans son livre The Great Reflation, Anthony Boeckh calcule qu’entre 2002 et 2008, il a fallu $10 billions de crédit (10.000 milliards) pour générer $4 billions de croissance économique. Nous repoussons chaque fois les limites de l’endettement. Jusqu’où pouvons-nous étirer l’élastique ?

Pour rebâtir une économie solide, nous devons purger la dette du système – au lieu d’en empiler davantage et de prétendre que tout va bien. Cela exigera des sacrifices, de la douleur, et une récession. Une vraie. Le monde de Walt Disney est merveilleux. Mais plus longtemps nous y demeurons, plus violente sera la prochaine crise. Enterrons Keynes une fois pour toutes. Avant qu’il nous enterre tous.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Je ne crois pas que Keynes aurait approuvé les politiques qui sont menées en son nom aujourd’hui. Sa théorie a beau être mauvaise il n’était pas non plus stupide et je pense qu’il aurait vu que le danger de la dette publique, à mon avis Keynes voyait ça à la manière d’un conte de fées (épargner pendant les années de vache grasse, dépenser pendant les années de vaches maigres) et n’imaginait pas que les gouvernements dépensent toujours plus qu’il pleuve ou qu’il fasse beau.

  • Je crois également que les plans de relance de l’époque étaient beaucoup plus efficaces. La création de routes à la place de piste, de ponts à la place de grands détours, de barrage électrique pour créer un vrai réseau, etc étaient de vrais investissement productifs qui créaient de nouvelles possibilités de développement. Ils ne servaient pas qu’à créer des emplois. Les plans de relance actuelles augmentent seulement marginalement la productivité du pays et servent principalement à maintenir des emplois. Ils peuvent même diminuer la productivité quand on voit les investissements massifs dans les secteurs écologiques non rentables (éoliens, solaires, …). En Chine, les plans de relance créent des villes modernes à partir de bidonville. Chez nous, des investissements de plusieurs milliards servent à gagner quelques minutes sur un trajet ou même à augmenter le prix de l’électricité (sic!). Au final, ces plans ne relance que la consommation, alors que c’est justement notre talon d’Achille : nous consommons plus que nous produisons …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute.

La faillite de la société immobilière chinoise Evergrande est bien plus qu'un "Lehman chinois". Lehman Brothers était beaucoup plus diversifié qu'Evergrande et mieux capitalisé. En fait, le total des actifs de l'entreprise chinoise au bord de la faillite est supérieur à la totalité de la bulle des subprimes aux États-Unis.

Le problème d'Evergrande est qu'il ne s'agit pas d'une anecdote, mais d'un symptôme lié à un modèle fondé sur une croissance à effet de levier et cher... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

Si elle est évidente lorsqu’il s’agit de sommes manipulées régulièrement comme le prix d’une baguette où d’un litre de carburant, la notion d'argent est bien maîtrisée.

C’est également à la portée d’une majorité de nos concitoyens lorsqu'ils négocient le prix d’une voiture ou d’un appartement.

Cela se complique lorsque l’on dépasse le million d’euros. Pour le milliard d’euros et au-delà, le premier réflexe est de dire « c’est beaucoup d’argent » !

Quand la monnaie était encore le franc

En 1980 l... Poursuivre la lecture

Par Hans-Hermann Hoppe[1. Hans-Hermann Hoppe est un économiste de l’école autrichienne et un philosophe libertaire/anarcho-capitaliste. Il est le fondateur et le président de The Property and Freedom Society.]. Un article du Mises Institute

Imaginez que vous êtes aux commandes de l’État, défini comme une institution qui possède un monopole territorial de la prise de décision ultime dans tous les cas de conflit, y compris les conflits impliquant l’État lui-même et ses agents, et qui a par implication le droit de taxer, c’est-à-dire de d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles