Marionnaud : le sexisme imaginaire

Publié Par Guillaume Nicoulaud, le dans Pushmobile, Sujets de société

Par Guillaume Nicoulaud.

Ce samedi 21 mai, tôt le matin, Caroline De Haas a trouvé une nouvelle raison de s’indigner. Cette fois-ci, c’est une pub de Marionnaud à l’occasion de la fête des mères qui se voit qualifiée — je cite — d’énorme bouse sexiste.

La publicité sexiste de Marionnaud ?

D’accord, j’ai déjà vu des pubs plus réussies mais de là à qualifier celle-ci d’énorme bouse, il y a quand même une marge. Peu importe. Le plus étonnant, et le fond de l’attaque haasienne, c’est qu’elle est supposée être sexiste. Là, je dois dire que ça me laisse pantois.

Je ne vais même pas essayer de comprendre en quoi, en s’appuyant sur je-ne-sais quelles interprétations improbables, certaines personnes peuvent y voir du sexisme. C’est non seulement fastidieux mais aussi inutile, deux faits suffisent : Primo, Marionnaud est une entreprise qui s’adresse à une clientèle essentiellement féminine et ce, depuis plus d’un demi-siècle. Pouvez-vous sérieusement imaginer qu’une telle entreprise se lance dans une campagne de dénigrement de ses clientes ? Deuxio et pour répondre par avance à celles et ceux qui évoqueront un sexisme inconscient, je signale que le marketing de Marionnaud est dirigé par une femme, Mme Juliette Delcourt, et, histoire de bien enfoncer le clou, que c’est aussi une femme qui assure la direction générale de la boutique, Mme Eileen Yeo.

Sexiste Marionnaud ? Une idée risible

C’est-à-dire que peu importent les interprétations des unes et des autres, l’idée selon laquelle cette pub pourrait, d’une manière ou d’une autre et ne serait-ce qu’inconsciemment, être sexiste est tout juste risible. C’est grotesque et j’attends avec gourmandise celui ou celle qui viendra se couvrir de ridicule en affirmant le contraire. Partant, j’ai voulu vérifier ce qu’en pensent les filles de Twitter1 :

Évidemment, ma TL n’étant pas particulièrement haasienne (euphémisme), une nette majorité se dégage. Mais notez bien ceci : 17% des femmes (ou présumées telles) ayant participé à ce sondage, soit 23 personnes, estiment manifestement que la pub de Marionnaud est sexiste.

Nous voilà devant un cas d’école : on a des raisons tout à fait factuelles de penser que cette pub n’est pas, même pas de façon inconsciente, sexiste mais près d’une personne sur cinq y voit du sexisme.

Sur le web

  1. Je ne puis que supposer que mes petits camarades masculins ont joué le jeu et se sont abstenus de répondre.
  1. Les accusations finissant par un – isme sont à mettre aux poubelles d’office 99.9999% du temps. Leur donner de l’importance c’est un crime contre l’intelligence.

  2. C’est pourtant simple.

    Caro (je l’appelle Caro, j’espère que ce n’est pas sexiste) pense, est certaine même que les hommes AUSSI donnent naissance aux enfants. Ils accouchent. Et peuvent donc être des MAMANS comme les femmes.

    C’est pénible de devoir tout expliquer !

    1. Utiliser un diminutif, pour une personne ue l’ont connait pas,est très infantilisant et donc, oui,l’appeler « Caro » est sexiste.
      De plus, oui, les hommes peuvent accoucher. Car il existe des hommes avec des utérus et ce n’est pas parce que la société les discrimine et les laisse se faire tuer qu’ils n’existent pas. Ça ne les rend pas maman, juste papa. C’est fou ce que vous tes transphobe en plus de sexiste.

      C’est pénible de devoir tout expliquer.

      1. « C’est pénible de devoir tout récité. »

      2. « Car il existe des hommes avec des utérus »

        WTF ?

        1. La nature est taquine, il suffit de faire une recherche « hommes avec des utérus » pour plus d’info.
          par exemple : http://acces.ens-lyon.fr/biotic/procreat/determin/html/homuterus.htm
          Évidemment Luul raconte quand même n’importe quoi : jamais aucun « homme à utérus » n’a jamais porter d’enfant ni même d’embryon, et encore moins accouché, la maternité ça reste un « privilège » féminin.

          1. Il parle des femmes trans qui se prennent pour des hommes, donc dans leur tête ça en fait des hommes… qui peuvent donc accoucher…

      3. sauf que quand un homme est appelé avec un diminutif personne ne crie au sexisme… mais la personne réagit éventuellement au manque de respect qui lui … alors pourtant peut être bien que d’appeler cette personne car relève su sexisme, mais eut être pas et au final on s’en fout , ce qui éventuellement acceptable comme « crime » c’est le manque de respect..
        quand on te fout une baffe tu penses que ce qui importe c’est les motivations de la baffe? et tu penses que c’est ce qui sera condamnable ?????
        parfois je ne comprends tout simplement pas …ça me dépasse une telle violence sexuelle envers les diptères…

  3. C’est très sexiste, Christophe, au contraire. Caro rappelant évidemment les carreaux, ton diminutif la ramènera fissa à son instinct primal de faire le ménage.

    Partant de ce principe, la fête des mères est elle-même une célébration sexiste d’une gravité sans nom. Je ne sais pas ce que nos politiques attendent pour légiférer l’obligation d’accoucher pour les hommes ni pourquoi les grands de la mode masculine n’ont pas encore lancé une gamme de jupes et talons aiguilles. L’égalité, c’est pourtant simple comme bonjour.

    1. Je crois que la jupe pour hommes ça s’appelle un kilt

  4. Il faut relativiser un peu. Caroline de Hass c’est la Kim Kardashian actuelle : elle n’existe que parce qu’elle est médiatisée un peu partout. Mais au fond, il n’y a aucune pensée construite, aucune proposition politique ou sociale solide à l’intérieur du cortex de cette femme. Elle « fait le buzz », c’est tout. Mais en fait, elle n’existe tout simplement pas…

  5. Caroline de Haas pourrait benefiquement se renommer Caroline de Hass : En allemand, der Hass veut dire haine, ce dont elle respire par tous les pores.
    Oui je sais c’est gratuit, mais c’est ce que je vois dès qu’elle s’exprime.

    1. apparemment cela vient plutôt de HASE en rapport avec le lièvre. Nom courant dans l’est de la France.

      1. lièvre, lapin, en latin cuniculus, (lapin mais aussi tunnel, galerie, etc.) qui a aussi donné « con »

        1. Oui, et d’ailleurs lapin se dit [kégnele] en alsacien, ce qui se rapproche beaucoup du cuniculus latin.
          Ah, c’est quand même beau, la culture classique ! Dommage qu’elle soit promise à disparaître avec la reforme du collège.

        2. En Latin, Cuniculus désigne le Lapin de Garenne {Je ne sais ni ne crois que l’animal (fouisseur) était domestiqué ?} à ne confondre avec le lièvre qui se dit Lepus, Leporis ; Le cheminement vers le Français semble avoir procédé par l’accusatif Leporem [ Cf en Italien : LA LEPRE ] !

      2. Ah, je ne dis pas le contraire, l’allemand étant ma langue maternelle 😉
        Je me contentais de moquer le personnage. Caroline de hargne est un autre surnom qui lui sied bien.

  6. Je vais tâcher d’œuvrer à la compréhension mutuelle des idéologies…
    Mme de Haas (dont je n’ai jamais entendu parler mais je ne regarde pas assez la télévision) comprend la phrase de la façon suivante: « born to be a beautifull maman » signifie « né pour être une belle mère » (et pas « né pour être une belle-mère », car elle a des lettres et pas des tirets). Ce message réduit donc la femme à sa condition de mère, parce que « pour » signifie évidemment « dans le but exclusif de, à l’exclusion de toute autre activité ». Circonstance aggravante, elle est née pour être « belle », ce qui signifie que l’autre but exclusif de sa vie devrait être de se maquiller et peut-être même provisoirement de s’habiller pour plaire aux hommes. Message donc doublement sexiste, qui ne saurait être résolu que par l’interdiction des publicités pour les produits de maquillages et l’interdiction de faire figurer une femme pour toute publicité relative à la maternité. J’ai bon?

    1. @Bruno

      vous avez 20/20 en compréhension « Haassienne ». bravo.

      Pas comme Guillaume Nicoulaud qui fait semblant de ne rien comprendre.

      Je suis sûr qu’il ne comprend pas non plus pourquoi le Ministre de la Jusitice US (qui n’a semble-t-il pas d’autre urgence) veut interdire les toilettes non mixtes. C’est pourtant simple : c’est pour ne pas discriminer les trans.
      Ca n’est pas compliqué à comprendre.

      Cela étant, moi je comprends mais je déprime un peu quand même.

    2. C’est exactement la lecture que j’en ai faite. Pour autant, cela sous entend aussi qu’être « Maman » rabaisse la femme. Ou que « belle » est un qualificatif également dégradant. Si on avait mis « born to be super héros. » aurait-elle réagit de la même manière ? En fait, les termes excluant les femmes qui ne peuvent ou ne veulent pas être mère et celles qui ne se sentent pas belle, cela en devient discriminant.
      Je plains sincèrement Caroline de Haas qui se complait dans la médiocrité et voudrait qu’on en fasse l’éloge.

      1. il y a quand même une différence entre dire « cette seule image qu’on nous donne de la femme, on en a marre » et « etre belle ou etre maman c’est dégrandant ».
        C’est ca qui est bien dans ce genre de débats, c’est qu’on nous prête des discours qu’on a jamais eu. Allez, bisous à vous aussi!

        1. La seule image ? Mais regardez la téloches, y’a que ça des super-gonzesse cadres dynamique qui gère la vie familial et pro en même temps. Rien que dans Games of Throne tu as une tripoter de « femme forte » qui se battent sur le champs de bataille (complètement irréaliste mais on passera). Tu vis a quelle époque ? Y’a que dans la pub que certains stéréotype reste encore présent, tout simplement parce que la pub à besoin de vendre à de vrai gens, pas ceux dont l’élite rêve. Dès que ça parle pognon, tout le monde revient à la raison.

  7. On en a envoyé au camp de rééducation pour moins que cela.

    Il n’y a pas a discuter autour de la démonstration du caractère sexiste de cette publicité.

    C’est évidemment sexiste, puisque Caroline de Haas du camp du Bien l’a dit.

    1. Le sexisme n’est pas une opinion, c’est un délit !!! (par décision du ministre de la vérité)

  8. A noter que cette brave socialiste est fière d’être chef d’entreprise, sauf qu’elle vend des formations sur l’égalité homme femme, Des formations qu’elle vend à des grosses boites privées politiquement bien connectés et à des boites pubiques…..bref, c’est le contribuable qui paye au final.

    Kiss my De Haas.

  9. C’est très rigolo de lire des prénoms d’hommes au dessus de cet article et des commentaires pour parler d’une chose qu’ils ne connaissent pas ni ne les concerne.

    Et de ne pas avoir un seul argument qui expliquerait l’absence de sexisme : « ce que je ne vois pas n’existe pas ».

    Cette pub n’est peut-être pas une bouse, si elle est sexiste, si c’est la « bonne qualification »? Je n’en sais rien. Mais il y a un problème : celui de la phrase qui accompagne l’image. Née pour être une belle maman. Elle est née pour être jolie et se faire engrosser et c’est tout. C’est ca le problème dénoncé. L’image toujours lisse, belle, gentille des femmes réduites leur condition de poule pondeuse. Si une femme peut avoir des rêves, une carrière ou juste ne pas envie d’avoir des enfants? C’est vrai au final, qu’est ce qu’on s’en fout! C’est aussi ca le progrès en 2016.

    Allez, bisous !

    1. vous avez raison, il ne faut pas réduire la femme à devoir être belle ou devoir faire des enfants…
      en fait, il faut supprimer les mots beautiful et maman.
      il faut se contenter de la constatation objective du seul fait d’être né, et donc pour slogan, le mot « born ».
      et puis cette belle femme sur une pub, n’est ce pas discriminant pour les moches ? il faudrait supprimer aussi cette femme.
      on aurait alors un fond vert pastel avec le mot « born » entouré d’un liseré blanc et peut être aussi la marque Marionnaud écrite en caractères pas trop gros…
      une telle affiche ne donnerait pas envie d’acheter ? qui s’en soucie ?

      1. « ici on vend de belles oranges pas cher » selon le sketch de Fernand Raynaud 🙂

      2. Nan, faut carrément supprimer la fête des mères, apologie d’un ordre patriarcal machiste aux relents pétainistes. Les moutards qui offrent un collier de nouilles et un pot de yaourt vaguement décoré à leurs mères ne sont autres que la transcription conscientisé d’un héritage nazi : les jeunesses hitlériennes.

        1. best commentaire. ever. 🙂

          1. Merci ! Faut dire qu’il y avait matière.

            1. Vous gagnez notre admiration béate ETun point Godwin.

    2. Donc si je comprends bien: célébrer la beauté féminine, c’est du sexisme? J’avoue que le raisonnement m’échappe.

      1. Vous Interpreten ua dela de ce que j’ai écrit. Ne nous donner que l’image de bobone maman jolie gentille pas trop bruyante chiante mais qui rentre les griffes quand on lui offre des fleurs où je ne sais pas quoi d’autre, c’est lassant. Parce que SPOILER ALERT la grande majorité des pubs, series, films, et autres médias ne nous renvoient que ca comme image… le terme d’injonction est pas exagéré d’ailleurs.
        On peut célébrer la beauté des femmes autrement et ca serait assez rafraîchissant mais peut être que c’est trop progressiste…

        1. Heureusement que la réalité vient nous montrer chaque jour que les femmes peuvent égaler voire dépasser les hommes dans tous les domaines du pire. Rassurez vous, personne n’imagine une seconde que les femme puisse être des mère parfaite, gentille, belle et discrète… ça c’est juste dans les pub et au cinéma…

          1. Si, ma maman c’est la plus belle du monde, na !

        2. comme disait Coluche « i vendent que de la merd’ ; mais c’est d’ votre faut’, aussi, i suffirait que vous l’achetiez pas pour que ça s’ vendent pu, hein !? »
          il se trouve que ce sont les femmes qui achètent 80% des produits et pas loin de 95 % des cosmétiques, alors « l’image de bobone maman jolie gentille pas trop bruyante chiante mais qui rentre les griffes quand on lui offre des fleurs où je ne sais pas quoi d’autre » c’est peut-être lassant, mais c’est bien celle qui convient aux acheteuses — dont vous n’êtes pas, ce qui fait que votre avis ne vaut littéralement pas un clou.

          qu’est-ce que la beauté ? Mystère insondable … qui se laisse percer quand on regarde une belle voiture, un bel objet : la beauté c’est la parfaite adaptation à la fonction, sans rien de plus. Ce qui fait de la beauté un concept fondamentalement anti-progressiste, car il réduit un humain (une femme, en l’occurrence) à sa fonction. Et c’est pourquoi il y a tant de moches (au moral autant et plus qu’au physique) chez les « progressistes ».

        3. « le terme d’injonction est pas exagéré d’ailleurs. »

          Vous considérez donc la majorité des femmes comme des mongoloïdes ?
          SPOILER ALERT la grande majorité des femmes sont clientes de cette injonction.

    3. Ben voyons. Parce qu’on est un homme, on est insensible et disqualifié de la discussion sur la discrimination féminine. D’autant que le sujet est la fête des mères, alors non seulement on connaît la nôtre, mais en général on se sent concerné par ce qui peut affecter ladite personne.

      Plus sérieusement, ce commentaire est impertinent. Pourquoi votre identité de femme se sent visée à cause de cette publicité sur les mamans, si vous n’êtes pas mère vous-même ?
      Votre réaction ressemble aux célibataires s’offusquant des publicités de la Saint-Valentin. Vous faites un procès d’intention à cette pub d’amalgamer femme & mère, alors que c’est vous qui le faites.

      Oui, il faut fiche la paix aux femmes qui ne veulent pas d’enfants, et aussi à celles qui en veulent. Le message n’est pas « T’es juste bonne à pondre alors mets du rimmel pour éponger la casse », mais « Comme tu es mère, tu mérites qu’on t’offre « .

      Après, si le problème c’est d’être jolie, bon ben autant râler sur Marionnaud toute l’année et pas réagir juste à une bête pub’.

      Si demain on nous sort une publicité « Born to be a Badass Papa » pour du rasage & un blouson en cuir, j’espère qu’on ne va pas hurler que notre seul but est d’être un papa bien rasé dans la vie, avec une cravate et un col blanc pour nourrir la tribu…

      Bon, puis un peu de second degré face aux pubs, c’est plus sain aussi.

      Allez, bisous aussi !

      1. Phrase incomplète : « qu’on t’offre un produit de beauté » (Les balises «  » sont supprimées)

    4. Où est-ce que ça dit « et c’est tout » ?

      Et qui trouve qu’être une maman se limite à « se faire engrosser » ?

      Bisous à vous aussi.

    5. bravo ! le premier commentaire un peu intelligent que je lis ! Non à l’injonction !!!

    6. Ben du coup achète pas du Marionaud cocotte.

      1. Alors pas de cocotte, vous serez poli. Et je n’achète pas marionnaud mais merci du conseil.

    7. Il est possible d’être mère sans se faire engrosser.
      C’est aussi ça le progrès en 2016.

      Bisous aussi.

    8. Anaïs: « C’est ça le problème dénoncé »

      Vous avez surtout un énorme problème de misandrie.

  10. l’ayatollah du ass a tweeté c’est beau ,c’est magnifique et ça méritait un article.

  11. Pas d’accord avec vous. Twitter laisse peu de place aux subtilités (140 signes c’est cela ?), mais j’ai ressenti un malaise en voyant cette pub dans la rue. Pourquoi ? Traduisons le slogan :  » née pour être une être une maman superbe/magnifique ».
    Vous ne voyez toujours pas ? Si ce n’est pas du sexisme, c’est au minimum un diktat (comme on est sur un site libéral vous devriez y être sensible), ou bien du déterminisme (social ?). Vous DEVEZ être belle et être maman pour être valorisée socialement.
    Et si on n’est ni « beautiful » ni « maman », alors quoi ? La pub ne vous concerne donc pas, pas de soucis, plein de femmes n’achèteront pas. Mais quoi d’autre ? Cela ne laisse-t-il pas penser que vous n’êtes pas dans la norme sociale ? Pas comme il faudrait ?

    Le problème n’est ni le produit vendu ni le mannequin (très belle en effet), mais le message, le slogan, qui accompagne cette pub.

    Le fait que tous les commentaires masculins soient moqueurs et que les (rares) commentaires féminins disent « si si, il y a bien un problème » me semble assez significatif.

    1. en même temps, c’est la fête des mères. du coup, que des gens qui vendent des produits de beauté pour femmes, s’adressent à elles, j’arrive à la comprendre.

      surtout que, je l’ai remarqué, les mères sont souvent des femmes.

      1. Vous voulez dire que le parent 1 ou 2 est de sexe féminin

        1. merci Laurent de m’avoir rééduqué.

    2. « …c’est au minimum un diktat (comme on est sur un site libéral vous devriez y être sensible)… »

      Elle est bien bonne celle-là, un message serait un diktat… un soce égaré.

    3. « (comme on est sur un site libéral vous devriez y être sensible) »

      Houla, ca commence mal.

      « Le fait que tous les commentaires masculins soient moqueurs et que les (rares) commentaires féminins disent « si si, il y a bien un problème » me semble assez significatif. »

      Tout à fait, mais c’est pas flatteur pour la gente féminine. D’ailleurs que disaient les misogynes au moment de donner le droit de vote au femmes ? Elles voteront comme monsieur le curé… Le curé à juste changer de soutane.

  12. Apparemment, personne ici n’a compris le terme « injonction ». Cette image et cette pub sous tend que les femmes sont nées pour être mères, et jolies. Ca s’appelle une injonction. C’est à dire que, insidieusement, on dit aux femmes qui ne veulent pas être mères et qui s’en foutent d’être jolies qu’elles ont à côté de la plaque.
    Il y avait 1000 autres façons de faire une promo pour la fête des mères plutôt que de le faire comme ça. C’est dommage parce que Marionnaud a également de belles pub sur la diversité raciale « Born to be me » qui sont super, et belles.

    1. Apparemment, vous ne comprenez pas que, par définition, la pub a un format « injonction » !

      Les pubs de cosmétiques destinés aux hommes montrent rarement des moches gras du bide. Insidieusement on leur dit, pour reprendre vos termes, qu’ils « sont à côté de la plaque »;

      So what ?

      1. En effet, la pub est pleine d’injonctions, et particulièrement vis à vis des femmes, responsables de 80% des achats dans les foyers, en moyenne. Et les hommes sont également victimes de ces injonctions (injonctions à réussir, à être fort, à gagner de l’argent, à rouler dans des grosses bagnoles, …). Globalement, la pub joue sur les clichés, parce que c’est plus facile. Mais c’est dommage parce que, au final, ça nuit à la liberté individuelle de se réaliser comme on le souhaite. Et je ne vois pas de problème au fait de le signaler. Même si Mme de Haas, que je ne connais pas, le fait sans subtilité.

        Le vrai problème, c’est que la situation des hommes n’est pas exactement comparable à celle des femmes, même dans une société développée comme la nôtre, n’est ce pas ?

        1. oui, la pub est basique. oui la pub est injonctive. oui la pub est bourrin, pas très subtile et forcément orientée pognon et consommation.

          de la même manière que la com politique va rarement omettre de mentionner que le parti/candidat est forcément un messie qui va sauver ses ouailles, et que ces dernières ont ABSOLUMENT besoin d’être sauvées des autres ou d’elles même…

          ce qui m’amène à rappeler que les religions n’ont jamais eu de message guerrier et destructeur à la base, puisque l’aspiration gobale générale de l’Homme, c’est la stabilité/facilité (quoique certains relectures/réécritures peuvent avoir un but politique donc moins pacifique)

          bon on est bien avancés du coup: les marchands veulent vendre, les politiciens prendre le pouvoir et les prophètes prendre les rênes spirituels et moraux… où est le scoop? où est le Mal? c’est complètement humain et le modifier/le nier/créer un homme nouveau, c’est toujours poser les bases de pire encore (les exemples ne manquent paaas)

          donc l’homme est plus ou moins pourri et veut tirer plus ou moins profit d’une manière ou d’une autre de ceux dont il n’a plus ou moins rien à péter (donc globalement, ceux qu’ils ne connait pas, la Société tout ça). bon.

          Donc en gros, la société est la somme des messages que les individus ou groupes s’envoient les uns les autres pour essayer d’échanger de l’autorité, du pognon, du savoir, etc.

          Etant libéral, la réponse est de prendre ses responsabilités vis à vis de ses propres complexes et frustrations, et arrêter de blâmer les autres pour ses propres angoisses ou défauts.

          Tant pis si les pubs de caleçon montrent des hommes avec des abdos taillés dans le marbre et un paquet qui ferait pâlir Rocco, et que l’absence des premiers m’a privé de la vue directe du second depuis un moment maintenant.
          Tant mieux si mon voisin est plus malin que moi et gagne plus.
          Tant mieux si mon frère à la même gueule que moi mais une confiance de fou qui lui permet de faire toiut ce que je n’ose pas faire.
          Tant mieux s’il existe des gens plus ouverts et plus créatifs que moi…
          etc. etc.

          1. On peut être libéral et bienveillant vous savez…

            1. je dirai même que je ne vois pas comment on pourrait être bienveillant sans être libéral

        2. « … la pub joue sur les clichés, parce que c’est plus facile […] ça nuit à la liberté individuelle de se réaliser comme on le souhaite. »

          Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire !
          Vous n’avez pas remarqué des choses graves qui nuisent à votre liberté individuelle ?
          Une image ne peut pas nuire à votre liberté : elle vous empêche de faire quoi ? Quel droit est-elle venue bafouer ?

    2. Votre raisonnement passe à coté du contexte : c’est la fête des mère. Cette pub s’adresse aux femmes qui sont DÉJÀ mère. Exit l’injonction à être mère.

      Pour l’injonction à être belle, c’est toute l’année que vous pourriez taper sur Marionnaud : ils vendent des produits cosmétiques, évidemment que toutes leur réclames vont tourner autour du thème « Vous avez BESOIN de nos produits ! ».

    3. « les femmes sont nées pour être mères, et jolies », ce n’est pas une injonction, c’est un constat. La sélection naturelle est un jeu qu’on peut trouver cruel, mais qui n’admet des joueuses que par leur capacité spéciale : faire des enfants ; capacité spéciale qui reçoit un bonus de joliesse, et un malus d’intelligence (dommage ? Dieu s’en fout). Je sais qu’il y a des c** qui n’hésite pas à dire que la réalité est « faciste », je suppose qu’il peut y en avoir qui la proclame sexiste, en plus.

      Et je ne doute pas que le système médiatique saura tirer profit de ces polémique à la noix …
      et Marrionaud aussi ! ça fait le buzz, c’est parfait pour eux

    4. En France, on a tellement pas de problèmes qu’on arrive à s’offusquer de ce genre de pub. N’empêche que imaginer de faire une pub contraire à celle de Marionnaud : « Née pour être moche et célibataire ». Je ne suis pas sûr que ce soit la clientèle recherchée par Marionnaud.

      1. ou « pas née pour être jolie maman » (implicite : mais grâce au marchand de cosmétique elle y arrive quand même) ; ça aurait été drôle et peut-être aussi efficace

    5. « Cette image et cette pub sous tend que les femmes sont nées pour être mères, et jolies. Ca s’appelle une injonction.  »

      Par contre si j’explique que je trouve les femmes obèses dégueux et pas bandantes, la on me fait un procès en machisme et je risque même de perdre mon emploi si les féminazis de twitter me dénoncent.
      Je rappelle le mot d’ordre des body positive : « on peut sa taper des boggoss Abercombi en mangeant 3 Hagendass par jour »

    6. Dans une société libre « non coercitive » (composé d’individus libres plus ou moins indépendants) convaincre et persuader sont des outils de base, l’opprobre et les injonctions ne sont qu’une conséquence collective de cette émulation envers et contre certaines valeurs, c’est d’ailleurs un des fondements de la démocratie en tant que rapport de forces sous-jacent.

  13. Of course! Marionnaud a manqué de toc. Si cette entreprise avait choisi de mettre la photo d’un homme quelconque à la place de celle d’une jolie femme, Miss de Haas ne serait pas montée sur ses grands chevaux! Après tout, pour les féministes jusqu’au boutistes, les hommes ne sont-ils pas des mamans comme les autres? Et pour la fêtes des pères, il faudrait penser à mettre une femme! A terme, il faudra sans doute, pour ces irréductibles de l’égalité des sexes, que dis-je, du genre, supprimer les termes de maman et papa pour leur préférer « mapa » ou des « pama ». Quant à mère et père, je ne vois guère que « remépé » ou « repémé ». Réjouissant, non?

  14. L’argumentaire de l’auteur est à chier.

    1° Une boite qui s’adresse à des femmes ne peut pas être sexiste… Sérieux ? C’est même le contraire qu’on voit chaque jour dans les pubs, vendre aux femmes une image de la femme définies par les désirs des consommateurs.
    2° Le fait que ce soit des femmes qui dirigent ne veut encore une fois rien dire. L’auteur évoque le sexisme inconscient mais semble oublier que l’inconscient existe aussi chez les femmes… De plus, le but de ces femmes n’est pas de promouvoir une image de la femme hors des carcans classiques, mais de vendre et faire du fric.
    Et puis on a l’argument final du  » sondage twitter ». Je suis certain que l’auteur a de nombreuses fois fustigé les sondages et leur facticité , mais y recourt ici avec une grande facilité, pire, le prenant comme un argument valable.

    Il faudrait sérieusement revoir la façon de faire valoir votre pensée, vous donnez plus ici dans le pathétique.

    1. Petite correction de votre post

      « vendre aux femmes une image de la femme définies par les femmes non-féministes radical »

      « De plus, le but de ces femmes n’est pas de promouvoir une image de la femme hors des carcans classiques, mais de vendre à leur clientes ce qu’elles désirent par elle-même, sans l’aval d’une féministe radical »

      « Il faudrait sérieusement revoir la façon de faire valoir votre pensée, vous donnez plus ici dans le réalisme, et ce n’est pas en phase avec mon idéologie. »

      1. Je t’assure que tu n’es pas obligé d’apporter de correction pour pervertir ma pensée. ^^

    2. si on va par là, le simple fait de s’adresser à des femmes est sexiste, les entreprises de cosmétiques sont par définition sexiste, et ce parce que la réalité est sexiste. C’est effectivement la conception de Haas, mais à ce niveau de bêtise il n’y a plus rien à dire, et surtout le sexisme réel (c’est à dire les cas où dire on fait le reproche à quelqu’un d’être — ou ne pas être — une femme est un reproche) est protégé

      1. Ce qui est amusant c’est que toute réflexion du type gender, vegan etc… finis toujours dans l’absurde et dans le scepticisme.

      2. Il me semble que vous mélangez le sexisme individuel (ce que vous décrivez – mal je trouve, mais ce n’est que mon avis) et le sexisme en tant que système.

        1. il me semble que vous cherchez midi à quatorze heure.

    3. Et en quoi vendre aux femmes un images de la femme définie par les désirs des consommateurs serait quelque chose de sexiste ?

      Est-ce que quelqu’un est capable de donner une définition claire de ce mot fourre-tout ou alors c’est juste un mot qu’on a le droit d’utiliser gratuitement quand on a envie de s’énerver un coup, comme ça semble être le cas ici ?

      Quel serait un exemple de publicité non-sexiste, et où réside la différence ?

      On cite souvent en contre-exemple des publicités où on célèbre des femmes grosses, laides, « normales » (peu importe ce qu’on met derrière les définitions).

      En quoi ces choix de vie définis par d’autres publicitaires seraient-ils moins sexistes, dans la mesure où ils intiment de la même manière qu’il existe un certain idéal féminin ?

