Solitude 2012, grande cause nationale

Les cartes jokers des gouvernants quand les difficultés s’accumulent jusqu’à devenir insurmontables

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nicolas Sarkozy au sommet de l'EPP (Crédits : European People's Party, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Solitude 2012, grande cause nationale

Publié le 23 décembre 2010
- A +

 Mais quelle mouche pique soudain François Fillon de lancer une grande cause nationale au sujet de la solitude ?

Bien sûr, on sait que ces fameuses grandes causes sont les cartes jokers des gouvernants quand les difficultés s’accumulent jusqu’à devenir insurmontables. Par les temps qui courent, entre l’impréparation face à un hiver rude, qui pourtant était prévu pour qui voulait bien ne pas se fier aux scientifiques contaminés par l’activisme réchauffiste, et des petits détails comme le coût d’assurer la dette de la France qui monte, pour ne prendre que ces deux là, détourner l’attention devient certes urgent.

Mais on ne peut s’empêcher de penser qu’il y a tout de même une motivation plus sincère de la part notre premier ministre. Une possibilité serait que, dans le contexte d’agitation frénétique et de mouvements de bras présidentiels à vous déclencher du Beaufort 9, le tout se soldant par une série de petits pets d’avortons de réformettes, et par courbettes et baissages de pantalons permanents devant corporations et syndicats en tous genre, et aucun pas franchi pour sortir le pays d’une situation, avouons le, tragique, M. Fillon, un poil plus lucide que ses collègues, se sent très seul. Ca serait tout à son honneur.

Ou alors.

Ou alors c’est plus stratégique, il prévoit quelques coups à l’avance tel un amateur d’échec loin d’être un grand maître mais à qui on ne la fait pas quand même. Car de vous à moi, entre une offre souverainiste qui, tristement, monte, et que le fait de botter le train à quelques familles Rom ne détournera pas de sa candidate, et -surtout- la masse silenciencieuse de ceux parmi la classe moyenne qui réalisent bien qu’il en faudrait, quand même, des réformes, si on ne veut pas dans un futur envisageable devoir aller demander à Bono de faire campagne pour l’annulation de notre dette, tel un vulgaire pays subsaharien, et de ceux dont le pouvoir d’achat est attaqué chaque jour de mille manières sournoises par un UMP plus socialiste que les partis sociaux-démocrates d’Europe, combien de ces gens vont-ils rogner dans leurs loisirs bien mérités, un certain dimanche de mai 2012, pour aller reconduire les sortants?

Ceux qui croient encore que le système actuel peut -et vaut la peine- d’être sauvé, trouveront de toutes façons une offre suffisamment crédible du côté du PS. Et de fait, quelle raison y-aurait-il de penser que le PS pourrait faire pire ? Mais ceux qui en 1995, 2002 et 2007 ont cru voter pour des réformes, et n’ont fait que déchanter de plus en plus chaque jour qui a passé depuis, il y a tout lieu de penser qu’une grande partie d’entre eux fera entendre à l’UMP, et à son ridicule petit chef spasmodique, tels des millions de Simon et Garfunkel, l’assourdissant « sound of silence » de l’abstention.

Est-ce dès lors à eux que pense M. Fillon, à Sarkozy et aux milliers de grands et petits élus qui rêvent de continuer à se régaler de bonne soupe dans son sillage ? Voit-il, lui, qu’il se prépare pour eux, en 2012, un grand moment de solitude ?

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aux dernières rencontres d’Aix, notre ministre de l’Économie Bruno le Maire expliquait à juste titre qu’il n’y avait rien de plus choquant que tant d’entreprises cherchent des salariés et au même moment toujours autant de chômage. Pour lui cette inadéquation était le deuxième sujet à traiter après la priorité du pouvoir d’achat.

Et si ces deux maux étaient tout simplement les deux conséquences d’un problème plus profond à régler ?

 

Le poison du keynésianisme à long terme

Appliqué trop longtemps le keynésianisme n’es... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

On entend beaucoup d’intervenants de la vie politique se désoler de l’abstentionnisme et du désintérêt des électeurs. Avec 54 %, l’abstention est le plus grand parti de France, nous répète-t-on. De la même façon que les subventions aux syndicats ont détourné les gens de ces instances qui ne finissent plus par ne représenter qu’elles-mêmes, les subventions aux partis politiques ne sont-elles pas nuisibles ?

Nous, contribuables, payons 66 millions d’euros par an pour financer les partis politiques. L’argent est distribué au prorata des r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles