La saignée du tigre celtique

Les keynésiens vont saigner à blanc ce pays coupable de s’être lancé dans une politique libérale

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
tigre

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La saignée du tigre celtique

Publié le 21 novembre 2010
- A +

Par Bernard Martoïa

« J’ai appris, de longue date, qu’il ne faut pas se battre avec un cochon. Vous vous salissez et, de surcroît, le cochon aime ça. » Cyrus Ching

Les requins, qui nageaient, au printemps, en mer d’Égée, ont migré, à l’automne, en mer d’Irlande. L’étau se resserre sur la zone euro. A quand la disparition de la monnaie unique ? Même ses plus grands défenseurs s’inquiètent, à présent, de sa pérennité. Il n’y a que l’impayable marquise de Bercy pour prétendre que la zone euro n’est pas en danger.

Le vendredi 23 juillet, à 18h, soit après la fermeture des marchés européens (une sage précaution car on ne sait jamais leur réaction) le comité bancaire européen publiait, triomphalement, le résultat du « stress test » des 91 banques européennes jugées « too big to fail » dans le jargon de Wall Street. Sur les 91 concernées, seulement 8 avaient raté le test en question. C’était nettement meilleur que le test des banques américaines où sur les 19 concernées, 10 avaient piteusement échoué. On leur avait même fixé le montant des provisions qu’elles devaient faire, sans tarder, pour rester solvable. Rien de tel en Europe ! Parmi les huit recalées en Europe, figuraient Hypo Bank en Allemagne, ATebank en Grèce, Banca Civica, Diada, Unnim, Espiga et Cajasur en Espagne. Curieusement, aucune banque irlandaise n’avait raté ce test de solvabilité.

Ne soyons pas médisant à l’égard du tigre celtique car la même chose pourrait arriver, un jour, en France avec la faillite d’un de nos mastodontes financiers. La publication des résultats trimestriels des banques françaises est une mascarade. Mais si nous devons être sévères, c’est à l’égard des autorités de tutelle qui ne font jamais leur boulot. Nous avions fait remarquer que le test était bidon et qu’il ne servait qu’à donner le change à Timothy Geithner, le Secrétaire du Trésor américain, qui nous avait tancés après avoir mené le sien Outre-Atlantique, un an plutôt, le 7 mai 2009 pour être précis. Il s’était écoulé sept mois entre le krach financier du 15 septembre 2008, provoqué par la faillite de Lehman Brothers, et la publication de l’audit des banques américaines. Les indolents Européens attendirent près de deux ans pour mener à bien ce test afin que pareille catastrophe fût évitée. « Nous ne sommes pas dans le pétrin comme les Yankees à cause de leur cupidité» se disaient nos élites pour se rassurer à moitié…

Inlassablement dans mes chroniques, j’ai rappelé qu’avant de restaurer l’indispensable aléa moral pour responsabiliser les acteurs économiques, il fallait d’abord dépecer les mastodontes bancaires afin qu’ils ne constituent plus un risque systémique à la planète. Les engagements d’une banque ne devraient jamais dépasser le seuil de 10% du PIB d’un pays. Dans la curée des requins qui a lieu, en mer d’Irlande, ce sont encore les Yankees qui ont expressément demandé aux apathiques Européens d’agir rapidement afin de circonscrire le risque de contagion.

S’il y avait une seule raison à la création du G20 (un raout à la gloire de nos élites qui prétendent prendre le taureau par les cornes) c’était bien de s’entendre sur la nécessité de démanteler les mastodontes financiers qui font courir un risque systémique à la planète. Peine perdue ! Chacun y était allé de son petit couplet pour dénoncer le libéralisme alors que l’origine de la faillite de Lehman Brothers a été provoquée par une politique de non-discrimination des minorités dans l’accession à la propriété individuelle, par la tritisation des emprunts refinancés par deux entités paraétatiques (Fannie Mae et Freddie Mac) et par la bulle provoquée par l’abaissement pendant trop longtemps du taux directeur de la Fed. Il ne faut pas confondre les causes et les conséquences, disait Carl Menger, le fondateur de l’école autrichienne. C’est ce que font nos pompiers pyromanes pour se dédouaner de leur crime.

