L’humour est en danger selon John Cleese

Publié Par Foundation for Economic Education, le dans Sujets de société

Par Contrepoints

John-Cleese-poster-by-Radek-SzubanCC-BY-NC-2.0-.jpg

John-Cleese-poster-by-Radek-Szuban(CC-BY-NC-2.0)

 

L’acteur britannique et génie comique partage sa façon de penser avec le site Big Think sur le politiquement correct, la critique et l’humour :

« Je suis offensé tous les jours. Par exemple, les journaux britanniques m’offensent chaque jour par leur paresse, leur méchanceté, leur imprécision, mais je ne vais pas m’attendre à ce que quelqu’un mette fin à cela ; je me contente juste d’en parler.

Parfois, quand les gens sont offensés, ils veulent… on peut juste y aller et dire : « C’est bon, arrêtez ! » à quiconque vous offense. Et bien sûr, comme l’a dit un ancien président de la BBC, il existe certaines personnes que j’aimerais bien offenser.

Je pense que ça aussi c’est vrai. Dès lors, je n’adhère absolument pas à l’idée que je dois être protégé contre toutes sortes d’émotions inconfortables.

Un type que j’ai aidé à écrire deux livres sur la psychologie et la psychiatrie, un psychiatre londonien renommé, Robyn Skinner, m’a dit quelque chose de très intéressant. Il m’a dit : « Si les gens ne peuvent pas contrôler leurs propres émotions, alors ils doivent essayer de commencer à contrôler le comportement des autres ». Et quand vous êtes entouré de gens hypersensibles, vous ne pouvez pas vous détendre et être spontané, parce que vous ne savez pas quelle sera la prochaine chose qui va les froisser.

Et c’est pourquoi j’ai été averti récemment : ne te rends pas sur la plupart des campus et des universités, le politiquement correct est parti d’une bonne intention (c’est à dire, ne pas être particulièrement méchants avec ceux qui ne sont pas capables de se prendre en charge, ça c’est une bonne idée), pour aboutir à une situation où toute critique de tout individu ou groupe peut être qualifiée de cruelle.

Or, la raison d’être de l’humour, de la comédie (et croyez moi, j’ai longuement mûri la question) c’est que toute comédie est critique. Même si vous faites une blague très inclusive (non discriminante) du point de vue de la diversité, comme par exemple : « Comment faire rire Dieu ? En lui disant quels sont vos plans », ça parle de la condition humaine, sans exclure personne. Ça signifie que nous avons tous des plans qui ne vont probablement pas se réaliser, et que c’est drôle que nous croyions quand même que ça va marcher. Donc, c’est une blague très inclusive, mais ça reste quand même critique.

Tout humour est critique. Si on commence à dire : « Oh, nous ne devons pas les critiquer ou les offenser », alors, l’humour est mort, et avec lui le sens de la mesure, et à ce moment là, en ce qui me concerne, nous vivons en 1984. »

Traduction par Contrepoints de Monty Python’s John Cleese: « I’m Offended Every Day ».

  1. Mathilde de St Amour

    Petit article très drôle ^^

  2. Petit article pas drôle mais lucide. Effectivement, nous vivons 1984, sous la dictature des valls, taubira… et où le moindre commentaire déviant est censuré.

  3. On me dit que des juifs se sont glisses dans la salle ?
    Vous pouvez rester.

    N’empêche que… On ne m’ôtera pas de l’idée que, pendant la dernière guerre mondiale, de nombreux juifs ont eux une attitude carrément hostile à l’égard du régime nazi.
    Il est vrai que les allemands, de leur côté, cachaient mal une certaine antipathie à l’égard des juifs.
    Ce n’était pas une raison pour exacerber cette antipathie en arborant une étoile à sa veste pour bien montrer qu’on n’est pas n’importe qui, qu’on est le peuple élu, et pourquoi j’irais pointer au vélodrome d’hiver, et qu’est-ce que c’est que ce wagon sans banquette, et j’irai aux douches si je veux…
    Quelle suffisance !
    Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.
    Je n’ai personnellement aucune animosité particulière contre ces gens-là.
    Bien au contraire.
    Je suis fier d’être citoyen de ce beau pays de France où les juifs courent toujours.
    Je sais faire la part des choses.
    Je me méfie des rumeurs malveillantes.
    Quand on me dit que si les juifs allaient en si grand nombre à Auschwitz, c’est parce que c’était gratuit, je pouffe.
    En réalité il y à deux sortes de juifs : le juif assimilé et le juif-juif.
    Le juif assimilé à perdu son âme en même temps que son identité.
    Il bouffe du cochon pas cacher en regardant Holocauste.
    Il est infoutu de reconnaître le mur de Berlin du mur des lamentations.
    J’en connais. J’en ai plein mes soirées. Ils sont la honte des synagogues.
    Ils n’auront même pas la consolation d’être reconnus par les nazis lors de la prochaine.
    Le juif-juif, c’est différent.
    Le juif-juif se sent plus juif que fourreur.
    Il renâcle à l’idée de se mélanger aux gens du peuple non élu. En dehors des heures d’ouverture de son magasin.
    Dès son plus jeune âge, il recherche la compagnie des autres juifs.
    Ce n’est pas facile.
    Depuis que le port de l’étoile est tombé en désuétude, il n’est pas évident de distinguer un enfant juif d’un enfant antisémite.
    Naguère encore, les juifs avaient les lobes des oreilles pendants, les doigts et le nez crochus, et la bite à col roulé.
    Mais de nos jours ils se font raboter le pif et raccourcir le nom pour passer inaperçus .
    Voyez Jean-Marie Le Penovitch.
    Ne dirait-on pas un breton ?
    Tous les praticiens de la chirurgie esthétique sont juifs.
    Tous les médecins sont juifs.
    Tous les pharmaciens sont juifs.
    Tous les archevêques de Paris sont juifs.
    Tous le monde sont juifs.
    Pour les médecins, je suis sûr.
    Tous les médecins sont juifs.
    Enfin, presque tous.
    Le docteur Petiot, c’est pas sûr…
    Le docteur Petiot, c’est ce médecin parisien qui a démontré en 1944 que les juifs étaient solubles dans l’acide sulfurique.
    Petiot n’est pas un médecin juif.
    Léon Schwartzenberg, si.
    D’ailleurs il n’y a aucun rapport entre Petiot et Schwartzenberg.
    Je veux dire que Schwartzenberg, lui, il fait pas exprès de tuer les gens.
    A propos, c’est pas vrai que les juifs sont vecteur de maladie :.
    Schwartzenberg n’est pas cancérigène, comme disait Reiser, il suffit de ne pas trop s’approcher.
    Les juifs-juifs bien sûr ne se marient qu’entre eux.
    Je relisait récemment Juifs et Français d’Harris et Sédouy.
    Les auteurs demandaient à une grande journaliste très belle et pleine de talent (que ma discrétion m’interdit de nommer ici) si elle aurait épousé Yvan Levaï dans le cas où ce dernier n’eut pas appartenu comme elle à la communauté israélite.
    Cette dame a répondu que non, qu’elle n’aurait probablement pas pu tomber amoureuse d’un non-juif.
    Je comprends aisément cette attitude qu’on pourrait un peu hâtivement taxer de racisme.
    Moi-même, qui suis limousin, j’ai complètement raté mon couple parce que j’ai épousé une non-Limousine. Une Vendéenne.
    Les Vendéens ne sont pas des gens comme nous.
    Il y a barrage des patois, fort lointains.
    Et puis, nos coutumes divergent, et divergent c’est énorme.
    Voilà une femme qui mange du poisson le vendredi en tailleur Chanel.
    Moi je mange de la viande le mardi en pantalon de coton.
    Il n’y a pas de compréhension possible.
    Nous avons notre sensibilité limousine.
    Nous avons bien sûr notre humour limousin qui n’appartient qu’à nous.
    Nous partageons entre nous une certaine angoisse de la porcelaine peu perméable aux chouans.
    Il faut avoir souffert à Limoges pour comprendre…

    1. Salut ma ire, bonjour ma colère, et mon courroux, coucou

  4. Le politiquement correct crée des générations d’étudiants incapables d’argumenter: http://www.telegraph.co.uk/education/educationnews/12059161/Politically-correct-universities-are-killing-free-speech.html

  5. 32% des étudiants universitaires musulmans de Grande-Bretagne estiment acceptable de tuer au nom de la religion. https://archive.is/PTMu0#selection-1523.0-1523.263
    Mais il ne faut pas faire d’amalgame

    1. hum … je me méfie des sondages …
      Quel % de gens sont d’accord avec l’idée de chercher à tuer les « fanatiques de DAESH », c’est à dire au nom de leur religion (quoi qu’on en pense…) ? nettement plus que 32 % je parie.
      Vous me direz « Ah mais c’est pas pareil », je suppose. Ben si, c’est bien pareil.
      Alors, amalgame …

      1. Heu non pas pareil. Ils ne sont pas tués à cause de leur religion mais de leur dangerosité. Que l’on soit pour ou contre les bombardements en Irak et Syrie il ne faut pas tout mélanger.

      2. « Quel % de gens sont d’accord avec l’idée de chercher à tuer les « fanatiques de DAESH », c’est à dire au nom de leur religion (quoi qu’on en pense…) ? » Allez vous faire soigner, votre problème est de l’ordre du psychiatrique. Les gens qui veulent tuer les membres de Daesh ne veulent pas les tuer au nom de leur religion mais car c’est des terroristes qui nous menacent et qui veulent nous tuer. Vous avez déja entendu parlé de la légitime défense ?

    2. Et ou sinon, dans votre vie tout va bien ? Non parceque la on parle d’humour pas d’islam ou de musulmans… Et les musulmans Sarkozy, Hollande, Valls,… qui sont hyper pratiquant de l’islma, ont conduit la France dans l’Etat pitoyable ou elle est… méchants musulmans va…
      35% des fans de sondages, prennent les sondages qui les arrangent sur les sites qui les arrange et se plaignent que les sondages ne sont pas fiables, quand ils ne vont pas dans leur sens…

      Et je vois votre commentaire précédent, magnifique « le politiquement correct »… je trouve cette qualification toujours magnifiques… de la part de gens qui disent « les musulmans sont méchants, ils tuent des innocents, nous, gentils occidentaux, quand nous envoyons nos avions bombarder des zones, nous ne tuons pas de civils innocents, juste des domages collatéraux… c’est tout » Vous etes fan de Valls et sa réthorique moraliste ?
      Chanson : Au pays de candy, Il y a les gentils et les méchants. Nous on est les gentils, eux c’est les méchants…

      Et ou sinon, vous prenez le sondage d’élèves musulmans, moi j’ai encore mieux, la parole du plus haut représentant religieux après les attentats de Charlie Hebdo :
       » la liberté d’expression n’autorise pas tout et elle doit s’exercer « sans offenser », a-t-il martelé. Car « si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing, et c’est normal. On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision », »

      Et ca c’est pas le grand mufti méchant musulman un… mais le pape François… donc peut-on en conclure que 100% des catholiques sont pour que l’on tue au nom de la religion ? padamalgam c’est çà ? un ?

      1. Le site c’est les archives de The Telegraph. The Telegraph est un journal sérieux anglais, c’est l’un des grands journaux anglais. Si mon lien renvoyait vers un site douteux d’extrême droite, vous auriez toute les raisons de douter de sa crédibilité mais là vous êtes pitoyable à nier la vérité

        « mais le pape François… donc peut-on en conclure que 100% des catholiques sont pour que l’on tue au nom de la religion ? » Ben oui, c’est bien connu que les catholiques font des tas d’attentats. Ce que vous oubliez de préciser c’est que le Pape Francois à condamner ses attentats et à des multitudes de fois dit qu’on ne pouvait pas tuer au nom de religion, que tuer au nom de la religion est un crime.

      2. « de la part de gens qui disent « les musulmans sont méchants, ils tuent des innocents, nous, gentils occidentaux, quand nous envoyons nos avions bombarder des zones, nous ne tuons pas de civils innocents, juste des domages collatéraux… c’est tout » Vous etes fan de Valls et sa réthorique moraliste ?
        Chanson : Au pays de candy, Il y a les gentils et les méchants. Nous on est les gentils, eux c’est les méchants… » arrêtez la drogue, vous divaguez complètement. Vous ne me connaissez absolument pas alors arrêtez de croire savoir ce que je pense. Cela vous éviteras de vous ridiculiser

      3. Perso, je suis même pas pour intervenir à l’étranger, on ferait mieux d’envoyer l’armée dans les cités (territoire qui est n’est plus la France) pour reconquérir notre territoire.
        La grande différence c’est que les occidentaux font tout pour minimiser les dommages collatéraux (contrairement aux autres) et parfois, on sacrifie notre efficacité opérationnel pour faire moins de dommages collatéraux. Dans une guerre, il y a tjs des dommages collatéraux.
        Allez comparer nos bombardements aux bombardements russes, eux, ils visent ouvertement les civils et les hôpitaux ce qui n’est pas notre cas.

  6. @asterix

    En même temps, on compte pas sur les étudiants pour changer les choses…sinon ça ce serait fait depuis longtemps!

    Les « étudiants »ont toujours été mis au service de l’empire, comme en mai 68 en France…c’est plus un secret…c’est un « matériel » facilement manipulable…

Les commentaires sont fermés.