Arabie Saoudite : les femmes réclament le droit de… conduire

Publié Par Nadine Abdallah, le dans International, Moyen Orient

La « campagne du Iqal » entend remettre de l’ordre en Arabie Saoudite. Le iqal est le cordon qui permet d’attacher le couvre-chef des hommes. Il devra servir à frapper les femmes qui oseront braver un interdit du Royaume. Cette campagne entend en effet répondre virilement à la « manifestation » prévue le 17 juin, lancée par Manal al-Sharif, saoudienne de 32 ans, consultante en informatique et d’autres saoudiennes pour avoir simplement le droit de… conduire. Car conduire pour une femme est un acte criminel en Arabie Saoudite.

Arabie SaouditeLa page Facebook créée par Manal et d’autres saoudiennes a été bloquée par les autorités du Royaume. Elles revendiquent simplement l’un de leurs droits « les plus élémentaires » : conduire, ce qu’elles comptent faire donc ce 17 juin, à tire individuel. Ces femmes possèdent un permis étranger et connaissent bien sûr le Code de la route. Une « manifestation » on ne peut plus pacifique, qui n’a rien de violent et d’anti-gouvernemental (comme en Tunisie ou en Égypte).

Manal elle-même a été arrêtée le 21 mai suite à la vidéo postée sur Youtube dans laquelle on la voit au volant d’une voiture, filmée par sa passagère, l’écrivaine et féministe Wajeha al-Huwaider. Relâchée après quelques heures, la police de la promotion de la vertu et de la prévention des vices l’a fait à nouveau arrêter le lendemain matin aux aurores à son domicile. Elle devait être relâchée le 26 mai, mais une détention de dix jours supplémentaires a été prononcée.

Si la loi saoudienne n’est pas explicite sur le sujet, l’interdiction semble être de nature religieuse, une fatwa ayant été prononcée. Ce qui permet à certains d’expliquer que l’Islam interdit la conduite des femmes. Soutenir que le Coran ait prévu la conduite des automobiles avec 14 siècles d’avance prête évidemment à sourire. Ni le Coran ni la sunna n’interdisent aux femmes de conduire. En outre, si l’on tient à rentrer dans ce jeu herméneutique, les femmes à l’époque du Prophète ne montaient-elle pas à cheval ? Certaines d’entre elles combattaient même aux côtés du Prophète comme Nassiba bint Kaab. Le cheval n’était-il pas l’automobile de l’époque ?

Un autre argument avancé par les hommes opposés à la conduite des femmes consiste à expliquer que des femmes libres au volant vont augmenter les flirts, et le harcèlement sexuel. En Arabie saoudite, selon une certaine interprétation de l’Islam, la proximité des femmes avec des hommes étrangers à la famille est prohibée, et de ce point du vue, la femme ne peut se déplacer en voyage en compagnie d’hommes étrangers à la famille : elle doit être accompagnée d’un mahram (son père, son frère, son fils…). Or, de manière ironique, c’est bien parce que les femmes ne peuvent pas conduire qu’elles sont aujourd’hui forcées de faire appel à des chauffeurs ou à des taximan, qui sont des « étrangers » : l’interdiction va donc à l’encontre de l’Islam prôné en Arabie saoudite, ce qui constitue une incohérence.

Au-delà de ces pseudo-arguments fondés sur une interprétation alambiquée de la religion dans le seul but de se transformer en argument d’autorité, le problème plus profond est que l’Arabie saoudite est un pays qui ne respecte pas les droits individuels et qui ne connaît pas l’état de droit. Non seulement les droits de certaines minorités religieuses sont bafoués mais aussi ceux de la minorité la plus importante : les femmes.

Malheureusement, du fait de son pétrole, le Royaume a pu s’enrichir facilement sans avoir à adopter des institutions économiques et politiques libérales : une forme de malédiction des ressources. Malédiction d’autant plus problématique que le pays reçoit le soutien inconditionnel de l’Occident, qui montre là les limites de ses « grands principes » (droits de l’homme, liberté, démocratie, etc.), qui ne valent plus grand chose quand la géopolitique entre en scène.

En occident même, l’affaire DSK a largement affaibli une certaine forme de machisme. Éspérons que des voix de la raison, suite à la pétition lancée par des intellectuels, mais aussi – pourquoi pas ? – par le biais de réactions possibles de femmes de pouvoir influentes comme Hilary Clinton ou Angela Merkel, fassent-elles taire le machisme institutionnalisé du Royaume saoudien, fondé sur une instrumentalisation de la religion.

—-
Article repris d’Un Monde Libre avec l’aimable autorisation du site.

Laisser un commentaire

  1. Quand on voit comment l’Occident a instauré un embargo autour de l’Afrique du Sud pour apartheid, et qu’il est incapable d’instaurer le même embargo autour de l’Arabie Séoudite pour un apartheid, sexuel celui-là, on se dit que :
    1/ la valeur que l’Occident donne aux femmes est bien basse
    2/ les beaux sentiments anti-racistes et les cris d’orfraie que poussent nos bien-pensants dès qu’un mot « dérape » sont une belle hypocrisie de nos humanistes de salon.
    Tout cela est bien écœurant et n’est pas à porter à l’actif de notre classe dirigeante.
    Bravo à ces femmes : elles en plus que les hommes …..

    1. On ne doit pas vivre dans le même occident pour que vous ayez l’impression que « la valeur que l’Occident donne aux femmes est bien basse »… Vous avez apparemment des exigences quasiment indécentes (il vous faudrait quoi de plus ???)