Doit-on s’inquiéter de la correction des cours de l’or et de l’argent ?

L’effondrement en cours du système monétaire est bien réel et laissera place à ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être : un système convertible en actifs tangibles rendant impossible toute création monétaire exponentielle.

Par Fabrice Drouin Ristori

La correction de ces derniers jours des cours de l’or et de l’argent entraine systèmatiquement des commentaires alarmistes sur la fin du marché haussier.

Ces « bruits » ignorent visiblement les nombreux indicateurs et faits marquants qui se répandent à un rythme accéléré dans la presse internationale et prouvent que nous sommes en train de changer progressivement de système monétaire.

L’effondrement en cours du système est bien réel et laissera place à ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être : un système de monnaie convertible en actifs tangibles rendant impossible toute création monétaire exponentielle que nous payons tous indirectement via une inflation détruisant le pouvoir d’achat des monnaies.

Reprenons donc, les indicateurs de l’actualité récente qui permettent de rester serein même en période de correction des cours (ce qui est parfaitement normal dans un marché haussier) 1.

1) Le comportement des gouvernements des pays asiatiques quant à la gestion de leurs vastes réserves de change est le critère numéro 1 à analyser.

– La Chine réduit son exposition au dollars US : lire ici.

– La Chine est en train de mettre la main sur des réserves colossales d’or physique : via la production nationale (350 tonnes d’or par an), l’acquisition de sociétés minières ou l’achat discret sur les marchés internationaux.

– La Chine pousse également son immense population à investir dans l’or et l’argent physique.

La Chine aurait-elle comme projet d’asseoir sa puissance économique en faisant du Yuan la première monnaie internationale convertible en or au moment où la perte de confiance dans les monnaies papier (dollars et Euro) s’accélère ? Lire un excellent article sur le sujet ici.

– Singapour a pour ambition de devenir un centre important de négoce d’or physique en Asie : lire ici.

2) Les Banques centrales n’ont jamais acheté autant d’or qu’en 2011 : 4067 tonnes (source)

L’euro et le dollar voient leur pouvoir d’achat détruit par les politiques monétaires inflationnistes actuelles. Les banques centrales des États se protègent de cette dévaluation en achetant de l’or physique.

Depuis décembre 2011, c’est environ 1 000 milliard d’euros qui ont été injectés dans l’économie via des prêts et renflouement. Cette somme n’existait pas préalablement dans l’économie, elle a tout simplement été créée.

3) La perte de confiance dans le dollar comme monnaie de réserve internationale continue :

– L’Iran accepte le paiement de son pétrole en or (Lire ici).

– Article de Myret Zaki sur la fin du dollar comme monnaie de réserve internationale : « Fin 2013, le dollar aura perdu son statut de devise dominante des transactions commerciales » (Myret Zaki) Lire ici.

4) Preuve que l’or retrouve son intérêt stratégique, la Suisse et l’Allemagne souhaitent rapatrier leur or stocké dans les coffres de la FED à New York.

La presse en parle désormais et plutôt sur un ton inquiet quand on connaît les soupçons de manipulation des cours de l’or via des prêts des banques centrales US et européennes aux banques d’affaires qui les revendent ensuite sur les marchés contribuant à déprimer les cours.

Les stocks d’or des États ont-ils été utilisés et prêtés aux banques d’affaires qui les ont ensuite vendu sur les marchés ? Un des spécialistes mondiaux de l’or depuis 50 ans, Jim Sinclair, se pose à juste titre la question (lire ici en anglais).

L’inquiétude sur la localisation des stocks d’or et le montant réel des réserves apparaissent depuis février/mars dans la presse. La presse française, dans un contexte d’élection présidentielle, semble d’ailleurs vouloir rassurer en publiant l’article suivant sur les réserves d’or stockées à la banque de France (Lire le Figaro).

On peut s’étonner du timing de cet article qui apparaît au moment où les doutes se manifestent quant aux réserves réelles d’or physique détenues par les États… La Banque centrale française aurait-elle quelque chose à cacher sur le montant réel des réserves quand on sait que la manipulation des cours a en partie été rendue possible par la vente d’or physique via des prêts aux « bullions bank » ou banque d’affaires. Lire encore une fois les thèses documentées du GATA.

Doit on s’inquiéter de la correction récente des cours compte tenu de ces faits marquants qui révèlent la tendance de long terme ?

Je ne pense pas, la route est tracée et apparaît de plus en plus clairement aux yeux d’une population mondiale qui prend conscience de l’effondrement d’un système et se réfugie dans les seuls actifs qui permettent une protection du pouvoir d’achat.

De mon point de vue, la seule parade permettant d’éviter une ruée massive et incontrôlée des foules vers les métaux précieux est le déclenchement par certains intérêts financiers, d’une volatilité importante des cours. Volatilité qui fait peur aux investisseurs qui ne connaissent pas en profondeur ces marchés complexes.

La détention d’or et d’argent physique en nom propre et en dehors du système bancaire doit pourtant être une priorité dans une logique de protection de fortune tout au long du chemin qui aboutira au changement du système monétaire international.

—-
Sur le web

Achat d’or sur Goldbroker en partenariat avec Contrepoints.

Note :

  1. Correction qu’il faut également analyser dans un contexte de manipulation des cours et de compréhension de l’affrontement actuel entre deux systèmes monétaires, lire ici.

Laisser un commentaire

  1. A mon avis la monnaie n’a pas de valeur réelle ni en or ni en argent . Elle n’est que la contrepartie des richesses (en biens et services ) créés. Si l’on crèe davantage de monnaie , c’est l’inflation , si l’on en crée moins, la production de biens et services est bridée , c’est la depression. Après cela les cours de l’or et de l’argent , quelle importance? Si les gens veulent acheter de l’or , qu’ils en achètent … Je suis vendeur , à découvert.