Quand le western devient gay

Genre éminemment viril, où les amitiés masculines tiennent une place importante, le western serait-il gay-friendly ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le trio masculin dans The Outlaw (1943) Wikimedia Commons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand le western devient gay

Publié le 31 juillet 2022
- A +

Genre éminemment viril, où les amitiés masculines tiennent une place importante, le western serait-il gay-friendly ?

Le triomphe commercial et critique de Brockeback Mountain de Ang Leee en 2005 avait remis sur le tapis cette vieille question. À l’occasion de la cérémonie des Oscars 2006, un petit montage vidéo illustrait combien il était facile de détourner des plans de western pour leur donner un sens très gay.

Ainsi, comment interpréter cette fameuse séquence de Red River (Howard Hawks, 1948) où deux jeunes cow-boys (Montgomery Clift et John Ireland) comparent leurs armes respectives ? Doit-on voir une imagerie gay dans cette scène où le charmant Robert Wagner, torse nu, est sauvagement fouetté (The True Story of Jesse James, Nicholas Ray ) ? On pourrait ainsi multiplier les exemples. Faut-il pour autant décrypter un sous-texte homo-érotique dans tout western ?

 

Un jeune homme et un homme mûr

Prenons, par exemple, une situation classique de western, la relation entre un jeune homme et un homme mûr qui contribue à son éducation. Robert Mitchum et Robert Walker Jr dans Young Billy Young (Burt Kennedy, 1969), ou bien Eastwood et Sam Bottoms dans la première partie de Josey Wales (1976), entretiennent avant tout une relation de type père/fils. Rien de gay a priori.

La dimension filiale est même parfois explicitée dans certains scénarios. Dans Westbound (Budd Boetticher, 1959), le capitaine John Hayes (Randolph Scott) s’occupe du jeune Rod Miller (Michael Dante), revenu manchot de la guerre civile.

Le jeune et innocent Tod Lohman (Don Murray), protagoniste de Manhunt (Henry Hathaway, 1958), est à la recherche de son père qui a abandonné sa famille alors qu’il n’était qu’un enfant. Il ne trouvera qu’une tombe dans une mission mais entretemps, il aura fait la connaissance d’un père de substitution, Bradley (Chill Wills) père de six filles et souhaitant un fils.

 

L’amitié, c’est gay, c’est triste

À quel moment franchit-on la frontière pour aborder des rivages plus troubles ? Est-ce dans Run for Cover (À l’ombre des potences, Nicholas Ray, 1955) où l’affection de Matt (James Cagney) pour Davey (John Derek) joli garçon devenu infirme s’explique mal ? Bien que le jeune homme apparaisse clairement comme un bon à rien, le rude cow-boy est résolu à le prendre sous son aile protectrice. Cela ne donnera rien de bon et se terminera mal pour ce garçon dépourvu de sens moral.

En effet, l’ambiguïté n’est jamais loin.

Le rude Kelly (Clint Walker) s’intéresse ainsi au tendre Ase Harper (Edd Byrnes). Cet orphelin ne sait ni harnacher une mule, ni monter correctement à cheval, ni faire la cuisine (Yellowstone Kelly, Le Géant du Grand Nord, Gordon Douglas, 1959). Les deux hommes, torse nu, n’arrivent pas à dormir dans la cabane de Kelly. Surtout le jeune homme, frappé d’une flèche, meurt dans les bras du rude chasseur en l’adjurant de ne pas rester seul.

 

Des amitiés très particulières

Brockeback Mountain, faux western mais vrai mélo sentimental gay, évoquait un amour entre deux hommes. Dans le western traditionnel, il ne saurait en être question mais certaines amitiés westerniennes apparaissent cependant comme très particulières.

Comment expliquer la vive affection qu’éprouve Marsh (John Forsythe, excellent), vaillant officier sudiste, pour le jeune Bailey (John Lupton), d’une déplorable couardise ? Le garçon, guère viril, est aussi joli que poète, notons-le (Escape from Fort Bravo, 1953). Marsh l’aime comme un frère, bien sûr, nous assure-t-il. Cet excellent western de John Sturges se déroule dans un camp de prisonniers menacé par les Mescaleros.

Trahi par son amoureuse (Eleanor Parker), qui lui préfère son rival nordiste (William Holden), Marsh semble s’en consoler facilement. Il meurt même le sourire aux lèvres. Il a pu en effet revoir avant de rendre le dernier soupir le visage du jeune homme qu’il aime comme un « frère ». Ce dernier, au lieu de fuir, était allé chercher le secours providentiel.

On retrouve ce type de relation ambiguë dans The Law and Jake Wade du même réalisateur (Le Trésor du pendu, 1958). Clint (Richard Widmark) et Jake (Robert Taylor) sont d’anciens complices qui après avoir combattu pour la Confédération ont sombré dans le banditisme après la guerre. Au temps de leurs exploits de hors la loi, ils rêvaient d’aller ensemble dans les Alpes suisses. Jake a cependant abandonné Clint et s’est fiancé avec Peggy, une jeune fille de Philadelphie. Clint se montre jaloux de Peggy (Patricia Owens) et souligne qu’il n’a jamais eu ce type de problèmes (aimer une fille semble-t-il). « Une femme c’est un drôle de handicap pour un homme » ajoute-t-il. Mais l’ambiguïté repose surtout sur le dialogue, Robert Taylor paraissant ne guère comprendre l’implication gay du sujet.

 

Des westerns plus explicites

Une imagerie gay pour cette affiche de western

Dans le western déclinant, les choses deviennent plus explicites. L’affiche du film Wild Rovers (Deux hommes dans l’ouest, Blake Edwards, 1971) montre deux hommes sur le même cheval. Le vieux William Holden et le jeune Ryan O’Neal sont inséparables et rêvent de vivre tous deux dans un petit ranch au Mexique. Ayant perdu leurs chevaux au moment du braquage, ils sont obligés de monter ensemble, enlacés. Vers la fin de l’histoire, Holden soliloque devant le cadavre de son jeune compagnon, se rappelant leur première rencontre.

De même l’amitié du rabbi Avram et du jeune hors-la-loi Tommy (The Frisco Kid, Un rabbin au Far West, Robert Aldrich, 1979) devient de plus en plus intense. Vers la fin du film, ils se baignent ensemble dans l’océan Pacifique avant de se poursuivre sur la plage et s’enlacer par jeu en sous-vêtements. Leur étreinte est interrompue par l’arrivée des méchants qui ne manquent pas de les traiter de naïades.

L’homosexualité est abordée de façon très directe dans Le Reptile (There Was a Crooked man, Joseph Mankiewicz, 1970). Un couple d’escrocs gays est campé par John Randolph et Hume Cronyn qui se retrouvent en prison. Bien sûr les clichés sont au rendez-vous : Cronyn est artiste (il dessine des anges) et efféminé. Il sauve cependant la vie de son compagnon en l’obligeant à retourner dans sa cellule au moment de la grande évasion. Dans le même film, un adolescent de 17 ans, grand gaillard blond, assassin par accident, subit les avances d’un gardien sensible à ses charmes.

 

Le Banni ou le soutien-gorge trompeur

Mais deux westerns, l’un très connu, l’autre beaucoup moins, développent particulièrement une thématique gay.

Le Banni (The Outlaw, 1943) de Howard Hughes est célèbre pour des tas de raisons, toutes mauvaises. Moins par son contenu réel, jugé « terne et décevant » par Coursodon et Tavernier 1que par ses problèmes de réalisation et de distribution. Les démêlés du producteur-réalisateur avec la puissante MPPDA2 à l’époque où le Code régnait sur le cinéma hollywoodien sont bien connus. On a beaucoup glosé sur un certain soutien-gorge destiné à mettre en valeur les dimensions des attributs de Jane Russell. Martin Scorsese y consacre même une séquence d’Aviator, son biopic à la gloire de l’excentrique millionnaire.

L’affiche du film qui met en valeur les formes généreuses de l’actrice est cependant trompeuse. Les accents de la symphonie Pathétique de Tchaïkovski, non créditée, plonge dès le générique le spectateur dans une certaine perplexité. Et très vite il apparaît que c’est l’histoire d’un cheval qu’on vole, qu’on achète, qu’on échange. Victor Young qui signe officiellement la musique, nous inflige d’ailleurs à ce sujet des effets dignes des pires cartoons. Ce n’est pas la moindre bizarrerie de ce film pas très bien réalisé et guère mieux interprété.

Un drôle de triangle gay

Il est significatif qu’on parle à la fois d’érotisme et de misogynie pour évoquer Jane Russell dans cette histoire sans queue ni tête. Mais si une femme vaut moins qu’un cheval aux yeux des deux personnages principaux, cela doit signifier quelque chose. Assez indifférent au personnage féminin, réduit à un pur objet sexuel, Billy le Kid et Doc Halliday se disputent avant tout le fameux canasson. Le scénario, signé à plusieurs mains, ne donne pourtant pas grand-chose.

Le trio masculin dans The Outlaw (1943) Wikimedia Commons

Que nous raconte en fait ce western dépourvu d’action ? Jack Buetel y promène sa joliesse alanguie d’éphèbe sous le nez de Walter Huston suscitant la fureur jalouse de Thomas Mitchell ! Cette rencontre improbable de Doc Halliday et de Billy le Kid ridiculisant de concert le pauvre Pat Garett vaut son pesant de cacahuètes. « Tu viens Doc ? » demande Billy et aussitôt celui-ci le suit ! Et un peu plus tard : « si tu ne sais pas où dormir, viens chez moi, Doc ». On ne saurait être plus prévenant et plus gay.

Tu ne vas tout de même pas le suivre, se lamente Pat Garrett ! Tout allait si bien entre nous ajoute-t-il même à l’adresse de Doc Halliday. Même les seins de Jane Russell ne sauraient cacher un sous-texte homo-érotique aussi clairement affirmé. Que disait déjà Doc Halliday à propos de son cheval ? « Cutest little fella you ever saw. » Mais parlait-il seulement de son cheval ?

 

Billy Two Hats de Ted Kotcheff, une tonalité gay

Plus intéressant, en tout cas mieux maitrisé dans sa réalisation et son interprétation, paraît être le second western à tonalité gay affirmée. Passons sur le titre français, Un colt pour une corde ! qui ne donne pas une idée très précise du film de Ted Kotcheff (1974). Ce western de la décennie du déclin met en scène des personnages vieillissants à l’image du genre.

L’Ouest a vieilli : « Il y avait des Indiens et des bisons » se souvient Cope, le tenancier du General Trading, qui vit au milieu du désert avec sa femme indienne. Les Indiens sont désormais enfermés dans des réserves : le temps des guerres est terminé.

En apparence, le scénario est usé jusqu’à la corde du titre français. Après un hold-up (qui ne nous est pas montré), deux voleurs sont poursuivis par un marshall coriace. Les amateurs se sont plaints du manque de scènes d’action : un bref gunfight en ouverture et un affrontement très limité entre Peck et les Apaches.

 

Pourquoi est-il revenu ?

Bref, nous avons deux hors-la-loi, un Écossais vieillissant, Arch Deans (Gregory Peck), et son jeune complice, Billy (Desi Arnaz Jr). Ils sont traqués par le marshall Henry Gifford (l’excellent Jack Warden). D’abord capturé, Billy est délivré par Deans à la grande surprise du représentant de l’ordre.

Pourquoi est-il revenu pour ce jeune métis ? Telle est la question qui tracasse le marshall. Arch Deans est à ses yeux « comme un animal ». Il avait l’argent du minable butin et n’avait pas de raison de sauver son jeune complice. « Personne n’aime les métis ». D’ailleurs le vieux camarade du Marshall, Cope, n’a-t-il pas envoyé son propre fils à la réserve pour s’en débarrasser ?

On peut docilement, comme la plupart des spectateurs, suivre la piste du racisme. Mais s’agit-il vraiment de raconter les mésaventures d’un jeune métis dans une société qui le rejette ?

 

Celui couché seul, qui le réchauffera ?

Billy nous est présenté au début du film endormi, le torse nu et imberbe. Le juvénile Desi Arnaz, d’origine cubaine, se révèle un Adonis troublant à la longue chevelure et aux traits fins. Puis, levé à la fenêtre, il fait un geste amical à Arch qui selle son cheval à l’extérieur. Un geste tendre comme l’on en voit peu entre hommes dans l’univers westernien.

Les Apaches dégénérés qu’ils croisent en route ne s’y trompent pas.

« C’est la squaw de l’homme blanc » ricane l’un d’eux en parlant de Billy. Ces Indiens arborent d’ailleurs des signes dérisoires de féminité : l’un s’abrite sous une ombrelle, l’autre est vêtue d’une robe. Quand Esther demande à Billy si Arch est son père, celui-ci répond par la négative. La relation père/fils est écartée explicitement.

Arch Deans est resté seul trop longtemps. Dans une étrange séquence où les deux hommes sont couchés dans l’obscurité, il cite l’Ecclesiaste, IV, v. 10 et 12. Malheur à l’homme seul. S’ils sont deux, l’autre peut le relever mais celui tombé seul qui le relèvera ? Or, curieusement n’est-ce pas, Gregory Peck omet de citer le verset 11. On comprend pourquoi.

Si deux sont couchés l’un réchauffe l’autre mais celui couché seul qui le réchauffera ?

Le couple Arch/Billy qui ne fonctionne que sur le non-dit, est condamné d’avance.

 

Des couples qui ont du mal à fonctionner

Le film met en effet en scène une série de couples. Les couples bandits/prostituées, le couple Cope/indienne qui renvoie aux parents de Billy, le couple Arch/Billy, le couple Spence/Esther, le couple Billy/Esther. Le film a connu d’ailleurs un autre titre très trompeur, The Lady and the Outlaw. Il met l’accent sur le plus tardif de ces couples. Esther entre en scène aux deux tiers de l’histoire.

Le véritable perdant de l’histoire est le marshall Henry Gifford, non parce qu’il est tué, mais parce qu’il est définitivement seul, hors couple. Tous les couples du film ont du mal à fonctionner par ailleurs. Cope traite sa femme indienne comme une servante. Le fermier Spense a acheté Esther à Saint-Louis pour 100 dollars. Il la rudoie et celle-ci est affligée d’un bégaiement, significatif de son mal-être.

Billy tire son nom de son père qui avait deux chapeaux, l’un pour l’apparat, l’autre pour les jours ordinaires. Le garçon est ainsi tiraillé entre Arch et Esther, la jeune épouse du fermier brutal qui tombe dans ses bras.

« Billy » murmure Arch lorsqu’il croit sa dernière heure arrivée. Il meurt dans les bras du garçon. « Je suis désolé » lui dit Billy. Désolé de n’avoir pu l’aider, mais désolé aussi de l’avoir trahi en couchant avec une femme.

Ces histoires gay sont ainsi quasiment toujours tristes. Il faudrait d’ailleurs faire la liste de tous ces hommes qui meurent dans les bras d’autres hommes.

  1. 50 ans de cinéma américain, ed. 1995, p. 45
  2. Motion Picture Association and Distributors of America créé en 1922 qui devait établir le fameux Code Hayes en 1930
Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • commencez s’il vous plait par donner une définition de gay…

    je suis navré…l’homme et la femme ont des attirances homosexuelles., c’est à dire pour les membres de leur sexe; il suffit de regarder une cour de récréation où les filles et les petits garçons jouent chacun ensembles..

    qu’est ce que le sexe et qu’est ce qu’est l’amour… quelle est la différence entre deux amants et deux amis…si le sexe physique est impossible..ou absent..ou refoulé ou je ne sais quoi.. on AIME ses amis!!! on souffre parfois physiquement de leur absence..sans doute une foutue molécule..

    on peut dire que l’homosexualité est omniprésente en prison..ou pas…

    ou comment faire un procès en homosexualité..

    il ya une différence entre dire la sodomie est un péché…c’est clair… défini..et dire que l’homosexualié c’est l’attirance physique pour une personne de son sexe…
    là il faut aller voir dans la tête de la personne…

    on met le tabou dans le fait de toucher un même mais autre sexe que le sien… point barre..

    gay ou homosexuel ça m..en..erde car il ya un procès d’intention..

    moi je dis toujours que je suis raciste sexiste , et homosexuel refoulé. ( supposé etre LE probleme) et même violeur refoulé .. ou qui pense mais ne fait.. ..sinon on se joue de moi.. sinon je vais perdre toute mon énergie à prouver que « je ne suis pas. ».. VAIN….

    touche pipi ou pas… entre deux personnes consentante..question pour les puritains..
    on a vu ce que la peur d’etre accusé de racisme peut donner…

    parlons de sodomie ou de contacts organiques sexuels… parce que sans ça point de vrai sujet..

    procès de bill clinton? la fellation est elle une relation sexuelle?
    si on joute le monde u fantasme… non les femmes ou les hommes qui sont excitée par des fantasmes de viol ne souhaitent PAS être violée… ou violer..

    je suis raciste car j’eile droit le plus strict à avoir une opinion.. et à la garde pour moi si ça me chante..et je dis ..mais bien entendu je refuse qu’unepersonne dune autre race soit légalement traitée différemment de moi..

    je suis donc un homosexuel refoulé ou pas selon l’inquisiteur auquel j’ai affaire… car j’ai le droit d’avoir des « perversions » ( l’homosexualité ou son refoulement c’est selon) si je ne les mets pas en acte…
    je vais dire je pense que la sodomie est une abomination mais que c’est un droit…

    on a UN sujet.; que deux personnes du meme sexe se touchent les parties génitales doit il être interdit..

    ce qui est différent d’etre approuvé ou moralement jugé…

    maos porter le procès sur des actes qui suggèrent une attirance..moi me fait rire…

    comme me fait rire un homme qui ne portera jamais de rose..

    oh zut…

    -1
    • Bah on sait tous ce qu’est un gay, inutile de le définir.
      Après les zones peuvent être flous. C’est pas grave, on s’en fout de toutes les façons de la sexualité des gens et vous pouvez effectivement trouver abominables certaines pratiques, je ne discute pas les goûts des gens ayant moi-même le mauvais goût de porter du rose.
      Ce n’est pas un sujet de savoir si on peut se tripoter entre personne de même sexe et la sodomie n’est pas un droit pas plus que le yaourt à la myrtille.
      Allez on se détend. 🙂

      • NON….. on ne sait pas.. il ay eu des procès en homosexualité come il a eu des procès en sorcellerie..
        et nous avons désormais des procès en homophobie..

        et cela a des conséquences!!

        êtes vous raciste? je dis oui.. mais insiste sur l’importance des actes…

        le sujet n’est pas gay.. le sujet est la capacité à manipuler les gens via les procès d’intention..

        parce que ça marche!!!!

        on ne se détend pas..parce que ça a des conséquences inacceptables..je pense à l’affaire des viols de gamines en Angleterre..ignorés par des policiers peur d’etre traités de racistes..

        vous voyez ou je veux en venir…
        A MON OPINION, il convient donc de disqualifier le procès d’intention…

        ça e fait penser au concept de mariage blanc ou de mariage gris… parce qu’on a voulu faire du mariage une affaire d’amour..

        LA vérité est que je REFUSE de me poser la question du mon racisme ou de mon homosexualité..je le spose comme vaines et stériles..
        je me pose la question de la justesse de mes actes..
        c’est le seul procès que j »accepte..

        un raciste peut être une bonne personne..une personne qui agit bien..
        un gay pas plus qu’n homophobe n’ets pas un déviant ou mauvaise personne..

        la translation du crime d’homsexualité à homophobie n’est pas un progrès
        comme la translation de haine obligatoire en haine interdite n’ets pas un progrès
        si on croit à ‘l’humanisme et à l’indivudalisme ;

        des gens se suicident pour des question d’identité absurdes !!!
        on ne se détend qu’a demi..

        Plus personnellement, c’est idiot mais je n’arive même pas à saisir le concept d’amoureux si il n’est pas lié à la reproduction sexuelle..la question que je me pose est pourrais je être amoureux d’un homme… chose que je n’arrive pas à concevoir…c’est une question que je ne sais meme pas me poser!!!! mais pareillement être amoureux de plusieurs personnes à la fois..

        • si tu me demandes si je suis gay c’ets bel et bien à toi deme donner la definition …EXACTE…necessaire et suffisante pour y répondre….

          mais enfin d’une façon diamétralement opposée mais pourtant similaire dans l’infinie capacité des humains à s’enfemrer dans des cages sémantiques.. ….. quand on demande désormais à des gens ce ‘quest une femme il ne savant pas répondre!!!!

          comment peux tu imaginer que gay est une évidence!!!

          • désolé mais je réfléchis en commentant..
            mais je vais conclure en rappelant que on peut être désormais accusé de sexisme… par le groupe de personne qui nie votre capacité à connaitre le genre d’une autre personne..

            le combat contre le racisme doit insister sur l’arbitriare du concept en premier lieu.. et non comme certains le disent sa non existence..ça change du tout au tout l’accusation de racisme!!!!

            viendra peut être un jour où la sciene saura distinguer le gène du criminel né… d’un autre acabit que le gène du voleur de poule du rom ou de voleur de mob du beur.. et même alors;..il se posera la question morale de la sanction « préventive »… que le le raciste politique ,en fait, ne se pose pas..

            • tiens.. vous avez des gens ui vous disent.. que si ils pouvaient remonter dans le temps ils tueraient bébé hitler…

  • Et si tout simplement, ce genre correspondait à la morale de l’époque et aux attentes du public. Pourquoi faire une analyse de type freudienne ?

  • je nie l’objectivité du concept de gay…
    comme je nie l’objectivité du concept de race.. plus exactement je pense que les deux sont arbitraires..je suis donc convaincu que les questions sont des impasses et des pièges;.

    le noir et le blanc SEMBLENT avoir une signification comme gay semble avoir une signification..

    mais la réalité est plus complexe…

    comment diable voulez vous répondre à la question de savoir si on est raciste quand on ne sait pas en fait les limites des races et définir la race d’une personne.. le racsime en réalité quand on accepte le concept de race… ce qui est ou bien facile si on accepte l’arbitraire ou une foutue gageure si on prétend à l’objectivité..
    par contre le sexe est objectif…je n’ai pas de problème de fond avec une ou une coutume sexiste loi sexiste…je revendique un comportement sexué!!!

    ça me fait penser aux gens qui ont « peur  » des statistiques « raciales » .. celles ci sont évidemment arbitraires puisque ils elles dépendent de la definition de race.. en disant quelles nourrissent le racisme.. les statistiques raciales sont des impasses… ou des prisons de l’esprit..

    il faut remettre le racisme ( opinion, préjugé stéréotype) ou l’homosexualité à leur place. c’est tout mon propos… on voit l’homosexualité presque ou on veut…
    il est des mondes où les gens ne vont pas comprendre la question!! car ils ne perçoivent pas les races ou n’ont pas la meme conception du sexe…ou de l’amour…

    si on cherche une objectivité.. le « but de la vie ..est clairement la reproduction… et l’hetérosexualité est incontournable biologiquement;..

    si le but de la vue est le bonheur ou le plaisir… on ne peut avoir de discussion objective…je répète c’est vain… gay ne sert à rien… raciste ne sert à rien..ce n’est pas une clef pour moi..

    -1
  • Le terme gay vient du français « gai » et désignait à la base quelqu’un de joyeux et d’insouciant. Ce terme est maintenant un terme militant pour désigner des personnes homosexuelles.

    Par définition, l’homosexualité consiste à vivre une relation sexuelle consentie entre deux personnes de même sexe, elle implique donc à la fois un acte et à la fois une attirance. Le militantisme homosexuel a donc tendance à faire croire que dès lors qu’il y a attirance, celle-ci ne peut être associée qu’à de la sexualité. C’est d’ailleurs le fil conducteur de cet article.

    Mais cela est faux. On peut être très attiré par un homme ou une femme, sans avoir pour autant envie de vivre une relation sexuelle avec cette personne. Donc pour ma part, je ne m’amuse pas à suspecter une relation homosexuelle dès lors que deux personnes de même sexe sont très attirées l’une par l’autre, d’autant plus que je considère que la sexualité est une affaire intime et qu’une telle suspicion ne peut être que déplacée, puisqu’elle s’assimilerait au final à une forme de voyeurisme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La modernité peut-elle être jugée responsable de l’essentiel de nos maux en matière d’écologie ? Ceux qui le prétendent perdraient-ils de vue l’amélioration évidente de nos conditions de vie au cours des derniers siècles et les avancées des progrès techniques ?

Contrairement aux idées reçues, développement ne rime pas nécessairement avec pollution incontrôlable et régression. Bien au contraire, nous montre Ferghane Azihari - rejoignant en cela un Johan Norberg qui démontrait dans un brillant essai de 2017 qu... Poursuivre la lecture

Donjons et Dragons
1
Sauvegarder cet article

Avant de se lancer dans une quête, le joueur expérimenté de Donjons et Dragons sait qu'il doit être conscient de ses privilèges. Après tout, n'est-il pas amusant d'injecter une politique identitaire radicale dans son jeu de fantasy ?

Cela semble être l'idée derrière Journeys Through the Radiant Citadel, un ensemble de nouvelles aventures Donjons et Dragons qui se déroulent dans le même univers. Le jeu est aussi hyper concentré sur la race.

Donjons et Dragons est un jeu d'aventure fantastique où les joueurs s'unissent pour combat... Poursuivre la lecture

Dans la même veine que ses romans précédents (nous avions eu notamment l'occasion de présenter ici le très emblématique Tour d’Ivoire), et de ceux qui suivent (dont une prometteuse satire de l’Éducation nationale en octobre prochain), Patrice Jean poursuit avec ses thèmes habituels : les régressions de notre époque, les dérives suscitées par les idéologies, le poids des conformismes et les moralismes à tendance totalitaire, toutes perversions qui aboutissent au recul des libertés.

Dans Tour d’Ivoire, déjà, nous avions affaire à un pers... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles