Ce système de santé que l’Allemagne a bien raison de ne pas copier

Publié Par h16, le dans Édito

L’institut Thomas More vient de faire paraître une intéressante étude comparant les dépenses publiques de santé en Allemagne et en France. Les résultats de la comparaison ne sont pas très flatteurs pour la France. Mais ce qu’il y a de plus intéressant, c’est que les chiffres obtenus sont difficilement critiquables…

Tout d’abord, ils sont difficilement critiquables parce qu’issus des mêmes modes de calculs et des mêmes institutions pour les deux pays (Eurostat, OCDE et OMS). Ensuite, la plupart de ces chiffres sont connus et de notoriété publique, ce qui leur enlève tout caractère stupéfiants en eux-mêmes : c’est leur mise en rapport les uns avec les autres dans une présentation claire, en comparaison directe, qui apporte ici une information pertinente et nouvelle.

Que disent ces chiffres ?

D’une part, que pour un pays qui compte plus de 20% d’habitants en plus, les dépenses administratives dans le domaine de la santé sont 700 millions moins élevées. Autrement dit, avec une population nettement supérieure (82 millions au lieu de 64), nettement plus vieille et donc a priori plus demandeuse de soin, l’Allemagne dépense plusieurs centaines de millions d’euros de moins que la France.

Ainsi, la dépense de médicaments et consommables par habitant est de 506€ en Allemagne là où, en France, elle s’établit à 583€. Les dépenses publiques correspondantes atteignent 405€ par habitant en France pour seulement 387 en Allemagne. On remarque les mêmes disparités inquiétantes pour la France au niveau des dépenses hospitalières.

Pour plus de facilité, j’ai fait un petit résumé dans le joli tableau suivant :

Santé : comparaison France - Allemagne (chiffres 2009)

L’étude proposée par l’Institut n’est pas très longue, et je vous encourage donc vivement à en prendre connaissance directement. Chaque chapitre y est riche d’enseignement et lorsque vous lirez, vous aussi, le tableau de la page 6, vous ne pourrez vous empêcher un mouvement de surprise lorsque vous constaterez que l’Allemagne a un solde de son assurance maladie positif (à 1.4 milliards d’euros) contrairement au solde français, largement négatif avec son déficit de 10.6 milliards.

Une autre ligne est plus que digne d’intérêt : si, en Allemagne, plus de 10% des assurés ont choisi une assurance privée remplaçant l’assurance maladie, il en va de même en France pour … 0% des citoyens captifs de la Sécurité Sociale. On ne sera pas étonné : le contribuable / assuré / citoyen / gogo français n’a en effet aucun choix. Captif, il se laisse tondre sans broncher.

Enfin, si l’on ajoute en plus que cette santé financière insolente des Teutons permet aux médecins généralistes d’encaisser en moyenne un salaire de plus de 74.000 euros annuel contre un peu moins de 47.000 pour le même généraliste en France, on en arrive à la conclusion que la France empile des dettes pour payer ses médecins avec un lance-pierre et fournir un service médiocre et coûteux dont on explique alors très bien pourquoi le Monde Entier ni ne l’envie ni ne le copie.

Les conclusions sont, évidemment, parfaitement scandaleuses pour toute l’intelligentsia syndicalo-socialiste droguée à la dépense publique : si la France ramenait sa dépense publique de santé par habitant au niveau allemand, elle ferait une économie de 7.2 milliards d’euros tous les ans. Elle pourrait en outre économiser plus de 26 milliards sur les dépenses hospitalières, 4 milliards sur ses coûts administratifs, 1.1 milliards sur ses médicaments, et 14.3 milliards si elle alignait ses remboursements sur ceux pratiqués outre-Rhin. Et de petit milliards en petit milliards, à la fin, on finit par parler gros sous.

Autrement dit, bon an mal an, elle pourrait s’éviter des montagnes de dettes et de dépenses inutiles ce qui, en période de crise et de disette, semble une idée à la fois innovante pour les clowns à roulettes qui nous gouvernent et diablement nécessaire pour tous les gens de bon sens qui doivent, au final, remplir la facture.

Mais rassurez-vous : cette étude ne concluant pas à la nécessité d’augmenter la dépense publique, cette étude montrant même qu’on peut la diminuer dans des proportions énormes sans amoindrir le service (les Allemands, en effet, ne meurent pas sur le bord des routes dans d’atroces douleurs souffreteuses), elle ne sera ni lue ni reproduite dans les médias franchouilles. Mieux : elle sera proprement ignorée, voire volontairement cachée. Il ne faudrait pas que les moutons se réveillent !

Et en ces temps de campagne électorale, gagez qu’aucun des candidats ne s’emparera de cette étude pour dessiner une nouvelle voie, rocambolesque d’audace : arrêter de gaspiller l’argent des contribuables.

Laisser un commentaire

  1. h16, très bon article, d’autant que l’Allemagne n’est pas un monstre de libéralisme…

    Un truc à retenir : j’ai lu récemment sur ce site un commentateur attribuer aux médecins français le qualificatif de « salauds » : cette étude rétablit une vérité, à savoir que, non seulement les médecins français gagnent nettement moins que leurs confrères allemands, sans compter qu’ils reversent environ 70 % de leur chiffre d’affaire à l’Etat…

  2. si le revenu net moyen des médecins est effectivement différent entre l’étude du gouvernement et celle-ci, une chose qui est intéressante est la différence de structure entre généralistes et spécialistes:
    en France, 103 349 généralistes et 85 248 spécialistes
    en Allemagne, 53 549 généralistes et 153 168 spécialistes!

    alors est-ce que les Français ont beaucoup plus besoin d’aller voir leur généraliste, ou est-ce que les consultations durent beaucoup plus longtemps? ou est-ce que les spécialistes font aussi du travail de généraliste? c’est très étonnant

    on est quand même à 1615 généralistes par million d’habitants en France contre 653 en Allemagne!
    et 1332 spécialistes par million d’habitants en France contre 1868 en Allemagne

  3. Les socialistes savent bien que le système de soin est onéreux. Mais pour eux l’efficacité de la redistribution est attesté par cette dépense, justement.
    Le fait qu’on dépense plus serait une preuve que le service est de meilleur qualité en France.
    Et le « (les Allemands, en effet, ne meurent pas sur le bord des routes dans d’atroces douleurs souffreteuses) » est un peu léger pour dire que les systèmes de santé sont équivalents.

  4. Les systèmes de santé ne sont effectivement pas comparables entre les 2 pays. Non, car les Strasbourgeois qui ont besoin d’être dialysés, par exemple, trouvent plus facilement des places en Allemagne. Les diagnostics, comme ceux de la maladie de Lyme (qui est en train d’exploser, soit dit en passant), sont beaucoup plus modernes, de même que la médication qui n’est pas bloquée par un quelconque organisme de vieux croulants.

    La plus grande différence entre nos deux pays se situe au niveau des médias.
    Je me rappelle d’un reportage sur un congrès de médecins justement, qui demandaient une revalorisation du prix des consultations. Les premières images diffusées étaient celles du Parking où étaient garées leur Porsche, Audi ou Mercedes. Question posée : Trouvez-vous décent de demander aux ouvriers de payer plus chère leur assurance maladie ?
    C’était il y a une dizaine d’années, il n’y plus eu de revendication depuis.

    1. lbj: « Je me rappelle d’un reportage sur un congrès de médecins justement, qui demandaient une revalorisation du prix des consultations. Les premières images diffusées étaient celles du Parking où étaient garées leur Porsche, Audi ou Mercedes. Question posée : Trouvez-vous décent de demander aux ouvriers de payer plus chère leur assurance maladie ? »
      ————-

      Les médias socialo-maxistes fraônçais sont des pourritures envers les médecins, tout le monde le sait très bien. Ils voudraient un système soviétique, mais ça ne se fera jamais, ils y aura toujours des toubibs libéraux, tant pis pour ces journaleux.
      Qu’ils aillent se faire soigner dans des pays non socialistes et civilisés, ils vont entendre les douleurs et les cris de leur portefeuille… frais justifiés d’ailleurs.

    1. A noter que l’OMS classe aussi l’Allemagne dans la liste des pays offrant un système de santé répondant le mieux aux exigences de la population. Dans la liste, on trouve l’Allemagne. Mais on trouve aussi la Suisse. Etant suisse, et pouvant dire que le système de santé suisse y est DEPLORABLE, on comprend, par assimilation, que la mentalité à quelque chose à y voir.

      Le suisse, l’allemand, le suédois, considère que de se soigner relève de sa responsabilité.

      Le français considère que c’est du rôle de l’Etat, et il paie des charges en conséquences.

      Et quand on a besoin de soins, on ressent la différence.

      En Allemagne ou en Suisse, on a intérêt à être TRES BIEN assuré…

    2. Ce rapport fondé sur des données peu fiables et difficilement comparables, recueillies au début des années 90, pour être publiées à la fin de la décennie, n’avait et n’a toujours aucune pertinence aujourd’hui.

      Quant à l’espérance de vie qui baisserait en Allemagne selon l’OMS, voici un document de l’OMS publié en 2012 qui affirme le contraire : http://www.who.int/bulletin/volumes/90/1/12-020112/fr/index.html.

      Quelles sont donc vos sources ?

      1. Humh, mon message n’est pas passé apparemment, bug…je recommence donc…

        Tout d’abord, votre rapport ne mentionne nulle part qu’on vit de plus en plus vieux en Allemagne, il se contente d’exprimer une tendance générale. Et il est évident qu’on vit plus vieux aujourd’hui en Allemagne qu’en 1970.

        Mais, surtout, votre article met en exergue des chiffres de coûts de soins ahurissants pour les retraités. Allant même jusqu’à préciser que les retraités qui n’ont pas d’assurance spécifique pour les soins de longue durée doivent être pris en charge pour le complément non assuré par leurs familles….EXCUSEZ DU PEU!

        Pour ce qui est de l’espérance de vie, je vous en prie, régalez-vous : http://www.google.com/custom?cx=016320414824861919433%3Amwns0tkni6q&ie=UTF-8&q=esp%C3%A9rance%20de%20vie%20allemagne&hl=en&siteurl=www.google.com%2Fcse%2Fhome%3Fcx%3D016320414824861919433%3Amwns0tkni6q%26hl%3Den&adkw=AELymgWPyMLXOtiwX0ucj4-7XXSMn-oQaMhHW9Vfv7ccKkN1DDc8uB9IHFW_VExiPJ_KTJf1UkoUqwgosxA6R1Pd4HcEwNTubsL4s1aS8yTl_bp8wnn90Lg&cof=AH%3Aleft%3BALC%3A%230000CC%3BBGC%3A%23FFFFFF%3BCX%3AGoogle%3BDIV%3A%23FFFFF1%3BFORID%3A13%3BGALT%3A%23008000%3BKMBGC%3A%23FFFFFF%3BKMBOC%3A%23336699%3BKMSC%3A%23000000%3BKMTC%3A%230000CC%3BKMTVC%3A%230000CC%3BKMUC%3A%23008000%3BL%3Ahttp%3A%2F%2Fwww.google.com%2Fintl%2Fen%2Fimages%2FLogo_60wht.gif%3BLC%3A%230000CC%3BLH%3A80%3BLP%3A1%3BT%3A%23000000%3BVLC%3A%230000CC%3B&oe=UTF-8&client=pub-2698861478625135&channel=9008578539

        Pour ce qui est de l’état réel de l’Allemagne économique et sociale, je vous invite à vous référer à mon blog. La vérité est simple : le peuple allemand est traité littéralement comme du bétail et leur modèle pourri ne passerait pas en France. Quand on voit ce que râlent les français alors que nous ne ressentons que d’une manière infinitésimale la crise, qu’est-ce que ce serait en appliquant un tel traitement? : http://www.scoop.it/t/le-monde-en-chantier/p/1589406352/le-monde-en-chantier-afficher-le-sujet-l-allemagne-est-elle-si-rose-ou-en-realite-cirrhosee

  5. Thierry Curty : « Pour le recul de l’éspérance de vie, je vous en prie, régalez-vous  »
    ————————-
    Oui donc votre histoire de l’espérance de vie en Allemagne qui a « baissé de 2 ans en 10 an », c’est du grand n’importe quoi.
    Mais merci quand même pour la tentative d’enfumage.
    Le principe du falsus in uno, falsus in omnibus vous connaissez ?

    1. Qu’est-ce que vous racontez? Vous avez cliqué sur le lien au moins?

      Simplement en cliquant sur le lien, vous tombez sur au bas mot 20 sites qui en parlent?

      Il vous faut quoi pour ouvrir les yeux?

      C’est simple, avoir plus d’info, ce n’est pas possible. Les seuls liens qui donnent des chiffres démontrant une espérance de vie en hausse en Allemagne sont des liens menant vers des organismes allemands, comme de juste…

      …Question grand n’importe quoi…pas de doute, on sait qui tient des propos méritant ce qualificatif…xD

      1. Votre propre lien offre cette référence en première intention : http://www.indexmundi.com/g/g.aspx?c=gm&v=30&l=fr. L’espérance de vie progresse en Allemagne entre 2000 et 2011. Il y a même une légère inflexion à la hausse en 2011 !

        Que souhaitez-vous démontrer ? Que l’Allemagne est un enfer ? Vos fantasmes ne résistent pas aux évidences du monde réel. Le « modèle » allemand est perclus de défauts et il devra gérer tôt ou tard ses contradictions internes, comme tous les collectivismes. Mais bien avant cela, le « modèle » français socialiste aura implosé. En réalité, ce dernier a déjà implosé mais vous ne l’avez pas encore compris.

        1. C’est l’espérance de vie A LA NAISSANCE! Autrement dit, c’est une projection mathématique basée sur les éléments observables.

          « L’éspérance de vie qui augmente entre 2000 et 2011″ dont vous parlez concerne des gamins dont les plus âgés ont…11 ans!

          Vous parlez d’un lien que vous ne comprenez pas, alors que moi je vous soumets 3 pages de liens qui expriment qu’on meure depuis 10 ans prématurément, précisant même que ce sont les pauvres.

          Votre message, traitant du socialisme, démontre que vous avez tout compris à la politique, c’est le moins que l’on puisse dire. En fait, vous avez autant compris la politique que vous avez compris le lien que vous me soumettez en argument.

          1. @Thierry Curty
            Mais bien sûr qu’il s’agit de « l’espérance de vie A LA NAISSANCE », statistique utilisée par tout le monde, que vous voulez qu’on parle d’autre ?!?
            Et cette espérance AUGMENTE chaque année en Allemagne comme le montre les statistiques dans votre propre lien et précisées par bubulle. D’ailleurs, vous ne trouverez aucune autre source qui montre le contraire, alors votre diversion pour sous-entendre qu’il n’y a que les organismes allemands qui montrent une hausse est tout simplement grotesque (évidemment, avec un gauchiste, dès qu’une donnée ne les arrangent pas, c’est que la source est douteuse, rhétorique typique des procès de Moscou).

            L’espérance de vie à la naissance qui baisse dont vous faites les gorges chaudes, elle ne concernerait qu’une faible frange de population allemande dont on ne connaît ni le % sur la population totale, ni le revenu, ni l’évolution, ni depuis quand il y a eu baisse et sur combien d’année, ni si c’est une étude (seule et unique et répété à l’infini par les médias) confirmé par d’autres études, bref, comme « statistique », c’est direct poubelle. Mais évidemment, comme l’exception colle à vos préjugés, vous le mettez en avant, en ignorant superbement le cas général qui est que l’espérance de vie à la naissance de la population allemande est en HAUSSE. Si on suivait ce raisonnement stupide, il suffirait de googler 3 pages de liens sur « SDF » pour démontrer que la France est un pays de SDF, vous vous rendez compte de l’ampleur de votre bêtise ???

            Vous ne maîtrisez même pas la logique de base qui est qu’on ne fait pas d’une exception une généralité, la probabilité que votre raisonnement soit correcte est NULLE.

          2. Thierry Curty : « moi je vous soumets 3 pages de liens qui expriment qu’on meure depuis 10 ans prématurément, précisant même que ce sont les pauvres. »
            ———————-
            Il n’y a aucun lien qui dit que « l’on meure depuis 10 ans prématurément » en Allemagne, cessez de raconter n’importe quoi, encore et encore. Tous les liens pointent vers une SEULE et même source -non confirmée indépendamment- qui parle d’une baisse de l’espérance de vie (à la naissance bien évidemment, statistique utilisée par tout le monde et partout, sans quoi, on comparerai pommes et poires) en Allemagne d’une frange de la population, sans autre précision.
            Quand vous êtes dans un trou, il faut arrêter de creuser.

        2. Je réponds ici, la case commentaire n’apparaît plus bas.

          L’Huma : « Allemagne : le modèle qui réduit l’espérance de vie »
          http://www.humanite.fr/monde/allemagne-le-modele-qui-reduit-l%E2%80%99esperance-de-vie-485779

          Viva Presse : « En Allemagne, l’espérance de vie des plus pauvres a reculé d’au moins deux ans depuis 2001″
          http://www.viva.presse.fr/En-Allemagne-l-esperance-de-vie_16295.html

          L’Express via L’Expansion.com : « Les pauvres en Allemagne meurent de plus en plus jeunes »
          http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-pauvres-en-allemagne-meurent-de-plus-en-plus-jeunes_274631.html

          Actuchômage : « L’Allemagne et la mortalité de ses pauvres »
          http://www.actuchomage.org/2011121418322/La-revue-de-presse/lallemagne-et-la-mortalite-de-ses-pauvres.html

          Huffingtonpost : « L’espérance de vie des pauvres a chuté en Allemagne depuis 10 ans »
          http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/12/13/2659564_l-esperance-de-vie-des-pauvres-a-chute-en-allemagne-depuis-10-ans.html

          Bref, qui creuse et à l’air ridicule ici?

          1. Débat révélateur sur la capacité des marxistes à corrompre la vérité des statistiques !

            Au fond, il s’agit d’une statistique officielle interprétée par le parti d’extrême gauche allemand qui confond joyeusement espérance de vie à la naissance, ou à n’importe quel âge donné, et durée de vie à la retraite, qui diminue mécaniquement lorsqu’on augmente l’âge de la retraite.

            Voilà la vérité (pour les germanistes qui aiment aussi les chiffres) : http://dip21.bundestag.de/dip21/btd/17/079/1707966.pdf

            Radio Coco ment, Radio Coco ment, Radio Coco est (aussi) allemand !

  6. Il est interessant de comparer les deux systemes sur les chiffres. Quelques point un peu passe a la trappe dans cette etude (au passage, je prefere celles produites par des chercheurs ou institut statistiques serieux).

    1- Les comparaisons en pourcentages de differences en pourcentages est tout simplement ridicule. Exemple, croissance de la depense publique en pourcentage 2% en France 1.5% en Allemagne, variation en pourcentage du pourcentage 33%… Ou encore plus fort les -846% dans le solde maladie… Mais passons sur ce genre de chiffres au sens plus que douteux.

    2- Meme si les sources sont plus ou moins indiquees globalement, rien n’est vraiment tres rigoureux ici. Bref, un bon travail de lyceen mais rien de plus.

    3- Les chiffres hospitaliers. En effet, il existe moins d’hopitaux en Allemagne avec plus de lits. C’est aussi en directe correlation avec la densite de population: La France aux alentours de 115/km2 et l’Allemagne 250/km2. D’ou la plus grande difficulte d’effectuer des economies d’echelle.

    3- Le systeme d’assurance maladie en Allemagne est dual: En dessous de 50850E par an brut, l’assurance est publique (reglementee publiquement pour etre exact: gesetzliche Krankenkasse). Au dessus, c’est la porte ouverte aux private Krankenversicherung, ouvrant la voie a un systeme de traitement en deux categories dont la qualite et surtout rapidite sont a des annees lumieres l’une de l’autre.

    Finalement, meme si je prefere amplement le systeme Allemand pour en faire parti, meme si la France a aussi beacoup d’effort a faire en terme d’economie et efficacite, les systemes ne sont que tres difficilement copiable. Une convergence est aussi peu vraisemblable.

  7. Bonjour
    Je cherche des documents, articles, revues ,…qui traite la prévention des infections nosocomialesdans les pays suivant, France, Allemagne, Suisse, et en Belgique est ce que vous pouvez
    dans ce cadre là
    et merci