Le « sauvetage » de l’Irlande est l’occasion rêvée des continentaux, qui sont très attachés à la notion d’Etat-Providence et aux fariboles de Keynes, pour saigner à blanc ce petit pays coupable de s’être lancé, en 1985, dans une politique ultra libérale. Ils vont l’obliger à rehausser l’impôt sur les sociétés de 12.5% qui est à l’origine de son décollage économique. Pensez que ce petit pays draine, à lui seul, la moitié des capitaux internationaux qui sont investis dans la zone euro.

On pardonnera aux Grecs d’avoir falsifié leurs comptes, aux Espagnols leur folie immobilière, aux Italiens leurs manigances, aux Français leur arrogance de donner des leçons alors qu’ils sont incultes sur un plan économique, mais jamais aux Irlandais d’avoir trahi l’orthodoxie socialiste.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • et tu trouves vraiment malin de poser une question aussi farfelue ?

  • Bon, déjà, on s’en branle : nous, ce qui nous intéresse, c’est seulement les irlandais, pas l’Irlande.

    • Et donc, si on fait la supposition qu’un pays européen de la taille de l’Irlande arrive à baisser ses taxes à 6% sans se casser la gueule, on eput aussi supposer que l’Irlande devrait y arriver aussi ; moyennant quoi les Irlandais souffrirait l’atroce torture de verser environ 6% de moins en impôts.
      Affreux cauchemar.
      C’est trop horrible.

    • Cette affaire est vieille comme le monde, comme les foires de Champagne. Le niveau d’impôts n’est pas significatif en soi, ce qui l’est c’est le rapport qualité/prix. Une taxe de seulement 5% sans aucun service en échange n’est que du racket nuisible, aussi modeste soit-il. Inversement, une entreprise qui verse 50 en salaire, 40 en autres frais divers et 10 en bénéf sur un chiffre d’affaire taxés à 0% de 100 ne fuira pas dans un pays qui lui offre de prendre en charge 20 % des salaires moyennant une taxe sur les bénéf de 50 % (faites le calcul, c’est kif-kif) (après quoi ça ne la dérangera pas de militer avec plus ou moins de bonne fois pour une baisse de ces impôts bien sûr)

    • Vu que selon vous les sociétés ça n’existe pas je vois mal comment vous pouvez les taxer. Mais bon…
      A l’évidence le raisonnement montre que les impôts tendent vers zéro pour toute matière taxable mobile. Ne restent plus que des « taxe » ou « redevances » : certes on vous oblige à payer, mais il y a bien un service derrière. La vérité des prix est instaurée et tout baigne.

    • Un rapport avantages/cout favorable, oui. Bien sûr c’est plus facile quand le cout (les impôts) sont faible, voire quasi inexistant (étonnant, non ?), mais que je sache toutes les entreprises du monde ne se sont pas précipité à Nassau ou Dublin, ils en restent un bon nombre avec des sièges sociaux partout ailleurs

  • Je suis toujours étonné d’entendre les socialistes (de droite et de gauche) rendre responsables de tous nos problèmes économiques l’Irlande, ses 4.5M d’habitants et son IS à 12.5%, voire l’Estonie et ses 1.3M d’habitants et son IS à 0%.
    Par ailleurs, la France verse quasiment autant de subventions aux entreprises qu’elle ne prélève d’IS et de CET. En quoi n’est ce pas une forme de dumping fiscal, comme dirait nos amis gauchistes? L’Estonie, elle, ne verse pas de subventions aux entreprises. Dans ce pays, le système fiscal est simple, attractif, mais le même pour tous. En France, on écrase d’impôt les PME (qui sont les vraies créatrices d’emplois) pour verser des subventions à des grands groupes, qui n’en ont pas franchement besoin. Mais à part ça, si on a un chômage de masse, c’est uniquement à cause de ces pays ultra-libéraux qui ont des IS plus bas que les nôtres…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don