      D’ailleurs, qu’y a-t-il de spécifique aux femmes ici, puisque toutes les publicités jouent sur les idéaux, qu’ils soient féminins ou masculins ?

  15. Ne jamais, jamais, au grand jamais, donner du crédit à la parole d’une femme qui a les cheveux courts.
    C’est une règle universelle.

  16. Pa sa réaction sur la consultation gynécologique géante et gratuite le 31/12/2015 à Cologne, la « féministe » en question a démontré sa vraie nature de gauchiste sectaire (pléonasme).

  17. Faut m’expliquer en quoi ce texte montre que cette pub n’est pas sexiste.

  18. Pour tous les non entravants qui trouvent cette pub sexiste, rappelons le principe fondamental de la publicité. Celle – ci s’adresse à une cible, qui correspond à un segment de marché.
    Ici, la cible est la maman. La pub nous suggère : Si vous êtes une maman, vous pouvez prendre soin de vous, et Marionnaud est là pour vous y aider. Et quand on a des enfants, qu’on soit un homme ou une femme, on a moins de temps pour soi. Je suis papa, et quand je vois cette pub, j’ai envie de prendre soin moi, envie d’aider ma femme à prendre plus de temps pour elle, et envie qu’elle m’aide à prendre soin de moi, aussi. Voilà ce que j’y vois. Cette pub ne nous dit pas que toutes les femmes sont nées pour être maman, cette pub nous montre UNE femme que la marque souhaite identifier avec UNE maman, qu’elle souhaite aider à se sentir belle.
    La généralisation implicite que font Haas et certains lecteurs à toutes les femmes est abusive, et constitue une lecture frelatée et biaisée de l’image affichée. De la pure mauvaise foi, du procès d’intention.

    1. Il suffit de savoir parler anglais pour voir que cette publicité est sexiste 🙂

      1. Je parle anglais et je vois que ça ne suffit pas 😉

  19. +1 avec Anais, Mag, P et François.
    Cette pub suppose que la femme est juste née pour être belle et mère…
    En tant que femme, cette pub me dérange, oui.
    Et l’arrogance, voire le mépris, de M. Nicoulaud pour ceux qui ne penseraient pas comme lui encore plus… Je le cite « C’est grotesque et j’attends avec gourmandise celui ou celle qui viendra se couvrir de ridicule en affirmant le contraire.  »
    Je ne sais pas lequel de nous deux est le plus grotesque, mais vous gagneriez à ouvrir vos yeux sur les réalités de ce monde.

    1. « Et l’arrogance, voire le mépris, de M. Nicoulaud pour ceux qui ne penseraient pas comme lui encore plus…  »
      La, c’est l’hôpital qui se fou de la charité.

    2. Je peux entièrement comprendre son soi-disant mépris pour les gens qui n’ont de cesse de se porter en victimes de la société. Certaines personnes feraient mieux de mettre fin à leurs jours tout de suite : apparemment ce monde semble trop difficile pour eux au travers de pubs prétendument « sexistes ».

    3. Être belle est mère est dérangeant pour vous ? Soyez moche et seule

    4. « Cette pub suppose que la femme est juste née pour être belle et mère… »
      Pas du tout, c’est VOUS, et vous seule, qui faites cette supposition, en ajoutant vous même le mot « juste » qui n’est pas dans la pub (le slogan est bien « born to be a beautiful maman » et pas « born to be only a mother and beautiful »). La pub ne suppose pas, elle affirme, et elle affirme quoi ? que la femme sur la photo, et par identification la cliente qui la regarde, est déjà une mère et qu’elle est faite pour pour être belle
      vous défoncez un moulin à vent, un homme de paille
      voyez plutôt le commentaire de Michael lamberg le 24 mai 2016 à 13 h 20 min

      « En tant que femme, cette pub me dérange, oui. »
      ouvrez un peu les yeux, c’est dans l’autre sens que ça se passe : vous êtes allergique au point de déformer le message pour y voir ce que voulez y voir, et assez perverse pour chercher à trouver des choses qui vous dérangent : vous êtes du niveau du procureur du procès en censure de « Madame Bovary », où il expose ses interprétations ridicules où des non-dit deviennent de la pornographie pure.
      Vous faites du mal, et à tous les autres au passage

      Accessoirement le publicitaire et la marque jubilent : vous faites le buzz, vous ajoutez à l’impact publicitaire. Une pub qui dérange, il faut l’ignorer, simplement, et se tourner vers les concurrents.

    5. Non, ça ne dit pas « juste ». Je remarque que les gens qui s’énervent sur cette pub y rajoutent abusivement cette notion, qui n’y est pas. Ce qui vous énerve n’est pas cette pub mais votre propre imagination.

  20. Les hommes aussi ont une grosse pression familiale pour être père vous savez les filles.

    1. Quoi ? Il faut absolument trouver un moyen réthorique pour faire de cette contrainte un privilège.

    2. Qui a dit qu’on ignorait le problème ? Qui a dit qu’on n’était pas contre les clichés virillistes?

      Ceci dit il y a un élément qui manque: les hommes subissent des clichés similaires, mais ils bénéficient d’une ribambelle de privilèges dont ne jouissent pas les femmes…

      1. « Qui a dit qu’on ignorait le problème ? Qui a dit qu’on n’était pas contre les clichés virillistes? »

        Vous êtes autant contre qu’un enfant de 6 ans est contre la faim dans le monde… Du reste, on ne vous a rien demandé, à force de fréquenter des trans vous avez finis par croire que tous les hommes ont un trouble de la personnalité.

        « mais ils bénéficient d’une ribambelle de privilèges dont ne jouissent pas les femmes… »

        Exemple ?

      2. Vous savez les familles veulent juste voir la lignée se prolonger. Ce n’est ni « viriliste » ni « femelliste » (?)

        Concernant les enfants je vous invite à me conseiller sur la ribambelle de privilèges que j’ai raté dans le processus, visiblement.

  21. Pour penser comme Caroline de Haas, il faut réinterpréter, déformer, traduire la réalité afin de la rendre offensante… »Born to be a beautiful Maman » devient la société patriarcal veut conditionner toutes les petites filles à être des mères au foyer et des objets de désirs sexuels….
    C’est vrai qu’il faut se frotter (et se piquer) à la façon malsaine dont pense les féminazies pour ne pas s’étonner de la réaction de Caroline de Haas…
    D’ailleurs n’importe quel pub qui vantera la beauté et la maternité chez une femme est systématiquement sexiste…

  22. L’excellent enseignement des langues étrangères dans notre pays et des français qui ,c’est bien connu ,parlent tous l’anglais couramment font que cette pub est une pub incompréhensible pour une majorité de français. La seule image qu’ils en garderont est un joli minois associé au mot maman .Pas de quoi en chier une pendule .

    1. Non bien sur, pas de quoi en chier une pendule. Pas non plus de quoi faire des histoires pour une main au cul dans le bus, ni pour des tweets vulgaires d’un député. Ni pour un patron qui donnera une promo à un jeune homme plutôt qu’à une jeune femme, car elle pourrait bientôt être enceinte.
      Toutes ces petites choses sont souvent – paraissent souvent- des petits riens. Mais en s’accumulant, ça finit par être destructeur.

      C’est parce que des femmes se sont élevées contre tout cela, que les hommes français ne considèrent pas la femme comme ceux qui ont « animé » la nuit du nouvel an en Allemagne. Ça ne fait que 50 ans que les femmes peuvent ouvrir un compte bancaire et travailler sans la permission de leurs maris…
      Alors, permettez à certaines de rester vigilantes. Si vous avez des filles, elles vous en seront reconnaissantes.

      1. Bonjour patron, j’aimerais bien être le nouveau CEO, par contre l’an prochain je prends une année sabatique, ok ?

        1. Et voila ! Tu as trop regardé les pubs qui prétendent que la femme est forcément mère ! Et tu as bien intégré le fait que si elle l’est, c’est elle qui doit s’occuper des enfants (et du linge, et du ménage….), pas le père.
          Tu vois, il reste du chemin…

          1.  » Tu as trop regardé les pubs qui prétendent que la femme est forcément mère »

            Plus probable qu’une femme tombe enceinte qu’un homme, j’ai trop regardé de pubs.

            « Et tu as bien intégré le fait que si elle l’est, c’est elle qui doit s’occuper des enfants (et du linge, et du ménage….), pas le père. »

            Oui, j’avais oublié, papa ou maman, c’est exactement le même rôle interchangeable, d’ou la franche réussite des familles monoparentales.

            1. Lis jusqu’au bout : il est écrit « forcément »dans la phrase sur les mères.

              Quand aux rôles du père et de la mère, s’ils sont différents en matière d’éducation, je ne vois pas bien ce qui empêche un homme de tenir un balai, de laver du linge ou de préparer une purée pour bébé ???

              1. « Quand aux rôles du père et de la mère, s’ils sont différents en matière d’éducation »
                Argh ! une pensée sexiste !
                « je ne vois pas bien ce qui empêche un homme de tenir un balai, de laver du linge ou de préparer une purée pour bébé ??? » Rien, d’ailleurs certains — moi par exemple — le font. Tu aurais pu ajouter faire la couture (et le repassage etc.), le matériel nécessaire était d’ailleurs inclus dans la dotation du conscrit du temps où cet animal était exclusivement masculin, preuve que l’activité n’a rien d’exclusivement féminine.
                Inversement je ne vois pas bien ce qui exige qu’un homme fasse toutes ces choses, qui va l’y forcer et comment.

          2. « Et voila ! Tu as trop regardé les pubs qui prétendent que la femme est forcément mère !  »
            Par une coïncidence qui n’est peut-être pas un hasard, les droits de la femme et la publicité se sont développés en même temps … alors accuser la publicité, c’est risible.
            Que ça vous plaise ou pas, La maternité caractérise la femme, comme le vol caractérise l’avion ou la submersion caractérise le sous-marin. Ce qui ne veut pas dire que la Femme n’est que Mère, pas plus que l’avion ne passe tout son temps en vol ou que le sous-marin n’est toujours sous l’eau…
            « Et tu as bien intégré le fait que si elle l’est, c’est elle qui doit s’occuper des enfants (et du linge, et du ménage….), pas le père. » La tradition comme la loi sont claires : les parents, les DEUX parents, père inclus, ont le devoir de s’occuper des enfants, c’est à dire de s’assurer que ceux-ci obtiennent bien les soins (dont l’éducation, etc.) requis ; rien ne dit qu’ils doivent le faire eux-même, et encore moins que c’est madame qui décide si c’est bien fait. Or un homme qui « s’occupe des enfants » à la mode masculine (*), ça fait se dresser les cheveux sur la tête et pleurer de frousse et de frustration les femmes. Si tu veux que les hommes s’occupent des enfants, commence par accepter qu’ils le fassent à leur manière qui ne serait pas la tienne, et ça, on ne l’a jamais vu nulle part ni jamais alors permet moi de douter que tu en ai réellement capable

            (* : tu as besoin d’une description ? ça serait amusant mais je crois que tu peux la faire toi-même, tu vas pouvoir développer tes préjugés sexistes 😉 )

      2. laissez moi juger de ce qui est sexiste ou pas , laissez aussi mes filles tranquilles elles n’ont pas besoin de VOTRE vigilance. Ce besoin que vous avez, de vouloir oeuvrer pour notre soi disant bien est effarant et m’indispose plus qu’une pub pour du maquillage .

      3. J’ai été élevée dans un milieu féminin (quatre soeurs) par une mère au foyer et un père type patriarche aimant et sévère et qui tenait à ce que ses filles soient étudiantes, ce qui s’est passé. Ensuite je me suis retrouvée à travailler dans un univers pratiquement toujours masculin et, une fois mariée, je n’ai eu que des garçons! Ceci étant, malgré mon sexe et bien que je sois plutôt agréable et sympathique, jamais un homme ne m’a mis la main au cul dans le bus (je me déplace en voiture) ou ailleurs et je n’ai jamais reçu de tweet vulgaire (je ne suis ni sur facebook ni sur tweeter), ni de sms salace. J’ai d’excellents rapports courtois avec des hommes et quand j’ai une promotion, c’est parce que je la mérite.

  23. Les arguments de l’article sont invalides (comme l’a très bien résumé le commentaire de françois.)

    Premièrement, prétendre qu’une entreprise dont la clientèle sont les femmes ne peut pas être sexiste c’est exactement comme prétendre qu’un rappeur dont les concerts sont remplis de blancs ne peut pas être raciste anti-blanc.

    Deuxièmement, prétendre qu’une entreprise dirigée par des femmes ne peut pas être sexiste c’est oublier l’existence du sexisme internalisé : tout comme il existe des homosexuels homophobes il existe des femmes misogynes.

    Concernant la publicité dont parle l’article, est-elle antiféministe ?

    Demandons-nous d’abord ce qu’est le féminisme. Selon moi c’est la liberté d’une femme d’être elle-même, d’être une « prude » ou une « pute » (ou un peu des deux), d’avoir ou de ne pas avoir des enfants, de se focaliser sur ses enfants ou sur une carrière professionnelle, d’être une infirmière ou une policière, une sage-femme ou une militaire…

    Le féminisme n’a rien d’incompatible avec les femmes qui rêve d’être des mères et de consacrer leur vie à leurs enfants. Par conséquent une pub destinée à de telles femmes n’est pas forcément antiféministe.

    L’important c’est qu’aucune personne, en l’occurrence aucune femme, ne soit forcée par l’État à jouer dans la société un rôle qui lui ne convient pas.

    Le problème avec certains progressistes, c’est que face à une « prude », ils voudront que l’État la force à être une « pute ».

    Le problème avec certains conservateurs, c’est que face à une « pute », ils voudront que l’État la force a être une « prude ».

    1. « Premièrement, prétendre qu’une entreprise dont la clientèle sont les femmes ne peut pas être sexiste c’est exactement comme prétendre qu’un rappeur dont les concerts sont remplis de blancs ne peut pas être raciste anti-blanc.

      Deuxièmement, prétendre qu’une entreprise dirigée par des femmes ne peut pas être sexiste c’est oublier l’existence du sexisme internalisé : tout comme il existe des homosexuels homophobes il existe des femmes misogynes. »

      Il existe aussi des poissons volants, mais c’est pas la majorité de l’espèce.

  24. Faut il faire preuve de vulgarité, d’agressivité, de malveillance pour être respectée en tant que femme ?

  25. L’article est vraiment faible en arguments !
    La publicité est effectivement sexiste, et une simple analyse le démontre:
    – Born to be a beautiful Maman signifie littéralement née pour être une belle Maman. On tombe dans deux stéréotypes constitutif de la condition féminine et de la société patriarcale, pas besoin d’être Simone de Beauvoir pour s’en rendre compte. La pub signifie implicitement aux femmes que leur beauté et leur condition féminine de parturiente sont deux aspirations nécessaires à l’accomplissement de leur existence.

    La pub recycle et véhicule les préjugés sexistes. On peut donc parler de bouse sexiste.

    1. « pas besoin d’être Simone de Beauvoir pour s’en rendre compte »

      Simone et son popole Sartre sont à jeter dans la poubelle des idéologues moisis, pas étonnant que ce soit vos références.

      « La pub signifie implicitement aux femmes que leur beauté et leur condition féminine de parturiente sont deux aspirations nécessaires à l’accomplissement de leur existence »

      Oulala, le maitre de l’implicite et des crime-pensée, A-TEN-TION, je dirais même Achtung !!! La pub leur dit qu’elle doivent acheter du marionaud si elles veulent être de belle maman (ce qui suppose qu’elles le sont déjà), et quand bien même, tant que des femmes sont clientes de genre de « cliché » implicite, qu’est ce qui vous arroge le droit de les changer de force, vous voulez créer la « femme nouvelle » peut-être ?

  26. Il vous a échappé un élément essentiel cher auteur.
    Les féministes de combat, dont fait partie la Haas, ont rarement l’allure des femmes des pubs qu’elles dénoncent ….(un euphémisme).
    Dans le cas présent, entre la pub de Marionnaud et la tête de Haas …. Il n’y a pas photo !
    Ceci pouvant expliquer bien des choses …
    Entre autre, une certaine aigreur.

    1. Vous êtes sérieux d’utiliser l’argument de la beauté physique pour définir nos combats ? C’est pas un peu faible ? ( genre un peu nul dans une discussion argumentée ). La prochaine fois que vous pensez pouvoir débattre de juste manière et non en sophiste ou pilier de bar, faites nous signe. Amicalement

  27. Mansplaining en puissance, ici. « Hohoho, mais moi je suis un homme et moi je sais ce que c’est le sexisme et j’ai décidé que ceci n’est pas du sexisme ! »

    Merci d’expliquer aux femmes ce que sont les oppressions qu’elles subissent au quotidien. C’est vrai, on est juste sensées être belles et être des mamans, pas besoin d’utiliser notre cerveau pour réfléchir, et puis de toute façon y aura quand même des mecs qui viendront nous expliquer comment ça fonctionne, et nan on n’a pas le droit de dire qu’on subit les oppressions.

    Au fait, c’est quoi qui vous dérange précisément quand on dit que la pub en question est sexiste ? ça remet en cause « l’ordre établi » ? Vous avez peur de perdre vos privilèges ?

    1. Si vous utiliser votre cerveau pour réfléchir vous n’écririez pas chose pareille.

      Les femmes d’aujourd’hui c’est à vous donner envie de devenir homosexuel.

      1. parle pour toi 😉 la donzelle n’est heureusement pas représentative du genre
        En plus, je te rappelle que réfléchir c’est justement pas ce qu’on attend d’une femme, alors te plaint pas (*)

        (*) hélas cette triste époque de pleine de pisseuses-froides qui auraient lynché Desproges m’oblige à préciser que c’est du second degré

        1. Et après les pisseuses-froides s’étonnent de ne trouver que des lopettes.

          1. L’inénarrable Adèle voit dans « vipère au poing » une description du patriarcat, l’ordre du père ; le père, celui qui va à la chasse au papillon, fait semblant de ne rien voir aux brimades de folcoche, et que tu appellerais probablement « lopette ».
            On a la le même problème avec les fondus qui vous du libéralisme et même de l’ultra-libéralisme dans la politique encours … à ce stade on ne peut même plus dialoguer puisqu les mots n’ont plus le même sens pour tout le monde.

    2. « Au fait, c’est quoi qui vous dérange précisément quand on dit que la pub en question est sexiste ?  »
      bonne question.
      Ce qui me dérange c’est, en vrac : le mensonge ; la victimisation ridicule ; l’effacement du sexisme réel, noyé dans un océan de sexisme imaginaire où tout est sexisme, c’est à dire que rien ne l’est.
      Madame Haas EST l’ordre établi, l’ordre moral en action, alors voir dans cette dénonciation du sexisme une remise en cause de ce dernier, c’est juste risible.

      « Vous avez peur de perdre vos privilèges ? »
      privilèges ? si vous trouvez dans le monstrueux paquet de codes et de loi qui nous est imposé en France, un seul article qui accorde à un homme un droit dont une femme est dépourvue, je milite volontiers pour son abrogation, ou son extension aux femmes si possible et si vous préférez. En échange, j’attends de vous la réciproque, et je crois pas que ça plaira aux femmes (en vrac : avortement à l’initiative du père ; paternité sous X -> terminer les actions en reconnaissance de paternité, etc.)
      Maintenant si par « privilèges » vous avez en tête des trucs qui ne sont pas de l’ordre de la loi, mais de « l’égalité réelle », ça va vous couter encore plus cher : la remise des femmes au niveau des hommes, ça commence par des parcours scolaires égaux (discrimination massive à l’encontre des garçons ? on pourrait le penser ) et ça finit par des durée de vie égales, en passant par un traitement judiciaire qui punisse les femmes autant que les hommes en toute matière, viol et versement de pensions alimentaires inclus (ce qui implique au choix, autant de condamnation de femmes que d’homme, ou aussi peu de condamnation d’hommes que de femmes …), autant de femmes SDF ou éboueurs que d’hommes, etc. et bien sûr, comme il se doit, l’égalité salariale, dont vous croyez certainement qu’elle se traduirait par un meilleure salaire pour les femmes, alors que ça serait en réalité l’inverse, une fois tenu compte de tous les paramètres qui vous sont soigneusement cachés (saviez vous que les femmes ont un absentéisme double de celui des hommes –sans même parler de la maternité, évidemment, trop facile sinon)
      Moi à vrai dire je m’en fous, mais si vous y tenez, pourquoi pas.

    3. Moi j’encourage Sandrine et toutes les femmes qui se font piéger par le militantisme féministe à persister dans leur idéologie jusqu’au bout et à ne pas se reproduire 🙂
      Les vraies femmes se chargeront de la reproduction de l’espèce !
      Je signale quand même à Sandrine qu’elle peut remercier sa maman qui l’a pondue et qui a donc pu lui permettre d’exister en tant que femme libérée, féministe et fière de l’être.

    4. Ce qui dérange, mais c’est un bien grand mot, j’aurais plutôt dit, ce qui « amuse », c’est le constance de Mme de Haas dans la nullité de ses argument, et dans la fréquence de leur répétition.

      Vous n’êtes pas en reste, puisque, en raisonnant comme vous le faites, seule une femme serait à même de juger du caractère sexiste ou non de tel ou tel objet. C’est donc que la définition du sexisme est un truc totalement arbitraire, puisque si ce n’était le cas, les hommes seraient parfaitement capables de lire cette définition (officielle), et de l’appliquer correctement. À moins que vous ne niiez aux hommes les capacités intellectuelles qui leur permettraient de comprendre la définition d’un mot en vertu de leur sexe, ce qui serait… sexiste ?

      On peine par ailleurs à comprendre la teneur de votre argument, puisqu’entre l’absence de logique, et la construction d’épouvantails en série (« on est juste sensées [sic] être belles et être des mamans », qui démontre votre incapacité (toute personnelle) à l’exercice de la compréhension écrite, « on n’a pas le droit de dire qu’on subit des oppressions » alors que vous ne faites que ça à longueur de journée) on ne sait plus trop où vous voulez en venir.

    5. A Sandrine
      « Merci d’expliquer aux femmes ce que sont les oppressions qu’elles subissent au quotidien. »
      Typique de la pensée féministe qui réduit l’ensemble des femmes à un concept idéologique rigide manichéen et global. C’est effarant (comique ou triste, au choix) de voir aujourd’hui toutes ces femmes qui se définissent avant tout comme féministes (donc comme concept idéologie, logique de troupeau) avant même de se définir comme individualité pensante et autonome… ça n’est pas comme ça que vous atteindrez votre liberté.
      Et puis, de quel droit parlez-vous au nom de toutes les femmes ? N’est-ce pas réducteur de calquer sur les autres toutes vos peurs et frustrations ?

  28. Avant de critiquer Marionnaud pour sa pub « born to be a beautiful maman » il faudrait peut être se renseigner sur la campagne « born to be me ».
    Marionnuad a juste fait une déclinaison spéciale faite des mères ou Me est une beautiful maman.
    Et à celles et ceux qui ont encore la chance d’avoir leur maman je ne pense pas qu’ils s’en trouvent beaucoup pour ne pas la trouver beautiful.

  29. Caroline n’a manifestement pas de culture cinématographique, ce qui lui aurait permis de relativiser son interprétation. Quand je lis « born to be » je pense tout de suite (non, pas à « alive » ) à « born to be wild », easy rider, toussa, donc un message de rebelle attitude, de bikers, de liberté, etc… Donc une image plutôt virile et libérée de la femme du coup.
    Tant pis.

    1. Ah quand même! J’ai eu peur, j’ai cru qu’il n’y avait personne qui avait compris la référence pourtant ÉVIDENTE à Born to be wild!

      Cela m’a bien fait rire quand je lisais certains parler « d’injonction », de « diktat » ou encore « d’obligation ». Non mais vous êtes sérieux? Vous n’avez réellement pas fait le reprochement avec le titre de Steppenwolf? Quand vous voyez que c’est écrit en anglais et pas en français, y’a rien qui percute là-haut? Vous pensée que le pubard a fait ça sans raison, juste comme ça, pour le fun?

  30. Forcément que vous ne vous sentez pas visé, vous êtes un mec.
    Je vais vous apprendre un truc : les femmes peuvent tout à fait tenir des propos sexistes et entretenir le sexisme de notre société. Beaucoup d’entre elles le font, hélas. On les conditionne pour cela depuis leur naissance.
    De nombreuses femmes sont offensées par cette pub qui les réduit à un rôle d’utérus pomponné et vous osez leur expliquer qu’elles ont tort ?? Vous savez mieux qu’elles ce qu’elles doivent ressentir, du haut de votre condition de mâle, c’est ça ? Je vous invite à aller voir la définition du mot « mansplaining ». Il s’applique complètement ici.

    1. C’est quand même pas compliqué à comprendre, cette pub ne s’adresse pas aux femmes elle s’adressent aux mères.

      Les engins comme vous ça devrait être livré avec une notice.

    2. Et moi je vous invite à ne pas trafiquer le vocabulaire en inventant des mots à vous comme « mansplaining » : si chacun invente ses propres mots et ses propres concepts, on ne pourra plus se parler du tout. Surtout des mots qui puent le sexisme, la misandrie en l’occurrence.

    3. « De nombreuses femmes sont offensées par cette pub qui les réduit à un rôle d’utérus pomponné et vous osez leur expliquer qu’elles ont tort ? »
      Ces nombreuses femmes font ce qu’elles veulent de leur vie, si elles estiment que c’est aliénant de reproduire leurs gènes ça les regarde. Pendant ce temps les autres perpétuent leurs gènes (et De Haas a déjà pondu). Je ne comprends pas comment autant de femmes peuvent se faire berner à ce point. Ca doit être ça la sélection naturelle..

    4. Le mot « mansplaining » c’est une invention féministe pour dire aux hommes « vous n’avez pas le droit de me contredire. »

      C’est une belle tactique de propagande, mais malheureusement ça ne convainc personne de sérieux.

      C’est la tactique classique du « une femme ne peut jamais avoir tort. » Ensuite quand on leur fait remarquer le caractère intenable de cette position, les féministes battent en retraite et rétorquent que « comment ça ? Vous n’êtes pas favorable à l’égalité des sexes devant la loi ? » ou une autre banalité qui n’a rien à voir avec le féminisme dans sa version actuelle.

      Ce genre de manoeuvre éculée est fatiguant et a été démonté environ 8 milliards de fois. Mais je dois avouer que j’ai plus l’habitude de le rencontrer sur les blogs américains. Comme toujours, la France se fait remarquer par son retard.

    5. Imaginer… mais imaginer seulement que les femmes puissent plaire à leur mari, porter un bébé et donner lieu à une naissance !! Bon dieu, 4 millions d’évolution de l’humanité pour en arriver là, mais quel sexisme !!

      Vous vous rendez compte du niveau d’abrutissement dont vous nous faites part ? Heureusement que la plupart des femmes effectivement ne réfléchissent pas comme vous… (et entretiennent le «  » »sexisme » » » de notre bonne vieille société patriarcale ultranéolibérale ahaha c’est cruel non ?).

  31. Dans un contexte quelconque, on pourrait considérer cette pub comme sexiste, assignant la femme au rôle exclusif de reproductrice. Mais là; on est dans le cadre de la fête des mères, c’est en tant que mère qu’est considérée la femme à l’occasion de cette fête. Tout le problème vient donc de la fête des mères. Je suggère aux femmes qui trouvent cette pub sexiste d’avertir leurs enfants et leur compagnon qu’elles sont vigoureusement opposées à cette fête et que tout cadeau qui leur serait fait finira à la poubelle. Et qu’il n’y aura pas de gros câlin avec le papa.

    1. Mais bordel, il faudrait faire dans la même pub référence à toutes les catégories de la population pour que ça passe ? Cette pub est faite pour les mère comme les monte-escaliers font des pub pour les vieux, on va pas mettre Jennifer avec Kazimir !!!

  32. « Ceux qui me disent que les agressions sexuelles en Allemagne sont dues à l’arrivée des migrants : allez déverser votre merde raciste ailleurs. »

    Ca c’est le tweet de Caroline de Haas après les agressions du Nouvel An à Cologne (et ailleurs). C’est le féminisme version Haas.

    1. belle pub, je ne vois rien de sexiste… on peut etre maman ET jolie… pourquoi pas… doit on ne pas etre maman, ne pas etre jolie, les deux, proposition liée ou pas avec relation de cause à effet ou pas etc…
      le « féminisme » actuel me gave

  33. c’est très ennuyeux d’accepter de simplement participer à un procès en sexisme, montrez moi une injustice et on discute … mais ce genre de procès d’intention est pénible, c’est aussi une victoire pour ceux qui veulent obtenir toute espèce d’avantage du fait d’un statut de victime de sexisme…
    quand bien même cette publicité véhiculerait des préjugés sexistes, est ce crime? est ce un crime important bien que dérisoire mais avec ,si chaque femme se sent atteinte, une multitude de victimes ?
    crime dérisoire…
    c’est ben simple je préfère dire que je suis sexiste homophobe et raciste…ça m’évite ces procès à la noix.

    1. Nous sommes tous responsable de tout, sauf nos élites, elles, sont là pour nous éclairer et ne sont responsable de rien.

  34. il y a un point qui me semble important qui est qu’à chaque plainte dérisoire des féministes li’dé de faiblesse des femmes est renforcée..il y a suffisamment de bons combats à mener..

  35. Au fait, hier en rentrant du boulot juste après cette « discussion » : grosse affiche avec un cul de mec en boxer en gros plan dans le métro, approximativement 0 féministe pour dénoncer cette honteuse objectification du corps de l’homme. LOL

  36. encore un homme pour nous expliquer que toutes ces gouttes qui font déborder le vase ne sont pas le vase. Bouse, ça convient bien ici aussi j’trouve.

    1. Les goutes sont tes larmes de crocodile ?

    2. Un slogan de publicité qui ne vous est pas adressée en plus c’est une violence insoutenable effectivement.

      Votre monde misandre idéal ou chaque mot est pesé, censuré pour correspondre enfin à votre idéal castrateur est l’antichambre de l’enfer.

Les commentaires sont fermés.