Les coûts (cachés) de la guerre en Afghanistan

De nombreux coûts de la guerre d’Afghanistan sont apparents, mais la sape du pouvoir d’achat du dollar est l’un des pires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les coûts (cachés) de la guerre en Afghanistan

Publié le 6 janvier 2022
- A +

Par Jp Cortez.
Un article de la Foundation of Economic Education

Les sombres photos et vidéos qui ont été diffusées en Afghanistan cette année ont poussé de nombreuses personnes à se demander si ce conflit de 20 ans en valait la peine.

Selon Associated Press, jusqu’en avril, plus de 172 000 personnes (américaines et autres) sont mortes au cours de la guerre en Afghanistan. Le montant estimé des coûts directs de la guerre en Afghanistan et en Irak, que les États-Unis ont financés par la dette, est estimé à plus de 2000 milliards de dollars.

Le montant estimé du principal et des intérêts dus d’ici 2050 : jusqu’à 6,5 trillions de dollars.

Cette guerre, comme la plupart des dépenses publiques, n’est pas payée par l’argent dont dispose l’État. L’argent est emprunté pour exister.

Les coûts financiers des dépenses financées par la dette des décideurs d’aujourd’hui pèseront sur les générations futures. Les effets négatifs de l’impression de milliers de milliards de billets non garantis ne sont pas ressentis immédiatement, diluant la gravité de l’action.  Mais le résultat final est inévitable.

Lorsque le Congrès a accordé au président de l’époque, George W. Bush, le pouvoir d’utiliser toutes les « forces nécessaires et appropriées » contre les personnes impliquées dans le 11 septembre, une semaine après les attaques, le gouvernement fédéral s’est engagé sur la voie de la ruine monétaire.

L’inflation : le coût caché de la guerre d’Afghanistan

Un dollar en 2001 avait le pouvoir d’achat de 1,54 dollar aujourd’hui. Le dollar a connu un taux d’inflation moyen de 2,19 % par an entre 2001 et aujourd’hui, soit une augmentation cumulée des prix de 54,15 %.

Cela signifie que les prix d’aujourd’hui sont 1,54 fois plus élevés que les prix moyens de 2001, selon l’indice des prix à la consommation du Bureau of Labor Statistics. Une mesure qui sous-estime notoirement l’inflation réelle en raison du déploiement d’ajustements hédoniques astucieux, de la pondération géométrique et de substitutions qui tendent à brosser un tableau plus rose.

En d’autres termes, un dollar d’aujourd’hui n’achète pas plus de 65 % de ce qu’il pouvait acheter en 2001. Et selon d’autres mesures que l’imparfait indice des prix à la consommation (IPC), il achète encore moins.

Les emprunts étatiques se sont rapidement accélérés à la hausse depuis les confinements du covid et des efforts de relance. Cela laisse présager des taux d’inflation potentiellement beaucoup plus élevés.

Au début du mois, Reuters a rapporté que « les prix mondiaux des denrées alimentaires ont augmenté en novembre et sont restés au plus haut depuis 10 ans ».

Des coûts qui vont être supportés par les pauvres

Remplacer du bœuf Angus ou de la cuisse de poulet par du blanc de poulet moins chère peut être un sacrifice anodin, mais qu’en est-il si vous avez maintenant du mal à vous procurer du poulet ?

L’inflation nuit aux plus pauvres d’entre nous. Les personnes ayant les moyens peuvent investir dans des actifs qui les protègent contre la dévaluation du dollar. L’or et l’argent, l’immobilier, voire le marché boursier.

Mais qu’en est-il des salariés ? Des personnes âgées à revenu fixe ? Ceux qui essaient d’économiser un peu plus pour l’avenir ?

Les personnes les plus touchées par l’augmentation des prix sont celles qui ont déjà du mal à s’offrir ces choses. Les menus à un dollar dans les fast-foods ont disparu alors que les prix des maisons, de la nourriture, des voitures, des frais de scolarité et des médicaments sont montés en flèche.

L’une des principales caractéristiques de la monnaie saine est qu’elle limite les dépenses publiques à ce qui peut être prélevé sur la population par le biais des impôts. Une approche de la politique monétaire fondée sur l’impression et la dépense permet des dépenses publiques inutiles et stériles, comme par exemple des guerres impopulaires qui durent depuis des décennies.

Pendant 20 ans, les Américains ont mené une guerre qui a coûté des milliers de vies et des milliards de milliards de dollars. Beaucoup se demandent si ce coût en valait la peine.

De nombreux coûts sont apparents, mais la sape du pouvoir d’achat du dollar – et le vol de la richesse de tous ceux qui la détiennent – est l’un des pires.

Traduction pour Contrepoints.

Sur le Web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • le coût de la guerre me fait penser au cout du « covid »..

    Alors certes ça coute bonbon… question à 100 trillions cela en valait il la peine?

    Regardons donc ce qui se serait passé si pas de guerre ou pas de mesures anticovid et faisons un bilan..

    Alors certes son peut faire des listes. en partie et pour une bonne hypothétiques..mais comment comparer et savoir le « mieux »..

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
3
Sauvegarder cet article

Un article de Ryan McMaken

Selon l'indice Case-Shiller, les prix des logements ont augmenté de 44 % depuis février 2020. Il ne s'agit bien sûr que d'une moyenne, et certains marchés ont connu des augmentations de prix bien plus importantes. Toutefois, même sur les marchés immobiliers de l'Amérique moyenne, où les prix sont censés être plus raisonnables que sur les côtes, les prix ont grimpé en flèche.

À Cleveland, par exemple, l'indice a augmenté de 40 % depuis le début de 2020. Au cours de la même période, l'indice a augmenté ... Poursuivre la lecture

Dans une interview récente, Manon Aubry, tête de liste La France insoumise (LFI) pour les élections européennes de 2024 a déclaré :

« L'austérité, le tout-marché et le libre-échange amènent le chaos. [il faut] rompre avec le libre-échange, l’austérité et le tout-marché pour imposer le protectionnisme, la solidarité et les biens communs ».

Elle, et plusieurs Européens, croient que le marché libre est à l'origine des problèmes mondiaux. La solution réside dans plus de concentration de gouvernance fiscale et financière à Bruxelles ... Poursuivre la lecture

Le libertarien Javier Milei a été élu président de l'Argentine le 19 novembre, avec 55,7 % des voix. Mais les choses ne seront pas faciles pour Milei.

Le 24 novembre, quelques jours après l'élection, j'ai rencontré Nicolás Emma, responsable de la section de Buenos Aires du parti de Javier Milei, au siège du parti dans la capitale argentine. Plusieurs autres organisateurs du parti étaient également présents, notamment Gustavo Federico et Facundo Ozan Carranza. Au cours des conversations avec ces personnes et d'autres personnalités du pa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles