Cuba : décès du Général López-Calleja, l’économie dans la tourmente

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fallece en La Habana el general de división Luis Alberto Rodríguez López Calleja by Agencia Cubana de Noticias (capture ecran youtube) https://www.youtube.com/watch?v=pWBNObGKnGY

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cuba : décès du Général López-Calleja, l’économie dans la tourmente

Publié le 9 juillet 2022
- A +

Par Michel Faure.
Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas très connu, mais qui tenait les clés de l’économie de l’île. Il s’agit du général de division Luis Alberto Rodríguez López-Calleja, patron de Gaesa (Grupo de Administración Empresarial, SA), une holding dépendante du ministère des Forces armées révolutionnaires (MINFAR) regroupant des hôtels de luxe, des magasins d’État vendant leurs produits en devises convertibles, en passant par les douanes, les ports et marinas, les stations d’essence, les agences de location de voitures, le port franc de Mariel, sans oublier la quasi-totalité des négoces du centre de la vieille Havane. Selon le quotidien espagnol El Mundo, Gaesa représente entre 60 et 80 % des recettes du pays1.

Il s’agit d’une entreprise au statut baroque pour être tout à fait capitaliste au cœur d’un régime communiste, et par-dessus le marché – si j’ose dire – ces capitalistes de Gaesa sont des militaires soi-disant « révolutionnaires » qui collectent l’ensemble des sources légales, mais aussi illégales, de devises étrangères. Le Organised Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), une organisation de journalistes d’investigation basée au Maryland avait, en 2016, placé  López-Calleja sur la liste des hommes les plus corrompus du monde. Il figurait également sur la liste noire du Trésor américain depuis 2020.

 

Lié au clan Castro

López-Calleja était un homme discret, mais très influent. Il avait épousé Débora, la fille aînée de Raúl Castro, dont il s’est séparé sans remettre en cause ses liens avec le frère de Fidel. Son fils, Raúl Guillermo Rodriguez Castro, était devenu le petit-fils préféré de Raúl qu’il accompagnait dans tous ses déplacements. Ces liens familiaux ont porté López-Calleja au plus haut de la hiérarchie politique locale pour être membre du bureau politique du Comité central du parti communiste cubain, et député de l’Assemblée nationale « du pouvoir populaire » sans même y avoir été élu.

On ne sait encore rien de la mort subite de cet homme de 62 ans victime, annonce Granma, d’un « arrêt cardiorespiratoire ». Le site Panampost.com remarque qu’avec lui ce sont désormais vingt-deux hauts fonctionnaires cubains qui sont morts depuis les émeutes populaires du 11 juillet 2021.

Ce que l’on sait, c’est que López-Calleja était considéré par ce qui reste des militants et des responsables castristes comme la principale alternative au président Miguel Diaz-Canel. Lequel a exprimé sa « profonde douleur » dans un communiqué convenu qui cache sans doute la satisfaction de voir un puissant challenger disparaître.

Reste à savoir ce que va devenir Cuba sans l’action du « tsar » de l’économie cubaine. Nous approchons le premier anniversaire de l’émeute du 11 juillet dernier, moment politique très délicat, alors que Cuba est par ailleurs engloutie par la crise énergétique mondiale et la baisse du tourisme. Qui peut remplacer López-Calleja ? Vu l’état de décrépitude du pouvoir politique et l’impopularité de Diaz-Canel, un militaire, sans doute. Encore faudrait-il qu’il soit appuyé par l’armée qui elle aussi s’inquiète. L’hypothèse, bien sûr incertaine, d’un coup d’état militaire n’est pas à exclure si la population se révolte à nouveau tandis que l’économie déraille.

Sur le web

  1. El Mundo, 02/07/2022
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « Reste à savoir ce que va devenir Cuba sans l’action du tsar de l’économie  » : mais Cuba va rester ce qu’il est actuellement ! Rien ne va changer si ce n’est une promotion pour le remplacer. Ce n’est pas parce qu’un parrain mafieux meurt que le business s’arrête ! Ce n’est pas parce que Staline, Kroutchev… sont morts que le stalinisme est mort. Pour tuer la bête, il a fallut une révolution (et la bête n’est pas encore morte comme indiqué le voit encore en Ukraine).
    Cuba va donc rester Cuba.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Première partie de cette série ici.

Seconde partie de cette série ici.  

 

 

L’opium des intellectuels

Ces intellectuels de gauche, dont Aron est si proche, à tout le moins par sa formation normalienne et philosophique, il les accuse de trahir leurs propres valeurs en se laissant subjuguer, à la fois par une doctrine du XIXe siècle que l’histoire a démentie, par un État dont la nature totalitaire devrait leur être odieuse et par un parti qui en est le représentant et l’exécutant dans nos frontières. Contr... Poursuivre la lecture

Un récent roman bulgare de Theodora Dimova paru en 2022 nous permet de plonger dans un épisode historique méconnu qui fait écho à l’actualité en Europe de l’Est : Les Dévastés.

Retour dans une Bulgarie passée sous le joug soviétique.

 

La Bulgarie choisit l’Axe

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Bulgarie a décidé de s’allier à l’Allemagne nazie qui a vu en elle un pion majeur dans sa volonté de conquérir la Grèce et la Yougoslavie. Pourtant, après le déclenchement de l’opération Barbarossa par l’Allemagne, le... Poursuivre la lecture

richesses salaire minimum
2
Sauvegarder cet article

Il a été décidé récemment en France d’augmenter le salaire minimum. Après avoir connu une augmentation de 0,9 % début 2022, le Smic est désormais porté à hauteur de 1603,12 euros brut par mois, contre 1589,47 euros brut en 2021. Ce que l’on appelle un salaire minimum est évidemment le montant minimum de salaire imposé par les gouvernants à toutes les entreprises.

On considère en général cette mesure comme souhaitable car on estime que les entrepreneurs auraient tendance à imposer des salaires trop faibles, ce qui génèrerait évidemment ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles