Le chômage a-t-il vraiment baissé ?

Publié Par Éric Verhaeghe, le dans Pushmobile, Travail & emploi

Par Éric Verhaeghe.

Chômage : offre d'emplois

Offre d’emplois by Nina A.J.(CC BY-ND 2.0)

 

Le chômage, fléau du siècle.

Les chiffres du chômage, notre prière quotidienne. Jamais un gouvernement n’avait développé une telle religion de la statistique : la fameuse inversion de la courbe est une pluie que l’on implore chaque mois, avec force danses tribales et simagrées à gri-gris. Et la courbe aurait baissé ce mois-ci de 60 000 chômeurs !

Comme cela m’arrive régulièrement (mais, n’étant pas religieux ni complètement superstitieux, pas tous les mois), je livre donc mon petit commentaire sur les chiffres du chômage.

Combien de chômeurs en moins ?

Rappelons d’abord que la baisse de 60 000 chômeurs porte sur la catégorie A, c’est-à-dire les demandeurs d’emploi inscrits et tenus de chercher un emploi. Fin mars, ils étaient 3,531 millions, contre 3,591 millions un mois auparavant. Il y a un an, ils n’étaient « que » 3,514 millions. Autrement dit, la forte baisse du mois ne gomme pas la hausse du chômage en un an.

Une forte hausse des premières entrées en chômage

Comme toujours, la question principale est de savoir pour quelle raison le chômage a baissé. Sur ce point, deux chiffres (donnés, malheureusement, avec moins de précisions qu’auparavant par la DARES) sont annonciateurs de mauvaises nouvelles. D’une part, les fins de contrats à durée déterminée ont fortement baissé (-5,3% par rapport à l’an dernier), pendant que les premières entrées explosaient (+17%). La baisse du chômage n’empêche pas sa hausse parmi les « insiders ».

Le développement des stages pour inverser la courbe

Mais la véritable explication de la « baisse du chômage » est à chercher dans la « formation » des chômeurs annoncée à grands cris par François Hollande durant l’automne. En trois mois, les entrées en stage (donc les « sorties » des files d’attente) ont augmenté de 10%, pendant que les reprises d’emploi déclarées ne progressaient que 1%. Le mois dernier, 50 000 demandeurs d’emplois sont entrés dans un stage qui leur permet d’échapper à la comptabilité de la catégorie A.

Les « défauts d’actualisation » (qui peuvent cacher une reprise d’emploi aussi bien qu’une fin de droit) ont pour leur part concerné 225 000 personnes, soit une hausse de 8% en trois mois.

Le taux d’emploi reste bas

Mais, comme toujours et redisons-le, ces chiffres sont friables et ne concernent qu’une partie minoritaire des demandeurs d’emplois, dont beaucoup ne sont pas indemnisés.

Le chômage endémique qui touche la France explique que le taux d’emploi des Français entre 20 et 64 ans stagne à 70% quand il atteint 76,5% en Allemagne. Signalons là encore que seulement 66,5% des Françaises entre 20 et 64 ans ont un emploi, alors que l’Allemagne a porté ce taux à 73,6%.

Sur le web

  1. partant du principe que hollande a misé sa réelection sur la baisse du chomage ,il y a de forte chance que le dit chomage va énormément baissé d’ici 2017….d’une manière ou d’une autre ….

  2. Les stages augmentent comme tout les ans car on est au mois de mars donc beaucoup d etudiants commencent leur periode de stage. votre analyse est afligante.

    1. Bonjour Terminator

      Toujours est-il que les stages (50M) expliquent en grande partie la baisse des chômeurs (60M).

      Votre post est affligeant. 🙂

      1. haha vous n avez pas compris

        1. euhh terminator , pas compris quoi ? les étudiants ne pointent pas au chômage, donc l’auteur parlait des stages proposés aux chômeurs , pas des stages étudiants . Et donc analyse affligeante ??

          1. vous n avez pas compris que ca cest son interpretation. on ne peut pas faire un stage legalement sand etre etudiant. haha.

            1. Lisez la référence DARES page 9:
              « Sur trois mois, les sorties pour reprise d’emploi déclarée (+1,4 %), entrée en stage (+9,3 %), arrêt de recherche (+1,0 %), cessation d’inscription pour défaut d’actualisation (+8,3 %), radiation administrative (+2,3 %) et autre cas (+0,7 %) sont toutes en hausse. »

              L’embellie est bien due pour bonne partie par l’entrée en stage.

            2. Bien sur que si. Quand un chômeur prend une formation professionnelle ça s’appelle un stage. Et c’est de ces stages là qu’il et question. LEs étudiant ne sont pas demandeurs d’emploi.

        2. « Le mois dernier, 50 000 demandeurs d’emplois sont entrés dans un stage qui leur permet d’échapper à la comptabilité de la catégorie A. »
          et non pas 50M étudiants.

        3. Hmmm tu ne confondrais pas stages étudiants (donc rien a voir avec le chomage) et formations pole emplois (juste la pour faire baisser la categorie A) toi des fois ?

    2. Je pense qu’il nous parle des mises en formation pour les inactifs et non pas des stages pour les étudiants, en revanche, se comparer à l’Allemagne quand on connait leurs niveaux de rémunération sur la classe ouvrière, est je pense inapproprié.

      1. C’est quoi la « classe ouvrière » ? Je n’ai jamais vu ça comme catégorie dans les contrats de travail ou d’apprentissage.

      2. Ce que vous dites est faux. Je vous rappelle que l’Allemagne a instauré un salaire minimum. Si on compare les salaires minimums en France et en Allemagne on s’aperçoit que l’ouvrier allemand a plus de pouvoir d’achat que l’ouvrier français. En Allemagne (en prenant compte les chiffres en standard de pouvoir d’achat) l’ouvrier Allemand percevra 1441 Euros contre 1337 pour le français.

    3. Terminator, les entrées en stage dont il est question dans l’article sont les entrées en stage de formation financés par l’UNEDIC, pas des stages de fin d’études.
      Et en plus les stagiaires en fin d’études n’étaient pas inscrit au chômage, juste avant ils poursuivaient leurs études, donc ils ne sont pas sortis des stats du chômage.

      1. Effectivement on parle d’entrée en stage de formation professionnelle financée ou pas par la région, l’unedic ou par le biais du CPF. Cependant, un étudiant peut très bien s’inscrire au chômage (certains financent leurs études grâce à un petit boulot le soir et W.E. Le chômeur qui rentre en stage de formation doit s’actualiser en déclarant être en stage en précisant la période de stage sur le mois écoulé. L’étudiant qui rentre en stage d’étude s’actualise comme d’habitude sans mentionner son entrée en stage (qui n’a rien à voir avec le chômage). L’étudiant qui travaille et qui a cotisé minimum 4 mois (610 heures ou 122 jours) à l’assurance chômage peut bénéficier de l’assurance chômage l’été entre la fin de son année et la reprise de ses cours en septembre (il n’est plus étudiant et est censé être disponible pour la recherche d’un emploi).

    4. @Terminator: A moins que ce ne soit de l’ironie, votre commentaire est faux. Un étudiant en stage reste un étudiant, donc hors des statistiques des personnes en recherche d’emploi.
      D’ailleurs, en plus, il semblerait que les étudiants en prépa qui ont décroché et n’ont plus d’espoir d’obtenir une entrée en année suivante, conservent leur statut d’étudiant et ne sont pas compté comme chômeur…

      Ainsi, après les partiels de janvier, en fac de médecine (ou autre), on ne garde que 400étudiants sur 4000. Les 3600 autres gardent leur cartes d’étudiant, et peuvent aller à la pêche ou faire zadiste sur la place de la République sans alourdir les stats de Pôle Emploi…

      1. @amike « aller à la pêche ou faire zadiste » « sans alourdir les stats de Pôle Emploi » 😀 ! Exact , mais il y a des effets de bords avec les stat de la criminalité .. 😉

  3. Le patronat et les gouvernements du « front républicain » veulent faire avaler aux Françaises et aux Français l’idée qu’il faille encore et encore rogner leurs salaires et leurs pensions de retraite, soit directement soit indirectement (par augmentation des cotisations sociales et des impôts) s’ils veulent que le chômage soit efficacement combattu. Pendant des mois et des années les derniers gouvernements nous ont, en effet, expliqué qu’il ne peut y avoir d’inversion de la courbe du chômage que si l’on atteint le taux annuel de 2% de croissance seul susceptible de garantir la création d’emplois réels, et que ce taux ne serait atteint que s’ils acceptent que leurs salaires ou leurs pensions soient gelés pendant des années. les Françaises et les Français ont consenti des efforts, le fruit de leurs économies et des suppléments d’impôts a servi en grande partie à verser des sommes pharamineuses aux entreprises pour qu’elles créent des emplois. Le taux du chômage n’a jamais cessé de croître. Or, en mars 2016, miracle. Le taux de 2% de croissance n’étant toujours pas atteint, le gouvernement crie victoire : le nombre de chômeurs a significativement baissé. Cela veut dire 2 choses au moins : 1) soit les gouvernements ont menti aux Françaises et aux Français, 2) soit les chiffres statistiques du chômage ont été manipulés. Je penche pour les deux à la fois !

    1. Les « sommes faramineuses versées aux entreprises » correspondent aux sommes astronomiques prélevées sur les entreprises (IS à 33,33%; RU 22 %; PAys-Bas 25 %, Belgique 33,99 %; Allemagne 30 %). N’oubliez jamais que l’Etat n’a pas d’argent, il n’a que des dettes et des prélèvements sur les contribuables. En cela, l’Etat continue de mentir aux Français.

    2. Donc si je vous vole 1000 € et que je vous en rend 300 je suis votre « bienfaiteur » et vous m’êtes redevable pour cette « subvention », c’est un beau concept mafieux…

      1. Tout à fait. Quand l’état restitue des impôts c’est une dépense et quand il les augmente c’est une économie ?

    3. Les soi distantes subventions aux entreprises consistent en des réductions d’impôts et cotisations. Le problème c’est que les impôts et cotisations pour les entreprises n’ont cessé d’augmenter ces dernières décennies pour atteindre des niveaux intenables.
      Cultivez vous. Qui paie les impôts des entreprises ? Ce sont les clients et les salariés. Alors baisser les impôts des entreprises c’est une bonne chose pour les clients et salariés.

  4. #France #Politique #Travail #Emploi #Chômage #Chiffres

    Les chiffres doivent toujours être pris avec beaucoup de précautions dans l’analyse des choses. Car comme l’explique cet article, il est aisé d’y mettre tout ou rien derrière des chiffres pour les interpréter comme l’ont veut. Il suffit de s’intéresser aux sondages et de comprendre l’impact que cela peut avoir sur les personnes. Or un minimum de bon sens devrait pousser les personnes à savoir saisir ce qu’expriment réellement ces chiffres (choses qui restent souvent obscures), et à relativiser par rapport à ces chiffres, car il n’expriment rien d’autre qu’une valeur définie, et donc un résultat tout relatif, à partir de paramètres multiples et tout aussi relatif, dont la finalité est d’en faire des interprétations par nécessité d’illusion, de conviction, d’adhésion ou de rejet ! D’ailleurs pour s’en convaincre, il est souvent utilisé des diagrammes, des camemberts pour exprimer ou expliquer quelques choses, sans jamais en donner les détails en matière de calcul et de résultats. Et nos politiques, nos économistes, et bien d’autres, ont très bien compris depuis longtemps l’impact des chiffres sur l’esprit humain qui ne cherche jamais à comprendre au-delà de ces chiffres qui sont somme toute très relatifs et invitent à toutes sortent d’interprétation et donc de manipulation !

    😒 Bien à vous.

    Mr Franck Delaby

  5. Comme aurait dit mon beau père avec son bon sens paysan: « t’as qu’à croire !!! »
    les tripatouilleurs ont fait fort ce mois ci … gare au retour de manivelle

  6. Ce qui est paradoxal ce sont les entreprises qui ont du mal à trouver des employés, avec la nombre de chômeurs les offres d’emploi devraient être vite pourvues. C’est environ 200 000 emplois non pourvus (chiffre réel pas les chiffres farfelus de 500 000 ou 300 000)

  7. Les seuls emplois qui vaillent sont ceux créès par les ENTREPRISES !
    Le reste n’est que pipeautage bavardage et tripatouillages …
    Comment accorder une once de confiance à l’enfumage généralisé dont nous sommes l’objet !
    Ça va mieux…
    Ça va mieux …
    Ça va mieux..
    … …

  8. leur tactique est bonne : à pinailler sur les quelques milliers de chômeurs en plus ou en moins on oublie les presque 600 000 emplois aidés bidons, les RSA,les dom-tom, les 2 millions emplois inutiles dans les collectivités territoriales …..

    1. Le jour où les Conseils Généraux font basculer les demandeurs de RSA sur l’ANPE les chiffres du chômage explosent.
      D’où le bras de fer jusqu’en fin d’année pour que l’Etat prenne sa part dans le coût du RSA.

  9. chacun voit bien ce qui se passe dans son entourage immédiat , donc il ne faut pas avoir fait l’ena pour voir que ces chiffres sont mensongers .
    quant aux stages , c’est juste de la main d’œuvre a bas cout , c’est une honte d’utiliser ce système pour trafiquer les chiffres du chaumage .

  10. J’en entend souvent dire : « il y a pourtant beaucoup de travail ». Ce faisant, on confond deux choses : travail, et emploi.
    Un travail, c’est ce qu’il y a à faire. Et effectivement il y en a.
    Un emploi, c’est lorsque quelqu’un est prêt à prendre le risque de payer un autre pour faire ce travail.
    Nous avons beaucoup de travail en France. Pour autant, nous n’avons pas beaucoup d’emplois.

    Et pour maquiller cette vérité, on range simplement les chômeurs dans des petites boîtes « catégorie A », « catégorie D », etc. en considérant que le transfert d’une boîte à une autre vaut non prise en compte dans les chiffres officiels du chômage.
    Si la mauvaise foi était pénalement punie, le gouvernement aurait du souci à se faire.

    1. +1000 @julien , tout à fait en phase avec votre vision . Il y a du travail partout , mais personne n’est prêt à payer le coût pour le faire .
      coût devenu exorbitant à cause de notre état mafieux qui pompe son dû à tous les niveaux. C’est aussi simple que ça . Mais comment résoudre ce problème alors que c’est le coupable (l’etat) qui fait la loi et qu’il aa le service d’ordre avec lui ?

      1. C’est une question parmi d’autres. En fait le problème de fond, sur lequel il y aurait moyen de s’unir même avec des gens avec qui on est normalement pas d’accord, c’est la constitution. Qu’on aime ou pas le personnage, je rejoins l’analyse de Chouard là dessus mais pas sur la solution qu’il propose.
        On a moyen de se mettre tous d’accord sur : comment voter nos lois, comment dégager nos dirigeants, comment les contrôler, etc. La base, c’est de reprendre en main le processus politique.

        Nuit debout est à la ramasse parce qu’ils commencent les discussions sur des sujets législatifs: l’économie, le travail, etc. et ce sont des sujets clivant. A mon avis, libéraux et non libéraux pourraient d’abord se mettre d’accord sur la façon de voter des lois. Le reste, on aura tout le temps d’en débattre, mais pour le moment le problème prioritaire est peut être que des gens puissent voter pour nous alors qu’ils ne sont pas représentatifs.
        Après, sur le législatif, j’ai tendance à me dire que tout ce qui ne va pas dans le sens du plein emploi doit dégager, mon filtre est assez simple 🙂

        1. Avant de se mettre d’accord sur la façon de voter des lois, ils faut impérativement se mettre d’accord sur ce qui est urgent : la façon de les abroger !

    2. Who is John Galt ?

  11. Il faut rappeler les chiffres du chômage depuis que Hollandouille est au manette.
    Mai 2012 : 4.68 millions de chômeurs
    Mars 2016 : 6.15 millions de chômeurs

    soit 1.47 millions de chômeurs en plus en 4 ans. Heureusement qu’il n’y a pas eu de crise, que les taux sont négatifs et que l’énergie est peu chère…
    Dette 2012 1833 Milliards
    Dette 2016 2120 Milliards
    une petite hausse de 287 milliards d’euros malgré des taux d’intérêt négatifs . Heureusement qu’il n’a pas géré la crise de 2008.

    Sarkozy 0.9 millions de chômeurs en plus entre janvier 2008 et mai 2012!
    Hollande 1.47 millions de chômeurs en plus entre 2012 et 2016 !

    Il n’y a pas de doute nous avons une équipe de branquignoles qui se moquent du monde !

    1. Oui mais ça « va mieux  » et de toute façon tout est de la « faute à Sarko. »

      1. De plus comme Mitterrand, on doit financer sa maitresse. 400 000 Euros par an rien que pour sa protection. Les socialos n’ont n’y éthique, ni vertu, ils n’ont que des vices. Quand ce n’est pas le cul, c’est l’argent.

  12. En recherche d’emploi, je peux vous confirmer que le nombre d’offres d’emploi est très mince. Manipulation des chiffres. les socialistes prennent les français en recherche d’emploi pour des imbéciles.. Une honte toute cette manipulation.. Les sans dents d’hollande sont nombreux… Il veut baisser le chômage qu’il a créé avec les impôts et les charges sur les entreprises, il n’aura rien fait pendant 5 ans, 5 ans de perdu.

    1. Il ne veut pas baisser le chômage, il veut en baisser les statistiques pour se représenter, tout en maintenant un maximum d’électeurs dans la pauvreté puisque ceux qui en sortiront ne voteront pas pour lui.

  13. On a en France le même nombre d’emplois qu’il y a 10 ans. Et entretemps la population a augmenté de 0,6% par an ce qui correspond grosso-modo à 1.7 millions de personnes en plus en âge de travailler. Il est donc indéniable qu’il n’y a pas assez de travail pour tout le monde, quelle que soit la psalmodie régulière qu’il y aurait quelques centaines de milliers d’emplois non pourvus. Ce que la consultation régulière des sites spécialisés permet facilement de NE pas constater. Hollande n’a aucun autre moyen que de bricoler les chiffres et interpréter, suivant le risque, les chiffres de PE, de l’INSEE, du BIT… Dans ce contexte, il faut être un peu c.. pour se mouiller sur cet éléments social clivant. Comme quoi, 50 ans de politique ramènent à un QI de température rectale…

    1. Effectivement, le problème est la formation. Nous avons de plus en plus d’étudiants qui sortent avec un Master mais le marché du travail ne peut accueillir tous ces jeunes sortant d’études supérieures (sauf ceux qui font des écoles de commerce), ceux qui sortent avec bac+5 en fac sont en concurrence avec ceux ont fait de bonnes écoles de commerce qui ont assez d’expérience par des stages très longs à l’étranger. Les étudiants de faculté qui passent des diplômes à l’étranger par le biais d’Erasmus sont sûrs d’avoir leur diplôme même si se sont des buses.
      Le problème des offres non pourvues sont le résultat de la politique de l’emploi. Les offres non pourvues notamment au niveau du bâtiment. Les salaires sont trop bas pour inciter les jeunes à travailler dans le bâtiment. Alors que la demande est importante. Les villes comme les entrepreneurs font appel à une main d’œuvre d’Europe de l’est (les géorgiens, par exemple sont réputés pour faire du très bon travail à moindre coût). Les charges qui pèsent sur les bas salaires sont très importantes, et dans la région parisien vous voyez un nombre de chantiers avec des employés venant de l’Est qui est phénoménale. Pourquoi ???? Les charges, et un dénigrement des métiers manuels.

      1. libellule: « Effectivement, le problème est la formation. »

        Disons plutôt l’orientation « tout diplôme » au détriment des filières pratique déconsidérée, mais la majorité des jeunes sont très employables tout de même.

        Les marges les plus faible d’Europe des entreprise et les records sans cesse battus des faillite nous donnent la vraie cause :
        en France la monarchie bureaucratique n’aime pas les entreprises, les patrons et le capital (sauf ami), les lois et la fiscalité sont taillé pour cette idéologie.

        Pas d’entreprises, pas de travail.

  14. excellent article qui montre qu’il faut prendre les chiffres du chômage avec precaution. OUI les stagiaires ne pointent pas au chômage.

  15. Heureusement que nous pouvons avoir recours à l’activité partielle . Car on entend à tout va que les commandes affluent et bien ne voyant rien venir je vais une demande d’activité partielle demain .

Les commentaires sont fermés.