Occasion manquée pour la Brigade Des Mimes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Occasion manquée pour la Brigade Des Mimes

Publié le 29 novembre 2010
- A +

On apprend, attristé, que ce samedi soir, la petite sauterie organisée dans un squat festif rempli de zartistes citoyens et zengagés a dégénéré avec l’arrivée d’une compagnie de CRS.

Tout ceci est bien malheureux, ma bonne dame.

Entre le réchauffement climatique qui n’en finit pas de nous faire des misères (ce sont les satellites américains qui nous détraquent le temps, je vous dis) et le remaniement ministériel, on en vient presque à oublier de faire des happenings joyeux où la populace bigarrée, festive et éco-consciente peut hurler sa joie de vivre à la face des bourgeois parisiens endormis.

C’est la presse qui nous explique ce qui se passe ensuite : les gentils artistes ne font, après tout, qu’une toute petite réception discrète avec 400 invités, du sound system et une demi-douzaine de groupes/DJ cordialement conviés à se produire dans le cadre squatté, cinq étages de plus ouverts aux agapes, bar, expositions, défilé de mode, et surtout, un prix démocratique de 5€ pour l’entrée.

Du squat.

xiii Des branleurs adulescents zartistes zengagés occupent illégalement un lieu, et font donc payer pour que des bobos branchouilles puissent boire des cocktails colorés et se trémousser sur une musique pulsant ses 120 dB en pleine ville.

On peut comprendre que certains habitants du quartier aient demandé une intervention rapide de la police.

Las, Bertrand Delanoë a dû verser une larmichette en pensant aux dizaines de milliers d’euros cramés pour élaborer, justement, une réponse idoine à ce genre de problèmes : les brigades de mimes ! Ils n’auront servi à rien.

Mimes

C’est vraiment dommage : on peut être sûr qu’une douzaine de mimes sévèrement outillés pour aller demander à 400 olibrius avinés et autres thermomouleurs de cacas contemporains de se la jouer piano auraient eu un autre effet qu’une brigade de CRS qui n’a, en définitive, fait rien qu’à embêter les gentils artistes au point de les acculer à lancer des projectiles sur les forces de l’ordre.

Mais une question surnage : comment peut-on, en France, squatter pendant des semaines un lieu aussi vaste, y organiser des événements aussi peu discrets, et en faire payer l’accès ?

Il y a là, en réalité, une vraie opportunité pour notre ami Bertrand : voilà une façon originale de relancer la vie nocturne à Paris !
—-
Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Armand Paquereau.

Il aura fallu une médiatisation récurrente de faits inacceptables pour enfin motiver les législateurs à tenter de trouver des solutions attendues à ce problème social de première nécessité.

Quand une association (DAL) se permet d’installer des squatteurs dans la maison d’une dame de 85 ans absente de son domicile pour raisons de santé, que ces faits se multiplient dans de nombreuse villes, on se demande bien ce que sont devenus l’article 17 de la déclaration des droits de l’Homme (1789 et 1848) et l’article... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Flickert.

Comme partout en Europe, l’Espagne a connu ses propres noblesses. En Castille en particulier, elles se sont constituées en revendiquant l’héritage de la Reconquista. Divisée en plusieurs niveaux, le moins prestigieux était accessible sur simple témoignage aisément falsifiable.

Au XVIe siècle, l’élargissement des conditions d’accès à toute personne mariée avec plusieurs enfants achèvera le peu de prestige de cette caste. En espagnol, cette petite noblesse porte le nom désormais célèbre d’hidalgo, contractio... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

C’est dorénavant acté : depuis le 1er septembre, toute l’agglomération parisienne se traverse sous la chape des 30 kilomètres-heure et la vitesse sur le périphérique, ceignant icelle, sera ramenée à 50 kilomètres-heure pour 2024, voire même avant. Cette mesure, qui est la queue de toute une série de bien d’autres mesures ayant contribué à rendre la capitale française de moins en moins accessible aux classes moyennes et populaires ainsi qu’aux populations périphériques est hautement symbolique d’une mentalité, d’un é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles