Obama se représentera-t-il ?

Pourquoi se soumettre à quatre années supplémentaires de privation de sommeil, de commentaires hostiles et de caricatures cruelles

Regardez les incitations personnelles : on pourrait appeler ça l’interprétation « Freakonomics » de la politique ou bien, si on est de tendance plus prétentieuse, l’interprétation Namierite.

La place de Barack Obama dans l’histoire est déjà assurée : que les Etats-Unis aient fait une avancée de 40 ans, partant de l’exclusion formelle des électeurs noirs, pour arriver à l’élection d’un chef d’Etat métis, est une histoire aussi extraordinaire que réjouissante. Son futur sera plus ou moins le même, qu’il serve encore deux ans ou bien six ans : une vie entière de conférences et de paraphages de livres qui fera passer les revenus de Tony Blair pour de la menue monnaie.

Pourquoi donc, dès lors, se soumettre à quatre années supplémentaires de privation de sommeil, de commentaires hostiles et de caricatures cruelles ? Pourquoi rater une grande partie de l’enfance de Sasha et Melia ? Pourquoi forcer Michelle à prolonger un style de vie que, à en croire ce que l’on en rapporte, elle déteste.

Il n’y a, après tout, plus grand chose qu’il puisse faire au sujet de son legs à l’histoire. Sa présidence sera définie par deux choses : sa réponse à la crise économique et ses réformes du système de santé. Je pense qu’il a eu tort sur ces deux points, mais il a beaucoup de supporteurs, et cette discussion ne sera jamais à proprement parler conclue à la satisfaciotn de tous. Un peu comme W. après la guerre en Irak, il n’y a rien d’autre qu’il puisse faire pour changer le cours du débat qui suivra. Alors, pourquoi donc prendre le risque de se faire jeter de son poste de façon ignominieuse?

Sur le web.