Le paquet législatif pour le pouvoir d’achat oublie l’industrie

Allons-nous, à présent, nous mettre en ordre de marche pour gagner la bataille de la réindustrialisation de notre pays ? La déclaration de politique générale d’Élisabeth Borne à l’Assemblée nationale montre que nous en sommes très loin.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo by C D-X on Unsplash - https://unsplash.com/s/photos/industry

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le paquet législatif pour le pouvoir d’achat oublie l’industrie

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 août 2022
- A +

Notre Première ministre Élizabeth Borne, vient de faire, à l’Assemblée nationale, son discours de politique générale, et elle a dévoilé quelles sont ses priorités : le pouvoir d’achat, le travail, l’urgence environnementale, l’égalité des chances, et les difficultés du secteur de la santé, soit cinq, au total.

 

Le gouvernement a donc préparé « un paquet de mesures de 20 milliards d’euros » censé atténuer les effets de l’inflation. Ce projet de loi sera soumis au Parlement le 18 juillet prochain, et il comportera deux textes : un projet de loi de finances rectificative (PLFR), et un projet de loi ordinaire portant mesures d’urgence.

Le journal Les Échos du 7 juillet 2022 nous rappelle que ce sont 47 milliards d’euros qui auront été dépensés par l’État depuis 2021 pour faire face aux effets de l’inflation, en comptant les 4 milliards débloqués pour les entreprises et les 5 milliards déboursés dans l’urgence en 2021 pour faire face aux premières hausses de prix. Le problème du pouvoir d’achat est donc bien au cœur des préoccupations du gouvernement car c’est le sujet d’inquiétude qui vient en tête dans les sondages : certes la pression populaire est là, mais le pouvoir politique doit-il céder ?

 

L’ouvrage du directeur général de la BPI, Nicolas Dufourcq, qui vient de paraître chez Odile Jacob, intitulé La désindustrialisation de la France 1995-2015 vient à point nommé pour nous révéler où sont les problèmes essentiels à résoudre. Il rappelle au gouvernement que la priorité n’est pas d’augmenter le pouvoir d’achat des Français, ce qu’il va faire en recourant une fois de plus à l’emprunt, mais de réindustrialiser notre pays. Car c’est seulement en créant de la richesse que le niveau de vie de la population pourra durablement être amélioré.

Dans cet ouvrage Louis Gallois dont les propos sont placés en épilogue de l’ouvrage nous dit que « la réindustrialisation est une priorité nationale ». Il estime que pour y parvenir, « un portage politique fort est indispensable ». Et, louant les vertus des Coréens dont il dit que « Ce sont des gens qui savent se mettre en ordre de bataille » il estime qu’« une planification à la coréenne » va être nécessaire. Il n’y a pas de meilleur expert que ce sage dont le curriculum vitae est impressionnant.

Le problème est donc de savoir si nous allons savoir nous mettre en ordre de bataille. Avec la déclaration de politique générale de la Première ministre, on voit qu’il n’en est rien : une fois de plus, nous n’allons pas aller à l’essentiel. Le problème de la réindustrialisation du pays ne se trouve nullement dans les priorités du gouvernement et cela est particulièrement inquiétant.

En effet, l’industrie joue un rôle clé dans la création de richesse, et ce phénomène est aisé à mettre en évidence en examinant la relation existant, dans différents pays, entre leur production industrielle et le PIB par tête des habitants.

C’est ce que montre le graphique ci-dessous où il est pris en abscisses, pour variable explicative, la production industrielle des pays calculée par habitant, et en ordonnées les PIB/capita de ces pays. Pour ce qui est de la production industrielle, il s’agit des données de la BIRD qui incluent la construction dans l’industrie, les productions industrielles étant ici mesurées en valeur ajoutée selon les données des comptabilités nationales des pays. Et les PIB/capita sont ceux fournis, également, par la Banque mondiale.

 

    Graphique corrélation production industrielle par habitant et PIB/capita

 

Avec une production industrielle faible de 6432 dollars par habitant la France dispose d’un PIB/capita de seulement 39 030 dollars ; avec un ratio bien meilleur de 12 279 dollars l’Allemagne a un PIB/capita de 46 208 dollars ; la Suisse avec un chiffre record de 22 209 dollars en est à un PIB/capita de 87 097 dollars, le plus fort d’Europe.

En reconstituant notre secteur industriel qui devrait pour le moins représenter 18 % du PIB, l’économie française retrouverait tous ses grands équilibres :

  • faible taux de chômage,
  • balance commerciale à nouveau excédentaire,
  • prélèvements obligatoires revenus à un niveau normal car plus de dépenses sociales excessives,
  • endettement de la nation se réduisant d’année en année.

 

Louis Gallois regrette dans le diagnostic qu’il porte sur la crise de désindustrialisation qui a frappé notre pays que « la décision d’aller vers la marché unique (Acte unique) soit passée en douce» :

« Aucun débat n’a eu lieu ni au Parlement ni au gouvernement sur le démantèlement de l’essentiel de la réglementation économique française : nous nous sommes retrouvés à nu, sans préparation ».

Et il reproche aux syndicats d’avoir « privilégié le salaire plutôt que l’emploi », et aux médias de ne pas avoir contribué à faire passer les messages nécessaires.

À présent, allons-nous savoir nous mettre en ordre de marche pour gagner la bataille de la réindustrialisation du pays ? La déclaration de politique générale d’Élisabeth Borne à l’Assemblée nationale montre que nous en sommes très loin. Le gouvernement n’est donc pas près de redresser l’économie du pays. En distribuant sans compter du pouvoir d’achat, comme il le fait, l’endettement va augmenter encore davantage, ce qui est particulièrement grave.

Nicolas Dufourcq énonce dans son prologue :

« Nous devons collectivement tirer les leçons de ce qui s’est passé, sinon nous échouerons à nouveau, cette fois sans recours ».

Article publié initialement le 12 juillet 2022.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Avatar
    The Real Franky Bee
    12 juillet 2022 at 10 h 02 min

    Tant que les vraies élites (i.e. ingénieurs, chercheurs, physiciens, biologistes, mathématiciens, etc.) continueront de partir tenter leur chance à l’étranger, la ré-industrialisation restera un beau concept marketing pour discours de haut-fonctionnaire en mal d’idées. Et quelque chose me dit que ce n’est pas près de changer. La France s’enfonce doucement, mais le syndrôme de la grenouille permet pour le moment de faire comme si tout allait bien.

    • S’ils partent tenter leur chance à l’étranger, c’est que la France ne leur en offre aucune. Et ça n’est pas une première ministre qui a préféré orienter sa carrière d’ingénieur vers les grands corps de l’Etat qui les fera revenir.

  • Je me demande juste comment un gouvernement supposé lucide peut espérer gouverner un peuple qui ne l’est pas.
    Promettre un meilleur pouvoir d’achat (qui ne peut émaner que d’une renaissance industrielle) à une population aliénée par cinquante ans de détestation des entrepreneurs, ingénieurs et « patrons » qui réussissent nécessite une bonne dose de duplicité: quelques petits cadeaux populistes montés en épingle et en même temps un regain de liberté d’entreprendre subtil et discret pour attirer et retenir ceux qui ont du talent.

    • « Je me demande juste comment un gouvernement supposé lucide »
      Votre « supposition » parait pour le moins HARDIE!
      Vous avez des preuves de la lucidité de nos gouvernants?
      ( un indice: les idéologies n’ont jamais rendu les gens lucides en quoi que ce soit!)

      • S’ils étaient vraiment lucides, ils accumuleraient les succès pour le pays, et ils n’auraient guère de mal à convaincre le peuple. Mais gouverner avec lucidité est dur, fatiguant, et ingrat dans un premier temps.

  • La désindustrialisation de la France était prévisible dès la signature du traité de Rome en 1957. Lire : « ils n’étaient pas tous d’accord, mais ils savaient tous… » … http://blog-conte.blogspot.com/2014/05/ils-netaient-pas-tous-daccord-mais-ils.html

  • Depuis quand les politiques veulent-t-ils ré-industrialiser la France? Ce n’est pas parce qu’ils le disent qu’ils le veulent.
    Mettre les gens au travail, c’est perdre les élections. Il n’y a qu’à voir la situation actuelle : il y a trop de sans emplois sans qualification et il n’y a personne pour travailler comme serveur ou plongiste dans la restauration !! Pourtant, pas besoin même d’avoir le bac pour ces jobs. Ah oui mais comme tout le monde a le bac, on va pas employer ces bacheliers analphabètes (Qu’est-ce que ça veut dire « ludique » Mame ?) pour des jobs qui ne nécessite pas le bac. Non. Vaut mieux faire venir des immigrés. Ces derniers paieront des impôts qui permettront à nos bacheliers analphabètes de rester au RSA.
    Le problème de la France est uniquement lié à l’éducation qui milite pour l’assistanat et non pour le travail.
    Quel salaud de patron va risquer son argent pour investir en France et être cloué au pilori des exploiteurs ? Pas moi en tout cas.

  • Dernièrement, j’ai acheté en pharmacie des autotest pour le Covid-19, c’était du made China, je me demande si les diplômes des gens qui sont aux pouvoirs seraient du made in china

    • Les temps où le made in china était bas de gamme sont révolus, nos dirigeants sont made in corps de l’Etat.

      • Exact! et comme le made in corps de l’Etat c’est du bac+quelque-chose, plus le
        « quelque-chose »est élevé, moins le produit est de qualité!

        • C’est surtout un choix personnel entre concevoir et construire, ou organiser et diriger. On en est toujours à la vieille blague : si vous demandez à un gadzart de vous construire un pont, le pont tiendra mais il ne saura pas vous expliquer brillamment pourquoi. Si vous demandez à un corpsard des Ponts, le pont s’écroule mais il sait parfaitement vous expliquer pourquoi.

          -1
  • La réindustrialisation de la France prendra du temps et plus encore si on ne s’y met pas maintenant.
    L’agenda d’Elisabeth Borne est tout autre, son horizon politique ne dépassant pas 2 ans.
    Elle préfère donc créer un poste d’ambassadeur à la cause LGBT plutôt que de s’attaquer à une montagne dont elle ne verra jamais le sommet.
    C’est tout le problème de la classe politique actuelle : leur vision est de plus en plus courte. Les problèmes de sécheresse que nous vivons actuellement en sont une parfaite illustration, dans un pays béni des dieux comme la France, il est inadmissible que nous manquions d’eau potable.

  • Au contraire, tout est fait pour desindustrialiser la France, en plus de la détestation des entrepreneurs et des bénéfices. quelques exemples parmi d’autres :
    – mise a bas depuis 20 ans de la filière nucléaire française (la Chine a 3 EPR en fonctionnement, on lui a donné les clés, maintenant elle les produit elle même et va sans doute les exporter)
    – fin des moteurs thermiques, avec la fermeture de toutes les petites entreprises qui fabriquaient des pieces de moteurs, et le réseau de réparateurs et garagistes qui allait avec, au profit de moteurs électriques et batteries chinoises (on attend toujours l’Airbus des batteries cher a Nono le ministre), personne n’a anticipé que pour produire des voitutes électriques, il fallait des batteries, et ne pas dépendre de l’Asie, rapellons nous que l’industrie des panneaux photovoltaiques a totalement fermé en Europe)
    – fin des chaudieres

  • Au contraire, tout est fait pour désindustrialiser la France, en plus de la détestation des entrepreneurs et des bénéfices. quelques exemples parmi d’autres :
    – mise a bas depuis 20 ans de la filière nucléaire française (la Chine a 3 EPR en fonctionnement, on lui a donné les clés, maintenant elle les produit elle même et va sans doute les exporter)
    – fin des moteurs thermiques, avec la fermeture de toutes les petites entreprises qui fabriquaient des pièces de moteurs, et le réseau de réparateurs et garagistes qui allait avec, au profit de moteurs électriques et batteries chinoises (on attend toujours l’Airbus des batteries cher a Nono le ministre), personne n’a anticipé que pour produire des voitures électriques, il fallait des batteries, et ne pas dépendre de l’Asie, rappelons nous que l’industrie des panneaux photovoltaïques a totalement fermé en Europe)
    – fin des chaudières a fuel avec les mêmes conséquences que pour le moteur thermique, au profit de pompes a chaleur toutes produites en Asie (les marques soit disant européennes se contentant de mettre leur étiquette sur des produits japonais ou coréens)
    – les turbines Alstom passées sous contrôle américain, donc nos réacteurs nucléaires aussi

  • Bien sûr la réindustrialisation. Mais sur l’échelle du temps, elle est quelque part entre la fin du mois et la fin du monde.
    Après les Gilets jaunes, quel gouvernement prendra le risque de ne pas faire les choses dans l’ordre ?

  • Avatar
    jacques lemiere
    11 août 2022 at 7 h 13 min

    Maintenir le pouvoir d’achat est sans doute une des idées les plus stupides qui soit, cela parait sympathique mais cela pose en fait que RIEN ne doit changer..
    donc…je veux mon steak de mammouth à 1 euro comme mon aieul!!!

    c’est en contradiction totale avec le constructivisme..environnemental ou sociétal!!!
    t

    c’est idiot. .le pouvoir d’achat est une conséquence des choix individuels et possibilités de consommation

    ce que veut la ministre est supprimer la liberté de choix..elle veut décider de ce que vous devez consommer..

    elle change allégrement le pouvoir d’achat!!!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le débat du 21 novembre sur LCI entre les trois candidats à la présidence des Républicains a été fort décevant.

Comme à son habitude, Éric Ciotti a joué la carte de la fermeté en défendant une droite « qui ne s’excuse plus d’être elle-même » ; Bruneau Retailleau s’est fait le partisan d’une droite « fière de ses valeurs avec une ligne claire sur le régalien et l’économie » ; Aurélien Pradié n’a rien trouvé de mieux que de vanter son expérience de maire et de pompier.

Dans son éditorial du journal Le Figaro des 26 et 27 novembre ... Poursuivre la lecture

Le vendredi, c’est traditionnellement poisson. Ce jour-ci, ce sera du Ordralfabétix, c’est-à-dire pourri, et par la tête comme il se doit.

La surprise est totale : on apprend par deux sources, Investigate et Disclose, que l’actuelle ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, est directement liée par des intérêts financiers et familiaux avec la seconde compagnie pétrolière en France, Perenco.

Apparemment, les trois enfants de la ministre – âgés de 5, 10, 13 ans en 2016 – et un de leurs cousins ont pris place à... Poursuivre la lecture

Librement inspiré par ce document (25 pages) :

« Le lithium (Li) : aspects géologiques, économiques et industriels »

Depuis le début des années 2010, le lithium, un métal blanc et léger jusque-là peu connu attise les convoitises. Sa notoriété nouvellement acquise provient du développement sans précédent des batteries, lié à la transition énergétique et à la mobilité « bas carbone ».

La France pourrait devenir le plus grand producteur de lithium en Europe en 2027.

 

Pourquoi cette ruée vers ce nouvel « or b... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles