Des siècles d’épuisement des ressources

Publié Par Nathalie Elgrably-Lévy, le dans Environnement

Cela fait déjà plusieurs siècles qu’on nous annonce l’épuisement de nos ressources. Mais l’Histoire a montré que les futurologues de l’apocalypse ont un taux d’échec de 100 %.

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec

L’Organisation des Nations Unies (ONU) a récemment annoncé que la planète a passé le cap des sept milliards d’habitants. C’était l’occasion idéale pour que de malheureux prophètes s’érigent, encore une fois, en prophètes de malheur. Il faut dire qu’il est de bon ton de s’inquiéter de l’épuisement des ressources et d’y aller de prédictions ténébreuses quant à l’avenir de l’humanité.

Si certains discours semblent convaincants, leur manque d’originalité est néanmoins désolant. C’est que, voyez-vous, cela fait déjà plusieurs siècles qu’on nous annonce l’épuisement de nos ressources.

Déjà au VIIIe siècle, alors que les guerres arabo-byzantines exigeaient la construction de milliers de bateaux, les intellectuels de l’époque mettaient en garde contre la déforestation de la région méditerranéenne. Puis, en 1798, le pasteur et économiste britannique Thomas Malthus affirmait que des famines étaient imminentes, car, disait-il, la population augmente de façon exponentielle (2, 4, 8, 16, etc.) tandis que la production de nourriture augmente de façon linéaire (1, 2, 3, 4, etc.). En guise de solution, il prônait l’arrêt de toute aide aux nécessiteux et le contrôle démographique. En 1865, l’économiste et logicien William Jevons était convaincu que les réserves de charbon étaient pratiquement épuisées et qu’il s’ensuivrait une série de catastrophes. En 1908, le président américain Theodore Roosevelt prédisait à son tour l’épuisement des ressources naturelles. En 1968, le biologiste Paul R. Ehrlich prévoyait qu’une famine planétaire ferait périr des centaines de millions de personnes au cours des années 1970 et 1980. En 1971, le Club de Rome connaissait son heure de gloire alors qu’il prétendait que des pénuries de toutes sortes apparaîtraient d’ici 1990. À la même époque, Lester Brown, fondateur et président du Worldwatch Institute, affirmait que l’âge de la sécurité alimentaire est révolu. Aujourd’hui, l’ONU et les cassandres de l’environnement nous abreuvent de sombres prédictions. Faut-il les croire?

Les prédictions sont en fait des projections qui reposent sur l’hypothèse que l’être humain continuera toujours à suivre la même trajectoire. Or, grâce au génie humain et à la créativité, rien n‘est statique. Au contraire, au fil des siècles, l’humanité a pris des tangentes impossibles à prévoir qui ont fait mentir toutes les prédictions. Par exemple, si les famines annoncées ne se sont jamais concrétisées, c’est notamment grâce à Norman Borlaug, agronome américain et « père » de la révolution verte, qui a développé une variété de blé à haut rendement et résistant à la maladie. Quand le téléphone est entré dans tous les foyers, on appréhendait des pénuries de cuivre, mais l’avènement de la fibre optique a changé la donne. Les exemples de ce genre sont innombrables. Dans tous les cas, il a suffi d’une seule idée brillante pour améliorer la vie de milliards de personnes tout en protégeant nos ressources.

L’Histoire a montré que les futurologues de l’apocalypse ont un taux d’échec de 100 %. Souvenez-vous-en la prochaine fois que quelqu’un annoncera la fin du monde. Sept milliards d’habitants, c’est autant de bouches à nourrir. En revanche, c’est aussi sept milliards de cerveaux!

—-
Sur le web

Lire aussi sur ce sujet :
Abolir le mythe de la surpopulation par Ndaba Obadias
Le mythe de la surpopulation par Lucilio
Norman Borlaug par Lucilio
Borlaug 2.0 : une nouvelle révolution verte pour nourrir le monde par Anthony Watts

Guerre contre l’humanité? par Nathalie Elgrably

Laisser un commentaire

  1. « Sept milliards d’habitants, c’est autant de bouches à nourrir. En revanche, c’est aussi sept milliards de cerveaux ! »

    Les diverses idéologies collectivistes sont élitistes. Elles considèrent les sept milliards de cerveau comme une charge, pas un potentiel.

  2. Puissants du monde, voyez les signes des temps !
    ~
    L’homme ne veut pas renoncer au feu de ses armes, il ne veut pas entendre son frère qui pleure. Il n’a pas peur des menaces, il n’a peur de rien et il croit agir pour Moi quand il enlève la vie à son frère. Les frères ennemis n’ont plus besoin de Me prier; ni dans les synagogues, ni dans les mosquées. Je ne les entends plus. Je ne regarde même plus leur cœur, car leur bouche est l’orifice d’un sac de poison, ils prient pour leur gloire et non pour obtenir Ma paix. Je ne les entends plus et le massacre continuera encore. A quoi servent leurs livres saints ? Ils ne me louent que du bout des lèvres.
    Mais voici que, pays par pays, vous serez plongés dans des catastrophes plus grandes les unes que les autres. Comme l’enfant qui plonge la main dans son sac de billes, vous attirerez une bille de couleur différente à chaque fois que le temps sortira capricieusement du sac les catastrophes en une suite continue de catastrophes qui transformeront en certains lieux la surface de la terre, et même les profondeurs. Ces bouleversements toucheront également les fonds marins et n’auront de cesse.
    Satan occupe déjà presque toute la surface de votre terre. Ne devenez pas son jouet. Hommes, femmes, enfants, vieillards, réveillez-vous. Vous êtes une harmonie de discorde qui tue tout : les plantes, les animaux, les minéraux. J’ai créé les règnes animal, végétal et minéral.
    Protégez la nature. Or vous continuez à creuser les routes à travers la nature, vous déplacez l’ordre des structures de Ma Terre et vous n’avez encore rien vu : cela commence par déranger l’ajustement de l’écorce terrestre qui se plaint.
    Dieu n’a rien laissé au hasard, et vous êtes en train de casser les bases, les fondements. Et vous vous étonnerez lorsque l’eau disparaîtra ? Les réservoirs de votre terre gémissent déjà d’épouvante contre la désinvolture de l’homme inconscient qui ne cherche qu’à s’enrichir au détriment de tous Mes enfants.
    Creusez, creusez, creusez, à quoi servira votre pétrole, richesse qui s’évapore comme rosée au soleil, à quoi serviront vos ponts, vos routes, vos constructions monumentales ?
    Vos tours tomberont les unes après les autres, comme ces monts que vous ravagez à leur base. Vos souterrains s’enfonceront de plus en plus sous terre, les voies de communications ne seront bientôt plus que de funestes taupinières qui seront des pièges pour les enfants confiants en l’ingéniosité de l’homme supérieur.
    Et Moi, je vous le dis en vérité, les temps que vous vivez sont déjà terminés. Comme la lumière des étoiles déjà mortes vous parvient encore après bien des années, ce temps que vous vivez, Dieu l’a déjà clos dans son Ciel de Gloire où tout est au présent, le Présent éternel de Dieu.
    Voici votre dernière espérance : convertissez-vous, il vous reste peu de temps. Car voici vos derniers jours, comme avant le Déluge, comme avant l’extermination de Sodome et Gomorrhe.
    Alors je dirai aux montagnes : aplanissez-vous, et aux océans : prenez vos places, mangez ce qui émerge de vos surfaces et étendez-vous sur les rivages qui vous ont retenus prisonniers jusqu’à ce jour.
    Alors, comme toute chose qui se déplace produit un remous, et à cause de sa rapidité, il y aura aussi des vents violents, très chauds ou très froids, selon les régions qui seront touchées. Cette inversion du relief géographique était prévue pour plus tard, mais l’homme continue à ne pas respecter Dieu dans toutes ses oeuvres. Il est temps d’arrêter vos machinations infernales, croyant que l’homme peut rivaliser avec Dieu en créant de lui-même une création plus que parfaite et sans âme. Vous en êtes arrivés là !
    Alors Je viens pour vous démontrer qu’il n’y a qu’un seul Dieu, le créateur des Cieux et de la Terre, Créateur de tout l’Univers visible et invisible, Créateur de vous-mêmes, hommes de science sataniques, vous M’obligez à agir vite et à crier : C’est assez ! Malheur à celui qui a mis le doigt dans l’engrenage de Ma Création !
    Avant, Je changerai l’opulence des uns : ils s’habilleront de sacs, et J’habillerai la Pauvreté de mes propres vêtements. Qui croyez-vous tromper ? Je connais vos cœurs. Vous avez laissé pleurer devant vos portes ceux qui mendiaient votre pain et votre charité : ne pleurez pas sur ce que vous allez perdre, pleurez plutôt sur vos âmes qui se perdent déjà !

  3. Si pour le moment les évènements donnent torts aux futurologues de l’apocalypse avec un taux d’échec de 100 %, les dégradations de la biodivesité et l’épuisement des ressources ont augmenté de 100% et demain si nous ne trouvons pas une deuxième planète les futurologues de l’apocalypse auront raison à 200% car aujourd’hui nous vivons sur les ressources des générations futures depuis que nous avons dépassé les trois milliards.

  4. Vraisemblablement, il y a deux prophètes de l’apocalypse qui n’ont pas compris l’article. La première chose que vous devriez savoir, c’est que l’humanité n’a jamais évolué quand les prophètes prêchaient la peur et la fatalité. Au contraire, ce sont les gens qui agissent et qui ont foi en l’avenir qui trouvent les solutions et font avancer les civilisations. Ensuite, les futurologues n’ont pas prévu la découverte de la pénicilline, la révolution industrielle, la révolution verte, l’invention du transistor, la découverte de la photoélectricité… je ne vois pas pourquoi ils prévoiraient la fin du monde. Enfin, il est évident qu’un jour ou l’autre nous seront confrontés à l’épuisement de certaines ressources naturelles… Mais nous serons aussi confrontés à d’autres découvertes qui feront avancer l’humanité d’une façon inimaginable à l’heure actuelle.

  5. Elgrably-Lévy se surpasse une nouvelle fois dans une très belle analyse créationniste dont elle seule à le secret.

    « En 1971, le Club de Rome connaissait son heure de gloire alors qu’il prétendait que des pénuries de toutes sortes apparaîtraient d’ici 1990″

    Quid du milliard de personnes souffrant de la famine au jour d’aujourd’hui?

  6. Mise en équation avec l’accroissement de la richesse mondiale depuis 1971, si ce n’est depuis 1945, ce milliard reste proportionnellement une aberration.

    Rien à voir avec quelque conception malthusienne sur le sujet. La production alimentaire mondiale pouvant aisément à l’heure actuelle, nourrir 12 milliards d’individus.

    1. Les famines actuelles, comme les famines passées, sont toujours les conséquences de décisions politiques. La famine ne concerne plus que 1/7e de la population mondiale parce que la majeure partie des individus a pu échapper aux despotes collectivistes les plus meurtriers. Mais il y a encore beaucoup de progrès à réaliser.

      Grâce aux OGM et aux nouvelle méthodes de production agricole, il sera possible de nourrir 70 milliards d’individus et beaucoup plus encore. Pas d’inquiétude à avoir à ce sujet.

  7. -Le problème de la famine n’est pas tant actuellement un problème de ressources qu’un problème de répartition des ressources. Je ne dis pas que la manière dont sont produite ces ressources soit idéale. Elle montre en tout cas aujourd’hui ses limites et ses effets contre-productifs.

    -La révolution verte à pu faire face à la famine les quelques première années de sa mise en place, mais à très vite montré ses limites: fragilisation des individus liés aux crédits, exode rural, expropriation, disparitions de la diversité alimentaires, diminution des reserves en eau, appauvrissement des sols, pollutions etc, et à moyen terme ralentissement de la production.

    -Le club de Rome pointait justement déjà à l’époque ces effets pervers. En pointant simplement que la surproduction en générale, quelle soit alimentaire ou industrielle n’est pas sans impact sur l’environnement et les individus.
    Je dirais qu’ils étaient plutôt visionnaires en fait….

  8. bla bla bla
    La chine n’a jamais autant importé de denrée agricole: 52,17 milliards de dollars en 2009 et achète à tour de bras des terres agricoles à l’étranger au détriment des populations locales… Elle peut le faire uniquement parce qu’elle en a les moyens « financiers » .

    200 à 300 millions d’indiens souffrent de la famine actuellement.

  9. Sur la famine, il est tout simplement faux de dire qu’une personne sur 7 en souffre dans le monde. Il y a de 900 millions à environ 1 milliard de personnes qui souffrent de carences alimentaires, une partie d’entre elles de disettes ponctuelles, et quelques millions peuvent connaître chaque année des situations de famines (comme dans la corne orientale de l’Afrique ces derniers mois).C’est suffisamment pénible pour ne pas avoir à en rajouter.
    Si un milliard de personnes étaient en situation de famine comme le proclame un commentaire, il n’y aurait pas 60 millions de morts par an, mais 10 à 15 fois plus.
    Hormis quelques pays d’Afrique,entre autres ravagés par le SIDA, l’espérance de vie a augmenté presque partout dans le monde au cours des dernières décennies. Malgré la croissance démographique considérable, il est pratiquement sûr que les proportions de ceux qui ont faim_au moins périodiquement et de ceux qui mangent à leur faim en l’espace de deux siècles. C’est la meilleure preuve de la faillite des idées malthusiennes, et des peurs millénaires de la multitude. Des gens qui ont intérêt, non pas à résoudre les problèmes grâce au progrès social et économique, à l’innovation, mais à entretenir le fatalisme, et à maintenir des pénuries artificielles. Pour preuve, les mêmes qui nous alertent sur le « pic pétrolier » sont les plus farouches opposants à l’exploitation des gaz de schiste , qui permettraient de contourner l’hypothétique pic pétrolier .L’humanité progressera encore sans doute longtemps,pour peu qu’elle ne se laisse pas fagocyter par les marcahnds de peur et les rentiers.

  10. « il est pratiquement sûr que les proportions de ceux qui ont faim_au moins périodiquement et de ceux qui mangent à leur faim en l’espace de deux siècles »
    je voulais dire que les proportions se sont inversées.

  11. booshead : « La chine n’a jamais autant importé de denrée agricole: 52,17 milliards de dollars en 2009 et achète à tour de bras des terres agricoles à l’étranger au détriment des populations locales… »
    ————————
    Les Etats-Unis importent pour plus de 100 milliards $/an de denrées agricoles, la France (pourtant, un des premiers exportateurs agricoles mondiaux) à elle seule en importe pour plus de 50 milliards$/an, et alors, qu’est ce que ça prouve ?

    Quant à l’historie de « la Chine qui achète à tour de bras des terres agricoles » (on ne sait pas où, ni de combien, ni à qui, ni par qui, ni la forme du contrat, ni pour planter quoi, en quelle quantité…), c’est du grand n’importe quoi, comme dab, avec les catastrophistes. Mais merci quand même pour ta tentative d’enfumage.

    20/20 pour booshead en poncifs, 0/20 en logique, 0/20 en analyse des faits (TOUS les faits, pas juste ceux qui l’arragent).
    A réorienter d’urgence en CAP menuiserie.

  12. « Les Etats-Unis importent pour plus de 100 milliards $/an de denrées agricoles, la France (pourtant, un des premiers exportateurs agricoles mondiaux) à elle seule en importe pour plus de 50 milliards$/an, et alors, qu’est ce que ça prouve ? »

    Qu’un américain consomme plus qu’un chinois, qu’un chinois moins qu’un européen. Même s’ils en prennent le chemin.

    « Quant à l’historie de « la Chine qui achète à tour de bras des terres agricoles »…. Mais merci quand même pour ta tentative d’enfumage. »

    Oui c’est comme le 11 septembre, ça n’existe pas ou bien c’est un complot écologiste…

  13. @booshead :
    On vous pose des questions précises quant à « la Chine qui achète à tour de bras des terres agricoles » :
    on ne sait pas où, ni de combien, ni à qui, ni par qui, ni la forme du contrat, ni pour planter quoi, en quelle quantité, tout ce que vous trouvez à répondre, c’est , »Oui c’est comme le 11 septembre, ça n’existe pas ou bien c’est un complot écologiste… » , en fait vous n’en savez strictement rien et vous vous en sortez par une tirade complètement débile….

    Cela dit je souscris à la politique de modération de Contrepoints, je suis d’accord sur le fait que même les idiots du village antimondialiste ont le droit à la parole..

  14. @Nasty anton

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010/03/11/015-terres-arables-vente.shtml

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2009/11/16/04016-20091116ARTFIG00355-le-grand-monopoly-mondial-des-terres-agricoles-.php

    http://toutsurlachine.blogspot.com/2009/09/la-chine-lassaut-des-terres-agricoles.html

    … etc etc.
    Je pense ma tirade au moins être aussi étayée que l’article si dessus… Après, que cela vous énerve au point d’être à la lisière de l’insulte ne plaide pas en votre faveur, qui plus est quand on voit l’archaïsme de la plupart des théories voir des doctrines défendues par Contrepoints.
    Pour finir je suis loin d’être « antimondialiste », mais votre remarque à au moins eu le mérite de me faire sourire.

    1. booshead,
      Les liens que tu colles ne confirment en rien tes affirmations sensationnalistes à deux balles sur la Chine, tout comme ton histoire d’importations agricoles chinoises. Il ne suffit pas de répéter comme un perroquet des anecdotes et des chiffres pour faire des conclusions sorties du chapeau, il faut les placer dans leur contexte. Pour l’instant, tu n’as rien fait de tel.

      Si tu l’avais fait, en comparant par ex. les chiffres d’importations alimentaires de la Chine avec les autres grands pays, Japon, USA, France, tu aurais vu que tes arguments relèvent de brèves de comptoir. De même, si tu avais pris la peine de comparer ce que font les Chinois aux CA de quelques grandes multinationales de l’agri-business qui achètent et exploitent les terres agricoles mondiales depuis des lustres comme Chiquita (les fameuses républiques bananières, ça te parle, ça ne date pa d’aujourd’hui ?), Contigroup, ou même nos Poulailles de Loué, tu aurais vu qu’accuser la Chine de « faire main-basse » sur les terres mondiales (en plus « au détriment des populations locales », un bobard sorti de ton chapeau) est non seulement mensonger, c’est grotesque.

      Mais bon, un malthusien qui ment et qui exagère, quelle surprise !

      1. Facile de pratiquer le déni à tout craint. Me qualifier de malhusien alors que je disais plus haut que la planète pouvait nourrir aisément 12 milliards d’individus me laisse à penser que tes oeillères de libéral intégriste torpillent toute discussion.
        Après les faits sont là, avec 10% de terre agricole exploitable, la chine est contrainte d’importer ou d’exploiter à l’étranger.

        1. booshead,

          Quel déni ?? Je te demandais des arguments factuels sur ce que tu affirmes, notamment sur « la Chine fait main basse sur les terres mondiales, au détriment des populations locales ». Tu n’as rien montré du tout, aucune stat, aucune mise en contexte, aucune réf. historique, nada. En guise de diversion, tu colles des liens sur de vagues anecdotes ou qui disent tout le contraire de ce que tu affirmais, comme le fait que les investisseurs de tous pays achètent des terres agricoles (tu parles d’un scoop) et non pas juste la Chine qui compte pour que dalle. Avec tes brèves de comptoir, on peut démontrer que les Martiens ont débarqué sur Terre ou que la pénicilline guérit le cancer.

          Et les chiffres que tu sors du chapeau montrent bien que tu n’as pas la moindre idée de ce que tu racontes. D’abord tu n’en sais si c’est « 12 milliards » ou 27 milliards ou 45,7 milliards, tu te contentes d’affirmer gratuitement. Ensuite, ça ne veut rien dire « 10% de terre exploitable ». La terre est exploitée ou non suivant le niveau technologique, le capital et les ressources en hommes et non suivant un pourcentage sorti du chapeau. Le Sud de l’Espagne est le potager de l’Europe alors qu’il y a trente ans, c’était une mega friche stérile, les flancs de montage dans le Yuannan sont transformé en terrasses rizicoles depuis des millénaires alors que ça ne produirait rien ailleurs, on produit même du blé dan le désert en Egypte ou en Israel…
          Bref, la notion de « terre exploitable », si elle devait signifier quelque chose, est une notion ***économique*** et non physique ou biologique, donc dépendante du système socio-économique et non de « contraintes » sorties de ton chapeau mais que tu décrètes en loi immuable.

          Pas la peine de faire de ta futurologie à 2 balles, il suffit de comparer production agricole, rendement et densité démographique de la Chine à ceux des Pays-bas, du Japon, de la Suisse, la Corée du Sud ou même de l’Allemagne (ah oui, ça te défrise hein)… pays bien plus densément « peuplés » et pourtant bien plus prospères, now, pour se rendre compte que tes poncifs sur la Chine, c’est du vent ! Mais évidemment, tu ne l’as pas fait, tu te contentes de faire le perroquet de la propagande médiatique du péril jaune et en plus, tu accuses les autres de porter des oeillères, non mais quel culot.

          C’est ça le problème des imbéciles, ils n’ont que des certitudes et ils sont convaincus qu’ils savent prédire l’avenir.

  15. C’est ça Mia frye, je te laisse à ta propagande qui, fort heureusement n’intéresse qu’une poignée d’allumés dans ton genre, on en reparlera quand on pratiquera la culture en terrasse sur les contreforts hymalayens.
    ciao

  16. Argumentation:

    Conclusion: même si les ressources sont limitées, nous survivrons.
    Prémisse: nous survivrons parce que nous sommes créatifs.
    Implicite: la créativité nous permettra sans doute de transformer nos ressources au lieu de les dépenser.

    C’est de la théorie, dans les faits ça ne donne pas plus de garantie. M’en remettre à des intérêts privés en ayant recours à la possibilité vague que quelqu’un aura une bonne idée, c’est m’en demander un peu trop.

    Madame Elgrably critique les « prophètes de malheur » et s’en remet à la pensée magique… Ça nous fait une belle jambe.

    C’est pas sérieux cette femme là. Est-ce que c’est juste moi ou les voix de la droite sont plutôt fragiles? Il doit bien y avoir quelqu’unE qui a un argumentaire intelligent quelque part.

    1. PhilippeMurrayRothbard

      En fait ce qui est décrit dans l’article est constamment réalisé. L’inventivité n’attend pas. Rien de « magique » là dedans, juste un phénomène social naturel.

    2. fred : « C’est de la théorie, dans les faits ça ne donne pas plus de garantie. M’en remettre à des intérêts privés en ayant recours à la possibilité vague que quelqu’un aura une bonne idée, c’est m’en demander un peu trop. »
      ———————
      Ce qui relève de la théorie et de la « possibilité vague », c’est l’hypothétique catastrophe due à un hypothétique manque de ressource prédits depuis des lustres par les malthusiens et toujours, systématiquement et irréfutablement démentis (pouvez-vous citez une prédiction malthusienne, UNE SEULE, qui se serait réalisée ?).
      Ce qui relève des faits, massifs et incontestables, c’est que les ressource n’ont jamais été aussi abondantes et sont toujours plus nombreuses et diversifiées. La preuve, pouvez-vous citer une ressource, UNE SEULE, dont les réserves auraient baissé, une seule époque, UNE SEULE, où le nombre de ressources différentes aurait diminué ???

      En clair, vous inversez théorie et faits, pas étonnant que vous maintenez une logique tordue. Arrêtez de marcher sur la tête, vous verrez, tout deviendra logique.

  17. Oh, nous ne vivons pas dans le même monde… En tout cas, un de nous deux vit dans le déni.

    Mais admettons que je me prête à votre jeu là. Faisons une petite expérience de pensée et imaginons un monde où les ressources seraient illimitées et abondantes et où notre survie serait quand même menacée (peut-être parce que nous n’arrivons pas à transformer assez rapidement les ressources à notre disposition… par la technologie ou autre fonction créatrice). Sans tenir compte de l’impact qu’une telle abondance aurait sur l’économie, est-ce que l’abondance implique nécessairement que quelqu’un aurait une bonne idée qui nous permettrait d’assurer notre survie?

    La réponse c’est non. Même dans un monde aux ressources illimitées, rien n’indique que l’innovation humaine fera une apparition surprise qui pourrait nous sauver.

    Si vous penser le contraire, alors vous croyez à la pensée magique. C’est tout.

    Elgrably, grand bien lui fasse, croit à la pensée magique.

    1. Personne ne prétend que les ressources sont illimitées, mais que cette limitation n’a pas d’importance. La pensée magique, c’est croire que l’on puisse gérer les ressources, limitées ou non, de façon centralisée et, ce faisant, se passer du marché libre.

    2. fred : « La réponse c’est non.  »
      —————————
      la réponse, ce n’est pas « non », c’est : ni toi, ni personne, n’en sait rien du tout. Ton exercice revient à demander à un savant du 19e siècle si on peut tirer de l’énergie d’un tas de poussière jaune, ce n’est pas seulement vain, c’est stupide.

      Donc on ne te demande pas de faire de la futurologie à deux balles avec tes expériences de pensées bidon où tu sais déjà par avance la réponse (tu parles d’une démarche scientifique !), on te demande de prouver que la théorie malthusienne serait mieux qu’une simple spéculation, donc de citer UNE SEULE prédiction malthusienne qui se serait réalisée et UN SEUL exemple de ressources dont on ne saurait se passer dont les réserves aurait diminué.

      Si tu ne trouves rien, nada pour confirmer ta théorie depuis le temps qu’elle court, alors même que le listing des prédictions malthusiennes foireuses est long comme un dimanche sans pain, c’est peut-être tout simplement parce qu’elle vaut que dalle ! Et ce n’est pas tes pathétiques diversions qui rendront vraie une théorie archi-fausse. Tu as beau habillé et maquillé un cochon comme une princesse, ça restera un cochon.

  18. Ça je veux bien, mais ce n’est pas la même chose que d’impliquer que l’innovation va toujours opérer dans le sens qu’on veut. Ce n’est pas parce que dans les derniers 200 ans on a eu l’impression que l’innovation nous permettait de transformer la ressource qu’elle sera toujours en mesure de le faire dans 100…

    1. L’innovation va opérer dans le sens que personne, absolument personne, ne peut anticiper aujourd’hui. La liberté, le marché, la concurrence, le capital privé, permettent à l’innovation de produire ses fruits. Au contraire, le collectivisme étouffe l’innovation. En la matière, le comble de l’absurde est atteint avec le principe de précaution constitutionnalisé en France. Elgrably ne dit rien d’autre. Elle a raison.

  19. Woa, un peu de gestion de la colère mon vieux.

    Je n’ai jamais dit que Malthus avait raison. Je dis que Elgrably fait presque un saut quantique lorsqu’elle soutient qu’on peut utiliser la ressources autant qu’on veut parce que nous sommes 7 milliards de cerveaux « innovant » (l’entrepreneuriat pourrait être un phénomène ponctuel, la ressource essentielle pourrait être consommées plus rapidement qu’on ne la transforme et la population de sophistes enragés dans ton genre pourrait soudainement se décupler… ce qui limiterait fortement nos possibilités). À ton attitude franchement détestables (et assez peu informée me semble-t-il), je réponds un principe de précaution tout ce qu’il y a de plus simple. Oh, et d’ailleurs, tu peux bien allumer des lampions et te coucher sur l’autel Elgrably, ça ne lui donnera pas plus raison.

    1. « l’entrepreneuriat pourrait, la ressource essentielle pourrait, la population pourrait, ce qui limiterait »… bravo pour « l’argumentaire intelligent » à la fred.
      Si les cochons avaient des ailes, ils pourraient voler, si on te faisait une greffe de neurones, tu pourrais réfléchir.

  20. De toute évidence, tu ne fais pas la différence entre une argumentation (qui « pourrait » être fausse, ça c’est vrai, mais tu es incapable de le démontrer… il y a un commentaire qui a souligné le mouvement destructeur-créateur du capitalisme, ça ça commence à être de la discussion) et l’usage du conditionnel. Tu semble croire que l’attaque à la personne peut démontrer quelque chose, tes commentaires montrent que tu as acheté un dogme et que tu en présupposes la vérité (alors que j’utilise beaucoup le conditionnel justement). Bref, t’es une autre saleté d’aprioriste comme tous les gogauchistes fatiguants qui passent tout le monde devant le tribunal de la vertu.

    Bref, t’es une teigne.

    1. Tout ça c’est très gentil mais si ton discours se limite à « ok les malthusiens ont certes toujours eu tort mais ça ne veut pas dire qu’un jour ils n’auront pas raison », ce n’est pas que c’est faux mais disons que ça n’apporte pas grand chose d’intéressant au débat (après tout, la Terre n’est jamais entrée en collision avec le soleil mais rien ne dit que ça ne pourra pas se produire dans quelques décennies). Ne t’étonne pas de recevoir un accueil aussi mitigé en retour, on a peut-être mieux à faire que de philosopher sur du vent.