La charité ne règle rien

La seule façon de combattre la pauvreté, c’est avec des emplois

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Carlos Slim Helú, l'homme le plus riche du monde

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La charité ne règle rien

Publié le 16 octobre 2010
- A +
Carlos Slim Helú, l'homme le plus riche du monde

« La seule façon de combattre la pauvreté, c’est avec des emplois. [..] Des milliers de milliards ont été donnés à des organisations caritatives dans les cinquante dernières années, et cela n’a rien résolu ». Voici les propos, intéressants, tenus fin septembre par Carlos Slim, l’homme le plus riche du monde. Jeudi, il renouvelait ses déclarations.

Sceptique des grandes démonstrations de générosité, tant publique que privé, il était le grand absent du show caritatif de Bill Gates et Warren Buffet. En 2007 déjà, il disait qu’il pourrait faire plus pour lutter contre la pauvreté en développant des entreprises qu’en jouant au Père Noël (being a Santa Claus).

Les critiques seront prompts à critiquer un Harpagon accroché à sa cassette. Pourtant Carlos Slim a déjà donné plusieurs milliards de dollars par l’intermédiaire de la Carlos Slim Foundation comme le soulignait Forbes… Le Wall Street Journal rappelait pour sa part qu’il avait soutenu de nombreux projets de la Gates Foundation.

En fait, par sa critique de la charité, il ne fait que dire autrement ce que les économistes disent également depuis longtemps. Ainsi l’économiste de Harvard Robert Barro dans un article de 2007, traduit par mes soins sur Catallaxia, écrivait: « Évidemment, M. Gates est libre de faire ce qu’il veut de ses 90 milliards. Mais je pense qu’il se leurre s’il croit que les efforts de la fondation Gates pourront accomplir autant pour la société que les succès passés et futurs de Microsoft. »

De même, William Easterly, professeur d’économie à la New York University; Easterly est critique de la façon dont l’aide au développement fonctionne actuellement. Dans The Elusive Quest for Growth, il analyse les raisons de l’échec de l’aide au développement à sortir les pays du Tiers-Monde de la pauvreté, par exemple sous sa forme de remise de dettes. Le bilan en est négatif selon lui. On est en effet entré dans un cercle vicieux dans lequel la remise de dettes est attendue, ce qui invite au gaspillage tout en incitant les prêteurs à ne plus prêter à ceux qui en ont besoin. Ainsi, Easterly souligne que les banques se sont progressivement retirées des pays africains à partir du milieu des années 1980. Dans The White Man’s Burden (Référence au fameux poême de Rudyard Kipling sur le fardeau de l’homme blanc), Easterly analyse les motivations de l’aide au développement et se montre très critique d’activistes comme Bob Geldoff ou Bono ainsi que de l’économiste Jeffrey Sachs. Easterly considère que cet activisme messianique est à rapprocher du sentiment de supériorité colonialiste, qui veut apporter le progrès aux sociétés archaïques.

Ces déclarations de Slim sont l’occasion au final de poser deux questions, reprises de Robert Frank:

  • Bill Gates et Warren Buffet ne feraient-ils pas plus pour la société si ils investissaient leur fortune dans de nouveaux business, au lieu de donner?
  • La philanthropie a-t-elle réglé un seul problème social majeur dans les cinquante dernières années?

Lire aussi :

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Merci pour cet article ! J'aimerai savoir si les libéraux de gauche sont favorables aux actions caritatives, pour garantir une égalité 'des conditions de départ' (dixit Wikiberal) ?? Est-ce qu'on pourrait rapprocher ça d'une forme d'utilitarisme ?

    Autre remarque: Bill Gates est connu pour avoir tenu un discours qui disait entre autre 'La vie n'est pas juste : il faudra vous y faire' … ça ne colle pas vraiment avec ces actions caritatives.

    • On en revient au fameux : « Donne un poisson à un homme il mangera une fois, apprend lui à pêcher et il mangera toute sa vie »

      Au Canada il y a aussi un proverbe qui dit : « Apprend à un homme à pêcher, il pourra pêcher 6 mois et passer l’autre 6 mois sur l’assurance emploi »

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

« Il y a des professionnels du malheur et une conjuration des esprits tristes auxquels nous devons faire face », a déclaré ce mercredi matin Emmanuel Macron en Conseil des ministres. La phrase est importante : elle mérite qu’on l’étudie à la loupe.

Que nous dit-elle ? Qu’il existe un complot des Français de mauvaise humeur. Qu’ils se sont ligués contre le pouvoir. Qu’ils sont dangereux et doivent être stoppés dans leur élan pervers.

 

La pauvreté sur le banc des accusés

Mais qui sont donc ces pessimistes secrètement ... Poursuivre la lecture

Par Samuel Gregg.

Si l’on veut être cohérent dans notre lutte contre la pauvreté, nos préoccupations ne peuvent pas être enracinées dans des récits émotionnels ou relativistes sur ce que sont les êtres humains. Elles doivent être fondées sur la reconnaissance de la liberté, de la rationalité et de la dignité de chaque personne.

En 2012, le financier George Soros et Fazle Hasan Abed, qui est à la tête de l’une des plus importantes ONG anti-pauvreté, remarquaient dans le Financial Times que malgré la Grande Récession, le nombre de... Poursuivre la lecture

Chères lectrices, chers lecteurs, à la suite de mes quelques lectures des livres de l'économiste Thomas Sowell, m'est venue l'envie de vous faire un petit résumé de ces quelques clichés de gauche que nous avons l'habitude d'entendre un peu partout dans nos médias, et que Sowell aborde abondamment dans ces différents ouvrages.

 

Il faut se dépêcher d’agir

C’est probablement un slogan très à la mode depuis deux ans, souvent associé avec celui consistant à ajouter « si cela peut sauver ne serait-ce qu'une seule vie. »

L... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles