Entretien avec Yeonmi Park, rescapée de la Corée du Nord

Publié Par Alexis Vintray, le dans Asie
Yeonmi Park à l'Atlas Liberty Forum en 2014 (Crédits Judd Weiss, licence CC-BY-SA 4.0, photo recadrée)

Yeonmi Park à l’Atlas Liberty Forum en 2014 (Crédits : Judd Weiss, licence CC-BY-SA 4.0, photo recadrée)

Il y a des rencontres qu’on n’oublie pas. Celle-ci en fera probablement partie. À l’occasion de son passage éclair à Paris, j’ai eu l’occasion de rencontrer Yeonmi Park. Un nom qui ne vous dira peut-être rien, mais qui rime avec liberté et Corée du Nord.

Cette jeune femme de 22 ans à peine est l’une des rares à avoir pu s’échapper de l’enfer nord coréen et à le dénoncer publiquement. Depuis 2014, c’est l’une des voix les plus virulentes contre le régime sanguinaire nord coréen, dernière dictature stalinienne encore en place et qui affame et opprime 25 millions d’habitants.

Grâce à un ami commun installé à New York où elle vit désormais, j’ai rencontré Yeonmi Park le 19 mars avec deux autres amis. Dans le cadre, étrangement absurde, d’un salon de thé luxueux du centre de Paris. Étrangement absurde car bien peu de son (rare) témoignage sur la Corée du Nord vue de l’intérieur donne envie de sourire ou de manger…

Yeonmi Park, une enfance nord-coréenne

Née en 1993 à Hyesan à l’extrême nord de la Corée du Nord, elle y grandit, avec un père fonctionnaire du Parti des Travailleurs et une mère infirmière. Elle vit la jeunesse de tout enfant nord-coréen :

Enfant, nous ne fabriquions pas des poupées. On nous faisait faire des tanks pour tuer ces « connards d’Américains ». Quand on nous faisait faire des bonhommes de neige, c’était pour ensuite leur tirer dessus avec des cailloux aux cris de « meurs sale Américain ». Les problèmes de mathématiques sont « il y a quatre salauds impérialistes, j’en tue deux, combien en reste-t-il ? »

Elle expérimente tôt l’injustice du régime quand, pour avoir fait le commerce de métaux récupérés, son père ainsi que sa famille sont mis au ban de la société. La défiance généralisée entre chaque individu se renforce, même au sein d’une famille. Le régime nourrit un climat de peur perpétuelle du « danger impérialiste américain » pour empêcher toute émergence d’une opposition. Au point que la mère de Yeonmi Park l’élève en lui enseignant à se méfier même de la nature :

Même les oiseaux et les souris peuvent t’entendre chuchoter…

Une méfiance justifiée : à 9 ans, elle doit assister à l’exécution de la mère de sa meilleure amie, « coupable » d’avoir regardé des DVD de films sud-coréens.

Elle vit ces scène ahurissantes, belles (de l’extérieur) et effrayantes à la fois, des démonstrations de masse où les enfants rejouent des tableaux géants de l’histoire officielle. Des tableaux joués par plusieurs milliers d’enfants parfaitement synchronisés, mais « où celui que se trompe meurt. » Et la jeune femme de parler d’un « camarade mort parce qu’il n’a pas pu dire à ses professeurs qu’il était malade et ne pouvait pas participer ».

L’exil

La situation familiale empire alors que la politique économique absurde du régime plonge le pays dans des famines à répétition. Le printemps est la saison de la mort car c’est la fin des réserves de nourriture :

Ma sœur et moi entendions souvent des adultes marmonner en hochant la tête devant des cadavres dans la rue : « dommage qu’ils n’aient pas tenu jusqu’à l’été »

La situation familiale devient si précaire que, peu après la libération de son père des camps de travaux forcés, tenter de s’enfuir, dans l’illégalité la plus complète, devient la seule option :

Je ne suis pas partie pour la liberté, je suis partie parce que sinon j’allais mourir. J’ai essayé de manger tout, tous les insectes et toutes les plantes possibles. Nous mâchions parfois des racines, sans les manger, juste pour avoir quelque chose en bouche.

C’est la faim et la volonté de survivre qui les fait fuir, pas l’envie de retrouver un monde extérieur que personne ne peut connaître de l’intérieur du « royaume-ermite », qui bloque toute communication avec le reste du monde. Seul contact avec l’extérieur, quelques téléphones chinois arrivent à traverser la frontière et permettent de capter légèrement le réseau chinois avec de gros risques.

Avec sa mère, elle parvient à passer clandestinement cette frontière en 2007, au prix de lourds sacrifices :

Elle a alors 13 ans et le contrebandier qui les fait passer exige de coucher avec elle pour ne pas les dénoncer aux autorités. C’est sa mère qui s’est offerte à sa place.

La découverte de la civilisation en Chine est une redécouverte de tout :

Avoir de la lumière dans l’appartement le soir était magique, mais mon plus gros choc a été la présence de poubelles dans l’appartement : ils ont des poubelles, donc ils ont des choses à jeter ! Je n’avais jamais rien eu à jeter !

La vie après l’exil

Mais la Chine est aussi un allié proche de la Corée du Nord, et être repéré par les autorités en Chine, c’est être renvoyé en Corée du Nord de façon quasi-certaine, pour y être emprisonné, interné ou exécuté.

Le désert de Gobi (Crédits Junming, licence CC-BY-SA 3.0)

Le désert de Gobi (Crédits Junming, licence CC-BY-SA 3.0)

En 2009, elle fuit donc la Chine avec sa mère, en passant par la Mongolie et le désert de Gobi grâce à des missionnaires chrétiens et des militants des droits de l’homme.

Les deux femmes arrivent enfin en Corée du Sud en avril 2009, où elles vivent de petits boulots de serveuse ou de vendeuse, pendant que Yeonmi Park étudie en même temps à l’université de Séoul.

En 2014 à Séoul elle retrouve sa sœur, qui avait tenté de fuir en même temps que les deux femmes et peu avant son père. La défection d’une femme étant jugée moins importante que celle d’un homme, celui-ci avait pu organiser sa fuite après elles.

La lecture de La Ferme des animaux de George Orwell la pousse à agir et dénoncer le régime qu’elle a fui, ce qu’elle fait dans des conférences comme le One Young World à Dublin en 2014, vu sur YouTube 2 millions de fois :

Une dénonciation publique des exactions du régime, qui lui a valu des menaces de la Corée du Nord, comme des pressions sur les membres de sa famille restés sur place et exhibés par le régime sur YouTube comme instrument de pression.

Quelle voie pour la Corée du Nord ?

Malgré tout ce qu’elle a vécu, elle garde une volonté et une foi communicative en un avenir meilleur, au fondement de son engagement pour les droits de l’homme.

Installée à New York désormais, elle étudie à Columbia grâce à une bourse. Que veut-elle faire ensuite ? Continuer à aider à faire tomber le régime, mais ne pas en faire son métier ou créer une organisation, mais avoir une carrière, vivre tout simplement, comme le titre de son livre : « je voulais juste vivre ».

Pour elles les occidentaux qui veulent aller en Corée du Nord font une grave erreur morale et servent la communication du régime tout en l’aidant financièrement à survivre. Comme les « idiots utiles » de l’URSS, ils ne voient que ce que le régime veut leur montrer. Agir pour le pays peut se faire selon elle en aidant les Nord-Coréens à s’échapper, ainsi qu’en donnant aux habitants restés là bas des moyens de connaître la réalité d’un monde qu’on leur cache.

Voilà qui restera surtout pour moi un témoignage saisissant, difficile à restituer complètement par écrit, mais que son livre, traduit en français, permet de découvrir et qui rappelle aussi ce pourquoi, comme libéraux, nous nous battons au quotidien.

À lire aussi sur Contrepoints :

  1. Du grand n’importe quoi…

    Cette fille est une orpheline de parents paysans qui sont morts au contact de produits déversés par les chemtrails dans un pays exploité par les USA. Elle a été ensuite kidnappé par des hommes d’une association de George Soros qui l’on amené de force en Israël pour l’opérer affin qu’elle ressemble à une asiatique. Après des années de lavages de cerveau à coup d’eau fluoré et d’ondes électromagnétiques elle a fini par accepter sa nouvelle identité. Aujourd’hui, la CIA, qui maintient encore un hologramme géant autour de la Corée du Nord pour nous empêcher de voir le succès fulgurant de ce pays nous la présente afin de nous émouvoir. Cela dans le but de pouvoir attaquer la Corée du nord qui lutte énergiquement contre toute l’oppression que les gens aliénés du reste du monde ne peuvent pas comprendre à cause des médicaments délivrés par la big pharma. Après la Corée du nord assouvie aux impérialistes au nez crochus, les américains modifieront génétiquement les femmes coréennes pour les convertir en mère pondeuses accouchant d’enfants arabes qui seront élevés pour devenir des terroristes. Ces terroristes, après avoir attaqué occasionnellement l’Europe, Israël et les USA seront déversés sur la Russie par la Sibérie. Une foi le régime Russe renversé, tout les vaillants orthodoxes seront massacrés les uns après les autres pour y mettre en place un califat piloté depuis le Golfe Arabique. Les atlanto-reptilo-islamo-sionistes pourront ensuite encercler la Chine et mettre en place le Nouvel Ordre Mondial.

    Ne les laissons pas faire !

    1. Tu as tout à fait raison ne nous laissons pas avoir par les ultra-néoliberaux capitaloméchant qui transforme l’homme en marchandise. Les salaud d’américain ne vaincrons jamais tout ceux qui font passer l’humain et l’amour avant le capital….lol.

    2. enfun la vériter!

      1. Euh, c’est du lart ou du cauchon ?

    3. Ca va etre difficile de faire plus au taquet là…

    4. Toi, je ne sais pas ce que tu fumes mais c’est du puissant!!

    5. Voyez comme l’empire vous manipule, il vous envoie un sayanim sous false-flag pour vous faire croire une théorie certes séduisantes mais utile surtout pour couvrir les vrais maîtres du monde : Les hommes crabes !

      1. des hommes crabes? vraiment?

      2. C’est Faut!! les hommes crabes sont innocents! c’est les reptiliens de Venus les vrai coupables!!

    6. Il s’est échappé d’où celui là ?

    7. A l’attention de « un_lecteur »

      Ecrivez un roman!!! c’est mieux.. je pense vraiment.. parce que la…. je vous lis et je me dis, vous semblerez nous faire la promotion de votre prochain roman!!! Non.. ne laissons pas faire VOTRE IMAGINATION, JE SUPPOSE… oui certes… sachez que je respecte votre opinion et votre imagination. j’ajouterai une autre inspiration, vous dites un califat piloté depuis le Golfe Arabique… vous pouvez ajouter califat piloté PAR UN DRONE AMERICAIN… VOILA… J’ATTENDS VOTRE ROMAN.. c’est une sacree imagination que vous avez…j’en suis jalousie!!!!

  2. Kim jung Hun a étudié en Suisse, envoyé par son père, les autres coréens n’ont pas le droit de sortir. Il est à moitié obèse, les autres meurent de faim. La Corée du Nord était la « bonne » partie de la Corée après la séparation (richesse minière entre autre) mais il ne reste plus rien, c’est un désastre humain bien sûr, économique aussi (ce qui renforce le premier point), mais aussi écologique.
    Quant aux pauvres coréens qui s’enfuient, ils doivent d’abord réussir à traverser le Chine entière sans se faire vendre ou tuer, pour ensuite essayer de se fondre dans la société sud-coréenne, très dure dans son genre, et avec l’éducation reçue décrite dans l’article, ce n’est pas chose aisée.

  3. Le soucis avec ces histoires, c’est que l’on a qu’une version, celle d’un seul parti… donc arriver a savoir ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas, ce qui est éxagéré de ce qui ne l’ai pas… mais par curiosité je lirais bien ce bouquin. Car je ne vois pas pourquoi la Corée du Nord, si sanguinaire comme elle le décrit, ne ferait pas autre chose que de « faire pression » alors qu’elle révele tout… pourquoi elle ne les tuent pas tout simplement ? Bref comme toutes ces histoires, il y a la partie réelle, une partie « améliorée » et une partie un peu imaginée…

    Avant de me pointer la première fois en Chine il y a 15 ans environ, tout le monde me décrivait la Chine comme un truc tout fermé et horrible… la réalité était bien différente et j’avais cotoyé des riches (par le biais de mon travail) et des paysans (par le biais familiale)… et meme si, bien évidement, je ne décrirais pas la Chine de cette époque comme libérale, elle n’avait rien de vraiment extraordinaire… comme raconté par maintes blogueurs dissidents, journalistes francais,…

    Meme si je ne remet pas en principe tout ce qu’elle dit, il faut toujours avoir plusieurs versions avant de juger un pays, et il nous faudrait des voix officielles, et des voix de citoyens qui soutiennent cet état, pour se faire une réelle opinion de la situation.

    1. Question légitime en effet et que je me suis posée. Ce qu’elle affirme est en tout cas cohérent avec ce qu’écrivent les rares autres qui ont pu fuir, ainsi qu’avec ce que l’on sait du pays. Et les seules remises en cause de ce qu’elle écrit émanent justement de sources douteuses car associées au régime.

      1. « …les rares autres qui ont pu fuir… »

        Moauis entre 2,000 et 10,000 par an suivant les sources. Les communautés nord coréennes entre la Chine et la Corée du Sud représentent plus de 200,000 personnes. Il y a bien des remises en cause par des réfugiés et Park s’est d’ailleurs excusé pour son anglais balbutiant au début qui a pu affecter la retranscription de ses récits. D’autre part dans ce type de régime des comités de quartier peuvent être plus stricts que d’autres, ne serait-ce que pour avoir la faveur de leurs chefs. A un autre niveau il faut aussi se poser la question de la fiabilité des souvenirs, ceux qui ont été vraiment vécus et ceux qui sont la réminiscence des histoires racontées au coin du feu : quand on vous raconte moult fois que durant des périodes de famine des corps flottaient sur la rivière, que vous vous les êtes représentés, vous pouvez être persuadés de les avoir vus : ma petite soeur croit dur comme fer que pour lui arracher ses dents de lait on attachait une ficelle à la poignée de porte puis qu’on appelait mon frère pour qu’il ouvre la porte…. toussa parce que ma grand-mère a très souvent raconté cette histoire à chaque fois que l’un de nous perdait une dent de lait…

    2. « Avant de me pointer la première fois en Chine il y a 15 ans environ, tout le monde me décrivait la Chine comme un truc tout fermé et horrible… »
      les esclaves obéissants sont mieux traité que les autres.

      1. Et vous vous estimez bien traité ?

        1. mieux != bien

    3.  » il faut toujours avoir plusieurs versions avant de juger un pays,  »

      Parce que vous arrivez encore avoir quelques doutes après ce témoignage que ce régime de terreur qui règne la Corée du nord et qui n’est un secret pour personne même avant ce témoignage peut-être nuancé?

       » et des voix de citoyens qui soutiennent cet état, pour se faire une réelle opinion de la situation.  »

      Vous allez aussi nous faire le coup des citoyens favorables à un régime totalitaire?

      Il a fallut la fin de l’URSS pour pouvoir accéder librement à ses archives pour s’apercevoir que le régime de terreur sous Staline était bien pire que tout ce que l’on soupçonnait déjà. La Corée du nord malgré que c’est un état fermé au tant au sens propre qu’au figuré il n’est pas étanche à 100% et que l’on sait déjà que c’est un régime de terreur. Le jour où se régime s’effondrera on risque bien de découvrir d’avoir été bien en dessous de la réalité

      1. Je soutiens, il faut toujours avoir plusieurs versions avant de juger un pays, et il faut toujours avoir quelques doutes sur les versions consensuelles. Accuser de soutien au totalitarisme celui qui cherche à se faire une opinion en écoutant les parties en présence est indigne d’un libéral, c’est du totalitarisme tout pareil. Les discours des dissidents, de quelque pays qu’ils soient, sont tellement formattés que tout « honnête homme » ne peut qu’être incité à rechercher plus d’informations. Lui refuser ces investigations est éminemment suspect, c’est soit estimer qu’il est trop bête pour découvrir la réalité par lui-même, soit vouloir lui imposer l’opinion prémâchée totalitaire/anti-totalitaire. Voire les deux.
        Personnellement, je n’aime ni être jugé trop bête pour pouvoir arriver à la bonne opinion en confrontant les témoignages, ni qu’on m’impose une pensée unique à coups de sous-entendus, d’insultes, de sophismes ou de moqueries. C’est trop socialiste.

        1. C’est majoritairement des phrases de bon sens avec qui tout le monde est d’accord justement car vous laissez de coté tout les petits détails qui importent.

          « Je soutiens, il faut toujours avoir plusieurs versions avant de juger un pays »

          Il n’y a aucun pays à ma connaissance pour lequel on manque de versions différentes. Au contraire, l’offre est tellement grande que celui qui veut se faire une opinion devra faire un choix. Tellement de gens, tellement d’écrits, tellement d’anecdotes que l’on ne pourra pas vérifier… Comment choisir ?

          « il faut toujours avoir quelques doutes sur les versions consensuelles »

          Mais les versions consensuelles, c’est celles des gouvernements…

          « Accuser de soutien au totalitarisme celui qui cherche à se faire une opinion en écoutant les parties en présence est indigne d’un libéral, c’est du totalitarisme tout pareil. »

          Et hop, un petit procès politique =)

          « Les discours des dissidents, de quelque pays qu’ils soient, sont tellement formattés que tout « honnête homme » ne peut qu’être incité à rechercher plus d’informations. »

          Le discours d’un dissident chinois de la campagne récemment convertit au christianisme sera le même que celui d’un progressiste d’une grande ville ?

          « Lui refuser ces investigations est éminemment suspect, c’est soit estimer qu’il est trop bête pour découvrir la réalité par lui-même, soit vouloir lui imposer l’opinion prémâchée totalitaire/anti-totalitaire. Voire les deux. »

          DJ a refusé des investigations à quelqu’un ?

          « Personnellement, je n’aime ni être jugé trop bête pour pouvoir arriver à la bonne opinion en confrontant les témoignages, ni qu’on m’impose une pensée unique à coups de sous-entendus, d’insultes, de sophismes ou de moqueries. C’est trop socialiste. »

          Mais c’est exactement ce que vous faites…

          J’ai l’impression que vous ne creusez pas le sujet, par exemple on ne sait pas si vous prenez le parti de dire qu’il n’y a pas d’exactions ou que ces exactions sont pardonnables. C’est deux opinions totalement différentes qui amèneront des arguments totalement différents. On ne sait pas si vous faites le choix de défendre ce qui vous semble être l’opinion d’une majorité ou si vous vous préoccupez aussi des minorités. On ne sait pas les pondérations que vous faites…

          1. Comme d’habitude, votre commentaire défie la réponse en coupant tout en petits morceaux de phrases traités séparément. Je ne répondrai donc qu’au dernier paragraphe, parce que je suis surpris de ce que vous y dites. Je ne prends aucun parti, si ce n’est celui de rechercher et soumettre à mon analyse plus de faits et de témoignages. Le jugement de valeur viendra ensuite. Me suis-je si mal exprimé que rechercher plus d’informations passe pour une alternative entre nier des exactions ou les considérer comme pardonnables ? Ou au lieu de fournir des informations à mon analyse, défendez-vous de me fournir des arguments plutôt que ces informations, auquel cas je suspecte que pour les raisons que j’ai évoquées vous voulez m’empêcher de faire moi-même cette analyse ?
            Comme Liberté Adorée, j’ai constaté à mes premiers voyages en Chine, au début des années 90, que ce qu’on en disait en Occident était tout aussi faux que la version officielle de CCTV. Ca avait déjà été le cas pour l’URSS quand j’étais étudiant et que les petites amies de mes colocs préparaient le Capes de russe. Donc je précise : je ne défends pas les dictateurs, j’attaque ceux qui poursuivent des buts bien éloignés de la liberté sous couvert de la lutte contre les dictatures et du brevet de respectabilité que ça leur donne auprès des naïfs.

            1. Vous vous êtes très bien exprimé. Mais, justement, je souhaitais démontrer dans mon commentaire que vous tournez autour du pot. Je vous demandais justement, puisque l’on semblait être parti pour parler de la Chine, que l’on rentre dans le cœur du sujet, que l’on arrête de tergiverser, et que l’on discute de fait qui s’y passe.

              Mais bon, avant cela je veux vous répondre sur quelques points qui me chiffonnent. Ce sera tout mélangé puisque je n’ai plus le droit de citer votre phrase avant. Je trouvais ça beaucoup plus clair, mais bon.

              Vous dites que vous ne prenez pas parti, mais si, vous prenez parti, vous avez plusieurs fois choisi de défendre le gouvernement chinois. Et vous savez ce que j’en pense ? Je pense que c’est très bien ! Il faut prendre parti quand l’on s’intéresse à un sujet, c’est normal, c’est humain d’avoir des convictions. Je trouve que ce qui ressort de votre « je ne prend pas parti » est assez triste. Vous semblez être tellement blasé, ne croire tellement en rien, que vous aspirez à la neutralité absolue, à regarder ce qu’il se passe autour de vous comme si tout se valait, comme si rien n’importait. Mais la neutralité absolue n’existe pas, c’est une illusion, si vous vous intéressez à un sujet, vous avez une opinion. Avoir une opinion, après s’être renseigné, c’est quelque-chose de positif ! Pourquoi vouloir à tout prix prendre le rôle de « l’observateur froid » ? pourquoi ne pas dire que vous avez des convictions ?

              Vous parlez de jugement de valeur, mais justement, ce que je souhaite c’est un débat ou l’on s’abstient de jugement de valeur, ou notre personne n’a pas d’importance. Je demande un débat ou l’on ne réfléchit pas par rapport à nous mais par rapport au peuple en question. Que l’on essai de comprendre sa composition, sa situation, son histoire, ses inspirations, pour ensuite tenter de dire si le régime est vraiment populaire ou pas. La question n’est absolument pas de savoir si il plait à un occidental ou pas, bien au contraire. Le but est de déterminer si il est aussi populaire qu’il le prétend en l’absence de sondage totalement fiables et d’élections.

              On en vient à la question des exactions. Il y a des exactions dans tout types de régimes, mais force est de constater que le nombre et la gravité de celles ci varie énormément d’un bout à l’autre du monde. On peut aussi remarquer qu’elles ne sont pas toutes du même type, qu’elles n’ont pas la même justification, qu’elles n’ont pas la même popularité chez la population. Un exemple simple est la peine de mort, absolument inacceptable dans certains pays et une affaire de bon sens dans d’autres. Il y aura donc besoin d’abord que quantifier ces exactions, par exemple le nombre de gens qui pourrissent dans des camps de travail, et ensuite de juger si la population les trouvent acceptables ou pas. Je tentais juste de proposer une méthodologie pour commencer à réfléchir à si les gens souhaitent vraiment leur dictature.

              Après vous m’accusez de je ne sais quoi. Si vous voulez faire votre analyse dans votre coin très bien. Mais en général on vient écrire sur un forum car on a envie d’exposer le fruit de ses réfections aux autres…

              Moi je trouve que la situation en Chine est assez inquiétante sur bien des points, certes beaucoup moins que dans d’autres pays, mais quand même. Par exemple le cas des chrétiens chinois. La Chine compterait aujourd’hui plus de 100 millions de chrétiens. Ces derniers sont persécutés, ils sont obligés de se réunir dans des églises clandestines car l’état ne les autorise pas à interpréter la bible comme ils le souhaitent dans les églises officielles. Un jugement de valeur ici serait de dire « moi j’aime pas les chrétiens, je m’en fou ». Alors que ce que je vous propose c’est de dire que la Chine est tout autant au 100 millions de chinois chrétiens qu’aux autres, et qu’ils ont autant le droit d’y vivre heureux.

              Vous dites que vous ne défendez pas les dictateurs, mais défendez les ! Il y a surement de bonnes raisons de les défendre parfois. Ayez des convictions enfin ! Vous les défendez ? So what ? C’est votre droit le plus absolu. C’est chez les dictateurs que l’on a pas le droit de défendre les démocrates 🙂

              Bon, vous êtes au courant que votre dernière phrase est la caricature même du procès d’intentions.

              1. Bon, je vois qu’on n’est pas si en désaccord que ça. Quant au procès d’intentions, c’est bien mon intention, ça devrait être une règle en période pré-électorale…

      2. « Vous allez aussi nous faire le coup des citoyens favorables à un régime totalitaire? » C’est le mal de notre société, l’incapacité pour certains, à différencier le fond et la forme… ni je défend ce pouvoir, ni je l’attaque, je ne suis pas assez documenté sur la question, et je ne crois que ce que je vois (je ne suis pas croyant du coup), ou bien les sources que je connais et dont je sais qu’elles sont normalement fiables… c’est mon vice.
        Si j’écoute les médias Français, je découvre que les américains sont des gros-porc-capitalistes-armés-cathos-intégristes, les chinois des voleurs-de-travail-exploiteurs-denfants, les arabes des terroristes-se-foutant-des-femmes, les russes des dangereux-dictateurs-sanguinaire,…. et plus près de chez nous, les anglais sont des dangereux-capitalistes-qui-encourage-la-pauvreté, les allemands sont des tueurs-de-salariés,…. mais les Français eux, ont un gouvernement parfait, des citoyens parfait, qui connaissent quelques difficultés… donc bon, leurs avis sur la Corée du Nord, un, je m’en tamponne. Maintenant vu que le sujet (corée du nord) ne m’interesse pas plus que cela, je ne me suis pas documenté, et par conséquent je ne m’arreterais pas sur cette version… très clairement.

      3. @DJ +1000 La réalité dans l’horreur dépasse toujours les pires attentes .

    4. C’est inexact, quand on se renseigne un peu sur la Corée du Nord, on voit justement que, de plus en plus, ce qu’on entend, c’est bel et bien la version officielle du Régime nord coréen. Notamment les visites touristiques orchestrées au millimètre… D’ailleurs rien que ça… Vous avez le droit de rentrer en CDN, mais vous êtes obligé de rester sur un chemin ultra balisé et toujours sous la surveillance de guides et officiels du Parti (les guides étant eux mêmes étroitement surveillés)… Je veux bien croire que la CDN c’est pas si horrible que ça, mais bon, quand on se donne tant de mal à orchestrer les visites, c’est qu’on cache quelque chose. En Chine il y a quinze ans vous pouviez vous y rendre facilement…
      Il y a d’ailleurs une vidéo sur Youtube d’un touriste suisse qui a participé à ces circuits nord coréen, c’est assez hallucinant… Et les gens qui récupèrent des racines partout dans Pyongyang…

      1. Ils ne faudraient pas qu’ils se rendent compte que le village de Potemkin est fait de carton.

    5. Liberté adorée: « Avant de me pointer la première fois en Chine il y a 15 ans environ »

      Vous êtes passé bien après les années de plomb. Même dans les pires moments, la vie continue, surtout dans les grands pays où ce sont les pouvoirs locaux qui appliquent la doctrine et dictent les conditions de vie. Fanatiques, corrompus, cruels, bon gestionnaire ou/et humains, les résultats seront bien différents.

    6. « la réalité était bien différente »

      On nous raconte ça pour tout les pays du monde, ça n’a rien à voir avec la Chine, c’est des règles générales qui s’appliquent:

      – Quand on part volontairement dans un pays, ce n’est pas une décision prise à la légère. On s’y est en général un peu intéressé avant et on arrive avec des à priori positifs sur tout ce que l’on va voir.

      – Quand l’on voit quelque chose que l’on ne voit pas en occident, on a toujours plus facilement tendance à passer ça dans la colonne « culture locale » que dans la colonne oppression.

      – Les locaux seront en général peu enclins à partager leurs souffrances avec des expatriés qui voient tout en rose, sont payés par les apparatchiks locaux, ne peuvent pour la plupart pas se projeter dans ce que l’on va leur raconter, son incapables de tenir leur langue et s’en foutent complètement.

      – Quand un occidental fait n’importe quoi, devient trop curieux, il est discrètement expulsé dans son pays d’origine. Sauf quelques cas exceptionnels, aucun pays ne prendra le risque de trop punir un occidental.

      1. Je vais etre plutot d’accord avec vous sur le fond, mais cela s’applique a tous les pays meme le notre… nous avons, justement, des différences de coutumes et de valeurs, aucune n’est bien, mais vu que l’on est bercé dedans, on pense que c’est la normalité et que les autres sont bizarres.
        Nous condamnons a de la prison ferme des personnes qui ont téléchargés des MP3 et on critique la Chine qui condamne a mort des tueurs… un pédophile, en France, peut etre libre si dans les 20 ans (prescription) il n’a pas été trouvé ou accusé, un pédophile qui viol des enfants peut recevoir une peine de 2 ans de prison ferme (http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/06/2271846-bretagne-ancien-directeur-ecole-condamne-5-ans-prison-pedophilie.html), dans d’autres pays c’est la perpétuité ou des peines longues… et d’un autre coté, on peut mettre en prison un mec qui fait une blague sur twitter pendant l’époque CharlieHebdo…
        Bref oui j’avais un avis plutot positif sur la Chine, surtout avec mon esprit de contradiction perpetuel (plus on me dit de detester quelqu’un plus je l’aime), donc la Chine je l’adorais avant d’y aller, mais d’un autre coté, qui peut plus detester un pays qu’un habitant qui s’est remonté ? Moi perso mon avis sur la politique de Hollande est catastrophique, mais si ca se trouve, j’exagère, car je suis directement touché et engrainé de manière automatique… tous les Francais detestent Hollande, et pourtant les médias étrangers pas tant que cela… c’est ainsi.

        1. @Liberte adorée vous avez raison de ne rien prendre pour argent comptant et de vous interroger . Une chose quand même pour dénouer le faux du vrai : la transparence et la libre circulation des biens et des personnes . Un pays comme la coree du nord a ses frontières fermées maintenant ses habitants de force à l’intérieur . C’était le cas de la Chine auparavant et de tout pays communiste . Tout pays ayant cette caractéristique est une tyrannie absolue . Chez nous les gens font la queue pour venir . C’est la meilleure des démonstration .
          Soyez sûr que si nos gouvernants pondent des exit taxes et commencent à empêcher les gens de sortir librement , c’est que le piege sera refermé sur nous aussi .

          1. La libre circulation est la base meme du libéralisme, car c’est la seule mesure qui permet à un individu d’etre libre (a sa façon on va dire). Mais la France n’est par conséquent plus un territoire libéral, comme l’est la Corée du Nord, car certains individus peuvent quitter le territoire, j’imagine avec l’accord du pouvoir… mais en France des jeunes qui avaient l’intention de se rendre à l’aéroport, pour peut-etre se rendre en Turquie, pour peut-etre se rendre en Syrie, pour peut-etre tuer au nom de l’Etat islamique… sont interdit de quitter le territoire et mis en prison… donc en terme de liberté de circulation, nous n’avons pas beaucoup de lecon a donner a la Corée du Nord…
            De plus, a partir du moment ou il y a des douanes Francaises qui controlent votre sortie du territoire, est une preuve que cette liberté de circulation n’est pas pratiqué, meme dans nos pays occidentaux soit disant libres…

    7. Pierre Kirool (futur émigré)

      « pourquoi elle ne les tuent pas tout simplement ? »

      C’est un fantasme. Il me parait évident que ce n’est pas utile et que faire taire les dissidents réfugiés à l’étranger n’est même pas envisagé. Le régime nord-coréen se contrefiche de son image à l’étranger du moment qu’il peut maintenir sous sa coupe la population vivant dans ses frontières, qu’il peut lui faire avaler sa propagande du berceau jusqu’à la tombe et qu’il conserve des alliés diplomatiques tel que la Chine. Je dirai même qu’assassiner des personnes hors de ses frontières serait contreproductif car il deviendrait de plus en plus difficile pour des puissances étrangères de soutenir le régime.

      Enfin, vouloir avoir plusieurs sons de cloche est légitime mais je pose la question de savoir auprès de quelle source avoir des renseignements différents. Je veux dire par là quelle autre source LIBRE vous exposera volontiers les aspects positifs du régime nord-coréen ou contredira les dires de cette jeune femme…

      1. Tout d’abord il est important d’avoir l’avis du gouvernement (on veut sans arret le mettre de coté, mais on écoute le notre avec attention) c’est un avis, il faut l’écouter, libre a vous d’y croire ou non, mais dans un procès, il faut entendre l’attaquant et l’attaqué, donc il est légitime que vous ayez au moins ces 2 sons de cloches… et pour la Corée du Nord, ou tout autre pays, que les occidentaux montrent du doigt, on a jamais l’avis officiel, a part par des histoires coupées, recoupées, romancées et hors contexte… Je suis loin de le défendre, mais personne ne me le fera attaqué sous pretexte que BFM ou Valls en disent du mal. Et donc, a part cet avis officiel, il faut écouter les milliers d’autres nord-coréen qui ont quitter le pays… mais la vérité se cache aussi dans ceux qui y vivent… car si vous questionnez tous les émigrés de France, d’angleterre, des Etats-Unis,…. la majorité vont critiquer le pays, vu qu’ils le quittent… c’est assez logique. Il est donc pas facile de se faire son opinion sur le sujet, surtout si le pays est fermé comme il est dit, mais encore une fois je ne me permettrais pas de porter un jugement ni sur ce pays, ni sa suposée fermeture, vu que je ne le connais pas.

        1. Il n’y a même pas a connaitre la vérité, un état qui maintient sa population entière en esclavage n’a aucune légitimité, il s’agit d’un conglomérat de criminel qui n’a droit a aucune considération.
          Je suis certain que dans la situation réel dans les plantations, ou même le « code noir » ne sont pas si horrible qu’on veut nous le faire croire maintenant, avec exagération et anachronisme, mais le fait est qu’il n’y a pas plus légitime pour un esclave que de mettre une balle dans la tête de son maitre, même pas besoin de procès ou de preuve hormis l’asservissement lui-même.
          Quand on commence à être complaisant avec les tyrans, à les excuser parce que nos démocratie sont loin d’être parfaite et que nos journalistes sont des menteurs, on encourage nos hommes politiques à agir comme eux. Et ils se trouvent maintenant des gens en occident prêt à donner leur liberté et surtout celle de leur concitoyens à des « état fort » à la chinoise parce que « ça marche économiquement » ou « on veut plus de sécurité ».

          1. « Je suis certain que dans la situation réel dans les plantations, ou même le « code noir » ne sont pas si horrible qu’on veut nous le faire croire maintenant »

            +1

            Comparaison qui tient parfaitement. Un commentateur faisait remarquer que certains « comités de quartier » peuvent être plus strictes que d’autres, donc il y en a des plus sympas. De la même manière, certains propriétaires d’esclaves étaient surement plus gentils que d’autres, et en plus il y avait à manger 🙂

            1. Pierre Kirool (futur émigré)

              « De la même manière, certains propriétaires d’esclaves étaient surement plus gentils que d’autres, et en plus il y avait à manger 🙂 »

              Ah bah ça va alors, c’était finalement pas bien méchant. Réhabilitons le code noir.

        2. Pierre Kirool (futur émigré)

          Je comprends pas très bien ou vous voulez en venir. Si on vous suit, il ne faut pas prendre pour vérité ce que disent les dissidents tant qu’on n’est pas allé s’enquérir de la version officielle du régime, version que l’on peut croire ou pas…nous voilà bien avancé. En définitive, vous nous dites qu’on peut pas savoir tant qu’on est pas allé vérifier. Le septicisme est une vertu mais pitié me faites pas le coup du tout est relatif et subjectif.

          Moi je crois qu’il y a un moyen simple de se faire un idée assez précise de ce qui se passe : c’est d’écouter ceux qui s’expriment LIBREMENT et non au nom d’un organe officiel et non pour nous faire un panégyrique…Je vais pas remettre en cause ce que dit cette jeune femme. D’un part je vois pas pourquoi elle porterait de telles accusations sur son pays si ce n’était pas en partie vrai et si c’est faux pourquoi on entend pas les autres dissidents désormais libre de s’exprimer (on va partir du principe qu’on est libre en France au R.U et USA d’exprimer un soutient au régime nord coréen) dénoncer ce qu’elle dit.

  4. Ayant lu « Rescapé du camp 14 », je crois bien volontiers le témoignage de cette jeune Coréenne. Quant @un-lecteur, c’est lui qui a dû manger un sacré chapignon!

    1. Je crois que son premier message c’était pour plaisanter…

      1. Et personne n’a osé croire que c’était une plaisanterie. Pourtant nous ne sommes pas en Corée du Nord…

        1. Justement, j’ai voulu faire une expérience. Je pensais que vu le message il fallait au moins le poster sur Al Jazeera, RT, Sputnik ou presstv.ir pour que des gens puissent seulement imaginer que c’était sérieux mais non…

          Cela prouve bien qu’aujourd’hui, une opinion qui est anti-américaine bénéficiera d’un a priori absolument déraisonnablement positif. Ceux qui sont consensuels ce sont bien ceux qui sont du coté des dictatures, pas ceux qui sont du coté de la liberté.

          1. Çà manquait de réchauffement climatique pour être crédible.

  5. Comment peut-on encore douter, en regardant cette femme, que la Corée du Nord fabrique des bombes ?! 🙂

    Plus sérieusement : c’est bien que les libéraux s’intéressent à ce genre d’histoires même si, a priori, elles ne concernent pas directement les français. Contrairement à ce qu’affirment les nationalistes, il n’y aucune incompatibilité entre le fait de s’intéresser, par exemple, aux SDF français, et le fait de s’intéresser à ce qui se passe dans des pays lointains.

    En outre, si les libéraux manquent à leur devoir de s’intéresser à ce genre d’histoires, à coup sûr c’est la gauche qui se les accaparera.
    Exemple : photo de la jeune nord-coréenne avec cette bonne vieille Hillary Clinton :
    http://static.independent.co.uk/s3fs-public/styles/story_medium/public/thumbnails/image/2015/10/03/13/Yeonomi-Parks-Hillary-Clinton.jpg

    La gauche est sur tous les bons coups, on l’a bien vu avec l’histoire de la pakistanaise Malala. Cette dernière aurait pu devenir un symbole libéral, mais a été récupéré par la gauche qui transforme son combat en faveur de l’enseignement libre en un combat en faveur d’une « éducation publique de qualité. »

    1. « La gauche est sur tous les bons coups, on l’a bien vu avec l’histoire de la pakistanaise Malala. Cette dernière aurait pu devenir un symbole libéral, mais a été récupéré par la gauche qui transforme son combat en faveur de l’enseignement libre en un combat en faveur d’une « éducation publique de qualité. » »

      En gros tout les fans de Malala sont ceux qui ont insulté tout les méchants néo-conservateurs qui ont voulu aller dégager les talibans…

    2. Malala, une libérale ? Elle qui a écrit: « I am convinced socialism is the only answer, and I urge all comrades to struggle to a victorious conclusion. Only this will free us from the chains of bigotry and exploitation » ?

      Il vous faudra trouver d’autres symboles à tenter de vous approprier, j’en ai bien peur.

      http://america.aljazeera.com/articles/2014/12/23/-hold-malala-obamasocialismnobellaureatespoliticalviewscomplex.html

      1. @Connolly : J’ai pas dit qu’elle était libéral, j’ai dit qu’avec elle les libéraux ont peut-être manqué une occasion, tel que l’explique cet article :
        https://www.contrepoints.org/2014/10/10/184169-prix-nobel-de-la-paix-le-combat-de-malala-pour-lenseignement-libre

    3. « elles ne concernent pas directement les français »

      Et Castro reçu en grande pompe avec du pognon gratuit des autres par Mollahnde et Mélenchiasse, le type qui cautionne l’extermination des Tibétains par les communistes chinois ?

      Ben si justement car aucun dirigeant communiste français ne s’est jamais excusé pour les crimes commis par les tyrans communistes.

  6. je n’ai aucun élément pour mettre en doute le récit de cette jeune femme, , à la rigueur, son témoignage est « banal »…car 100% conforme à l’idée que l’on se fait de la Corée du nord, je crois que ça provoque m^me un certaine gêne à la lecture ,on ne peut pas s’empêcher de se dire, il fait vérifier ça mais ça parait dérisoire..
    On se met à la place des gens qui entendaient des témoignage sur les camps de la mort..Il y a simplement des choses qui dépasse entendement.

    1. Personne ne croirait à la shoah sans les images, c’est pourtant bien arrivé.

      1. Et rien de ce qui date d’avant la photographie n’est crédible.

        1. ne dites pas ça voyons, là c’est un e crime contre l’humanité qui se perpétue, et je parle d’émotion..les témoignages sont certes factuels, mais pas seulement, c’est simplement parfois incroyable..;

      2.  » Personne ne croirait à la shoah sans les images, c’est pourtant bien arrivé.  »

        N’évoquez pas les 6 millions de juifs déportés et assassinés par les nazis dans les camps de la mort. Liberté Chérie va nuancé ce chiffre et tout ce qui va avec comme les témoignages des rescapés d’Auschwitz certainement trop partiaux en tant que victime sous prétexte que l’on pas tenu compte de l’avis des révisionnistes et des nazis qui prétendaient que l’on a beaucoup trop exagéré sur l’ampleur de la shoah.

        D.J

  7. Je ne remet pas en doute ce qu’elle dit, mais la question est quelle est la vie moyen d’un Nord Coréen AUJOURD’HUIT. La Corée du Nord a perdu 30% de son PIB en 7 ans à la chute de l’URSS, mais les choses ne sont plus les même. Sans aucunement défendre le communisme évidement je pense être en mesure d’apporter certaine réponse de vécu.

    J’ai visité la Corée du Nord un mois un mai 2014 et j’ai fait beaucoup de pays, je pense donc pouvoir apporter aussi des éléments de comparaisons.
    Attention à ne pas entrer dans le sophisme s’il peux y a avoir des réussites sur un plan dans un pays communiste ce n’est pas forcement grâce à lui et au contraire je pense que souvent c’est malgré lui.

    Je me dois de préciser que j’avais deux guides qui étaient des militaires et qu’il fallait organiser avec eux le voyage.
    Première chose qui m’a étonné, moi qui avait vu surtout des reportages c’est qu’en somme on été pas dans cette cité de béton avec des slogans placardés partout, en fait le paysage type de Pyongyang c’est d’immense pelouses avec des routes immenses au centre, (et très peu de voiture) et au milieu des trottoir aussi assez large.

    Pour être honnête hors centre-ville (ou les routes sont impeccables) les grandes routes sont moyennent (je dirais par exemple qu’elle sont comme au sud de l’Italie, sauf qu’elle sont immense (donc le coup d’entretient est plus élevé).

    Globalement les immeubles et j’en est vue bon nombre sans être flambant neuf sont dans un Etat correct, la Bulgarie par exemple est pire de ce côté.

    Alors après je sais qu’e je n’ai pas vue toute la Corée du Nord ex…., mais on ne parle pas d’Islamabad qui fait un peu plus d’un demis millions d’habitant sur 190, ni de Delhi ou Washington, on parle du capitale qui concentre plus de 15% de la population du pays. Je me dois de le prendre en compte.

    Pour l’électricité, l’hôtel international n’en a pas eu, mais je crois qu’il avait son générateur, je n’en ais pas eu non plus dans les musés mais je ne peux vous dire ce qu’il en ait dans les immeubles.

    Le centre ville a beaucoup d’immeuble avec des lumières ex… mais il est très réduit,

    Une chose qui m’a beaucoup étonné c’est aussi la culture des gens, aucun de mes de guide qui parlais parfaitement Français n’avait été en France, et dans les musés il y a parfois des groupes d’étudiants.

    Deux choses sont surprenante pour un occidentale cependant, d’abord il ne connaissent presque pas l’actualité international, mais à un niveau incroyable, un de mes guide par exemple qui connait les terme de chaque morceau de presque n’importe qu’elle arme ne savait pas qu’il y a avait eu des attentats à Paris et pour ainsi dire tous les Nord Coréens a qui j’ai parlé n’en avait pas connaissance. Dans une soirée avec des gens important, quand j’ai dit Assad la salle était perplexe, mais un vieux militaire à dit Syrie tout fière, pour vous dire. Enfin pour contrebalancer ça on m’a dit une fois parce que je venais de France « Jaques Chirac ».

    Seconde choses ils sont resté à l’époque de la guerre de Corée, là ils sont tous incollables, vous leurs parler des USA il vous vous parlez de ce qu’ils où leurs parents voir grand parents ont vécus et il parle de la fin de cette guerre comme s’ils avaient gagnés au loto. Les discutions standard si vous n’intervenez pas se dirige systématiquement vers l’histoire.

    J’ai aussi été surpris d’entendre parler de la famine des années 90, je pensais qu’on utiliserais la langue de bois mais non on m’a dit que c’était affreux et que des gens bien placés avait fin du matin au soir. Une personne assez distingué m’a avoué avoir manger dans les poubelles.

    Je vous dis tout cela mais je n’ai pas parlé à n’importe qui;

    Sinon les groupes de militaires se croisent partout dans les rue, rares sont les trajet ou vous n’en voyez pas.

    Sur le trajet pour aller faire du skie les routes était en très mauvaises état, je dirais qualité Ukrainienne pour les connaisseur, il y avait je dirais sur la route 70% de paysans avec des tracteurs et 30 à la mains mais j’ai surtout vue près de la capitale après je me suis endormi, et ce trajet transportant souvent des touriste n’est pas forcement représentatif.

    E, tout cas une chose que j’ai bien noté c’est qu’à l’inverse de pays vraiment pauvre comme le Népal, l’Éthiopie, le RDC ex… les gens ne sentent pas mauvais et n’ont pas les vêtements en haillons

    J’espère avoir donné un aperçu.

    Je pense que la Corée du Nord si elle n’était pas constitué de gens travailleurs, détermines ex…serait plus misérable que l’Érythrée.

Les commentaires sont fermés.