La Slovaquie se redresse

Bien qu’elle ait davantage souffert de la récession mondiale que la plupart des autres pays de l’OCDE

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Slovaquie se redresse

Publié le 29 novembre 2010
- A +

Bien que l’économie slovaque ait davantage souffert de la récession mondiale que la plupart des autres pays de l’OCDE, en raison essentiellement de son exposition au commerce mondiale, elle se redresse aujourd’hui à un rythme supérieur à la moyenne.

Pour l’OCDE – dans sa Synthèse de l’étude économique de la République slovaque 2010 –, afin de rétablir durablement une trajectoire de forte croissance, les autorités doivent s’employer à contrer le risque d’une expansion du chômage de longue durée, assurer la viabilité des finances publiques.

Le taux de chômage a sensiblement augmenté en 2009 pour atteindre 14 %. Le principal enjeu consiste à empêcher une hausse du chômage de longue durée, déjà élevé avant la crise. Dans cette optique, les politiques actives du marché du travail devraient se concentrer davantage sur les dépenses de formation. En outre, les réglementations s’appliquant au salaire minimum et l’extension juridique des accords collectifs sur les salaires devraient être ajustés.

Le déficit des finances publiques atteindra environ 8 % du PIB en 2010 et les autorités prévoient à juste titre un effort majeur de consolidation. Les dépenses publiques devraient être diminuées, notamment en réformant le régime des retraites. En outre, la réduction des exemptions fiscales et l’augmentation de la fiscalité sur les bases immobiles, comme l’immobilier et les externalités environnementales, devraient être envisagées. Le plafonnement des dépenses, y compris fiscales, et l’établissement d’un conseil budgétaire indépendant seraient utiles à la réalisation des objectifs de consolidation.

Compte tenu de la dégradation des finances publiques, l’amélioration de l’efficacité des services de santé doit être une priorité. Il s’agit notamment de réduire les dépenses excessives en produits pharmaceutiques, réexaminer les obstacles à la concurrence entre caisses d’assurance, plafonner le montant des dépenses à la charge des usagers et réformer la rémunération des médecins. Du côté des recettes, le recouvrement des impôts et l’utilisation des fonds de l’UE devraient être améliorés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Première partie ici Deuxième partie ici Troisième partie ici Quatrième partie ici

 

Les penseurs de la loi de Say de nos jours : Steven Kates et Mark Skousen 

Comme nous avons vu dans cette série d’articles, les dépenses improductives trouvent leurs fondements dans la rhétorique keynésienne de la déficience de la demande (qui trouvait déjà des échos chez les mercantilistes, et après Malthus et Sismondi).

Cependant, des dépenses qui n'ajoutent rien en termes de valeur ajoutée re... Poursuivre la lecture

L’industrialisation d’un pays ne se fait pas avec des incantations comme le fait notre ministre de l’Économie.

Elle ne se décrète pas, mais s’obtient uniquement grâce à un environnement fiscal et normatif lui permettant de s’imposer dans le monde, ou tout au moins en Europe en ce qui nous concerne.

 

La France a tout faux depuis la fin du XXe siècle

En 1982 François Mitterrand a abaissé démagogiquement l’âge de la retraite à 60 ans alors que la majorité des autres pays la maintenaient à 65 ans. À ce jour il a été ram... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles