Le grand flou des réserves d’or des banques centrales

Publié Par Charles Sannat, le dans Monnaie et finance

Comment s’assurer que les chiffres communiqués par les banques centrales sont transparents et qu’ils reflètent bien les réserves d’or réelles ?

Par Charles Sannat, directeur des études économiques d’Aucoffre.com

D’après Grant Williams (conseiller client de Vulpes Investment Management), les banques centrales risquent de se prêter à un jeu périlleux que de vouloir rapatrier l’or

Pouvons-nous vraiment nous fier aux chiffres annoncés par la banque centrale de Chine quant à ses réserves d’or ? Beaucoup seraient enclin à ne pas y croire surtout après l’épisode de l’or détenu dans la réserve fédérale américaine et la banque d’Angleterre.

Comment nous assurer que les chiffres communiqués par les banques centrales sont transparents et qu’ils reflètent bien la quantité réelle d’or dont elles disposent dans leurs réserves ? Il se pourrait qu’une certaine partie de l’or ne soit plus là ou tout simplement ait été prêtée à d’autres institutions financières. Le titre de l’or ne reflèterait peut-être pas la propriété réelle de ce qu’il est devenu physiquement. Il est évident que tôt ou tard, nous saurons la vérité. Que ce soit par le biais des audits ou tout simplement par déclaration.

La danse a peut-être commencé par les allemands quand ces derniers ont proposé d’auditer leurs réserves d’or détenues à New-York, Londres et Paris – soit un peu moins de 70% des réserves d’or du pays. Bien que le précurseur soit peut-être le Vénézuela quand il a fait rapatrier son or à Caracas des dépôts étrangers en 2011.

Il semblerait que d’autres pays désirent suivre l’exemple pour faire auditer leurs propres réserves d’or détenues à l’étranger. Si tous les pays rentrent dans le jeu, le secret, si toutefois il y en avait un, devrait éclater au grand jour. De par le manque de transparence dans les données chiffrées des principaux dépôts d’or, il est à supposer que  l’or ne soit plus là ou qu’il puisse éventuellement faire l’objet d’une multipropriété. Cela pourrait-il avoir une influence sur le prix de l’or ?

On pourrait évoquer la grande migration de l’or de l’Ouest vers l’Est au cours de ces dernières années. Alors que les banques centrales occidentales vendaient leur or, celles de l’est en achetaient. Bien que les réserves de la Chine demeurent officiellement statiques, on peut en déduire que le pays doit acheter de l’or. La Chine est vorace en accumulant de l’or et cela n’est sûrement pas par hasard.

Sur le web

Laisser un commentaire