Mélanges offerts à Jean-Yves Naudet

Publié Par Loïc Floury, le dans Lecture

Par Loïc Floury.

Jean-Yves Naudet (Crédits : Jean-Yves Naudet, tous droits réservés)

Jean-Yves Naudet (Crédits : Jean-Yves Naudet, tous droits réservés)

Il y a des débats qu’une carrière, à elle seule, peut trancher : c’est du moins l’impression que donne le départ en retraite du professeur Jean-Yves Naudet, ancien vice-Président de l’Université Paul Cézanne1, à propos de la question de la compatibilité entre catholicisme et libéralisme. Libéral et catholique ? Non, libéral parce que catholique.Toute la carrière universitaire de Jean-Yves Naudet constitue ainsi la parfaite illustration contemporaine de la formule d’Erik von Kuehnelt-Leddihn (1909-1999) à propos de Lord Acton (1834-1902), du Comte de Montalembert (1810-1870) et d’Alexis de Tocqueville (1805-1859), à savoir que « leur amour de la liberté prenait racine dans le christianisme »2. Et malgré les critiques3, force est de constater que Jean-Yves Naudet est loin d’être le seul à défendre la profonde compatibilité entre la foi et l’analyse économique4, ses convictions l’ayant par ailleurs amené à assurer la création de l’Association des Économistes Catholiques. Membre de l’Académique Catholique de France, proche des idées de Saint Jean-Paul II qu’il a par ailleurs rencontré, Jean-Yves Naudet est également l’ancien Directeur du Centre de Recherches en Éthique Économique et des Affaires et Déontologie professionnelle, Centre qu’il a lui-même fondé et (re)connu pour ses colloques d’éthique économiques estivaux.

Il n’était donc nullement étonnant au regard de la carrière de l’ancien professeur de classe exceptionnelle que son départ en retraite se solde, comme il est traditionnellement coutume à l’Université, par la remise de Mélanges en son honneur. Rédigé sous la direction de son collègue et ami Serge Schweitzer, l’ouvrage récemment paru aux Presses-Universitaires d’Aix-Marseille est incontestablement riche et précieux, précieux parce que riche. Le propos initial du Doyen de la Faculté de Droit et de Science Politique, Philippe Bonfils, n’est à ce titre pas sans humour quant aux relations entre les juristes et les économistes au sein de la Faculté, sa qualité de Doyen mais avant tout et surtout d’éminent juriste pénaliste lui donnant une certaine autorité sur le sujet. Vient ensuite l’avant-propos de Serge Schweitzer, exercice qu’il reconnaît lui-même « périlleux », mais la longue amitié qu’il entretient avec son collègue depuis plusieurs décennies conjuguée à son style certain font, à notre sens, la réussite de ces quelques pages.

Parmi les contributions remarquées et remarquables figurant dans ces Mélanges, il faut nécessairement retenir celle de Pierre de Lauzun à propos de la moralité de la rentabilité, car le parrain de la promotion 2015/2016 de l’Institut Catholique d’Études Supérieures (ICES) partage avec le professeur Naudet une passion pour l’éthique et la Doctrine Sociale de l’Église (DSE). Le point de vue a le mérite d’être aussi clair qu’affirmé, remettant ainsi en question bon nombre de préjugés sur le point de vue catholique de l’économie : « l’éthique inclut la rentabilité, et la rentabilité inclut un souci de l’humain »5.

Toujours dans la même optique, difficile de ne pas mentionner la contribution du Président de l’Académie Catholique de France, Philippe Capelle-Dumont lequel rappelle, avec précision mais concision, le point de vue de la DSE sur la définition de l’économie, l’hypothèse de rationalité ou encore l’écologie, sujet des plus actuels depuis la parution de l’Encyclique Laudato Si.

Enfin, il revient à Éric de Labarre, Président de l’ICES (établissement au sein duquel le professeur a enseigné l’Histoire de la Pensée Économique durant des années à des générations d’étudiants6) de relater non sans précisions l’histoire de l’enseignement catholique. Le détail du propos laisse ainsi entrevoir l’histoire juridique de cet enseignement, et par le fait même, sa légitimité au fil du temps. L’extrême rigueur du propos s’explique alors aisément par le fait que l’actuel Maître de Conférences à l’Université de Bordeaux n’est rien moins que l’ancien Secrétaire Général de l’Enseignement Catholique (2007-2013).

Les professeurs Alexis Bugada et Jean-Pierre Centi (tous deux collègues de longue date du professeur Naudet) le gratifient ensuite respectivement d’une contribution saluant et réactualisant son ouvrage Dominez la Terre (1989), ainsi que d’un texte relatif à l’histoire bancaire et monétaire, thème – parmi les nombreux autres – particulièrement apprécié de Jean-Yves Naudet. Nul étonnement donc, à ce que le professeur Pascal Salin ait rédigé un article stimulant (et donc d’autant plus appréciable) sur l’avenir de la politique monétaire. On connaît le point de vue de l’ancien Président de la Mont-Pèlerin Society sur le sujet : une bonne politique économique consiste justement dans l’absence politique économique.

Sont également à noter les contributions de Jean-Didier Lecaillon (par ailleurs Vice-Président de l’Association des Économistes Catholiques) concernant l’analyse démographique de la famille, mais également celle du nouveau Directeur du Centre d’Éthique Économique, Gil Charbonnier. Littéraire de formation, le professeur Charbonnier se livre alors à une analyse des plus intéressantes de l’œuvre de Valéry Larbaud. Si la présence d’une contribution purement littéraire pourrait surprendre, deux remarques la justifient à elles seules : d’une part, les Mélanges sont par principe multidisciplinaires ; d’autre part, la transdisciplinarité assumée du professeur Naudet, sa curiosité intellectuelle bien au delà des frontières purement économiques expliquent sans aucun doute la qualité du professeur des Universités qu’il fût. Ou comme l’affirmait si bien Friedrich Hayek (1899-1992) sur le sujet, « Il serait un mauvais économiste celui qui ne serait qu’économiste »7.

Sommaire de l’ouvrage :

  • Ouverture, Philippe Bonfils
  • Témoignage d’amitié, Dominique Augey
  • Curriculum Vitae Jean-Yves Naudet, Principales publications
  • Envoi, Jacques Garrelo

I – Les liens entre économie et éthique

  • Marchés normes et des changes normatifs

Images et formation de l’individu à l’éthique : l’exemple du théâtre antique grec, Nicolas MADÉLÉNAT DI FLORIO

  • Moralité et rentabilité, Pierre DE LAUZUN

II – La doctrine sociale de l’Église Catholique

  • Pour une économie de l’alliance, Philippe CAPELLE-DUMONT
  • Entre légalité et légitimité : quel enseignement catholique en France ?, Eric DE LABARRE
  • Dominer la Terre : travail et environnement dans Laudato Si, Alexis BUGADA
  • La Doctrine Sociale de l’Église : une dynamique de la perfection, Pierre COULANGE
  • Le catholicisme libéral de Lord Acton, Hervé MAGNOULOUX

III – L’analyse monétaire

  • Chartes bancaires, rentes et droit de propriété, Jean-Pierre CENTI
  • La politique monétaire a-t-elle un avenir ?, Pascal SALIN

IV – Démographie et Famille

  • Démographie et Famille : vers une vision plus ambitieuse de la production dans une perspective de développement durable, Jean-Didier LECAILLON

V – Histoire de la Pensée Économique

  • Les différentes sortes de justice chez Thomas d’Aquin, quels enseignements pour les économistes ?, Jacques BICHOT

VI – Varia

  • La « loi laïque » de séparation et « l’isolement du cœur » dans Fermina Marques de Valéry Larbaud, Gil CHARBONNIER
  • La vielle ville de Jérusalem et ses remparts, patrimoine commun de l’UNESCO : politique ou/et patrimoine ?, Laurent SERMET

Serge Schweitzer & Dominique Augey (dir.), De l’Économie Politique à l’Économie Éthique : Mélanges offerts à Jean-Yves Naudet, PUAM, 2015, 24

  1.  Ou Aix-Marseille III, désormais Aix-Marseille Université depuis la réunification opérée le 1er janvier 2012.
  2.  « Their love for freedom was rooted in Christianity » (Erik von Kuehnelt-Leddihn, The Four Liberalisms » in Religion & Liberty 1992, vol. 2, n° 4 (http://www.acton.org/pub/religion-liberty/ volume-2-number-4/four-liberalisms)
  3.  Voir par exemple, pour une critique virulente mais non nécessairement fondée, Bernard Laurent, L’enseignement social de l’Église et l’économie de marché, Parole et Silence, 2007.
  4.  Voir notamment Michael Novak, Une éthique économique : les valeurs de l’économie de marché, Cerf, 1987 ; Révérend-Père Robert Sirico, Defending the Free Market : The Moral Case for a Free Economy, Regnery Publishing Inc., 2012 ; Pierre de Lauzun, L’Évangile, le chrétien et l’argent, Cerf, 2003 ou encore Patrick Simon, Peut-on être catholique et libéral ?, François-Xavier de Guibert, 1999.
  5.  Pierre de Lauzun, « Moralité et rentabilité » in in Serge Schweitzer & Dominique Augey (dir.), De l’Économie Politique à l’Économie Éthique : Mélanges offerts à Jean-Yves Naudet, PUAM, 2015, p.58
  6.  Dont l’auteur de la présente recension fait modestement partie.
  7.  Jean-Pierre Centi, « Chartes bancaires, rentes et droit de propriété » in Serge Schweitzer & Dominique Augey (dir.), De l’Économie Politique à l’Économie Éthique : Mélanges offerts à Jean-Yves Naudet, Op.Cit., p.136